Raymond Aubrac. Résister, reconstruire, transmettre

De
Publié par

Cette biographie détaillée et très documentée de Raymond Aubrac est le fruit de trois années d’entretiens réguliers avec l’auteur. Il en résulte un texte à deux voix qui mêle le récit historique de Pascal Convert à la parole même de Raymond Aubrac.
Publié le : jeudi 10 mars 2011
Lecture(s) : 60
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021049183
Nombre de pages : 748
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
PASCAL CONVERT
Raymond Aubrac
Résister, reconstruire, transmettre
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd Romain-Rolland, Paris XIV
Extrait de la publication
isbn 978-2-02-104918-3
© éDitiOns Du sEui, màrs 2011
Le Code de la pRopRIÉÉ INellecÛelle INeRdI leS copIeS oÛ RepRodÛcIoNS deSINÉeS â ÛNe ÛIlISaIoN collecIve. ToÛe RepRÉSeNaIoN oÛ RepRodÛcIoN INÉgRale oÛ paRIelle faIe paR QÛelQÛe pRocÉdÉ QÛe ce SoI, SaNS le coNSeNeMeN de l’aÛeÛR oÛ de SeS ayaNS caÛSe, eS IllIcIe e coNSIÛe ÛNe coNRefaçoN SaNcIoNNÉe paR leS aRIcleS L.335-2 e SÛIvaNS dÛ Code de la pRopRIÉÉ INellecÛelle.
www.SeÛIl.coM
Extrait de la publication
â .
Extrait de la publication
UN hoMMe lIBRe Ne peNSe â aÛcÛNe choSe MoINS QÛ’â la MoR, e Sa SageSSe eS ÛNe MÉdIaIoN NoN de la MoR MaIS de la vIe. aRÛch ŚPinOzà,Éthique.
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Prendre position
Je N’aI pRIS coNScIeNce QÛe RèS aRdIveMeN dÛ caRacèRe ÉRaNge de l’eNRepRISe QÛe j’aI MeNÉe depÛIS RoIS aNS eN eNgageaN ÛN dIalogÛe RÉgÛlIeR avec ayMoNd AÛBRac. Je coNNaISSaIS BIeN SûR le paRcoÛRS ÉBloÛISSaN de LÛcIe AÛBRac e je l’avaIS ReNcoNRÉe deÛx foIS poÛR 1 RecÛeIllIR SoN ÉMoIgNage SÛR JoSeph ÈpSeIN , ÛN MIlIaN coM-MÛNISe jÛIf poloNaIS QÛ’elle avaI cÔoyÉ aÛ ÛaRIeR laIN dÛRaN leS aNNÉeS ReNe. ayMoNd AÛBRac ÉaI pRÉSeN loRS de ceS INeR-vIewS. AeNIf, Il veIllaI â ce QÛe Sa coMpagNe LÛcIe MÉNageá Sa SaNÉ, oBSeRvaN la dIScÛSSIoN SaNS y pReNdRe paR. C’eS aÛ MoMeN où je M’ÉgaRaIS daNS deS SpÉcÛlaIoNS SÛR leS RÉSeaÛx exISaN eNRe oRgaNISaIoNS gaÛllISeS e coMMÛNISeS QÛ’Il INeRvIN avec MalIce :
Votre question a trait à quoi ? Aux réseaux de distribution d’eau, à quel genre de réseau, à quoi pensez-vous ? Quand je réfléchis à l’histoire d’un homme comme Jean Moulin, il y a des bibliothèques entières qui ont été écrites sur lui, on sait tout sur sa famille, ses études, ses maîtresses, sa carrière, son arrestation, sa mort, mais l’essentiel, on ne le connaît pas. Il reste dans l’histoire non pas parce qu’il a été préfet ou parce qu’il a été arrêté, il reste dans l’histoire parce qu’il a fait l’unité. Et faire l’unité, c’était quelque chose d’extrêmement difficile. Et très incertain. Très aléatoire. Comment a-t-il fait ça ? Jean Moulin, c’est un homme de relations. Il a forcément des contacts avec les communistes, peut-être même avec l’Internationale communiste. Il a aussi des relations avec
1. JoSeph ÈpSeIN, dIRIgeaN deS FRaNcS-IReÛRS e paRISaNS d’Île-de-FRaNce eN 1943, a ÉÉ fÛSIllÉ aÛ oN-ValÉRIeN le 11 avRIl 1944. aScal CoNveR,Joseph Epstein, bon pour la légende, aRIS, dIIoNS ŚÉgÛIeR, 2007.
