//img.uscri.be/pth/05f6615204ffd117325c14947333344430ee6b58
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 17,25 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Sauvés ! Mais à quel prix ?

De
271 pages
Tous les persécutés de la terre doivent savoir qu'il ne faut jamais désespérer. Malgré la barbarie des nazis et la collaboration des traîtres, des Justes ont sauvé des Juifs en France: Robert et Edmond Mizrahi en témoignent. Ce livre retrace une tranche de leur vie, lorsque, après la déportation de leurs parents, ils furent contraints de devenir des enfants cachés, et furent ainsi sauvés.
Voir plus Voir moins

SAUVÉS!

Mais à quel prix?

2007 5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan I@wanadoo.fr

@ L'Harmattan,

ISBN: 978-2-296-03656-7 EAN : 9782296036567

HaÏm Mizrahi

SAUVÉS!
Mais à quel prix?
Récit de deux enfants cachés

L'Harmattan

En souvenir de : Mon père Mordéhay, Marcel Mizrahi mort en déportation à Auschwitz. Ma mère Estélla, Estelle Mizrahi morte en déportation à Bergen-Belsen. En remerciement à : Mon grand-père Haïrn Vitalis Algazy Ma grand-mère Sétoula, Victoria Algazy qui m'a élevé et a fait de moi ce que je suis. Par gratitude envers: ~ Paulette, René et Gaby Bertrand qui m'ont sauvé avec mon ftère Robert des griffes de la Gestapo à Marseille. - Antoine et Henriette Laybros qui m'ont gardé durant dix huit mois à Aurillac pendant la guerre. Tous les cinq ont reçu la Médaille des Justes parmi les Nations remise par l'État d'Israël.
~

Philippe et Yvonne Tête qui ont gardé

mon ftère Robert Mizrahi durant dix huit mois à Aurillac, pendant la guerre.

~

Tous deux ont reçu la Médaille des
Justes panni les Nations remise par l'État d'Israël.

Par amour pour ma femme:
~

Aline Déborah Mizrahi.

Pourl'avenir

de:

- Mes fils Daniel et Marc David Mizrahi. - Mes huit petits-enfants. - Toute ma descendance future.

REMERCIEMENTS

Je remercie mon épouse Aline Déborah, mes fils Daniel et Marc David, ainsi que ma belle-fille Brigitte pour leurs conseils et le soutien qu'ils m'ont apportés pour la rédaction de ce livre. J'adresse mes remerciements chaleureux à monsieur le Grand-Rabbin Georges Haïk qui a trouvé le temps de lire l'intégralité du livre pour vérifier, si dans le domaine religieux, tous mes propos sont conformes à la tradition que nos Maîtres nous ont transmise depuis MoIse jusqu'à nos jours. Je tiens aussi à remercier profondément Juliette et André Lichtenstein qui avec patience et minutie ont bien voulu lire ce livre et me donner leurs conseils.

INTRODUCTION

Depuis quatre mille ans que le monde civilisé existe et que notre ancêtre Abraham est devenu le premier monothéiste, nous ses descendants, les Hébreux, les Juifs, les Israélites, les Sionistes, les Israéliens, quel que soit le nom que l'on nous ait donné au cours de l'histoire, nous avons toujours été au centre de l'actualité: Pourquoi? Lorsque j'ai voulu répondre à cette question, j'ai pris conscience de sa complexité. Le Passé, le Présent, l'Avenir, toute l'histoire du peuple juif n'est qu'un long écheveau de laine que je ne pourrai jamais tirer jusqu'à sa fin. Je savais que je ne devais pas oublier le passé de peur d'avoir à le revivre un jour, car toute l'histoire de mes ancêtres ne fut qu'une immense Vallée des Pleurs. J'ai donc voulu écrire ce livre pour toutes les femmes et pour tous les hommes intelligents et de bonne foi qui, à un moment donné de leur vie, sont capables de faire table rase de tout ce qu'ils ont appris et de se remettre en question. Je pense que dans leur subconscient et dans leur mémoire génétique, est gravé d'une manière indélébile, l'enseignement du mépris, qui a pour but de diaboliser le Juif pour mieux le marginaliser, puis le détruire, en l'affublant du nom de Grand, ou de petit Satan.

