//img.uscri.be/pth/e006963cd272fba397dfde68bb1d3bc901d32bad
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Un autre Houphouët

De
130 pages
Dans ce livre, le professeur Edmond Bertrand, qui a rencontré de très nombreux malades dont le président Félix Houphouët-Boigny, rapporte des faits observés et des paroles entendues au cours d'échanges le plus souvent impromptus. Extérieur au système social et politique local, il fait apparaître des aspects peu connus de la personnalité humaine du président. Témoin naïf diront certains mais témoin sincère qui révèle "un autre Houphouët", caché le plus souvent derrière l'homme politique.
Voir plus Voir moins

Edmond Bertrand
Un autre
Houphouët
Chroniques de son médecin Un autre
Dans son long parcours africain, le professeur Edmond Bertrand a
rencontré de très nombreux malades, des plus modestes aux dirigeants les Houphouët
plus distingués. Parmi eux, le président Félix Houphouët-Boigny a été à
l’origine d’une relation personnelle poursuivie pendant plus de vingt ans.
Chroniques de son médecinDans ce livre l’auteur rapporte simplement des faits observés et des
paroles entendues au cours d’échanges le plus souvent impromptus.
Par touches successives et diverses, le professeur Edmond Bertrand fait
apparaître des aspects peu connus de la personnalité humaine du président
Houphouët. Il a été un témoin attentif et très intéressé, mais extérieur au
système social et politique local. Témoin naïf diront certains, mais témoin
sincère qui révèle « un autre Houphouët », caché le plus souvent derrière
l’homme politique.
Le professeur Edmond Bertrand a exercé la médecine en
Afrique pendant 32 ans, de postes isolés au Cameroun et à
Madagascar jusqu’au CHU d’Abidjan. Agrégé du service
de santé des armées, puis agrégé de l’université française et
expert de l’OMS, il a été doyen de la faculté de médecine
et directeur de l’Institut de cardiologie d’Abidjan. Il revint
en France comme professeur à Marseille. Il est membre de la commission des
maladies tropicales de l’Académie de médecine.
ePhotographie de 1 : aparté à Yamoussoukro (1987) ;
ede 4 : l’auteur reçoit le président Houphouët à l’ouverture
ePhotographie de 1 : l’auteur reç des Journées médicales de la faculté de médecine
au cours des Jour d’Abidjan.
ede médecine d’Abidjan ; de 4 : apart
à Yamoussoukro (1987).
ISBN : 978-2-343-05120-8 ISBN : 978-2-343-05120-8
13,50 e 13,50 e
Edmond Bertrand
Un autre Houphouët





Un autre Houphouët




Edmond Bertrand



Un autre Houphouët
Chroniques de son médecin
































Du même auteur

Urgences médicales en Afrique, Ed. Doin, 1973 et 1984
Précis de Pathologie cardiovasculaire tropicale, Ed. Sandoz, 1979
Urgences cardiovasculaires, Ed. Frison-Roche, 1992
Hypertension artérielle des populations originaires d’Afrique
Noire, Ed. Pradel, 1995 , Ed. AUF-estem, 2005

Conférences dédiées 2000-2014
L’olivier, arbre de vie
Le sel, vital ou mortel
Le café, bénéfique ou maléfique
Le chocolat, gourmandise ou médicament
L’abeille, le miel et l’homme
Les aspects médicaux de la colonisation française
eA l’Hôtel-Dieu au XIX siècle : médecins, malades et médicaments












© L’Harmattan, 2015
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-05120-8
EAN : 9782343051208
Je dédie ce livre aux médecins évidemment mais aussi aux
internes, aux infirmier(e)s, aux secrétaires et aux
personnels qui m’ont apporté leur aide précieuse et
indispensable à l’Hôpital, à la Faculté de Médecine et
particulièrement à l’Institut de Cardiologie d’Abidjan.
Sommaire