11
Extrait de la publication
ràYmOnD àubràÇ
les francs-maçons, son père est franc-maçon. Et un jour il m’a envoyé demander des armes au général Frère, celui-là même qui avait présidé le tribunal condamnant de Gaulle à mort par contumace. Mais cela ne veut pas dire que le général Frère a un contact avec les communistes ! Des contacts, des relations, cela ne constitue pas un réseau. Le mot réseau a quelque chose d’un peu trop lourd pour décrire ces situations très importantes que sont les relations.
aNS Ma NaïveÉ, j’avaIS oÛBlIÉ QÛe l’hISoIRe ÉaI d’aBoRd faIe paR deS êReS hÛMaINS e N’ÉaI paS le RÉSÛla deS SeÛleS coMBINaISoNS coMplexeS eNRe appaReIlS. Ce hoMMe QÛI M’oBSeRvaI d’ÛN aIR RIeÛR deRRIèRe SoN ÉeRNelle pIpe veNaI de M’oÛvRIR ÛNe peRSpecIve QÛI M’ÉaI jÛSQÛe-lâ ReSÉe INcoNNÛe. LeS RelaIoNS, c’ÉaI poÛRaN lâ ÛNe NoIoN BIeN vagÛe. aIS j’avaIS BIeN coMpRIS QÛ’elle Ne dÉSI-gNaI NI ceS RelaIoNS SocIaleS, QÛI Ne SoN QÛe deS MaRcheS d’eScalIeR peRMeaN d’accÉdeR â el poSe oÛ elle SphèRe de poÛvoIR, NI le MaNageMeN hÛMaIN MIS eN place paR leS eNRepRISeS eN vÛe d’ÛNe MeIlleÛRe ReNaBIlIÉ ÉcoNoMIQÛe, NI, â l’oppoSÉ, ce Éa SI SINgÛlIeR QÛe SoN leS RelaIoNS aMoÛReÛSeS. eRRIèRe ce Mo Se deSSINaI ÛNe vISIoN hÛMaNISe deS RelaIoNS hÛMaINeS. aBlIR deS RelaIoNS, c’ÉaI d’aBoRd ReNoNceR aÛx vaINeS pRÉeNIoNS de l’aÛoRIÉ e eNeR de coMpReNdRe SoN INeRlocÛeÛR, SaNS poÛR aÛaN SoMBReR daNS ÛNe MolleSSe de jÛgeMeN coNdÛISaN â la lácheÉ. ayMoNd AÛBRac avaI SÛ ÉveIlleR Ma cÛRIoSIÉ e, QÛelQÛeS joÛRS plÛS aRd, je Me ploNgeaI daNS la lecÛRe de SeS MÉMoIReS e y dÉcoÛvRIS ÛNe RajecoIRe SINgÛlIèRe. Ce Ne SoN paS leS NoMS cÉlèBReS de JeaN oÛlIN, dÛ gÉNÉRal de GaÛlle, de HÔ ChI INh oÛ d’HeNRy KISSINgeR QÛI oN ReeNÛ MoN aeNIoN, MaIS la MaNIèRe doN, oBSINÉMeN, ayMoNd AÛBRac faISaI le choIx dÛ lIBRe aRBIRe oÛ eN S’INeRRogeaN de MaNIèRe paIeNe e MINÛIeÛSe SÛR leS MoIva-IoNS de SeS INeRlocÛeÛRS. Ce choIx ÉaI d’aÛaN plÛS dIfficIle QÛ’Il Se dÉRoÛlaI daNS l’eNoÛRage deS pÛISSaNS de ce MoNde e QÛ’Il eû ÉÉ plÛS pRofiaBle de S’accoRdeR â leÛRS poINS de vÛe. ayMoNd AÛBRac Ne S’eNfeRMaI paS poÛR aÛaN daNS la poSÛRe dÛ dÉSoBÉISSaN.ŚIMpleMeN, QÛaNd oN lÛI deMaNdaI de pReNdRe paRI, Il RÉpoNdaI paR ÛNe pRISe de poSIIoN.
