//img.uscri.be/pth/ab7b287e25eb3987757087cd82ee7f9009624dfb
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Génétique: entre réalité scientifique et mythe médiatique

De
115 pages
1989-2000 : le génome humain est en cours de séquençage. Jusqu’à la dernière édition qui couvre cette période, le magazine Science et Vie fait rêver son lectorat : les gènes, une fois catalogués, pourront être améliorés, détruits ou remplacés… or cela, ne correspond pas à la réalité scientifique. En effet, depuis les années 1970, les chercheurs savent que se focaliser sur le gène comme entité fondatrice de l’être humain est une impasse. Comment est née cette fascination du gène ? Pourquoi les journalistes de Science et Vie ont-ils cru jusqu’au bout en l’idéologie du « tout-génétique » ? Pour étonnant que cela puisse paraître, l’apparition de l’informatique et de la théorie de la Communication répond à ces questions...
Voir plus Voir moins

Génétique :
entre réalité scientifique
et mythe médiatique
Vincent Crousier
Génétique :
entre réalité scientifique
et mythe médiatique
La presse de vulgarisation scientifique peut-
elle intégrer un changement de paradigme ?




ESSAIS ET DOCUMENTS


















© Éditions Le Manuscrit, 2006
www.manuscrit.com
communication@manuscrit.com

ISBN : 2-7481-6569-1 (fichier numérique)
ISBN 13 : 9782748165692 (fichier numérique)
ISBN : 2-7481-6568-3 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748165685 (livre imprimé)








Remerciements à :

Ma femme, mon ange gardien
Mon père, ce philosophe
Ma mère, pour la flamme qu’elle fait vivre en moi
Marie, pour sa joie de vivre puisée au fond des océans
Claire, cette merveilleuse maman
Bruno, champion des jeux de mots… d’esprit
Héloïse, pour ses futurs sourires
et à Emmanuel Monnier, pour son aide précieuse à la
rédaction de cette étude



INTRODUCTION







INTRODUCTION


L’écriture de ce livre trouve son point de départ dans
la lecture de La structure des révolutions scientifiques, de
l’épistémologue Thomas Kuhn. Cet ouvrage, comme
son nom l’indique, décrit le processus par lequel la
science progresse. Ce livre m’a d’autant plus intéressé
que la mécanique historique que décrit l’auteur est celle
qu’a connu, et connaît encore, la génétique, et plus
eexactement la notion de gène au cours du XX siècle.
Le concept de gène ne peut aujourd’hui être défini
d’une manière univoque. Pour en donner une définition
très générale, il s’agit d’un fragment d’ADN. Quant à
« la fonction d’un gène », cela renvoie à l’idée qu’un
gène serait la cause de tel ou tel aspect – physique ou
comportemental – de l’être humain.
Dès les débuts de la recherche sur le gène, certains
généticiens doutaient de l’existence d’une corrélation
parfaite entre un gène et une fonction. A partir des
années 1950, la recherche en génétique trouve dans
l’informatique, champ scientifique récent à l’époque, un
vocabulaire idéal pour décrire son activité. En effet,
l’informatique utilise des notions comme programme,
instruction, code et « transmission de l’information »
9GÉNÉTIQUE : ENTRE RÉALITÉ SCIENTIFIQUE ET MYTHE MÉDIATIQUE
– cette dernière notion étant fille de la « théorie de la
communication » également contemporaine.
Les généticiens estiment donc, dans un premier
temps, que ces notions sont tout à fait adéquates pour
rendre compte de la réalité de leurs découvertes. Le
paradigme d’un programme génétique et d’un gène
auquel correspondrait une fonction, et cela justement
par le truchement du programme génétique, est donc
largement accepté. Cependant, il va trouver ses limites
au fur et à mesure que la recherche progressera.
Finalement, il sera totalement abandonné au début de
l’année 2000 avec l’achèvement du Programme de
séquençage du Génome Humain. Toutefois, ces notions
de programme génétique et de fonction d’un gène ont
eu le temps d’être intégrées par la société civile, jusqu’à
être érigées en véritables mythes.
Je trouvais intéressant d’étudier la manière dont
Science et Vie, titre de référence dans la presse magazine
de vulgarisation scientifique, avait rendu compte de
l’évolution de ces idées et cela, du début du Programme
de séquençage du Génome Humain – début des années
1990 − jusqu’à aujourd’hui – où ce paradigme a
largement été abandonné.
Cet ouvrage se construit en trois temps.
Dans une première partie, j’explique la théorie de
Thomas Kuhn sur la manière par laquelle la Science
progresse. Puis, je montre pourquoi et comment ce
modèle est applicable à la génétique.
Dans un second temps j’étudie d’une part comment
la revue de vulgarisation scientifique Science et Vie a traité
l’évolution du paradigme « à un gène correspond une
fonction » de 1989 – et la mise en place du Programme
de séquençage du Génome Humain – à nos jours.
10INTRODUCTION
D’autre part, à l’aune du parallélisme qui existe entre
l’évolution de la notion de gène et la manière dont le
champ de l’informatique a influencé cette évolution,
j’analyse la représentation du gène que les articles de
cette publication sous-entendent, de façon implicite, et
comment ils racontent la génétique.
La conclusion de ma deuxième partie montrant que
l’évolution du traitement médiatique du paradigme
« une fonction pour un gène » est assimilable à
l’évolution des paradigmes scientifiques eux-mêmes
décrite par Thomas Kuhn, ma troisième partie traitera
donc de l’influence d’une idéologie dans le travail du
journaliste scientifique.
11