//img.uscri.be/pth/a0cbf1ac12c13accb2d36a5757ec00acd06a530a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Eloïse et le Soleil

De
233 pages
La colère, le désespoir, l?incompréhension, l?amour, la jalousie sont quelques-uns des sentiments qui animent Éloïse lorsque son mari la renie. Elle les utilise pour décrire une situation sociale devenue assez « banale » et raconter son vécu autrement qu?à travers des faits galvaudés par le temps et insignifiants hors de leur contexte. Ce faisant, tout en témoignant de son attachement à certains d?entre eux, elle écorche parents, enfants et de soi-disant amis. Ce faisant, elle donne un coup de griffes à une profession et à une vie sociale qui lui déplaisent.
Voir plus Voir moins
Eloïse et le Soleil
Brigitte Millet
Eloïse et le Soleil
JOURNAL/ CARNET(NONFICTION)
© manuscrit.com, 2002 ISBN: 2748126459 (pour le fichier numérique) ISBN: 2748126440 (pour le livre imprimé)
Avertissement de l’éditeur
Découvert par notre réseau de Grands Lecteurs (libraires, revues, critiques littéraires et de chercheurs), ce manuscrit est imprimé tel un livre. D’éventuelles fautes demeurent possibles ; manuscrit.com, respectueuse de la mise en forme adoptée par chacun de ses auteurs, conserve, à ce stade du traitement de l’ouvrage, le texte en l’état. Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com 5bis, rue de l’Asile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com
À tous ces trous noirs dont je me suis trop approchée et qui auraient bien aimé me phagocyter.
ELOISE ET LE SOLEIL
C’est à Versailles un dimanche de printemps Les enfants jouent à se poursuivre en criant Le soleil, hier, est devenu mon amant Et je me suis offerte à lui en riant, En riant si fort que la lune en a pâli. Pourquoi donc tant de jalousie ?
C’est à Versailles un dimanche de printemps Et les nuages ont souri D’avoir vu toute ma folie. Le vent m’a dit tout doucement : Le soleil est un bien mauvais amant. Mais je ne l’ai pas cru et je me suis enfuie.
9