Comment devient-on universel ?

De
Publié par

L'humanité compte quelques grandes figures universelles. Combien sont-elles ? Elles vivent encore parmi nous, car nous revenons sans cesse à elles. Comment l'expliquer ? Anciens ou modernes, fondateurs ou réformateurs, ces "grands hommes" ont leur place aux sources de la civilisation quel que soit leur âge. C'est le cas de Confucius, Socrate, Gandhi, Avicenne, Galilée et Bach (tome 1) et également de Shakespeare, Mozart, Luther King, De Vinci, Descartes et Einstein (tome 2). D'où vient que nous les honorions encore, en dépit de tout ce qui devrait nous en éloigner ? Quels sont les ressorts de cette universalité ?
Publié le : vendredi 1 avril 2005
Lecture(s) : 80
Tags :
EAN13 : 9782336270432
Nombre de pages : 181
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

COMMENT DEVIENT-ON UNIVERSEL? Tome 1 Confucius, Socrate, Gandhi, A vicenne, Galilée, Bach

Actes du colloque organisé par la Fondation Ostad ElahiÉthique et solidarité humaine au Palais du Luxembourg le 13 septembre 2003 sous le patronage du Sénat, du Conseil de l'Europe, du ministère de la Culture et de l'université de Paris-/ Panthéon-Sorbonne

@ L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-8011-3 E~:9782747580113

Anne Baudart, Gilles Cantagrel, Fabien Chareix, Anne Cheng, Robert Deliège, Ahmed Hasnaoui

COMMENT DEVIENT -ON UNIVERSEL? Tome 1
Confucius, Socrate, Gandhi, A vicenne, Galilée, Bach

Actes du colloque organisé par la Fondation Ostad Elahi Éthique et solidarité humaine au Palais du Luxembourg le 13 septembre 2003 sous le patronage du Sénat, du Conseil de l'Europe, du ministère de la Culture et de l'université de Paris-l Panthéon-Sorbonne

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Konyvesbolt 1053 Budapest Kossuth L.u. 14-16 HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE

Sommaire

Introduction
TABLE RONDE Confucius, Socrate, Gandhi..

13
... 15 19 21 24 27

« Comment devient-on universel? Le « cas» Confucius», par Anne Cheng Peut-on apprendre à devenir humain? , .? Qu est-ce qu 'A h umaln. ............................... etre Une humanité sans rites?

Socrate, une fondation inaugurale par Anne Baudart 35 Le totem de la philosophie occidentale? 37 Un avènement radical 38 Fondateur de logique et fondateur de morale ... 42 Maïeutique et souci de soi 44 Gandhi: le saint et le politique, par Robert Deliège ...51
Discussion générale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ..66

TABLE RONDE Avicenne, Galilée, Bach L'universalité d'Avicenne, par Ahmed Hasnaoui Pourquoi Galilée est-il devenu une figure universelle de la raison ?, par Fabien Chareix Le système copernicien La raison contre le dogme La science du mouvement Johann Sebastian Bach, une vision du monde par la musique, par Gilles Cantagrel
Discussion générale...

85 88 103 107 116 122 129

. . . . . . . . . . . . .. . .. . .. . . . . . . . . . . . . . . ...142

Liste des auteurs

179

8

Cet ouvrage est extrait des actes de la journée d'étude organisée le Il septembre 2004 au Palais du Luxembourg dans le cadre de la seconde édition de la Journée de la solidarité humaine par la Fondation Ostad Elahi - Éthique et solidarité humaine. «Faire émerger en l'homme les caractères de l'humanité véritable ». Ce projet auquel Ostad Elahi (1895-1974) a consacré sa vie entière, la Fondation Ostad Elahi - Éthique et solidarité humaine, reconnue d'utilité publique, le poursuit afin de favoriser l'esprit de tolérance et de solidarité entre les hommes et de contribuer ainsi au rapprochement des cultures et des peuples. Elle est guidée dans sa tâche par une idée forte: aucun élan de solidarité ne produira d'effets réels et durables s'il ne s'accompagne d'un souci éthique capable d'engager les hommes à faire d'abord la paix avec eux-mêmes en cultivant activement les caractères qui constituent leur humanité véritable. L'éthique ainsi comprise dépasse le conflit des valeurs puisqu'elle puise ses principes dans le seul patrimoine qui nous soit réellement commun: l'esprit lui-même, ou la dimension spirituelle - à la fois universelle et objective - qui traverse toutes les sphères de l'activité humaine. Une telle éthique procède à la fois d'une démarche d'apprentissage et d'une expérience personnelle quotidienne réfléchie. Si elle se relie aux formes les plus anciennes de la philosophie, la question de son adaptation à la vie contemporaine et des conditions de son efficacité reste cependant entière. La Fondation porte ainsi une attention particulière aux projets, notamment de recherche et d'enseignement, susceptibles d'en éclairer les