Cet enseignement est si fort qu'il y a des Juifs honteux qui veulent prendre sur eux tous les péchés du monde, et ils sont arrivés à avoir la haine de soi. Le Nazisme n'a pas été créé par génération spontanée. Par son silence, le monde est coupable et chacun doit faire face à ses responsabilités. Il ne faut pas que l'humanité oublie les six millions de Juifs assassinés que les négationnistes veulent tuer une seconde fois. Ne dites surtout pas: « Cela ne reviendra pas ! », car s'il est vrai que rien ne peut être comparé à la Shoah, les génocides n'ont pas manqué depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale atteignant le centre de l'Europe, l' ex~Yougoslavie. J'ai voulu aussi, écrire ce livre pour tous les déshérités de la terre qui, se trouvent face aux difficultés de la vie, et qui pensent ne pouvoir jamais sortir du gouffre où ils se trouvent: soit qu'ils sont nés dans un pays, dans une ville, ou dans un quartier défavorisé, soit qu'ils se sentent rejetés par le racisme ou l'antisémitisme. Je voudrais que mes enfants, mes petits-enfants, toute ma descendance, ainsi que tous mes ftères, n'oublient jamais l'histoire que nous avons vécue, et l'enseignement de nos pères. Mon désir le plus profond est que tous les jeunes et les moins jeunes, puissent entrer ou repartir dans la vie d'un bon pied, armés le mieux possible, grâce à l'enseignement du passé que j'ai reçu de mes maîtres, de mon grand-père, et de ma grand-mère qui, m'a élevé avec mon ftère, après la déportation de nos parents qui furent déportés, envoyés dans les camps d'extermination nazis, 6

où ils ont été assassinés, alors que je n'avais que neuf ans. Ainsi ils ne seront jamais surpris et désorientés, dans le monde hostile ~t agressif qui les entoure, ils seront capables de surmonter les obstacles qu'ils trouveront sur leur chemin, à condition que la volonté ne leur fasse jamais défaut. Ils pourront continuer à faire partie de la minorité, forte et courageuse de ceux ou celles qui ne se sont pas noyés dans l'assimilation au sein des nations. Grâce à l'intelligence que l'enseignement de la Thorah leur aura permis d'acquérir, ils trouveront la sagesse et sauront que l'amour de soi-même est indispensable pour aimer son prochain comme soimême. Ils ne devront jamais oublier que la justice ne doit pas être fluctuante, en fonction des époques, des pays ou des lieux où ils vivront, qu'elle doit être égale pour tous, pour le pauvre comme pour le riche. Ainsi ils trouveront l'harmonie dans leur vie et ils vaincront en toute circonstance. Mais ils doivent savoir aussi que le plus grand des combats devra être sur eux-mêmes. La manière dont ils agiront sera le fondement de toute leur vie. Ils devront être irréprochable dans leurs comportements pour être heureux sur la terre, sans altérer l'âme pure que l'Étemelleur a donnée.

7

I LE BIG-BANG

10 Lettre à José 20 La réponse de José

1° LETTRE À JOSÉ

Marseille, le 1eraoût 1939

José Mizrahi Gran casa de Puntillera Larrea 453 V.T. 47. cuyo 2373 Buenos Aires Argentine

Mon cher ftère José.

Je t'écris car j'ai l'impression qu'une énergie immense a jailli, partant d'une molécule infime du cerveau de Hitler, et qu'ensuite, sous l'effet d'une thermodynamique, un nouvel univers vient de naître. Cet univers va grandir comme une spirale, dans un équilibre instable, dévastant tout sur son passage,

