//img.uscri.be/pth/ef6e0347c63f3da713cd573a3b7428faa7169522
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Opuscule de l'histoire des peuples Akposso

De
84 pages
Les Akposso, s’ils n’ont pas consigné leur mémoire, s’ils n’ont pas laissé sur le papier les événements et déplacements qui ont été les leurs, n’en demeurent pas moins dotés d’une histoire… Une histoire bien sûr frappée par la colonisation, mais millénaire encore, remontant loin dans les siècles, se liant à l’Égypte, au Mali, au Ghana, au Togo… Une histoire ancrée en plein cœur de l’Afrique, pour une communauté dont les origines et l’organisation (d’hier et d’aujourd’hui) sont à présent révélées dans un ouvrage qui n’aurait pu être sans la parole des anciens. Avec cet essai, c’est tout un pan de la mémoire akposso qui se voit conservée, mais qui pourra surtout être transmise et étudiée. Parachevant une histoire qui s’est essentiellement maintenue et propagée grâce à l’oralité, l’écrit fixe ici les grandes figures, les hauts lieux, les explications et légendes fondatrices pour permettre aux héritiers et générations futures, ou encore à tout un chacun, d’y accéder et d’y puiser.
Voir plus Voir moins
Opuscule de lhistoire des peuples Akposso
Du même auteur
Cri du cygne, regard de laigle, éditions Publibook, 2009 Traces et Poèmes,éditions Publibook, 2008
Yaovi Fadzi Kpodzro Opuscule de lhistoire des peuples Akposso Origine, mythe ou réalité
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com
Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55
IDDN.FR.010.0115028.000.R.P.2010.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication aux Éditions Publibook en 2010
Tous mes remerciements vont à feu Martin Akossulè Kpodzro, grâce à qui nous pourrons poser un autre regard sur le peuple Akposso. Merci à Sr Agnès Kpodzro, qui a conservé précieusement cette recherche, uvre de toute une vie, celle de son frère, qui est aussi le mien, notre frère à nous, cousin pour certains, oncle pour dautres, professeur dhistoire, qui, conformément au cycle de la vie, nest plus de ce monde.
Préface Cet essai ne verrait jamais le jour, si personne ne sest donné la peine de chercher à comprendre, à sapproprier loralité de son village, de son pays voire de son continent. Cet essai revêt donc un caractère exceptionnel : il est luvre dun défunt. Grâce à feu Martin Kpodzro, chaque Akposso pourra tenter de saisir le sens même de son origine, peu précis que cela puisse paraître. Par manque décrits, de documents spécifiques, feu Martin a toutefois réussi à assembler le peu déléments quil avait. De ces éléments incomplets, voilà ce qui en ressort. Autrefois ignorant jusquà lhistoire de mes ancêtres, mis à part les petites anecdotes racontées par-ci, par-là, je peux prétendre réapprendre ma propre histoire, lhistoire de mes parents, des parents de mes parents et ce, à linfini. A linfini, car, depuis lorigine, nous nen saurons pas plus. Réappropriation de notre propre histoire, non écrite certes, mais non inventée. Grâce à cet essai donc, chaque personne qui le lira pourra enfin se rendre compte, à lopposé de ce quon nous fait croire, que chaque peuple, quel que soit son degré de civilisation  terme qui reste à redéfinir  dispose dune histoire, dun passé prodigieux et élogieux. On ne saurait donc conclure hâtivement quun peuple nest grand que par sa civilisation, sa culture, quun peuple nayant pas lécriture est sans histoire. Je pense par conséquent
9
que cest cette allégation même qui est sans histoire, dépourvue dhistoire et de contenu, de sens aussi. Quant à Tino, nous le connaissons en tant que Professeur dhistoire géographie. Cela va de soi quil daigne vouloir sintéresser à lhistoire de son village, à son origine. Son travail est donc un travail de titan. Car, bien avant lui, personne ne lavait encore fait. Certes, il y a des historiens qui se sont intéressés à des histoires spécifiques. Mais, puisque le Togo, ce petit pays de 56 600 km2 et de presque 5 000 000 habitants, compte plus de 40 ethnies différentes, écrire lhistoire de chaque ethnie demande un travail de longue haleine. Tino se consacra alors à son village natal. Chose que je trouve respectable. La tradition orale a été de ce fait, très sollicitée. Les personnes âgées disparaissant, si aucune trace nest laissée à la postérité, ce serait bien dommage. Cest donc dans cet esprit que Martin se lança dans une recherche de lécriture de lhistoire du village Adafé et des villages alentours. Que ce petit livre soit donc un retour à soi, une redécouverte de sa propre histoire, une curiosité assouvie pour certains, un émerveillement pour dautres. La transmission du savoir, léducation, la culture se faisant par le biais de la tradition orale, les doyens, les personnes âgées, donc les « vieux » occupent une importante place dans la société africaine. Sans les doyens  garant de la sécurité, de la tradition, du bon fonctionnement de la société  les sociétés africaines seraient déjà vouées à la disparition pure et simple. Aussi, dans cet essai, sera-t-il fréquent de croiser le terme de « vieux, vieilles, anciens, grand-père ». Cela va de soi et ne choque aucun Africain digne de ce nom. Dire « vieux » chez un quelconque Africain, cest faire état de la différence dâge, de laccumulation dexpérience de vie, de respect donc. Le « vieux » nest pas celui qui sera
10