INTRODUCTION.……………………………….……… 11
AVERTISSEMENT .......................................................... 13
VOIR PLUS LOIN ............................................................ 15
LES ANCIENS DE DAKAR ............................................ 17
A L’HOPITAL .................................................................. 19
APPENDICITE……………………………………….…..21
UNE HISTOIRE DE CŒUR ............................................. 23
UN BON MALADE .......................................................... 25
FORMER DES MEDECINS 27
A CŒUR OUVERT………………………………………29
UN JOURNALISTE ETONNE ......................................... 31
ON NE FAIT PAS LA QUETE ........................................ 33
LE GUERISSEUR ............................................................. 35
JE LE SOIGNAI, DIEU LE GUERIT ............................... 37
VENEZ A LA MAISON ................................................... 39
MISSIONS MEDICALES ................................................. 41
PATERNALISTE ? OH OUI ............................................ 43
JE NE LE CONNAIS PAS ................................................ 45
LES VIEUX ET LES VIEILLES ...................................... 47
LE SAGE ET LE PRESIDENT ......................................... 51
LES RICHES ET LES PAUVRES .................................... 53
LE PAYSAN ..................................................................... 57
LE VILLAGE ET LA VILLE ........................................... 61
LE VIEUX SENEGALAIS ............................................... 63
PANAFRICAIN ? ............................................................. 65
REALISME ....................................................................... 67
CONSENSUS ET DEMOCRATIE ................................... 71
LA PRISON - LA JUSTICE ............................................. 73
MONOGAMIE ? ............................................................... 75
OBSEQUES ET TRADITIONS ........................................ 77
A PROPOS D’UNE GREVE DES ETUDIANTS……… . 79
DES ENFANTS BIEN ELEVES ...................................... 81
UN REVOLUTIONNAIRE ? ............................................ 83
9 LES BUREAUX PARTERRE .......................................... 85
LE SPORT ......................................................................... 87
LE CIRQUE, LES MATHS ET LE RUGBY .................... 89
LES EXPERTS .................................................................. 91
LES HOMMES OU LES ANIMAUX .............................. 93
LE PETROLE ET L’EAU ................................................. 95
AMERICAINS, ANGLAIS ET RUSSES ......................... 97
SENGHOR ET HOUPHOUËT ......................................... 99
LE RESPECT 101
LA BASILIQUE .............................................................. 103
LA COLONISATION ..................................................... 105
HISTOIRE DE COOPERANT ........................................ 109
VOUS M’AVEZ OUBLIE .............................................. 111
MAUX ET MOTS DE MINISTRES ............................... 113
BREVES DE POLITIQUE 115
DERNIERE RENCONTRE ............................................ 117
CLIN D’ŒIL ................................................................... 119

L’AUTEUR ..................................................................... 12










10 INTRODUCTION
J’ai eu l’honneur et la chance d’approcher le président Félix
Houphouët BOIGNY pendant plus de 25 ans. Je n’ai pas été le
médecin attaché quotidiennement à sa personne. En effet, j’avais
par ailleurs une mission d’Enseignement et de Soins qui était,
pour lui et pour moi, tout à fait prioritaire. En revanche, j’ai
coopéré, chaque fois que nécessaire, avec ses médecins
personnels, confrères ivoiriens compétents, dévoués et discrets.
J’étais une sorte de consultant permanent.
Ces nombreux contacts m’ont permis de rencontrer un
homme simple ayant une expérience extraordinaire de la vie.
D’une petite voix nasillarde, il donnait des explications parfois
déroutantes parce qu’elles résultaient d’une culture africaine
profonde, d’un parcours politique exceptionnel et d’une
connaissance étonnante des hommes. Dans ces conditions, les
entretiens avec le président Houphouët BOIGNY étaient toujours
intéressants, notamment parce qu’il dégageait des horizons
inattendus.
Ces entretiens étaient parfois de longs monologues en réponse
à quelques rares questions qu’il m’est arrivé de poser ; en ce cas,
il rappelait avec clarté des faits anciens expliquant la situation
présente. On peut le comparer à un joueur de tennis qui vient en
arrière au fond du court pour se saisir de la balle et la renvoie
exactement à l’endroit visé. Beaucoup plus souvent, ses
remarques intervenaient dans des conversations fortuites.
J’ai été très touché par la qualité des relations que ce
président, médecin de la célèbre Ecole de Médecine de Dakar,
entretenait avec les malades.
Que le patient soit un personnage important ou un modeste
paysan, il suffisait qu’il le connaisse ou qu’il ait fait appel à lui
pour qu’il s’intéresse à son cas et en suive l’évolution.


Evidemment, je ne parlerai pas de la santé du président
Houphouët BOIGNY. Jamais il ne m’a demandé le secret, mais
il savait qu’il lui était acquis comme il l’était pour tous mes
malades. Evidemment encore, je ne parlerai pas des problèmes
politiques pour lesquels je n’ai aucune expérience et peu de
connaissances. Je ne peux pas et ne veux pas faire le portrait de
l’Homme historique, du fondateur du Rassemblement
Démocratique Africain luttant pour l’indépendance, du Député
de Côte d’Ivoire, du Ministre Français, du président de la Côte
d’Ivoire indépendante, du leader politique qui s’est imposé en
Afrique et dans le monde.
Je souhaite simplement rapporter des paroles et des faits que
j’ai personnellement entendus ou observés pour que cet homme,
dont le Général de Gaulle disait qu’il était exceptionnel, soit un
peu mieux connu. A partir de touches nombreuses et diverses,
j’ai essayé de faire apparaitre l’Homme qu’il était et que cachait
souvent sa stature politique.
C’est simplement la part de vérité d’un observateur intéressé
mais extérieur au système social et politique local. J’étais, en
effet, professeur de l’Université Française, détaché à Abidjan en
service de Coopération. Je suis revenu en France en 1989, en
accord avec le président Houphouët, pour occuper un poste de
professeur de Cardiologie à la Faculté de Médecine de Marseille.
Je dois dire que ce retour n’a pas interrompu mes rencontres avec
le président.
Edmond BERTRAND