modalités. Qu'ils soient à l'initiative de la Fondation ou bien d'organismes, de chercheurs ou d'enseignants sollicitant son soutien, ces projets participent de l'esprit d'ouverture et de tolérance propres à la laïcité et privilégient un examen rationnel, voire scientifique, des questions soulevées. Considérant que les enjeux individuels et sociétaux de l'éthique sont indissociables, la Fondation s'investit sur ces deux versants de sa mise en œuvre. À travers ses programmes (colloques, séminaires, groupes d'étude, soutien à la recherche, publications, manifestations culturelles, etc.), elle vise à sensibiliser le grand public aux interactions de l'éthique avec les différents domaines de l'activité humaine, elle sollicite des experts et chercheurs de disciplines variées (médecine, éducation, philosophie, psychologie, sociologie, histoire, religions, etc.) et établit également des collaborations avec des institutions et organismes publics, nationaux ou internationaux (UNESCO, Sciences Po, etc.). Le Conseil de l'Europe et l'université de Paris-I Panthéon-Sorbonne, tout comme le ministère de l'Intérieur, sont les membres de droit du Conseil d'administration de la Fondation. Leur implication souligne l'originalité de la vocation de celle-ci: par la diffusion d'une éthique concrète, objective et universelle, contribuer à mettre l'homme, quelle que soit sa culture, en relation avec sa dimension essentielle, celle de l'esprit. Car ce lien, concrétisé et approfondi, renforce et enrichit la solidarité en développant le respect réel de la dignité et des libertés humaines: la liberté de réflexion et d'opinion, mais aussi la liberté du choix de sa croyance et du sens que chacun veut donner à sa vie.

10

Le concept d'une Journée de la solidarité humaine s'inscrit dans cette perspective: il a trouvé sa première réalisation en 2002 à l'occasion de la commémoration des événements du Il septembre 2001. Il s'agissait alors de pérenniser la prise de conscience provoquée par ce choc en la prolongeant par une réflexion et un travail autour de l'idée d'un patrimoine éthique universel. En plus des institutions impliquées dans la Fondation, le Sénat et le ministère de la Culture se sont d'emblée associés à cette journée en lui conférant leur haut patronage.

Il

Introduction

La représentation que nous nous faisons de l'histoire de l'humanité est inséparable de quelques figures remarquables qui en scandent le cours. Grands hommes ou personnalités d'exception, bienfaiteurs ou héros, sages ou génies des sciences et des arts, leur pensée et leur œuvre se prolongent à travers nous et s'imposent comme des références auxquelles il faut sans cesse revenir. Anciens ou modernes, ils sont aux fondements de la civilisation parce qu'ils en ont défini ou transformé le sens en incarnant de nouvelles figures de l'esprit humain: c'est le cas de Confucius, Socrate, Avicenne, Galilée, Bach ou encore Gandhi. On peut bien entendu s'interroger sur la genèse de ces « grands esprits », tenter de faire une théorie des exceptions en rapportant les figures singulières du génie à des invariants transhistoriques ou à des schèmes universels. Le mystère de l'origine en recouvre cependant un autre, plus profond peut-être, car chacun de ces individus s'inscrit en son temps dans un contexte particulier, parfois celui d'une société ou d'une culture qui nous sont aujourd'hui partiellement étrangères. La question n'est plus alors de savoir comment naissent les grands esprits, mais pourquoi leur action se répercute jusqu'à nous, parfois à travers plusieurs dizaines de siècles.

Qu'est-ce qui fait que nous leur reconnaissons encore une dette, en dépit de tout ce qui peut nous en séparer? Quel est au juste le ressort de cette universalité qui semble leur conférer un caractère intemporel? Selon quel processus, à travers quelles médiations et relais se construisent les grandes figures de l'humanité? Comment l'humanité, justement, peut-elle continuer de s'y reconnaître et parfois de s'y définir? Au-delà de l'hommage, il nous faut aussi périodiquement nous interroger, de façon critique, sur les raisons de leur présence parmi nous, sur les formes de leur héritage et les transformations que nous lui faisons subir. Ce questionnement s'inscrit naturellement dans le cadre de la Journée de la Solidarité Humaine. En effet, qu'elles aient ou non contribué directement au bien-être de leurs contemporains, qu'elles aient ou non été des modèles en leur temps, ces grandes personnalités de l'histoire mondiale remplissent une fonction essentielle en confirmant aux yeux des hommes la valeur d'une histoire et d'une entreprise communes où chacun est solidaire de tous, par-delà les générations et les cultures.

14

TABLE RONDE: Confucius, Socrate, Gandhi

Avec
Anne Cheng Anne Baudart Robert Deliège modérée par Jérôme Bouvier

Jérôme Bouvier: Bonjour et bienvenue. Merci à la Fondation Ostad Elahi de m'avoir proposé de passer cette journée à vos côtés. Passer, par la grâce de nos intervenants, une journée en compagnie de Confucius, Socrate, Avicenne, Galilée, Bach ou Gandhi, je le ressens comme un honneur et je suis en appétit, comme devant le plus beau des banquets. Ceci n'étonnera guère de la part d'un journaliste dont on sait bien que la seule qualité, si c' en est une, c'est de pouvoir «hoqueter» des pourquoi sans jamais pouvoir apporter de réponses. Avoir des «réponses» à ses côtés, c'est un bonheur et je voulais vous en remercier à l'avance. Pour autant que la notion de couple soit pertinente, permettez-moi de vous présenter nos «couples» de la journée: Anne Cheng qui a choisi, depuis longtemps, d'unir une partie de sa vie à Confucius, Anne Baudart avec Socrate et Robert Deliège, qui nous parlera de Gandhi, le saint et le politique. Cet après-midi Ahmed Hasnaoui nous parlera d' Avicenne, Fabien Chareix de Galilée et Gilles Cantagrel, qui partage avec moi quelques années passées dans cette belle maison qu'est France Musique, nous dira

pourquoi Bach est l'un des modèles indépassables de

1' universalité.
Anne Cheng, vous avez choisi de sous-titrer votre

exposé

« Comment

devient-on universel?

Le cas

Confucius ».

18

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.