Droits de l'homme et droits de la femme

De
Publié par

Cet ouvrage, à l'intersection de l'approche historique, philosophique, politique, voire religieuse, de la question des droits de l'homme, cherche à faire ressortir la sacralité de la citoyenneté. Les droits de la femme, au regard de la théorie stoïcienne de l'égalité des fautes et des vertus chez Sénèque, dégage une égalité naturelle homme/femme en même temps qu'une égalité factice homme/femme fait perdre à la gent féminine sa féminité. Aussi l'ouvrage aborde-t-il à juste titre la question de l'humanisme qu'il convient de prôner de nos jours.
Publié le : mardi 1 novembre 2016
Lecture(s) : 5
EAN13 : 9782140022579
Nombre de pages : 138
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
ique, me, érant eaux tions isme tote, ation épris
alité roits édes relle isant mme seet de-t-ilôner e celle ituer tsde
,est aris1, lier III
OLIN T
PaulinHOUNSOUNONTOLIN
OUNSOUNON H Paulin Droits de l’homme et droits de la femme Regard historique, philosophique et politique ou évidence d’une secondarité
Préface du Professeur Henri Bah Postface du Professeur Abiola Félix Iroko
Droits de l’homme et droits de la femme
POINTS DE VUE
Droits de l’homme et droits de la femme
Points de vue Collection dirigée par Denis Pryen Dernières parutions Donatien ROBÉ et Serge BLAFOND,Le forfait sanitaire au secours de la couverture maladie universelle en Côte D’Ivoire, 2016 Miki KASONGO,Le non-progrès de l’Afrique, Étude d’une responsabilité partagée, 2016 Fugain Dreyfus ENJEGANDEYOYEPOUSSA,Plaidoyer pour la paix en Centrafrique ,2016Almamy Mamadou WANE,La cuisine françafricaine. Quand le poétique rejoint le politique,2016. Jean-Joseph ATANGANA,Nelson Mandela, L’Étoile du Sud, 2015 Blaise NSIMBA,Marre d’être un Afrifaim !, Petit plaidoyer pour un complexe constructif, 2015 A.O.T DIALLO,La Guinée-Conakry de janvier 2007 à décembre 2010. Chronique et réflexions sur une transition militaire ratée, 2015. Joseph WOUAKO TCHALEU,L’évolution actuelle du Cameroun, 2015 Johnny Vianney BISSAKONOU,L’autre version de la crise centrafricaine, 2015. Léonard MESSI,Les sept péchés capitaux du régime de Biya, 2015. Karfa Sira DIALLO,Sénégal-France, Mémoires d'Alternances inquiètes, 2015 Moussa SANON,Blaise Compaoré ou la fin non-glorieuse de « Monsieur Bons offices », 2015 Jacques SOM,Non, l’Afrique Noire n’est pas maudite !, 2015. Mohamed AMARA,Le Mali rêvé, 2015. Jérôme KABLAN BROU,L’autre Côte d’Ivoire ou l’alter-émergence. Élections présidentielles 2015, 2015. Roger KAFFO FOUKOU,Eduquer pour une mondialisation humaniste, 2015. Albert MOUTOUDOU,L’hypothèse panafricaniste, 2015. Martin KUENGIENDA,L’Afrique est-elle démocratisable ?,Constitution, sécurité et bonne gouvernance,2015. SHANDA TONME,Conflits d’éthiques et crises des relations internationales, 2015. Jules DJOSSOU,Chroniques politiques béninoises. Autopsie d’une démocratie en berne, 2014.
Paulin HOUNSOUNON-TOLINDroits de l’homme et droits de la femme Regard historique, philosophique et politique ou évidence d’une secondarité
Préface du Professeur Henri BAH de l’Université Alassane Ouattara de Bouaké, Côte d’Ivoire Postface du Professeur Abiola Félix IROKO de l’Université d’Abomey-Calavi République du Bénin
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris www.harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-10346-4 EAN : 9782343103464
Du même auteur Aux Editions L’Harmattan-Tournant utilitariste de l’enseignement supérieur en Afrique, 2014, 174 p. -Rendez-vous chez Sénèque. A propos de l’éthique, 2012, 211 p. -Afrique, la voie du cannibalisme culturel. A la recherche de la source commune identitaire de l’Afrique, 2012, 244 p. Aux Editions Clé, Yaoundé -Devoir de vérité de l’intellectuel universitaire Réfutations philosophiques, juin 2015, 154 p. -Education et décolonisation culturelle de l’Afrique Eléments et situations de comparaison entre les Romains de l’Antiquité et les Fons du Bénin, novembre 2014, 332 p. A paraître -Royaume de Dan-Xomè, un Etat moderne et de droit avant sa naissance. Un des imprévus des heurs et malheurs du prince Aho-Hwégbadj. -Babélisme d’hier à aujourd’hui. Ostracisme et malédiction des langues. -Démocratie de changement d’Ali Baba et de maintien des 40 voleurs. Hypocrisie politique et culture du régionalisme au Bénin.
