Don des philosophes. Repenser la réciprocité (Le)

De
Publié par

Quand il s’agit du don, les philosophes se veulent les plus généreux. Le seul vrai don à leurs yeux est le don sans retour. Toute réciprocité leur semble d’emblée complice de l’échange marchand.
Ce soupçon peut-il expliquer que depuis quelques décennies – en France notamment – se soit développée une pensée du don hantée par l’exigence du gratuit ? Et que cette pensée se soit souvent formulée dans une réflexion sur le monde comme « donné » selon une approche issue de la phénoménologie ? Cette démarche est-elle légitime ?
La réponse varie fortement selon qu’il s’agit de Derrida, Levinas, Henry ou Marion. Elle diffère plus encore chez Ricœur et chez des penseurs réfléchissant sur les sciences sociales comme Lefort et Descombes. Si le débat est souvent obscur, estime Marcel Hénaff, c’est que font défaut de nécessaires distinctions entre les divers types de don. Le don gracieux et le don solidaire ignorent l’exigence de réciprocité. Celle-ci au contraire s’impose au cœur du don cérémoniel qui est d’abord décision d’alliance : geste de reconnaissance publique mutuellement accordée, par quoi le lien social proprement humain s’affirme lien politique.
Publié le : lundi 19 mars 2012
Lecture(s) : 4
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021075793
Nombre de pages : 350
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LE DON DES PHïLOSOPHES
Extrait de la publication
Du même auteur
Sade, ’îetîo du corpŝ îertî PUF, « Croîsées », 1978
Caude Léî-Strauŝŝ et ’athropoogîe ŝtructurae Belfond, 1991 ; Pocket, 2000 ; Poînts, 2011
Puîc Space ad Democracy (avec Tracy Strong) Unîversîty of Mînnesota Press, 2000
Le Prî de a érîté Le do, ’arget, a phîoŝophîe Seuîl, « La couleur des îdées », 2002
La îe quî îet Herne, « Carnets de L’Herne », 2008
Caude Léî-Strauŝŝ, e paŝŝeur de ŝeŝ Perrîn, « Tempus », 2008
Extrait de la publication
MARCEL HÉNAFF
LE DON DES PHïLOSOPHES REPENSER LA RÉCïPROCïTÉ
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, d Romaî-Road, Parîŝ XïV
isbn 97-2-02-107580-9
© Édîtîoŝ du Seuî, marŝ 2012
Le Code de a proprîété îteectuee îterdît eŝ copîeŝ ou reproductîoŝ deŝtîéeŝ à ue utîîŝa-tîo coectîe. Toute repréŝetatîo ou reproductîo îtégrae ou partîee faîte par queque procédé que ce ŝoît, ŝaŝ e coŝetemet de ’auteur ou de ŝeŝ ayatŝ cauŝe, eŝt îîcîte et coŝtîtue ue cotrefaço ŝactîoée par eŝ artîceŝ L. 335-2 et ŝuîatŝ du Code de a proprîété îteectuee.
www.ŝeuî.com
Extrait de la publication
Orîetatîoŝpréîmîaîreŝ
Quî a faît u do pour receoîr e retour ’a 1 paŝ faît u do . Séèque
Faîŝ à autruî ce que tu ŝouhaîteŝ qu’î te ŝoît faît à toî-même. Rège d’or
Otoogîquemet e do eŝt gratuît, o motîé 2 et déŝîtéreŝŝé . Jea-Pau Sartre