Lettre à José

essayant de donner au monde de nouvelles lois de la sélection, basées sur les assises d'une morale humaine, au goût de l'heure présente. Cette morale prétend prouver qu'elle pourra changer l'évolution de la vie. Albert Einstein, certainement le plus grand génie du XXo siècle, a obtenu le Prix Nobel en 1922, pour ses travaux sur la relativité qui ont bouleversé les théories de Newton, sur l'espace, le temps et la gravitation. Il a gardé en lui, comme tout juif, la connaissance de l'unité divine, et il dit: « Dieu ne joue pas aux dès. » Croire que cette évolution est due à la rigide dualité entre le hasard et la nécessité est un leurre. Mon cher fIère, chaque pensée, chaque parole et chaque acte de l'homme ont une incidence terrestre et cosmique. Durant la crise économique de 1929, il Y a eu une concentration d'énergie refoulée dans le cœur des hommes. Mais étant donné qu'aucune énergie ne se perd, lorsque la puissance en un seul point fut trop forte, une explosion fantastique éclata. Les possibilités de transformation de cette énergie en mal ont des limites, mais la concentration fut si grande que nous n'en connaissons pas leur importance. C'est la succession des instabilités, dans le domaine historique de l'économie, dans le domaine physique des lois organiques qui régissent le monde, dans 12

Lettre à José le domaine moral où l'amour et la justice sont bafoués, dans le domaine spirituel où l'intelligence et la raison sont entre les mains d'un fou, qu'apparaît aujourd'hui un monde nouveau: Le nazisme. Toutefois, il s'agit d'un univers humain et non divin et j'ose espérer qu'obligatoirement, sous l'effet de l'intervention du milieu extérieur, les États Unis d'Amérique en particulier, l'Europe pourra retrouver son point d'équilibre initial: L'harmonie. Cet univers qui naît et qui désorganisera progressivement toute la société, ne pourra pas, malgré tout aller contre la direction unique du temps, qui est irréversible: Le respect du droit et la pratique de la justice. (1) Mais ici en Europe, je me trouve au point d'où jaillit toute cette énergie malfaisante, j'ai l'impression d'être au milieu d'un feu brûlant. C'est pour cette raison que je te demande de bien vouloir m'aider. Comme tu le sais, après la mort de papa et de maman, je suis parti de Constantinople à l'âge de seize ans, avec mon passeport turc daté du 19 mai 1924. En effet après que l'Empire Ottoman eut été dépecé par les Occidentaux et les accords gréco-turc du 30 janvier 1923 qui prévoyaient l'échange des populations des deux pays, 1 500 000 Grecs, quittèrent la terre de leurs afeux, une terre où ils vivaient depuis des millénaires et près d'un demi million de Turcs furent rapatriés en Turquie, qui n'était plus un empire aux prétentions internationales, encore moins une confédération de peuples. C'était pour la première fois qu'un État était fondé sur une ethnie. Il 13

Lettre à José se voulait turc, il se sentait turc, il était dirigé par des Turcs, pour des Turcs. (2): En conséquence, je n'avais plus rien à faire dans ce pays. Les 1 500 000 Grecs se sont intégrés chez leurs :&ères,et les 500 000 Turcs ont fait de même. Quant à moi, je suis parti. Je suis arrivé en France le 2 juin 1924 ; r avais un visa pour l'Espagne délivré le 20 mai 1924 par le consulat d'Espagne en Turquie, mais je me suis arrêté en France, car notre :&ère Albert y vivait déjà et il m'a recueilli à Marseille. J'ai demandé par la suite la nationalité :&ançaise, car mon épouse Estelle r avait par filiation. Mais je ne l'ai pas obtenue, comme la grande majorité des étrangers qui l'ont demandée ces dernières années, en raison de la crise économique. Étant donné que je n'ai pas renouvelé mon certificat de nationalité turque, après le 18 septembre 1924 au Consulat de Turquie à Marseille, car je n'avais pas d'argent pour cela, aujourd'hui, je suis apatride. De surcroît, il est mentionné en toutes lettres dans les instructions du certificat de nationalité turque que: Les Consuls refuseront leur protection à tout sujet qui sera dépourvu de son certificat de nationalité. De plus, cette contravention donnera lieu à des amendes. Donc personne ne me viendra en aide si le nazisme se propage en France. 14

