Essais de philosophie critique

De
Publié par

BnF collection ebooks - "Pour tout esprit qui s'intéresse à l'avenir des études philosophiques, il est manifeste qu'elles traversent en ce moment une crise redoutable. Depuis le début de ce siècle, la philosophie n'en avait pas connu d'aussi grave, d'aussi difficile, et qui mît à ce point son existence en péril."

BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.


Publié le : lundi 7 mars 2016
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782346010851
Nombre de pages : 472
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
etc/frontcover.jpg
À propos de BnF collection ebooks

 

BnF collection ebooks est éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.

Fruit d’une sélection fine réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF par un comité éditorial composé de ses plus grands experts et d’éditeurs, BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés.

Morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse, tous les genres y sont représentés.

Éditée dans la meilleure qualité possible eu égard au caractère patrimonial de ces fonds, conservés depuis de nombreuses années par la BnF, les ebooks de BnF collection sont proposés dans le format ePub, un format ouvert standardisé, pour rendre les livres accessibles au plus grand nombre sur tous les supports de lecture.

À la mémoire de Philibert Damiron

Le jour où nous rendions les derniers devoirs à notre ami, j’entendais le duc de Broglie dire avec une profonde tristesse : Nous perdons un sage. Ce mot, dans la bouche d’un tel homme, résumait tout ce que notre imparfaite humanité contient de plus noble et de meilleur. Tel est bien l’homme que l’Université, que l’Académie, que le public savant, que le monde a connu. Et pourtant, aucun de ceux qui ont vécu dans l’intimité de M. Damiron, ne trouveront dans le mot de son illustre confrère la complète définition de l’homme excellent qui vient de nous être si brusquement enlevé. Oui, M. Damiron avait les pensées, les mœurs, les affections, les vertus d’un sage. Jamais un paradoxe n’a séduit sa sévère raison ; jamais une épreuve n’a fait fléchir sa ferme volonté ; jamais un devoir n’a échappé à l’œil toujours ouvert de sa conscience. Mais, s’il fut sage, c’est d’une manière qui n’est qu’à lui. Chez la plupart des hommes qui méritent ce beau titre, la sagesse est le fruit de l’expérience et de l’épreuve ; la vertu est le prix de l’effort. En un mot, ils sont devenus sages. Il semble que M. Damiron soit né tel, comme il est né doux, bon, affectueux, sympathique. Sans aller jusqu’à dire que la nature, et pour me servir d’un synonyme qu’il se plaisait à employer, la grâce avait tout fait en lui, je ne serai pas contredit de ceux qui l’ont le mieux connu, en affirmant que sa sagesse et sa vertu avaient quelque chose de si naturel qu’il était difficile d’y apercevoir la lutte et l’effort. C’est que la pratique du bien ne rencontrait jamais chez lui ces passions violentes ou haineuses qui, même domptées chez les plus nobles caractères, laissent une certaine amertume dans la victoire qui a été le fruit du combat.

Tout sentiment, dans cette douce et noble nature, tournait à l’affection, aucun à la passion. Voilà le secret de la paix profonde dont il jouissait au milieu des mille contrariétés de la vie, de la charmante gaieté qui étonnait jusqu’à ses amis, au sein de sa famille et dans son petit cercle d’intimes, du bonheur enfin qu’il répandait autour de lui en l’éprouvant lui-même. Nul sentiment amer, nul mouvement violent n’eût osé se produire devant tant de bienveillance et de modération. L’indignation, la colère, la haine du mal et des méchants, le mépris de tout ce qui est bas et vil ne sont pas des passions étrangères aux plus honnêtes gens ; et il est des temps où de tristes spectacles les portent à un degré d’amertume et de violence que condamne la sagesse. L’affection était si bien le fond de l’être, chez M. Damiron, que les bassesses et les iniquités éveillaient rarement autre chose qu’un sentiment de profonde tristesse. Il en souffrait bien plus qu’il ne s’en indignait. Et c’est à peine si parfois un sourire de pitié venait trahir l’énergique répulsion que lui causait le récit d’une méchante action ou d’une basse intrigue. Aussi, pour calmer ou modérer ceux d’entre nous qu’une passion, même généreuse, entraînait au-delà des bornes de la vérité ou de la justice, n’avait-il besoin ni de leçons ni de conseils. Nos colères tombaient devant sa judicieuse bonté, et notre âme se mettait bien vite au ton de sa douce sagesse. C’est que, sans le vouloir, sans le savoir, car il n’aimait guère accepter ce qu’on appelle un rôle en quoi que ce soit, il faisait sentir sa pacifique influence à tous ses amis, se trouvant tout naturellement le mentor des jeunes, l’arbitre des vieux, le médiateur des intérêts, le modérateur des passions, le vrai juge de paix d’une petite société où tous les sentiments trop vifs, toutes les prétentions excessives, toutes les petites querelles d’ambition ou de vanité, venaient expirer devant son tribunal.

Voilà quel sage était M. Damiron. Chose singulière ! cet esprit si modeste, cette âme si douce, ce caractère réservé jusqu’à la timidité portait le cachet d’une exquise originalité ! Ses doctrines avaient une onction, ses vertus avaient un parfum qui ne semblaient pas de son temps, bien qu’il en fût, dans la bonne acception du mot. Il est bien des côtés, les plus intimes et les meilleurs, de cette rare nature que n’ont connus ni l’Université, ni l’école Normale, ni l’Académie, ni le monde savant, où il a laissé de profonds et unanimes regrets. Je suis de ceux qui ont eu le bonheur de vivre tout près de lui. J’aurais voulu pouvoir dire sur sa tombe tout ce qu’ont perdu ses amis dans cette douloureuse séparation. Je n’en ai pas trouvé la force.

M. Damiron n’a été mon maître que par ses livres. Quand j’ai pu l’entendre, j’étais déjà vers la fin de ma carrière de professeur. Mais le premier de ses livres, l’Essai sur la philosophie du XIXesiècle, publié d’abord en une série d’articles dans le Globe, a été pour moi une révélation. Lorsqu’il parut, nous n’avions aucune idée de la philosophie nouvelle. Voltaire ou de Maistre, Descartes (non le vrai, mais le Descartes de la philosophie de Lyon) ou Condillac, les idées innées ou la table rase, telle était l’alternative à laquelle semblait condamnée la jeunesse philosophique du temps. Le seul enseignement qui eût eu une certaine popularité, en dehors de ces noms et de ces écoles, était les leçons de M. Laromiguière, où s’annonçait déjà la réaction contre la philosophie de la sensation. Grâce à l’habile et libérale direction de mon premier maître, M. Patrice Larroque, j’étais de ceux qui avaient été initiés, dès le collège, à cette timide réforme de la philosophie dominante. Il faut avoir passé par cette disette d’idées et ce luxe de scolastique pour comprendre la révolution qui se fit tout à coup dans nos jeunes intelligences, à la lecture d’un livre où les doctrines analysées n’étaient guère moins nouvelles pour nous que la critique qui en suivait l’exposition. Rien, aujourd’hui, ne peut donner à la jeunesse qui arrive des provinces une idée du mouvement au milieu duquel nous tombâmes, en 1827, au sortir du collège. C’était le moment où l’esprit nouveau, le véritable esprit du XIXe siècle, faisait explosion dans tous les genres et sous toutes les formes, science et littérature, livres, journaux et cours publics. C’était le moment où M. Royer-Collard était l’oracle de la tribune, où MM. Villemain, Cousin, Guizot étaient les maîtres de la jeunesse française, où le Globe, sous M. Dubois, où le National, sous MM. Thiers, Mignet et Carrel, répandaient à flots la lumière et la flamme sur tous les sujets actuels de politique, de philosophie, d’histoire, de littérature, d’art. Le livre de M. Damiron, tout en nous laissant ignorer l’origine et la tradition de la plupart des doctrines dont il nous présentait le tableau fidèle et animé, nous transportait tout à coup au plus vif de la mêlée des écoles contemporaines, et nous faisait entrer dans la vivante pensée du siècle. Des maîtres illustres avaient déjà écrit et parlé ; mais leurs oracles n’étaient point encore sortis du cercle de quelques initiés. Maine de Biran, dont les traités les plus importants n’avaient pas vu le jour, restait parfaitement ignoré. Royer-Collard n’était connu que de quelques esprits d’élite réunis autour de sa chaire. M. Cousin, déjà populaire par son éloquence plutôt que par ses idées, n’avait encore publié de son enseignement que quelques fragments plus à la portée des initiés que du public. Jouffroy ne s’était fait connaître que par ses mémorables articles du Globe. Par l’étendue et la variété des matières, par la parfaite netteté des analyses, par l’esprit libéral et toujours sympathique des critiques, par ce style déjà plein de charme et d’onction qui excellait à montrer la pensée d’autrui sous son meilleur jour, le livre de M. Damiron nous inspira le goût et nous ouvrit les horizons de la philosophie contemporaine. La pensée française du XIXe siècle, dispersée jusque-là en écoles exclusives, en œuvres personnelles ; s’était reconnue, concentrée, sinon réconciliée avec elle-même, dans ce livre où toutes les écoles avaient comparu ; elle y avait pris conscience de sa force et de sa vraie direction.