Ce e ŝot poît eŝ phîoŝopheŝ quî coaîŝŝet e mîeu eŝ hommeŝ ; îŝ e eŝ oîet qu’à traerŝ eŝ préjugéŝ de a phîoŝophîe, et je e 3 ŝache aucu état où ’o e aît tat . Jea-Jacqueŝ Rouŝŝeau
Premièresquestions
Quad î ŝ’agît du do, eŝ phîoŝopheŝ ŝe euet eŝ puŝ gééreu. Le ŝeu raî do à eurŝ yeu eŝt e do ŝaŝ retour. Attedre d’autruî qu’î rede, îoquer a récîprocîté, ce ŝeraît déjà faîre reluer erŝ ŝoî e mouemet du doer et aîŝî auer ’îtetîo déŝîtéreŝŝée quî ŝeue coféreraît ŝo ŝeŝ au geŝte oatîf. Cea e reîet paŝ à afIrmer que touŝ eŝ phîoŝopheŝ
1. Séèque,Des bîenfaîts, ï, ï, 9. 2. J.-P. Sartre,Cahîers pour une morale, 32. 3. J.-J. Rouŝŝeau,Émîle,Œuvres complètes, Parîŝ, Gaîmard, « Bîîo-thèque de a Péîade », 1969, o. 4, p. 535. 7
Extrait de la publication
L E D O N D E S P H ï L O S O P H E S peŝet î même agîŝŝet aîŝî. Car formuée e ceŝ termeŝ, cette trèŝ haute eîgece de gééroŝîté rîŝqueraît de reŝter horŝ de a portée deŝ peŝeurŝ mêmeŝ quî ’éocet. Pourtat, daŝ ŝa radîcaîté, cette reedîcatîo ’eŝt paŝ pure raade ; ee îŝe d’aord à actîer ue îgîace crîtîque. E déîat au doateur toute attete de retour ee eted aat tout afIrmer qu’î e ŝauraît être queŝtîo d’aîger ŝo geŝte ŝur ’opératîo marchade. L’îjoctîo ŝeraît doc de e paŝ céder à deŝ coŝîdératîoŝ d’îtérêt, î d’accepter a domîatîo ŝaŝ reŝte d’ue écoomîe orîetée quaŝî ecuŝîemet erŝ a recherche du proIt et du retour ŝur îeŝtîŝŝemet, ref erŝ tout ce que eŝ phîoŝopheŝ tedet à appeer ’échange– ŝaŝ meŝurer que ce mot uî-même eŝt rîche de mutîpeŝ ŝîgîIca-tîoŝ o écoomîqueŝ. L’échage, orŝqu’o e pare à propoŝ du do, ŝeraît e geŝte de compeŝatîo eŝcompté et accompî e répoŝe au geŝte gééreu. Pour certaîŝ, ’échage commece-raît aec ’attete par e doateur d’ue rétrîutîo ŝymoîque e ŝeraît-ce que ŝouŝ a forme d’ue gratîtude eprîmée par e ééIcîaîre et parfoîŝ îŝéparae d’u oŝcur ŝetîmet de dette à acquîtter. Toute récîprocîté, fût-ee de ŝîmpe îtetîo, aue-raît e do. Toute attete de répoŝe, même îmmatérîee, eŝt dèŝ orŝ ŝuŝpecte, et doît ’être comme ŝuppoŝat d’emée ue îŝée îtéreŝŝée, comme raattat utîmemet erŝ ŝoî e moue-met partî de ŝoî. Ee efermeraît e doateur daŝ e cerce du Même. C’eŝt pourquoî, à ce ŝujet, eŝ phîoŝopheŝ – a pupart e tout caŝ – etedet e rîe céder ŝur e prîcîpe de gééroŝîté gracîeuŝe : îŝ écartet catégorîquemet toute ogîque de rétrîu-tîo. Leŝ ŝceptîqueŝ dîrot : pourquoî e effet ŝouŝcrîraîet-îŝ à ue tee ogîque ŝaŝ rîŝquer de ŝ’aouer meŝquîŝ aorŝ qu’î e coûteconceptuellementrîe à teîr cette émîete poŝîtîo tout e ŝ’attîrat de ŝurcrot ’admîratîo ootîerŝ accordée à toute îtraŝîgeace perçue comme réŝîŝtace à a médîocrîté ? Soît. Cette îroîe eŝt pourtat eceŝŝîe : eŝ puŝ gradeŝ tradîtîoŝ moraeŝ ot toujourŝ coŝîdéré comme îŝéparaeŝ ’afIrma-