Lettre à José Ma femme et mes enfants sont ftançais, mais moi, que suis.je ? Un étranger, un métèque et dans n'importe quel pays au monde, je ne serai qu'un étranger; alors, je préfère être un étranger dans un pays en paix où je retrouverai l'harmonie au sein de l'unité familiale, plutôt que de rester en tant que métèque, dans un pays qui comme je te l'ai dit, est pour moi un feu brûlant, et d'oùje ne sais si j'en sortirai vivant, à la suite d'une guerre imminente. Depuis l'Affaire Dreyfus, la haine engendrée contre nous, les Juifs, par la propagande antisémite, est restée dans le cœur des gens de génération en génération, jusqu'à la nôtre. L'antisémitisme nazi qui prend ses sources dans deux mille ans de christianisme, va attiser les flammes du foyer qui couve. De ce fait les Juifs de France comme ceux d'Allemagne, ont peur de dire qu'ils sont Juifs: Que faire? Il y a deux mille ans, le Grand Hillel disait déjà: « Si je ne suis pas pour moi, qui le sera? Et si je suis pour moi, qui suis.je ? Et si ce n'est maintenant, quand? » (6) Je n'ai, en ce qui me concerne, qu'une chose à faire, c'est préserver la vie de mes enfants, celle de ma femme et la mienne; je dois respecter l'ordre des priorités; l'homme doit d'abord préserver sa famille, ensuite la communauté de sa ville, son pays et si possible, l'humanité entière. Mais puisque je n'ai pas de pays, pourrais-tu me recevoir chez toi à Buenos Aires et me 15

Lettre à José

prêter l'argent pour que je puisse payer mon voyage, ainsi que celui de ma femme Estelle et de mes deux enfants, Robert et Edmond? Dès que j'aurais trouvé du travail en Argentine, je te rembourserai. Mon cher frère José, je te remercie d'avance et je t'embrasse très fort ainsi que toute ta famille.

Marcel

16

.:~\

~,

~iH] i

l~l;.
~; ;-:':: ,: -'"

H !tU1:
,
,

Hd!
00:2

':'." "~

..' o:x",s

<
.

~

~

~"$~]~:~
t: ,",.0; '" "

0:

1. Passeport

2. Passeport

,,'f;::""<'l---"""
~j?
;

,
.:.

!~1
i
l

.

~

~\

1

. ;$-:!"( \Ii

~~ ~ to
\

!
'

''' I~,
I

1

\

\ j ,
'

.e:.J ...J -'

i\
,J

\.

,J'

'"
"<\.

i/
., . i' .'

\.

.\

-, \

~.

\.
..

d

"

,."

~

~

.'

1,

~Ç);>t;~
.

,~~
.

~

t;~J4~
.~
.

~i
ff~
~.,.

~

-

~I' t~t::~~~ J.i(~!
"t~

.~ ,.,.:,.,..,y' 'f . " yi ~ ~ '0" M'i' l"" ; ,/,' ".p..", ~t~--r:; 'tA t~ ,. '5,:~>.'..::;;.~;::1 .".0 :4i<~ . ._ 1 ", ., ".'. \"" ; j ! ',\ "",.." y!(,./(,,'j
;"':

i~~'it~ ~'C:,: ":1"
":
..':..

:P~~ «,
\
\

",~,\
,
\
~

"

....,

'

Z,~ .~ ,,( \) .' '," "i ","'i'" .. .. ,~. , . ~,: \ , ",~"r" "~foi , 0;: <:: '"' ... y~' ",;; " ' t;; CI j
.

~
.

'

.

.

..

\' ? ."
.

\

0

.

,>\",,',

\~5'. 'd"..

,'.

\

!.

i '-d'

,"

'

;t"'t+,ii,:i
.

. ,

\J

,~

'

-~-

.~

-'.t

~~..,
~.;-. ,~ ~J,
'..;' ','
" ~',

~

.!

/-

~

~
..
~~
..~

.

.:

. ~ ~

\\

" ~~
.
...... ;

~.'.~ ~l.~.~

,\ ' ,; ., <.:\ ~. ~-'/ \:\' .,' ~ \: "..~.\,. '\. .) ':' .' ;', \ ;.f'''.j~,
'\))."':'~" ~

e"

,~\
\ .

..~

. ..:~ ."j ," ti
.