12
Extrait de la publication
ràYmOnD àubràÇ
1 ReNdRe poSIIoN N’a jaMaIS ÉÉ choSe aISÉe, aN celÛI QÛI jÛge de MaNIèRe pÉReMpoIRe aÛ NoM d’ÛNe vÉRIÉ SÛpÉRIeÛRe oÛ d’ÛN dogMe S’aIRe de MaNIèRe IMMÉdIae davaNage de coNSIdÉRaIoN QÛe celÛI QÛI pReNd le eMpS d’ÛNe aNalySe SaNS a pRIoRI. Ûel QÛe SoI le paRI polIIQÛe, le eMpS de l’aNalySe peÛ y êRe coNSIdÉRÉ coMMele SIgNe d’ÛNe pRISe de dISaNce, voIRe d’ÛNe pRISe de RecÛl, d’ÛNe poeNIelle RahISoN. CelÛI QÛI pReNd poSIIoN Se coNdaMNe â ÛNe ceRaINe SolIÛde. aIS ayMoNd AÛBRac N’a jaMaIS cRaIN la SolIÛde, SaÛf peÛ-êRe â ceRaINeS heÛReS, depÛIS la dISpaRIIoN deLÛcIe. C’eS â la lecÛRe de SeS MÉMoIReS QÛe M’eS veNÛe l’IdÉe de RÉa-lISeR ÛN filM. È apRèS BIeN deS RÉIceNceS, ayMoNd AÛBRac a accepÉ le pRINcIpe QÛe NoÛS ayoNS deS eNReIeNS. J’IMagINe QÛe Sa cÛRIoSIÉ N’ÉaI paS dÉNÛÉe d’ÛNe ceRaINe MÉfiaNce. RèS de cINQÛaNe aNS NoÛS SÉpaRaIeN MaIS ce N’ÉaI paS lâ le SeÛl oBSacle eNRe NoÛS. CoMMeN ÛN dIalogÛe poÛvaI-Il S’eNgageR eNRe ÛN hoMMe clef de la ÉSISaNce, QÛI avaI paRIcIpÉ â la RecoNSRÛcIoN de la FRaNce apRèS la gÛeRRe, avaN de deveNIR ÛN haÛ foNcIoNNaIRe â l’RgaNI-SaIoN deS aIoNS ÛNIeS e ÛN expeR daNS leS NÉgocIaIoNS dIScRèeS, e QÛelQÛ’ÛN de plÛS coNNÛ poÛR SoN acIvIÉ d’aRISe plaSIcIeN QÛe poÛR SeS QÛalIÉS d’hISoRIeN ? Ûel poÛvaI êRe l’INÉRê de ce NoÛveaÛ ÉMoIgNage poÛR QÛI avaI dÉjâ ÉcRI SeS MÉMoIReS ? A poSeRIoRI, je Ne peÛx QÛe coNSaeR QÛe la paIeNce e la coNfiaNce de ayMoNd AÛBRac oN ÉÉ SaNS lIMIeS. ÈN pReMIeR lIeÛ devaN MoN IgNoRaNce. È poÛRaN, RIeN N’eS plÛS IRRIaN QÛe de voIR S’agIeR daNS le oRReN de l’hISoIRe ÛN jeÛNe ÛRBÛleN doN leSgeSIcÛlaIoNS gRoeSQÛeS aMeNÛISeN leS eSpoIRS de coMpRÉheNSIoN. È eN SecoNd lIeÛ devaN le coNoÛR aloRS INdISINc de MoN pRoje. La caMÉRa ajoÛaI eNcoRe â l’INQÛIÉÛde. CoMMeN peÛ-oN IMagINeR « eNReeNIR » ÛNe RelaIoN aloRS QÛe l’appaReIllage ech-NIQÛe RÉvèle â chaQÛe INSaN QÛe l’oN eS lâ poÛR pReNdRe ? îl S’agIRa BIeN SûR ÛN joÛR de ReNdRe. aIS ayMoNd AÛBRac poÛvaI lÉgII-MeMeN Se deMaNdeR QÛoI. oÛR l’heÛRe, ÛN œIl ÉcaRQÛIllÉ fixe ÛN coRpS QÛ’ÛN MIcRo-cRavae coNRaIN â ÛNe ceRaINe IMMoBIlIÉ. ŚeÛl le eMpS poÛvaI faIRe
