Rose Croix : leur enseignement secret

De
Publié par

Vous pensez avoir fait le tour de toutes les religions et de tous les ésotérismes, vous croyez ne plus rien avoir à apprendre dans ces vieux grimoires du passé que sont les livres dits « sacrés » ? Ouvrez donc cet ouvrage et vous constaterez que la pensée moderne, sans rien renier de ses découvertes scientifiques, peut y trouver matière à réflexion et même s’y enrichir. Car ces textes du passé ne sont pas tous synonymes d’esprit réactionnaire et étroit. Tout dépend de l’usage que nous en faisons. Le lecteur libre et curieux peut même y découvrir un humour qui doit être aussi celui de Dieu.

Publié le : jeudi 1 janvier 2004
Lecture(s) : 47
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 2952340706
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LE CHEMIN DE LÉVOLUTION
ET LE SENTIER DE LINITIATION Luniversalité du « salut » Une des conséquences de la cosmogonie que nous venons de décrire semble être luniversalité du « salut ». En effet, de par lévolution et de ses mécanismes, il ny a pas dâme ou des-prit individuel qui puisse être le sujet dune damnation, soit dun exil définitif loin de la présence divine. Cela prendra plus ou moins de temps, mais tout le monde évolue, donc savance vers Dieu. Le coté négatif est labsence daccès immédiat à un « Paradis » où tous nos désirs seraient comblés pour léternité. Toutes ces vies à nen plus finir dans cet univers comprenant la souffrance, cela nous ravale en létat du « Juif Errant », lhomme qui avait été condamné à vivre éternellement sur terre pour avoir été particulièrement cruel envers Jésus-Christ lors de sa passion. Le Juif Errant est une légende évidemment, mais sa signification est profonde et est une préfiguration à la doctrine sur la réincarnation qui vient dêtre exposée. Tous les hommes et femmes daujourdhui ne sont pas ca-pables dadmettre ce qui semble bien pourtant être la réalité en cette matière, et si les religions des Poissons ont occulté cette doctrine, cest bien évidemment que leurs fidèles ne les y au-raient pas suivi. Cet enseignement constitue une méditation intéressante pour ceux qui sont prêt à laccepter, mais peut devenir un cauchemar pour les autres. Comme nous lavons déjà remarqué, nous ne sommes pas tous au même niveau dévolution, cest dailleurs une évi-dence. Pourtant les Rose-Croix enseignent quappartenant à la même vague de vie, nous avons commencé en même temps
292
notre cycle dans les mondes de la création. Les différences de niveau évolutif entre deux individus (quil ne faut pas prendre au tragique, car elles peuvent rapidement se rattraper) sex-pliquent par la plus ou moins grande attention que chacun de nous avons porté aux lois divines durant nos vies passées et au travail que nous y avons effectué (en somme que nous y avions été des élèves plus ou moins disciplinés). Avec la description de la création et de ses lois que nous venons dexposer, il peut sembler naturel quun Égo dont les vies passées ont été plus actives, soit plus habile (au moins dans un domaine) et sen sorte mieux quun autre, donc ai une vie plus agréable. La réciproque nest pas vraie dailleurs, car nous naissons pour assumer un destin et ce dernier peut être fort modeste. Dans chaque destin, il y a un mystère qui nous échappe et cest la raison pour laquelle lÉvangile nous interdit de porter des jugements sur autrui. Quoi quil en soit, il est de notre intérêt de hâter le processus évolutif dont nous faisons, de toutes façons, lobjet. Fidèles en de petites choses, il nous en sera confié de plus grandes comme nous le précise le Christ. Plus de responsabilités, ce nest peut-être pas le rêve de certains dentre nous, mais cest cependant le moyen de mener des vies plus intéressantes et enrichis-santes, davoir des positions sociales plus en vue, de disposer même dun « pouvoir dachat » plus grand. Toutes ces choses étant liées, que nous le voulions ou non. Ceux qui refusent cette croissance de lâme devront assumer davantage de vies difficiles, mais surtout ils devront tôt ou tard changer leur opinion quand ils ne se satisferont plus de leur médiocrité ni de leurs échecs. Cest le chemin naturel de lévolution, parcours rempli de détours, de pièges et dobs-tacles ; parcours soumis aux lois que nos avons exposées pré-cédemment, et que nous devons suivre quels que soient nos vouloirs et nos convictions. Les lois morales ou autres que nous avons décrites ne sont donc pas de simples souhaits, mais bien des réalités qui nous sont imposées de lextérieur. Se persuader que chaque individu peut se créer ses propres codes selon sa fantaisie est une grave erreur pourtant commune à notre époque. Croire en lexistence dune divinité qui nous est extérieure (transcendante diraient les philosophes) conduit à
293
admettre lobjectivité de lunivers créé et donc son indé-pendance par rapport à nos opinions individuelles. Que cet univers ait ses propres lois, cest lévidence, même en ce qui concerne le Monde Physique, puisque notre Science nous le montre par les résultats spectaculaires et éminemment pratiques de ses recherches. Il ny a donc aucune raison que les mondes spirituels en soient dépourvus. Quand à la négation de lexistence des mondes de lesprit, elle na guère de sens puisque nous nous servons justement de notre intel-ligence pour en nier la réalité. Nous avons déjà abordé assez longuement ce problème précédemment. Il résulte de ceci quil vaut mieux avoir une connaissance, même incomplète, des mondes supra-physiques et de leurs lois, plutôt que derrer en aveugle jusquà ce que lexpérience de la vie nous instruise. Nous pouvons ainsi orienter nos exis-tences, leur donner un sens, ce qui est moins évident si nous ne disposons daucun renseignement. Nous permettre cette démarche est le but même de la révélation. Savoir lacquérir pour en profiter au mieux, cest linitiation. Linitiation est donc un savoir dont nous avons donné quelques exemples dans cet ouvrage, mais cest avant tout une disposition desprit qui accepte le monde tel quil est tout en cherchant à le rendre meilleur par un travail personnel. Il faut dailleurs relativiser la puissance de laspect « savoir » des sciences occultes : les dons spirituels ne sont et ne peuvent être que des présents que nous accordent nos guides angé-liques dans le cadre dune mission particulière. En eux-mêmes, ils ne sont pas des gages de sainteté ou de « salut ». De même pour lunion mystique, ce contact si particulier que beaucoup dhommes éprouvent avec « un autre » sur le plan spirituel : de nombreux individus tout autour du monde et quelle que soit leur religion, passent leur vie en prière pour avoir de pareils moments « dillumination ». Or, pour précieux quils soient, ces instants de joie mystique ne nous font pas progresser spirituellement ; donc nous ne devrions même pas les rechercher. Nous verrons plus loin que nous les identifions même à une voie de perdition.
294
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.