Ecrits et conférences, 2. Herméneutique

De
Publié par

La contribution de Paul Ricœur à la théorie de l’interprétation, ou herméneutique, est considérable. Il figure parmi les maîtres de cette discipline, aux côtés de Schleiermacher, Dilthey, Heidegger et Gadamer. En marge des grands livres que sont Le Conflit des interprétations et Du texte à l’action, il a rédigé divers articles et contributions qui méritent d’être découverts ou redécouverts. Ils permettent de saisir sur le vif l’avancement de sa recherche à un moment précis. Certains textes analysent la métaphore, d’autres guident le lecteur à travers les divers enjeux du « problème herméneutique », du symbole au texte, puis du texte à l’action, considérée à travers ses implications éthiques. On y découvre aussi la volonté de Ricœur de s’interroger sur le devenir de l’herméneutique, et son souci de confronter celle-ci à la philosophie analytique. Sa contribution à l’herméneutique biblique a été décisive. Il s’est penché en philosophe sur la Bible, donc sur ce qu’elle « donne à penser ». Deux études magistrales rendent compte de cet effort – sans équivalent dans la philosophie française – pour explorer les relations entre révélation et vérité d’une part, mythes du salut et raison d’autre part.Ce livre, préparé et annoté par Daniel Frey et Nicola Stricker, est le second volume de la série « Écrits et conférences », publiée sous les auspices du Fonds Ricœur. Paul Ricœur (1913-2005). Écrits et conférences 2 rassemble des textes du philosophe parus entre 1972 et 2006.
Publié le : vendredi 25 juillet 2014
Lecture(s) : 23
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021023695
Nombre de pages : 320
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
É C R I T S E T C O N F É R E N C E S 2 H E R M É N E U T I Q U E
E T
P A U L R I CŒU R
É C R I T S C O N F É R E N C E S
H E R M É N E U T I Q U E
T e x t e s r a s s e m b l é s e t a n n o t é s p a r D a n i e l F r e y e t N i c o l a S t r i c k e r
P r é s e n t a t i o n p a r D a n i e l F r e y
É D I T I O N S D U S E U I L e 27, rue Jacob, Paris VI
2
CE LIVRE EST PUBLIÉ SOUS LA RESPONSABILITÉ ÉDITORIALE DE JEANLOUIS SCHLEGEL
ISBN 9782021012316 © Éditions du Seuil, avril 2010 Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.editionsduseuil.fr
P R É S E N T A T I O N
Lœuvre de ricœur et lherméneutique Lherméneutique est fréquemment associée, en France comme à létranger, à lœuvre de Paul Ricœur. Le philosophe a en effet fortement contribué à faire connaître cette disci pline vouée à la théorie de linterprétation, à travers notam ment deux de ses plus importants recueils dessais (Le Conflit des interprétations,Du texte à laction), portant en soustitre 1 la mention « Essais d. Herméneutique, sonherméneutique » œuvre lest à un double titre. Lherméneutique constitue dabord pour lui uneméthode philosophique quil cherche à articuler à dautres. Cest parti culièrement remarquable dans laPhilosophie de la volonté, quand Ricœur intègre lherméneutique à une analyse de type 2 phénoménologique . Dans cet ouvrage, en effet, le philo sophe entreprend une description phénoménologique de la volonté dans son rapport avec linvolontaire, puis, faisant face au problème de la volonté mauvaise, il livre une
1.Le Conflit des interprétations. Essais d'herméneutique, Seuil, 1969 ;Du texte à l'action. Essais d'herméneutique II, Seuil, 1986. 2.Philosophie de la volonté I. Le Volontaire et l'Involontaire, Aubier, 1950 ;II. Finitude et Culpabilité, t. 1,L'Homme faillible, 1960 ; t. 2,La Symbolique du mal, Aubier, 1960 (réédition en un volume en 1988 chez Aubier, puis en poche, avec une préface de Jean Greisch, Seuil, coll. « Points Essais », 2009).
