Quatre adieux

De
Publié par

Les manifestations des défunts sont un thème qui ne fait pas sourire, quand il est abordé par de prestigieux poètes ou penseurs. Or la parole écrite, quelles que soient ses formes, pas seulement livresques, peut elle-même jouer un rôle initiateur dans la perception de ce phénomène. L'illusion des frontières entre la vie et la mort, le rêve et la réalité, est l'objet de ces quatre récits, à mi-chemin du témoignage personnel et des notes de lecture.
Publié le : vendredi 8 mai 2015
Lecture(s) : 12
EAN13 : 9782336381114
Nombre de pages : 182
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Michel Arouimi
Quatre adieux
Littératures
Daniel Cohen éditeur www.editionsorizons.fr Littératures, collection dirigée par Daniel Cohen
Littératures est une collection ouverte àl’écrire, quelle qu’en soit la forme : roman, récit, nouvelles, autofiction, journal ; démarche éditoriale aussi vieille que l’édition elle-même. S’il est difficile de blâmer les ténors de celle-ci d’avoir eu le goût des genres qui lui ont rallié un large public, il reste que, pres-cripteurs ici, concepteurs de la forme romanesque là, comptables de ces prescriptions et de ces conceptions ailleurs, ont, jusqu’à un degré critique, asséché le vivier des talents. L’approche deLittératures, chez Orizons, est simple — il eût été vain de l’indiquer en d’autres temps : publier des auteurs qui, par leur force personnelle, leur attachement aux formes multiples du littéraire, ont eu le désir de faire partager leur expérience intérieure. Du texte dépouillé à l’écrit porté par le souffle de l’aventure mentale et physique, nous vénérons, entre tous les critères supposant déter-miner l’œuvre littéraire, le style. Flaubert écrivant : « J’estime par-dessus tout d’abord le style, et ensuite le vrai » ; plus tard, le philosophe Alain professant : « c’est toujours le goût qui éclaire le jugement », ils savaient avoir raison contre nos dépérissements. Nous en faisons notre credo. D.C. ISBN :979-10-309-0005-7 © Orizons, Paris,2014
Quatre adieux
critique
Du même auteur
L’Apocalypse sur scène,Paris, L’Harmattan,2002. Magies de Levi : L’expérience picturale et littéraire de Carlo Levi, Fasano, Schena,2006. Les Apocalypses secrètes, Paris, L’Harmattan,2007. Vivre Rimbaud, selon Ramuz et Bosco, Paris, Ori-zons,2009. Jünger et ses dieux : Rimbaud, Conrad, Melville, Paris, Orizons,2011. Françoise Hardy, pour un public majeur, Paris, Ori-zons,2012. Rimbaud malgré l’autre, Lyon, Jacques André,2014. Mylène Farmer : le monde comme il tangue, Paris, Hermann,2014. Rimbaud sous la poussière de Dume, Paris, L’Har-mattan,2014.
poemes
Effets de serre, Paris, L’Harmattan,2010. Paysages sous tension, Lyon, Jacques André,2012.
L’auteur et l’éditeur remercient l’Unité de Recherche, Histoire, Littératures, Langues, Interculturel (UR H.L.L.I) de l’Université du Littoral Côte d’Opalepour le soutien apporté à la publication de cet ouvrage.
Michel Arouimi
Quatre adieux
2015
Dernières parutions
Michel Arouimi,Quatre adieux,2015 Éric Colombo,Par où passe la lumière...,2013 Jean-Louis Delvolvé,Le gerfaut,2013. Patrick Denys,Épidaure,2012 Toufic El-Khoury, Léthéapolis,2014 Raymond Espinose,Lisières, Carnets2009-2012,2013 Pierre Fréha,Nous irons voir la Tour Eiffel,2012 Jean Gillibert,De la chair et des cendres,2012 Jean Gillibert,À coups de théâtre,2012 Nicole Hatem,Surabondance,2012 Henri Heinemann,L’Éternité pliée, Journal,Le Voyageur éparpillé, tomeV,2015 Henri Heinemann,Chants d’Opale,2013 Gérard Laplace,La façon des Insulaires,2014 Didier Mansuy,Facettes,2012 Didier Mansuy,Les Porteurs de feu,2012 Andrée Montero,Le frère,2014 Lucette Mouline,L’Horreur parturiente,2012 Lucette Mouline,Museum verbum,2012 Lucette Mouline,Zapping à New York,2013 Laurent Peireire,Ostentation,2014 Michèle Ramond,Les saisons du jardin,2014 Michèle Ramond,Les rêveries de Madame Halley,2014 Bahjat Rizk,Monologues intérieurs,2012 Dominique Rouche,Œdipe le chien,2012 Antoine de Vial,Obéir à Gavrinis,2012 Antoine de Vial,Americadire,2013 Guy R. Vincent,Séceph l’Hispéen,2013.
Seul un Ange
I
Un seul ange
’ai d’abord touché ses cheveux, près du cou. J Est-ce la mort ou la température de la chambre froide qui leur donnait cet aspect si fin de pos-tiche ? Puis son épaule droite. Et la peau de sa main gauche, croisée sur l’autre main au niveau de la poitrine. Le visage… était presque le sien. Une proue émoussée, parmi les vagues inégales ; égales pour elle depuis toujours. Je la revois il y a peu d’années, dans la vaste chambre d’un chalet du Jura où je m’apprêtais à dormir, amusé par le vol d’une chauve-souris qu’elle menaçait d’un balai trouvé là. En arri-vant dans cette maison de bois, nous avions dû recourir aux pompiers pour défaire un essaim d’abeilles, tassé dans les volets d’une fenêtre close. Le nez levé vers la chauve-souris débous-solée, maman guettait à la manière des soldats, enlaidie par la résolution et par une robe de
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.