5
A Adeline Ahouanlédé AGLIGAN, ma mère
6
Remerciements Cet ouvrage est issu de deux textes. Le premier texte a été présenté pour la première fois lors du deuxième colloque de l’Université d’Abomey-Calavi des Sciences, Cultures et Technologies du 25 au 29 mai 2009 sur le Campus universitaire d’Abomey-Calavi. Le texte a connu plusieurs versions jusqu’à celle-ci. Le premier texte a pour origine une rentrée solennelle prononcée au Champ d’Oiseau de Cotonou le 21 décembre 2015 dans le cadre des activités de la Chaire UNESCO des « Droits de l’homme, de la personne et de la démocratie ». Je remercie le titulaire de la Chaire et tout son staff pour m’avoir demandé cette conférence de rentrée solennelle. Le texte original ne contenait que seize pages. Il constitue dans cet ouvrage la première partie et s’étend sur près de soixante pages. L’idée d’écrire un ouvrage sur la question des droits de l’homme et des droits de la femme est liée à l’extension du texte présenté dans le cadre de cette rentrée solennelle du 21 décembre 2015. Et le développement, l’extension même du texte à d’autres aspects du sujet de la conférence, je le dois, en toute franchise, à deux éminents professeurs qui faisaient partie des invités à cette rentrée solennelle. Il s’agit des professeurs Abiola Félix IROKO et Joël AÏVO. Le premier, le professeur Abiola Félix IROKO, fit preuve d’une humilité, non de façade, c’est la règle générale depuis quelques années à l’Université d’Abomey-Calavi, mais authentique en avouant avoir appris beaucoup de choses par ladite présentation. En acceptant
7
d’écrire a postface, il a accepté de confirmer par ici sa première appréciation du texte original. Il a, par ailleurs, eu la gentillesse de me faire connaître la Charte du Mandingue qui témoigne de l’intérêt des rois africains pour la question d’une société de justice et éprise des droits de l’homme. Ce fut grâce à lui également que j’ai connu le Corpus des 41 lois du roi Hwégbadja qui était une véritable constitution, un projet de société, qui prenait déjà en compte les droits des étrangers et une société d’égalité de justice pour tous. Le second, le professeur Joël AÏVO, fit également preuve d’une humilité non feinte en affirmant avoir appris beaucoup de choses par le texte présenté à la rentrée solennelle. Il alla jusqu’à ajouter que les hommes de droit utilisent des termes et expressions sans se préoccuper de leur origine comme « Habeas corpus » qui remonte au droit romain et qui a été à l’origine de « Habeas corpus Act » des Britanniques. Il a accepté de préfacer l’ouvrage, mais n’a plus eu le temps de réaliser cette volonté en confirmant sa première appréciation du texte présenté le 21 décembre 2015 au Chant d’Oiseau de Cotonou. Je voudrais donc saluer l’humilité et l’honnêteté intellectuelles des professeurs Abiola Félix IROKO et Joël AÏVO. Je voudrais adresser également mes vifs remerciements à Roseline NATA qui accepta de laisser ses enseignements de la journée pour assister à la conférence. C’est elle qui m’a assuré de la qualité de la présentation du texte à partir de ce qu’elle a appris des uns et des autres de sa place du fond de la salle où la conférence de la rentrée solennelle a eu lieu. C’est elle également qui m’a conseillé de proposer aux professeurs Abiola Félix IROKO et Joël AÏVO d’écrire l’un la préface et l’autre la postface et que ce sera la confirmation de leur première appréciation de ma conférence de cette rentrée solennelle. Je lui voudrais
8
lui dire également un franc et sincère merci pour son assistance et ses conseils. Je voudrais témoigner ici également ma reconnaissance Kpa Yao Raoul KOUASSI, dit You FASER, pour sa relecture du tapuscrit et ses conseils pertinents. Enfin, le professeur Henri Bah, l’ami de toujours et spécialiste de la question des droits de l’homme, a accepté de préfacer l’ouvrage suite à une soutenance de thèse doctorat en philosophie sur la question de féminité chez Hobbes le 08 août 2016 à « Université Alassane Ouattara de Bouaké. Qu’il veuille accepter de recevoir ici mes sincères et francs remerciements pour ce renouvellement de sa fraternelle amitié. Ranhotel, Bouaké, le 11 août 2016 P. H.-T.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.