//img.uscri.be/pth/dd9e8142232607d23f83aee420fd081d591e219e
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Critique du droit chez Michel Villey et René Girard

De
190 pages
La virulence parait être le point commun entre Michel Villey et René Girard. Pour René Girard, droit, philosophie et sciences humaines ont pour but de cacher le "meurtre fondateur" tandis que pour Villey elles veulent répudier le "raisonnement dialectique" au profit du "raisonnement déductif". Mettre en rapport ces deux critiques permet de révéler une "épistémologie négative", seule capable de sauver, avec le droit, la philosophie et les sciences humaines.
Voir plus Voir moins
Paul Dubouchet
CRITIQUE DU DROIT CHEZ MICHEL VILLEY ET RENÉ GIRARD Pour une épistémologie négative
OUVERTUREPHILOSOPHIQUE
Critique du droit chez Michel Villey et René Girard
Paul Dubouchet
Critique du droit chez Michel Villey et René Girard
Pour une épistémologie négative
Du même auteur Aux P. U. F., « Les voies du droit » Sémiotique juridique. Introduction à une science du droit, 1990.Chez L’Hermès Les normes de l’action : droit et morale. Introduction à la science normative, 1990. La philosophie du droit de Hegel. Essai de lecture desPrincipes, 1995. La pensée juridique avant et après le Code civil, 1998. Trois essais pour une théorie générale du droit, 1998. La pensée politique avant et après Hegel, 1999. Nouvelles méthodes des sciences sociales, 1999. Chez L’Harmattan De Montesquieu le moderne à Rousseau l’ancien, 2001. Le modèle juridique. Droit et herméneutique, 2001. Commons et Hayek, défenseurs de la théorie normative du droit, 2003. Philosophie et doctrine du droit chez Kant, Fichte et Hegel, 2005. Pour une sémiotique du droit international, 2007. Droit et épistémologie. L’Organondu droit, 2008. Droit et philosophie.Préface de François Dagognet, 2009. Thomas d’Aquin : droit, morale et métaphysique, 2011. Tout comprendre avec René Girard. Du moi aux grands problèmes actuels. Petit traité de la violence, 2015. De Hegel à Girard. Violence du droit, religion et science, 2015.De la guerre au terrorisme…Les véritables causes, 2015. Le scandale Joseph de Maistre, 2016. L’esprit du christianisme, 2016. L’esprit du catholicisme d’après René Girard, 2016. La théologie politique de René Girard et la gauche chrétienne, 2016 © L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr ISBN : 978-2-343-10665-6 EAN : 9782343106656
à la mémoire de François Dagognet,  épistémologue.
AVANT-PROPOS  Environ les années 1970, nous suivions à Lyon les cours de François Dagognet. Nous ne manquions pas d’admirer l’aisance avec laquelle il passait de la philosophie à la psychiatrie, à la biologie, à la chimie, à la botanique, à la minéralogie, à la cristallographie… Lorsque nous lui proposâmes (à une époque où les étudiants choisissaient encore le sujet de leur thèse !) de diriger une thèse sur « la sémiotique » - alors à la mode -il accepta, mais nous envoya à Aix-en-Provence suivre les cours de philosophie de Granger, et de linguistique de Mounin.  Parce qu’il était un épistémologue dans l’âme, Dagognet émettait les plus expresses réserves sur l’épistémologie. Et, quand il lui arrivait - comme c’était souvent le cas - de s’engager sur ce chemin, il n’y partait jamais « sans biscuits ». N’a-t-il pas dit : « Qu’on y regarde à deux fois avant de tirer sur l’épistémologue ! ».  Dans le domaine des sciences de l’homme, notamment des sciences juridique et politique, les réserves et avertissements épistémologiques de Dagognet devenaient encore plus pressants, encore plus impératifs. Nous engageant dans cette voie, nous n’avions garde de suivre attentivement ses conseils. Nous aurions alors plutôt parié sur l’échec et la mort de l’épistémologie, ignorant que son salut allait précisément venir peut-être de l’exploration et de l’exploitation de ce terrain.
7
«– Pourquoi donc ce livre t’inspirait-il autant d’épouvante ? « – Parce qu’il était du Philosophe. Chacun des livres de cet homme a détruit une partie de la science» Umberto Eco, cité par M. Villey, réf.infra