M. Damiron est déjà tout entier dans ce livre. Sa science assurément gagnera en étendue, en profondeur, en exactitude ; sa critique deviendra plus sûre et plus précise. Mais sa doctrine est déjà faite, et son style également. C’est qu’il tient sa doctrine et son style de sa nature avant tout. La science développera l’une, l’art perfectionnera l’autre. Mais ni la science ni l’art n’ont rien créé. M. Damiron est de la famille de ces écrivains que j’appelle naturels, sans la moindre intention de critique pour des écrivains d’un tout autre caractère, que je définis par le mot d’artistes. Il n’a jamais eu, pas plus que Jouffroy par parenthèse, cette souplesse d’allures, cette variété de ton, cette merveilleuse propriété de se teindre-de la couleur de tous les sujets, toutes qualités qui font le génie des écrivains artistes. Chez lui, ce sont toujours les mêmes cordes qui vibrent, le même ton, la même harmonie, avec des degrés divers de force et d’intensité. Il savait, comme d’autres, les secrets de l’art d’écrire ; son goût délicat, sa science de la langue se montraient dans ses conseils à ses élèves. Il n’y a qu’une voix là-dessus parmi tous ceux qui l’ont eu pour maître. Mais, quand il écrivait, il était tout à sa pensée et à son sentiment. Son âme passait dans son style, et c’est ce qui en fait le prix. Dans ce style, nul éclat emprunté à l’art des métaphores, nulle couleur poétique, nul mouvement cherché. La pure lumière de son esprit, la douce flamme de son cœur, la discrète émotion d’une sensibilité tout intérieure, voilà ce qui en fait le caractère original. Viennent les accidents, les influences du dehors ; elles n’auront jamais le pouvoir de le transformer, ni même de l’altérer.

Tous les livres publiés successivement pendant sa laborieuse et féconde carrière : ces cours de psychologie, de logique, de morale, où il a embrassé tout le cercle des grandes questions de philosophie, répandant sur toutes, les clartés de sa fine analyse et l’onction de sa douce éloquence ; ces mémoires, si savants et si précis, sur les grands et les petits philosophes du XVIIe et du XVIIIe siècle, qu’il lisait à l’Institut, offrent les mêmes qualités de pensée et de style que ses premiers essais, avec plus de science et de maturité. Quand le moment sera venu d’apprécier tous ces importants travaux, la critique en fera ressortir les solides mérites et les aimables qualités, l’exactitude de l’érudition, la précision des détails, la rectitude de jugement, la sévère impartialité des conclusions, un sentiment exquis des convenances, une finesse d’observation, une délicatesse dans le discernement des nuances, un tact supérieur pour découvrir, un rare talent pour exprimer les choses qui se sentent plus qu’elles ne se pensent. C’est par ces dernières qualités que se distinguent surtout ses analyses et ses descriptions des phénomènes de conscience. En les lisant, on sent qu’il a regardé dans le cœur humain, à travers le miroir de sa propre nature, et que c’est ainsi qu’il en a si bien vu les parties délicates et les nobles côtés. Mais nulle part l’homme que j’essaye de faire connaître ne s’est montré aussi nettement, aussi pleinement que dans ces leçons générales qu’il nous lisait, à chaque ouverture de son cours, sur quelques-uns de ces grands problèmes de philosophie morale ou religieuse qui ont toujours occupé les esprits élevés, et que la science abandonne aujourd’hui à l’éloquence des théologiens. Ces sortes de discours, qui semblent sinon d’un autre temps, du moins d’un autre pays, ne font-ils pas penser à la prédication de l’illustre Channing, tout en rappelant la manière de Fénelon et de Malebranche ? Et ces touchantes allocutions qu’il adressait, dans sa Sorbonne des champs, à ces pauvres enfants d’ouvriers qui venaient recevoir, sous les yeux de leurs familles, le prix du travail des mains de notre cher philosophe, est-il possible de les lire sans sentir palpiter, sous ces paroles émues, un cœur vraiment aimé du peuple, plein de sympathie pour ses naïves vertus et de pitié pour ses misères. Le langage qu’il parlait à ces âmes simples ne flattait pas leurs passions. Je ne lui ai jamais entendu dire qu’il n’en ait pas été compris.