7
p r é s e n t a t i o n
interprétationdes symboles du mal relevant de la culture biblique et de la tragédie grecque. Seule une telle interpréta tion permet en effet de saisir le passage de la simple possibi lité de fauter (la faillibilité) à laveu de la faute ellemême. Ricœur théorise alors, en conclusion, la nécessité darticuler la réflexion pure à une interprétation des symboles langagiers qui la précèdent toujours. Cest le sens de laphorisme resté fameux, qui doit être compris comme un pari : « Le symbole 3 donne à penser » . Plus récemment, dansLa Mémoire, lhistoire, loubli (2000), le philosophe articule de façon semblable la phéno ménologie de la mémoire à une réflexion herméneutique portant sur la condition historique et lexplication/compré hension desœuvres humaines. Ces deux exemples, parmi dautres, montrent que lherméneutique est pour lui une méthode philosophique qui ne saurait être érigée en méthode universelle : il ny a lieu de lemployer que là où elle savère la plus pertinente, au terme dun processus dobjectivation et danalyse, et en préalable à des réflexions de nature plus 4 éthique et ontologique . Lherméneutique désigne alors lun des modes duphilosopherpropre à Ricœur, soucieuxet fidèle en cela à Kantdétablir les conditions de validité des diverses méthodes articulées. Le génie propre de lhermé neutique, définie comme une « théorie générale de linterpré tation », est de sattacher scrupuleusement à linterprétation des signes humains, quils soient symboles, textes ou quasi
3.La Symbolique du mal,op.cit., p. 324. 4. C'est particulièrement clair dansSoimême comme un autre(Seuil, 1990), où le moment herméneutique constitue une transition entre une description de l'action de nature analytique et une éthique menant elle même à une esquisse ontologique.
8
p r é s e n t a t i o n
5 textes (actions) . En tant que telle, lherméneutique se pré sente comme une réflexion distanciée et critique sur les opé rations dexplication et de compréhension en jeu dans linterprétation, ordinaire ou savante, desœuvres de culture.
Si lherméneutique apparaît donc bien chez Paul Ricœur comme une méthode philosophique adaptée à certains objets de nature langagière, force est de constater quelle désigne également lestylemême de sa philosophie, dans la mesure où celleci se donne pour tâche de connaître le sujet. Or ce der nier, ainsi que le rappelle le philosophe dansRéflexion faite, « ne se connaît pas luimême directement, mais seulement à travers les signes déposés dans sa mémoire et son imaginaire 6 par les grandes cultures » . À cet égard, cest lœuvre de Ricœur en son entier qui porte le sceau de « lâge herméneu tique de la raison », pour reprendre une formule de Jean 7 Greisch que le penseur s. Lest appliquée à luimême her méneutique est le visage que prend la philosophie de la réflexion lorsque, pour connaître le sujet, celleci choisit de faire le grand détour par linterprétation des signes de son existence. Elle illustre par là une conviction profonde : le chemin de soi à soi fait nécessairement le détour par ce qui
5.Du texte à l'action,op.cit., p. 7. 6.: autobiographie intellectuelleRéflexion faite , Éd. Esprit, 1995, p. 30. La distinction entre méthode herméneutique et style hermé neutique est davantage développée dans D. Frey, « Entre la méthode et le style : usages de l'herméneutique chez Ricœur »,inC. Sautereau et S. Castonguay,Usages de l'herméneutique, à paraître aux Presses de l'université Laval, 2010. 7. VoirL'Âge herméneutique de la raison, Cerf, 1985, et la préface deSoimême comme un autre(op. cit., p. 38), ainsi que le titre de la décade de Cerisy qui lui est consacrée :Paul Ricœur. Les métamorphoses de la raison herméneutique, J. Greisch et R. Kearney (éd.), Cerf, 1991.
9
p r é s e n t a t i o n
est autre que soi. Ou, pour le dire autrement, le vœu de se connaître conduirait trop prématurément à soi sil ne faisait, dune certaine manière, le tour des signes qui disent le monde. Dans « De linterprétation », essai de 1983 dans lequel il faisait le point sur les travaux entrepris jusquelà, Ricœur présentait ainsi lherméneutique comme ce qui complète et corrige son appartenance résolue à une philoso phie du sujet trop souvent oublieuse (chez Descartes puis Husserl notamment) des médiations que suppose la connais sance de soi : « [] jaimerais caractériser, écrivaitil, la tra dition philosophique dont je me réclame par trois traits : elle est dans la ligne dune philosophieréflexive; elle demeure dans la mouvance de laphénoménologiehusserlienne ; elle veut être une varianteherméneutiquede cette phénoméno 8 logie » . Cest en définitive parce quelle désigne simultanément une méthode parmi dautres mais aussi le style même de la philosophie de Ricœur que lherméneutique a fait lobjet, dans sonœuvre, dune attention soutenue et constante qui lui a valu de figurer parmi les maîtres de cette discipline, aux côtés de Schleiermacher, Dilthey, Heidegger et Gadamer. Les différents essais réunis dans ce second volume desÉcrits et Conférencespubliés sous les auspices duFonds Ricœur attestent, parmi dautres, de cette contribution herméneutique de Ricœur.
Écrits dherméneutique Comme le premier volume de cette série,Herméneutique propose aux lecteurs de découvrir des textes dont Paul
8.Du texte à l'action,op. cit., p. 25 (c'est Ricœur qui souligne).
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.