Retour à Merleau-Ponty

De
Publié par

Maurice Merleau-Ponty, né en 1908, est mort brutalement en 1961, alors qu’il construisait une philosophie originale dont il ne nous reste que les prodromes. Saisissant l’occasion du centenaire de sa naissance, François-George Maugarlone revient sur les traces du philosophe foudroyé et tâche de reconstituer son horizon. En vérité, il entreprend même, avec brio, de saisir l’ensemble d’un système où Merleau-Ponty commence par réfléchir sur la perception, ce qui le conduisit à une nouvelle esthétique. Cézanne était pour lui aussi important que Husserl, les peintres nous en apprennent autant que les philosophes sur notre ancrage dans le monde. Merleau-Ponty, qui reconnaît sa place à la psychanalyse, débouche sur une conception renouvelée de la chair, dépassant les alternatives du sujet et de l’objet, de l’âme et du corps, de l’intellect et du sexe. Merleau-Ponty fut également engagé dans les combats politiques de son époque, qui le brouillèrent avec son ami Jean-Paul Sartre. Mais Sartre n’en fut pas moins terriblement affecté par la mort soudaine de son compagnon de jeunesse, son alter ego à plus d’un égard, et lui consacra un hommage magnifique. Maugarlone retrace cette difficile amitié qui est au cœur de la France intellectuelle du XXe siècle. Cet ouvrage est, à la fois, un « Eloge » et un « Retour à ». Il devrait lancer le débat qui ne manquera pas de s’imposer à l’occasion de ce centenaire.
Publié le : mercredi 7 novembre 2007
Lecture(s) : 29
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246726395
Nombre de pages : 112
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Maurice Merleau-Ponty, né en 1908, est mort brutalement en 1961, alors qu’il construisait une philosophie originale dont il ne nous reste que les prodromes. Saisissant l’occasion du centenaire de sa naissance, François-George Maugarlone revient sur les traces du philosophe foudroyé et tâche de reconstituer son horizon. En vérité, il entreprend même, avec brio, de saisir l’ensemble d’un système où Merleau-Ponty commence par réfléchir sur la perception, ce qui le conduisit à une nouvelle esthétique. Cézanne était pour lui aussi important que Husserl, les peintres nous en apprennent autant que les philosophes sur notre ancrage dans le monde. Merleau-Ponty, qui reconnaît sa place à la psychanalyse, débouche sur une conception renouvelée de la chair, dépassant les alternatives du sujet et de l’objet, de l’âme et du corps, de l’intellect et du sexe. Merleau-Ponty fut également engagé dans les combats politiques de son époque, qui le brouillèrent avec son ami Jean-Paul Sartre. Mais Sartre n’en fut pas moins terriblement affecté par la mort soudaine de son compagnon de jeunesse, son alter ego à plus d’un égard, et lui consacra un hommage magnifique. Maugarlone retrace cette difficile amitié qui est au cœur de la France intellectuelle du XXe siècle. Cet ouvrage est, à la fois, un « Eloge » et un « Retour à ». Il devrait lancer le débat qui ne manquera pas de s’imposer à l’occasion de ce centenaire.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les Confessions

de fichesdelecture

Gloire tardive

de albin-michel