Tant et plus !

De
Publié par

Quel usage fait-on de notre argent ? Dans la France de 1992, la question vaut 3 000 milliards de francs. Chaque habitant de ce pays verse, en moyenne, 55 000 francs par an sous forme d'impôts et de cotisations, il est en droit de vérifier que de telles sommes sont dépensées à bon escient. François de Closets a mené l'enquête. De l'avion de combat Rafale à l'avion spatial Hermès, de l'Opéra-Bastille à la Sécurité sociale, des palais de Région aux administrations improductives, de la guerre des images aux associations budgétivores, il nous fait pénétrer dans ce monde de l'argent facile qui est aussi celui de la dépense irresponsable. L'auteur de Toujours plus ! qui, il y a dix ans, avait fait découvrir la France des privilèges, nous révèle aujourd'hui celle du gâchis, de la gabegie, du clientélisme. Lorsque la dépense tient lieu de politique, lorsque les augmentations des budgets sont brandies comme des bulletins de victoire, ce n'est plus de gaspillage qu'il faut parler, mais de pillage. Nous en sommes là. François de Closets nous rappelle que la démocratie, ce n'est pas seulement le respect des libertés individuelles, mais aussi celui de l'argent public. De notre argent.

Publié le : mercredi 8 avril 1992
Lecture(s) : 37
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246464891
Nombre de pages : 416
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Quel usage fait-on de notre argent ? Dans la France de 1992, la question vaut 3 000 milliards de francs. Chaque habitant de ce pays verse, en moyenne, 55 000 francs par an sous forme d'impôts et de cotisations, il est en droit de vérifier que de telles sommes sont dépensées à bon escient. François de Closets a mené l'enquête. De l'avion de combat Rafale à l'avion spatial Hermès, de l'Opéra-Bastille à la Sécurité sociale, des palais de Région aux administrations improductives, de la guerre des images aux associations budgétivores, il nous fait pénétrer dans ce monde de l'argent facile qui est aussi celui de la dépense irresponsable. L'auteur de Toujours plus !
qui, il y a dix ans, avait fait découvrir la France des privilèges, nous révèle aujourd'hui celle du gâchis, de la gabegie, du clientélisme. Lorsque la dépense tient lieu de politique, lorsque les augmentations des budgets sont brandies comme des bulletins de victoire, ce n'est plus de gaspillage qu'il faut parler, mais de pillage. Nous en sommes là. François de Closets nous rappelle que la démocratie, ce n'est pas seulement le respect des libertés individuelles, mais aussi celui de l'argent public. De notre argent.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.