~_..~~~ \\ "',

" -=-_:_.~_.~.~

,-

,

3, Passeport

2° LA RÉPONSE DE JOSÉ

Par retour du courrier, après l'envoi de la lettre datée du 1er août 1939, de mon père à son ftère José, sa réponse nous arrivait d'Argentine. L'enveloppe que me donna le facteur était blanche. Il y avait en haut, à droite, le dessin d'un tigre encadré par les mots: El tigre deI once et dessous, en gros caractères: JOSÉ MIZRAHI Le timbre sur l'enveloppe représentait l'Amérique du Sud, en blanc, sur un fond d'océans, avec en surimpression l'Argentine de couleur marron. La valeur du timbre était de un peso. Je montais deux à deux les marches de l'escalier pour arriver au premier étage, fier d'avoir en ma possession, ce que je considérais comme un trésor, avec un grand fi Tf1. Je détenais entre mes mains, le nouveau monde, tout entier. Souvent, je parlais à mes camarades, de mon oncle d'Amérique, comme s'il s'agissait d'un surhomme, car pour nous, il avait fait fortune, là-bas. Un de mes amis dont les parents étaient originaires de Barcelonnette, avait lui aussi, un oncle en Amérique, au Mexique. Nous faisions tous deux figure de privilégiés,

La réponse de José auprès des autres enfants du quartier, car l'Amérique avait l'auréole du continent où l'or coulait dans les rivières. Un jour, grand-père qui m'entendit parler ainsi de surhomme, me dit: « Mon fils, l'homme ne peut être un surhomme; il y a des inégalités de nature, les gens peuvent être plus petits ou plus grands, certains sont plus intelligents que d'autres, mais aucun ne peut être un surhomme. À toutes les époques il y a eu des hommes qui ont voulu être des surhommes, au point de se comparer à Dieu, et d'essayer d'en effacer le nom. Pour ce faire, ils ont développé le culte de la personnalité, et la haine de l'Éternel. Pour justifier cette haine, une personne a écrit un jour sur un mur, cette phrase du philosophe allemand Friedrich Nietzsche, qui est mort en l'an mil neuf cent: Dieu est mort. Signé Nietzsche. Dessous, un passant a ajouté: Nietzsche est mort Signé Dieu. (1) Le premier homme qui au cours de notre histoire ait voulu être Dieu, c'est le roi Nemrod, en Mésopotamie. Comme Hitler aujourd'hui, tous les dictateurs veulent que les gens se prosternent à leurs pieds. Notre patriarche Abraham refusa de reconnaître le roi Nemrod, comme Dieu; alors ce roi le jeta dans une fournaise, mais Abraham en sortit vivant. Son ftère Haran,

22

La réponse de José qui était un impie avait dit: « Si Abraham réchappe de cette fournaise, alors je me joindrai à lui, et je croirai en l'Éternel; par contre s'il meurt, je continuerai à adorer le roi Nemrod. » Lorsque Haran vit que son fIère était sorti de la fournaise sain et sauf, il dit qu'il adorerait l'ÉTERNEL; alors le roi Nemrod le jeta au feu à son tour et il mourut. » Grand-père insista sur ces mots: « Dieu ne fait pas des miracles évidents tous les jours, sinon où seraient notre libre arbitre et le mérite de l'homme? » Mon père fit cette remarque: « Combien d'entre-nous, sortiront-ils vivants, de la fournaise de Hitler? » Dans la longue liste des rois et des dictateurs qui se prenaient pour Dieu ou le Soleil, il y a eu Louis XIV qui institua le culte de la personnalité. Il se fit peindre, en habit de parade debout, l'air martial, le sceptre à la main. Le tableau fut reproduit des centaines de fois et envoyé dans les villes de France. Mais notre siècle a les plus beaux fleurons qu'ait connu l'humanité depuis sa création: Hitler, Mussolini, Staline, Franco, et ce n'est pas tout. Qu'ils soient de droite ou de gauche, les dictateurs ne se maintiennent au pouvoir, que grâce à l'oppression sur leurs peuples, à des camps de concentration, à la torture et à la liquidation des opposants à leurs régimes; le fascisme est le seul moyen pour eux de gouverner, en bafouant les libertés, au nom de l'ordre, de la race, de l'économie, du prolétariat, de la religion. 23