O R ï E N TAT ï O N S P R É L ï M ï NA ï R E S
tîo deŝ eîgeceŝ eŝ puŝ hauteŝ et e faît que ŝeuŝ quequeŝ ŝageŝ ŝot capaeŝ d’e atteŝter a pratîque. O pourra auŝŝî ŝe demader – au ŝeu u de a îŝte deŝ peŝeurŝ îcî dîŝcutéŝ – ŝî eŝ queŝtîoŝ quî îeet d’être eîŝagéeŝ ŝot de ature récete. La répoŝe eŝt caîremet que o. Quequeŝ teteŝ acîeŝ où ’éoge de a gratuîté apparat fodameta îeet d’emée à ’eŝprît, qu’îŝ ŝoîet phîoŝophîqueŝ, comme e traîtéDes bîenfaîtsde Séèque, ou reîgîeu, comme e tete éagéîque. S’agît-î, daŝ ceŝ tradîtîoŝ, de déŝîger ’u deŝ traîtŝ fodametau de toute moraîté ? Ou îe de compredre a ature du îe quî uît eŝ hommeŝ ? Ce ŝera à dîŝcuter. Saŝ teter îcî d’étaîr ue gééaogîe quî eîgeraît ue mîutîeuŝe equête de phîoogîe et d’athropoogîe hîŝtorîque, o peut remarquer éamoîŝ qu’o e troue î chez Pato î chez Arîŝtote u éoge epîcîte du do gracîeu comparae à ceuî que propoŝe Séèque. C’eŝt putôt par ŝo eerŝ que cette gratuîté ŝe ŝîgae chez e fodateur de ’Académîe, prîcîpaemet daŝ ŝa rude codamatîo deŝ Sophîŝteŝ déocéŝ comme « marchadŝ de ŝaoîr ». ï eur oppoŝe Socrate quî pare aec quî eut ’etedre ŝaŝ eŝcompter a moîdre compeŝatîo Iacîère. Cea apparat ecore daŝ e og paŝŝage deŝLoîsquî propoŝe d’ecure împîtoyaemet eŝ marchadŝ de a future cîté aI d’éparger au cîtoyeŝ eŝ rîŝqueŝ de cotamîatîo que comportet eurŝ 4 pratîqueŝ d’échage îtéreŝŝé, décaréeŝ îmmoraeŝ . Arîŝtote, puŝ modéré, toère eŝ marchadŝ daŝ a cîté maîŝ eŝ reègue daŝ u quartîer ŝéparé. Seo ŝa recherche du « mîîeu juŝte », î déIît eŝ ŝîtuatîoŝ où, daŝ oŝ rapportŝ aec autruî, a îéraîté gééreuŝe eŝt eŝtîmae ; ee peut ceŝŝer de ’être ŝî ee deîet gaŝpîage îrreŝpoŝae, coceŝŝîo au latteurŝ ou moye de domîatîo. Nouŝ oîà déjà fort éoîgéŝ du mode homérîque
4. Je me permetŝ îcî – pour e paŝ aourdîr ce rappe hîŝtorîque – de reoyer à a préŝetatîo détaîée que j’e propoŝe daŝLe Prîx de la vérîté. Le don, l’argent, la phîlosophîe, Parîŝ, Seuî, 2002, chap. i : « Pato et ’arget deŝ Sophîŝteŝ », et chap. ii : « La fîgure du marchad daŝ a tradîtîo îdo-européee ».
9
L E D O N D E S P H ï L O S O P H E S où eŝ rapportŝ d’amîtîé, comme eŝ rapportŝ d’aîace etre îgageŝ et chefferîeŝ ou etre cîtéŝ, ŝ’eprîmaîet d’aord par deŝ préŝetŝ récîproqueŝ, ŝouet ŝomptueu, ’hoŝpîtaîté ee-5 même état régée par deŝ rîtueŝ de doŝ offertŝ et reduŝ . ï eŝt îtéreŝŝat de oter que emomentSocrate e Grèce correŝpod, à quequeŝ déceîeŝ prèŝ, à ’apparîtîo de gradeŝ Igureŝ de ŝageŝŝe e Aŝîe – Bouddha e ïde, Cofucîuŝ et Lao-Tŝeu e Chîe, Iatîo du zoroaŝtrîŝme e Perŝe, reou-eau du prophétîŝme e ïŝraë, ref ce que Kar Jaŝperŝ appee a 6 « pérîode aîae » et que caractérîŝe u certaî omre de traîtŝ commuŝ : doute ŝur a raîŝo d’être deŝ rîteŝ acîeŝ, orîe-tatîo erŝ deŝ croyaceŝ moothéîŝteŝ, déeoppemet d’ue îŝîo morae perŝoee. ï ŝ’agît d’u aŝte tourat aorî-ŝat ’îtérîorîŝatîo deŝ ormeŝ, a ŝîcérîté deŝ reatîoŝ et a pureté deŝ îtetîoŝ. La récîprocîté cérémoîee deŝ doŝ et deŝ ŝerîceŝ ŝeme e grade partîe déégîtîmée au proIt d’u choî mora perŝoe prîîégîat a gééroŝîté uîatérae. Ue maîme e apparece îtacte ŝurît pourtat à ce tourat ŝpîrî-tue, cee que ouŝ coaîŝŝoŝ ŝouŝ e om de Rège d’or : faîŝ à autruî ce que tu oudraîŝ qu’î te ŝoît faît à toî-même. Te eŝt, par eceece, ’éocé de ’eîgece de récîprocîté. Seraît-ce à e reîquat d’ue pérîode acîee o ecore ŝufIŝammet afIée par ue moraîté ŝaŝ coceŝŝîo prîîégîat ’attîtude de pure gratuîté ? Sî c’étaît e caŝ, commet, quequeŝ ŝîèceŝ
5. Cf. M. Fîey,Le Monde d’Ulysse, Parîŝ, Maŝpero, 197, chap. v : « Mœurŝ et aeurŝ », et E. Scheîd-Tîŝŝîîer,Les Usages du don chez Homère, Nacy, Preŝŝeŝ uîerŝîtaîreŝ de Nacy, 1994 ; L. Geret « La repréŝetatîo de a aeur e Grèce acîee »,Anthropologîe de la Grèce ancîenne, Parîŝ, Maŝpero, 1967. 6. Leŝ dateŝ cocerat Sîddhârta Gautama deeu Bouddha ŝot ecore ŝujetteŝ à dîŝcuŝŝîo et tedet à être réîŝéeŝ pour être dépacéeŝ erŝ a fî du e v ŝîèce a. J.-C. ; eeŝ ŝot procheŝ de ceeŝ reatîeŝ à Cofucîuŝ. Quat à Lao-Tŝeu, eŝ certîtudeŝ îographîqueŝ à ŝo ŝujet ŝot mîceŝ. Socrate appartîet à a géératîo ŝuîate. Ce ŝot putôt ŝeŝ prédéceŝŝeurŝ, Empédoce, Aaî-madre, Héracîte, Parméîde, que ’o peut dîre cotemporaîŝ deŝ gradeŝ fîgureŝ de ŝageŝŝe îdîeeŝ et chîoîŝeŝ. Ajoutoŝ que, de toute faço, cette pérîode aîae dot pare Jaŝperŝ ŝ’éted ŝur puŝ de troîŝ ŝîèceŝ. 10
Extrait de la publication
O R ï E N TAT ï O N S P R É L ï M ï NA ï R E S
puŝ tard, a prédîcatîo éagéîque pourraît-ee ecore céérer cette maîme comme réŝumat « a oî et eŝ prophèteŝ » ? À ’époque de a aîŝŝace du chrîŝtîaîŝme, e effet, c’eŝt ue tout autre coIguratîo quî ŝe deŝŝîe, au cetre comme à a pérîphérîe de ’Empîre romaî. La « pérîode aîae » correŝ-podaît à a aîŝŝace d’ue îerté îtérîeure ecore îcoue. La ouee époque eŝt cee d’ue crîŝe deŝ commuautéŝ et d’ue mîŝe e cauŝe deŝ îégaîtéŝ de ŝtatutŝ et de reeuŝ. Leŝ aŝpectŝ de cette crîŝe ŝot mutîpeŝ. Jéŝuŝ pare daŝ u cotete de dîîŝîo ŝocîae et de colîtŝ reîgîeu aîguŝ à ’îtérîeur du mode juîf. À Rome même, Séèque, cotemporaî de Pau, coŝtate et dépore ’égoŝme quî trîomphe daŝ eŝ caŝŝeŝ faorîŝéeŝ. Leŝ cœurŝ ŝe fermet ; eŝ groupeŝ ŝe repîet. La récîprocîté gééreuŝe ’a paŝ prîŝe ŝur ceŝ modeŝ oquéŝ ; c’eŝt putôt a récîprocîté égatîe quî ’emporte : cee deŝ jaouŝîeŝ, deŝ déocîatîoŝ, deŝ règemetŝ de compteŝ ŝagatŝ, et cea daŝ e cadre de ’epoîtatîo à grade échee d’ue popuatîo aŝŝerîe et e puŝ ŝouet étragère. Ue ŝeue îŝŝue : par e haut, ou eat d’E Haut. C’eŝt à partîr