//img.uscri.be/pth/5abf27eb246037df4fa8a403c308b20df714d696
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Ce goût de l'autre

De
121 pages
Cette pensée quotidienne entrelace le poétique, le philosophique et le mystique dans sa recherche du réel. Cheminant dans la conviction que la vérité s’établit dans la concertation de multiples appréhensions de l’être, elle ne dissocie pas les diverses approches du monde : l’intuition et l’intelligence, l’émotion et l’imagination, le diurne-ouranien et le nocturne chtonien, l’empathie et la distanciation. Le postulat qui la fonde et la guide est celui de l’infini existentiel qui situe chaque être fini et l’établit dans sa relation avec tous les autres et avec lui-même. La coexistence du fini et de l’infini l’a menée à l’idée de dilection, l’infini s’est découvert à elle comme présence d’un immense-intime s’offrant au dialogue par le goût de l’autre comme le meilleur de soi-même.
Voir plus Voir moins

Ce goût de l'autre
Etienne Galle
Ce goût de l'autre


















Le Manuscrit
www.manuscrit.com












Le Manuscrit.com
5bis, rue de l’Asile Popincourt
75011 Paris
Téléphone : 01 48 07 50 00
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.com






Cette pensée quotidienne entrelace le poétique,
le philosophique et le mystique dans sa recherche du
réel. Cheminant dans la conviction que la vérité
s’établit dans la concertation de multiples
appréhensions de l’être, elle ne dissocie pas les
diverses approches du monde : l’intuition et
l’intelligence, l’émotion et l’imagination, le diurne-
ouranien et le nocturne chtonien, l’empathie et la
distanciation. Le postulat qui la fonde et la guide est
celui de l’infini existentiel qui situe chaque être fini et
l’établit dans sa relation avec tous les autres et avec
lui-même. La coexistence du fini et de l’infini l’a
menée à l’idée de dilection, l’infini s’est découvert à
elle comme présence d’un immense-intime s’offrant
au dialogue par le goût de l’autre comme le meilleur
de soi-même. Le fini reçu par les sens et apprécié par
l’esprit comme une participation à cette infinie
présence est devenu pour elle une source inépuisable
de connaissance intellectuelle et d’émotion esthétique.
Il continue de l’inviter à une écriture où lyrisme et
analyse alternent et concertent.