Tristan Corbière

De
Publié par

Depuis Verlaine, quelques poètes ont eu le redoutable privilège d’être appelés "maudits". Mallarmé, Rimbaud, Corbière se sont vus décerner un pareil titre. Les deux premiers ont hardiment franchi la barre de cette malédiction imposée. Tristan Corbière, quant à lui, n’a pas eu la même chance. Laissé pour compte malgré son unique et admirable recueil des Amours Jaunes, qu’il appelait son "monstre de livre", il attend encore pour sortir de l’ombre, malgré la renommée de son œuvre dans les pays de langue anglaise et italienne. Une seule biographie le concernant, celle de René Martineau, publiée en 1905 et rééditée augmentée en 1925, a tenté de recomposer les phases mal connues de son existence. Nul, depuis, n’a tenté de lui donner plus de réalité. Et, de fait, que dire d’un homme, né en 1845, dont ne restent que quatre lettres pour connaître un peu les douze dernières années de sa vie? C’ est pourtant ce qui fut tenté avec ce Tristan Corbière du XXIème siècle qui, combinant documents, manuscrits, peintures et photographies, affiliant les intuitions, poursuivant des voies inusitées ou méconnues, tirant le fil des poèmes et recréant les voyages, en est venu à prendre l’importance que l’on voit, tout en décrivant la plus surprenante découverte: trente pages inédites, dessins, gouaches, vers et proses de l’album Louis Noir. Voici donc un Corbière autant parisien que breton, autant fils à papa que bohème de chic, autant peintre que poète, un autre décidément, pourvu de cette vie à peu-près dont il n’a jamais caché qu’il la voulait ainsi, style plus que contenu, cabotage, cabotinage et grand large. "Ouvrage publié avec le concours du Centre national du livre"
Publié le : mercredi 18 mai 2011
Lecture(s) : 35
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213665177
Nombre de pages : 532
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Depuis Verlaine, quelques poètes ont eu le redoutable privilège d’être appelés "maudits". Mallarmé, Rimbaud, Corbière se sont vus décerner un pareil titre. Les deux premiers ont hardiment franchi la barre de cette malédiction imposée. Tristan Corbière, quant à lui, n’a pas eu la même chance. Laissé pour compte malgré son unique et admirable recueil des Amours Jaunes, qu’il appelait son "monstre de livre", il attend encore pour sortir de l’ombre, malgré la renommée de son œuvre dans les pays de langue anglaise et italienne. Une seule biographie le concernant, celle de René Martineau, publiée en 1905 et rééditée augmentée en 1925, a tenté de recomposer les phases mal connues de son existence. Nul, depuis, n’a tenté de lui donner plus de réalité. Et, de fait, que dire d’un homme, né en 1845, dont ne restent que quatre lettres pour connaître un peu les douze dernières années de sa vie? C’ est pourtant ce qui fut tenté avec ce Tristan Corbière du XXIème siècle qui, combinant documents, manuscrits, peintures et photographies, affiliant les intuitions, poursuivant des voies inusitées ou méconnues, tirant le fil des poèmes et recréant les voyages, en est venu à prendre l’importance que l’on voit, tout en décrivant la plus surprenante découverte: trente pages inédites, dessins, gouaches, vers et proses de l’album Louis Noir. Voici donc un Corbière autant parisien que breton, autant fils à papa que bohème de chic, autant peintre que poète, un autre décidément, pourvu de cette vie à peu-près dont il n’a jamais caché qu’il la voulait ainsi, style plus que contenu, cabotage, cabotinage et grand large. "Ouvrage publié avec le concours du Centre national du livre"
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Siegfried Follies

de tabou-editions

Siegfried Follies

de tabou-editions

Carver en v. o.

de le-nouvel-observateur