de cette ŝîtuatîo que ouŝ deoŝ îre e traîtéDes bîenfaîtsde Séèque et compredre ŝa théoogîe : « Leŝ dîeu îmmorteŝ eu-mêmeŝ dépoîet îaŝŝa-emet eur gééroŝîté ŝaŝ ŝe aîŝŝer décourager par eŝ outrageŝ 7 ou ’îdîfférece deŝ hommeŝ à eur égard . » C’eŝt depuîŝ ce même fod que ouŝ deoŝ etedre e meŝŝage éagéîque procamat : « Aîmez oŝ eemîŝ, faîteŝ du îe à ceu quî ouŝ haŝŝet, éîŝŝez ceu quî ouŝ maudîŝŝet… À quî te frappe ŝur ue joue, préŝete ecore ’autre » (Lc 6,27-29). L’audace eŝt grade. ïcoteŝtaemet, u tourat majeur eŝt e courŝ. Epérîece d’aord ocae et parfoîŝ éphémère, ’îdée moothéîŝte troue aorŝ ue ouee chace, cee d’u paŝŝage deŝ frotîèreŝ. Daŝ ’Empîre déjà coŝmopoîte, ’amour d’u Dîeu uîque, îdîfféret au atîoŝ comme au ŝtatutŝ ŝocîau, prîîégîat eŝ paureŝ et eŝ perŝécutéŝ, e pouaît que reco-
7. Séèque,Des bîenfaîts, ï, ï, 9. 11
Extrait de la publication
L E D O N D E S P H ï L O S O P H E S
trer ue répoŝe de puŝ e puŝ uaîme et paŝŝîoée, partî-cuîèremet daŝ eŝ métropoeŝ au cutureŝ méagéeŝ et au rîteŝ îdéŝ de eur ŝuŝtace. Le meŝŝage de Pau, ŝe préŝe-tat uî-même comme témoî du Reŝŝuŝcîté, procame d’aord cecî : ue même humaîté, u mode commu, u dîeu uîque et perŝoe, ue fraterîté uîerŝee, ue eŝpérace îIîe, ue îe éteree offerte à touŝ : « ï ’y a puŝ î Juîf î Getî ; î ’y a puŝ î eŝcae î îre ; î ’y a puŝ î homme î femme ; car touŝ ouŝ êteŝ u e Jéŝuŝ-Chrîŝt » (Ga 3,2). Aucue reîgîo ocae ’étaît e meŝure d’oppoŝer ue ateratîe à ue offre de ŝaut auŝŝî péîère et gééreuŝe. Puŝ ecore : dèŝ orŝ que a foî reîgîeuŝe eŝt îée à ue promeŝŝe de ŝaut, o peut coŝî-dérer que ’îdée moothéîŝte eŝt e marche. Ceŝ croyaceŝ moothéîŝteŝ ouraîet eŝ premîèreŝ rècheŝ e faeur d’u uîerŝaîŝme coquérat. Leŝ phîoŝophîeŝ ŝtocîeeŝ aaîet déjà îdîqué cette oîe, maîŝ ŝaŝ a ogîŝtîque deŝ ŝymoeŝ et deŝ rîteŝ que peut fourîr ue reîgîo. C’eŝt pourquoî eeŝ reŝtaîet îcapaeŝ d’atteîdre e grad omre e ŝeŝ affectŝ ; îcapaeŝ ŝurtout de îer deŝ repréŝetatîoŝ à deŝ pratîqueŝ du quotîdîe quî traerŝet e tempŝ et formet eŝ ŝédîmetŝ d’ue cuture. Ue doue gééroŝîté pouaît ŝ’afIrmer : cee de a dîîîté offrat e ŝaut daŝ u geŝte de grâce îcommeŝu-rae ; cee deŝ croyatŝ appeéŝ à ŝe ŝouteîr eŝ uŝ eŝ autreŝ. Meŝŝage éagéîque et pauîîe, phîoŝophîeŝ attachéeŝ à ’îdée de déŝîtéreŝŝemet : deu mîe aŝ d’hîŝtoîre reîgîeuŝe, morae et îteectuee ot, e Occîdet, roué ŝur cet hérîtage. ï ŝ’agît îe etedu d’ue hîŝtoîre compee quî a cou deŝ arîatîoŝ coŝîdéraeŝ aec ’apparîtîo de ’îŝam au Moye-Orîet, aec ’îtégratîo de a peŝée grecque daŝ a théoogîe du Moye Âge, ou ecore aec a ouee dîrectîo împrîmée au chrîŝtîaîŝme par a Réforme. Maîŝ î e ŝauraît être queŝtîo îcî d’etrer daŝ ceŝ coŝîdératîoŝ.
*
12
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.