1. GeoRgeS IdI-HÛBeRMaN,Quand les images prennent position, aRIS, dIIoNS de INÛI, 2009, p. 112-126.
13
ràYmOnD àubràÇ
oÛBlIeR e MoN IgNoRaNce e ce dISpoSIIf, e je Ne coMpe plÛS le NoMBRe de foIS où, eNcoMBRÉ d’ÛN pIed de caMÉRa e de MÛlIpleS SacS, j’aI gRavI leS NeÛf ÉageS QÛI coNdÛISeN â SoN appaReMeN. UN joÛR, apRèS avoIR SoNNÉ, ÛNe appRÉheNSIoN ÉRaNge S’eS glISSÉe daNS MoN eSpRI. L’aeNe N’avaI dÛRÉ gÛèRe plÛS loNgeMpS QÛe d’oRdINaIRe. Je SavaIS BIeN SûR QÛe oÛS leS MaINS ayMoNd AÛBRac RÉpoNdaI â SoN coÛRRIeR daNS SoN BÛReaÛ, ÛN coÛRRIeR Rop aBoNdaN â SoN goû MêMe S’Il eÛ ÉÉ aRISÉ d’eN RecevoIR MoINS. epÛIS deS aNNÉeS, SeS doIgS Ne RÉpoNdaN plÛS avec la vIeSSe SoÛhaIÉe, Il avaI aBaNdoNNÉ Sa MachINe â ÉcRIRe e RÉpoNdaI â la MaIN, avec ÛNe ÉcRIÛRe â la gRaphIe SIMple e paRfaIeMeN lISIBle. evaN la poRe MÛee, je SoNgeaIS QÛe MoN gÛIde daNS leS MÉaNdReS ÛMÛl-e ÛeÛx dÛ XX SIècle avaI RejoIN ce eRRIoIRe loINaIN QÛI poRaI le NoM de GRaNd Âge e QÛ’ÛN joÛR SeÛl le SIleNce Me RÉpoNdRaI. ÈNfiN, l’expReSSIoN RIÛelle QÛI M’INvIaI geNIMeN â la paIeNce eS veNÛe : « VoIlâ, voIlâ, voIlâ ! » È ceS RoIS MoS ÉaIeN coMMe ÛN SÉSaMe : la poRe S’oÛvRaI e, haBIllÉ d’ÛNe cheMISe fRache, el ÛN jeÛNe hoMMe â l’œIl pÉIllaN, Il Me eNdaI ÛNe MaIN oÛjoÛRSoÛveRe. Ce joÛR-lâ, j’aI SÛ QÛ’ÛNe SoRe de coMplIcIÉ e d’affecIoN S’ÉaI ÉaBlIe eNRe NoÛS. CoMplIcIÉ, affecIoN, aÛaN de MoS BIeN ÉloIgNÉS de cee dISaNce cRIIQÛe QÛI SeMBle gaRaNIR la valIdIÉ d’ÛNe RecheRche ScIeNIfiQÛe. ŚaÛf â peNSeR ÛNe choSe. L’affecIoN hÛMaNISe l’adMIRaIoN, elle ReNd pRofaNe, c’eS-â-dIRe acceSSIBle â oÛS, ce QÛI ÉaI SacRÉ. IeN SûR, le RISQÛe eS oÛjoÛRS gRaNd de SoMBReR daNS ÛNe SacRalISaIoN aveÛgle coMMe daNS ÛNe pRofaNaIoN deSRÛcRIce e NÛl Ne peÛ dIRe QÛ’Il eS â l’aBRI de ce daNgeR. Le loNg eMpS de NoS eNReIeNS M’a pRoÉgÉ, Me SeMBle--Il, d’ÛNe adMIRaIoN aveÛgle coMMe d’ÛN dÉSeNchaNeMeN aMeR. îl fallaI d’aBoRd eSSayeR de coMpReNdRe ce QÛI S’ÉaI paSSÉ, SaNS poÛRaN cÉdeR â la eNaIoN d’y MeRe ÛN oRdRe MoRIfèRe. ’eNReIeN eN eNReIeN, l’eNRepRISe pReNaN ÛNe oÛRNÛRe gaR-gaNÛeSQÛe, la SeÛle MaNIèRe d’eN ReNdRe coMpe deveNaI d’ÉcRIRe ÛN lIvRe. Ce oÛvRage ayaN eNfReIN la Règle d’oR QÛI coNSISe â placeR SoN « oBje » â ÛNe dISaNce elle QÛe l’oBSeRvaeÛR coNSeRve INace Sa capacIÉ cRIIQÛe, Il Ne peÛ S’agIR d’ÛNe BIogRaphIe. aR aIlleÛRS, MêMe SI NoS dIScÛSSIoNS coNSIÛeN la RaMe dÛ RÉcI, leS ÉclaI-RageS exÉRIeÛRS SoN Rop fRÉQÛeNS poÛR paRleR d’ÛN lIvRe d’eNRe-IeNS. ÈSSaI hISoRIQÛe ? ToÛe INeRpRÉaIoN coMpoRaN ÛNe paR
14
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.