Un couple libre

De
Publié par

Nés à Paris, « enfants de la Deuxième Guerre mondiale », précocement socialistes, Guy et Régine se sont rencontrés en 1959, et se sont épousés en 1961. Ils vivent ensemble depuis cinquante-quatre ans, non sans orages, mais toujours avec un grand respect mutuel et une étonnante liberté sexuelle sans adultère. Qu'y avait-il de commun au départ entre la fille concrète, active, féministe, et l'intellectuel, passif, masculin ? Guy et Régine donnent à comprendre et à deviner dans cet ouvrage vivant.
Publié le : mardi 1 décembre 2015
Lecture(s) : 2
EAN13 : 9782336397788
Nombre de pages : 110
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Régine Dhoquois-Cohenet Guy Dhoquois
Un couple libre Autobiographie conjointe
L'amour n'eSt pâs Un cadEnàŝ
Un couple libre
Régine DHOQUOIS-COHENet Guy DHOQUOIS
Un couple libre
Autobiographie conjointe
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07682-9 EAN : 9782343076829
Pour Anne et Félix
« L’existence d’autrui en tant                
Simone de Beauoir in « Pour une morale de l’ambiguïté » Gallimard, Folio essais, 2003
Le couple peut-être mereilleux, caleureux, confortable,rassurant, pratique Mais souent le couple, c’est aussi les querelles picrocolines, les cris, les pleurs, bref, les petites guerres entre « ego », les en-geances mesquines :              c’est dangereux. Donne-le moi, je ais le jeter Lui (Sur un ton iolent) : Mais il n’est pas décongelé.Tu es complètement folle ! Qu’est ce que c’est que cette manie de tout jeter ? Elle : Je ne eux pas me rendre malade à cause d’une saloperie de sauce… Lui : ( Il s’aance menaçant en tenant les deux galets de sauce) Mais tu es démente, obsédée, là trop, c’est trop… » Le couple ce derait être le dialogue, la sincérité, les écanges enricissants, le partage des émotions estétiques…           -tiles sur des sujets graes : « Elle : Les Grecs ont raison. Y-en a marre du règne de l’argent, des banques. Si tu pouais éiter ce regard méprisant. Je ne saais pas que tu étais du côté des puissants ! Lui : Je dis juste que la Grèce doit rembourser ses dettes, que la démagogie est insupportable, qu’elle peut amener le pire… Elle : je croyais épouser une personne de gauce, attentie aux plus démunis et je me retroue aec un brae bourgeois près de ses sous. Tu me dégoutes. Lui : je te croyais onnête et réformiste. Et je me retroue aec une abrutie gauciste qui ne oit pas plus loin que le bout de sa compassion à la guimaue… » La plupart des couples, eureux ou maleureux, se reconnaitront          Parce que la ie conjugale est le lieu où l’on se donne le droit d’être soi-même, de se laisser aller, elle derait être aussi 5
celui du respect de la temporalité, de la personnalité de l’autre. Comment faire coexister quotidiennement et dans la durée deux êtres différents ? À ce point de notre récit nous sommes obligés de parler de notre couple très concrètement, ce qui implique de déoiler des qualités ou des défauts, des détails qui appartiennent à notre ie priée. Nous utilisons même nos prénoms. C’est sans doute narcissiquemais nous en acceptons l’augure. Régine est susceptible jusqu’à la parano et se sent remise en cause à la moindre critique. Guy s’efface olontiers. Régine est en colère permanente contre tous les dysfonctionnements quotidiens dans les-quels elle perçoit une forme de passiité. Guy se tait, il a peur de sa propre iolence. Régine est féministe. Guy est rétif aux tâces ménagères. Régine est dépourue de mémoire. Guy est istorien. Régine est actie. Guy est très paresseux. Régine est dans le présent. Guy se situe dans un ailleurs, Régine est sincère et spontanée. Guy est parfois secret et réseré. Après 54 années de ie commune, nous aons eu enie de ra-conter l’istoire de cette relation fondée dès 1961, bien aant la réolution des moeurs des années 70, sur nos coix de la liberté sexuelle et de la transparence, du refus de l’adultère et de son cortège de mensonges et de soupçons. Mais au delà de nos différences, notre couple s’est fondésur des aleurs , des idéaux partagés : la réolte, l’amour dela liberté dans la limite de celle d’autrui, le refus des catégo-risations enfermantes, qu’elles soient communautaires, reli-gieuses, nationalistes, sexuelles, politiques. Dès les années 60 nous partagions l’idée que notre monde est fondé sur des apories,des contradictions insolubles. Nous oscillions entre une forme de pessimisme sur la condition umaine et l’enie d’agirde manière militante et par l’écriture contre les pires injustices (la dé-colonisation, le racisme, l’injustice sociale). Ces aleurs sont d’ordre pilosopique, politique, idéologique. Selon nous, la liberté sexuelle             "     #$ &    &  l’infidélité ? Beaucoup de gens ont une conception mesquine         #   *  +           l’on a des fantasmes et que l’on peut parfois se permettre un pas-6
                  #     "          #    Le couple n’est plus une prison, un carcan, qui étrangle la liberté umaine, c’est un cadre qui permet de l’exprimer, qui unit unité etmultiplicité. Nos innombrables disputes sont rarement parties de nos aen-tures extérieures. Elles ont porté sur le partage des tâces ména-gères, sur des malentendus, sur la méconnaissance de l’istoire par Régine, les addictions dierses de Guy (l’alcool, le bistrot, le tabac). Régine a parlé de quitter ou a quitté (de quelques minutes à une nuit) le domicile conjugal une centaine de fois en 54 ans. La aine n’a pas été absente de certaines de nos disputes. Notre istoire de couple n’a rien d’exemplaire dans son quotidien. Nous aons depuis longtemps pensé que si l’on ne parient pas à s’entendre à deux, comment peut-on y parenir à quatre ou à plusieurs milliers sans se décirer. Notre point de départ était une simple ypotèse qui s’est réélée crédible. Faire durer un couple suppose des compromis sur des coses simples. Il faut tenir compte de la temporalité de l’autre. Il faut aménager le dialogue des sensibilités, des cultures, des isions du monde, etc. Un couple deient alors une sorte de construction o-lontaire, qui ne a pas de soi. Cette construction peut être remise en cause caque jour. C’est une sorte d’ourage d’art ; Nous aons essayé dans notre pratique d’allier « l’après lune de miel », « l’après amours naissantes », à de nouelles amours naissantes qui n’empê-caient pas la continuation de la construction du couple. Le couple s’il est ouert serait alors le symbole d’une société ouerte. Le couple est le laboratoire de la culture du compromis. La coa-bitation quotidienne aec une personne si différente ne peut tenir que si l’on met des mots sur les différences, si l’on accepte de faire des concessions, mais aussi si l’on pose des limites à ces concessions. Nos sociétés capitalistes sont fondées sur l’injustice sociale. Cette injustice suscite des réoltes, parfois des réolutions.Pour le moment le capitalisme a gagné. Il est inéitable que les inégalités induites par ce système suscitent des frustrations, de la jalousie et de l’enie. Les sys-7
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.