J’étais un fervent adepte de M. Damiron longtemps avant de le connaître. Je l’ai entendu plus tard à la Sorbonne. Là, sa parole montrait ce que son style laissait apercevoir, une foi intime, profonde, très vive, sous les formes les plus sévères et les moins oratoires. Quand je dis : montrait, je me trompe encore, je devrais dire : trahissait. Car il fallait le bien connaître, l’avoir vu de près, toucher sa personne en quelque sorte, pour bien juger des tourments de cet esprit, qui craignait toujours de ne pas rencontrer la juste expression de sa pensée, et pour entendre les battements de ce cœur toujours ému par le sentiment intime des vérités dont il donnait la démonstration. J’ai entendu à peu près tous les maîtres de la parole de notre temps, et dans tous les genres ; j’ai assisté avec ravissement, dans mes jeunes années surtout, à ces grandes fêtes de l’éloquence, où se pressait l’élite de la société et de la jeunesse française, aux jours de notre liberté. Je me garderai bien de dire que l’âge, l’expérience, les habitudes méditatives m’en ont fait perdre le goût. Mais ces grands artistes, dont la parole va si bien aux foules, peuple ou assemblée, me font penser au forum et au théâtre, où les orateurs et les acteurs produisent d’autant plus d’effet qu’ils sont plus maîtres d’eux-mêmes. J’ai toujours trouvé un charme particulier à ces enseignements intimes, je dirais presque à ces entretiens à demi-voix où l’âme du professeur se communique avec ses idées au petit nombre d’auditeurs, d’amis qui recueillent sa parole. Tels étaient Jouffroy et Damiron. Ils ne cherchaient jamais l’éloquence. Quand au fort d’une analyse, d’une déduction, d’une description, il leur arrivait de rencontrer une de ces vérités qui saisissent l’âme tout à coup en même temps que l’esprit, et l’exaltent malgré elle ; quand le sentiment longtemps contenu de cette vérité montait enfin du cœur aux lèvres et s’échappait en paroles émues, il se produisait alors, au sein de l’auditoire, un mouvement qui n’était pas l’effet ordinaire de l’éloquence, n’ayant rien des gestes de l’admiration et n’éclatant point en applaudissements. Il se faisait un profond silence, comme pour mieux jouir des hautes pensées qui passaient dans l’âme des auditeurs. J’ai goûté souvent ces joies de l’esprit, en entendant la voix de ces deux maîtres.

Je n’apprendrai rien au public en disant que, chez M. Damiron, la doctrine était une foi, et que cette foi était sa vie. Il suffit de l’avoir lu et entendu pour le deviner. Et qui ne sait d’ailleurs comment il a vécu ? C’est que cette foi était non seulement établie dans les habitudes de son esprit, mais tenait aux plus profondes racines de sa nature. Aussi n’avait-elle ni doute, ni obscurité, ni défaillance. C’était la foi d’un croyant. Il avait la même fermeté de pensée contre tous les adversaires de sa foi, qu’ils fussent théologiens ou encyclopédistes, qu’ils s’appelassent de Maistre, Spinosa ou d’Holbach. M. Damiron n’a pas dévié un seul instant de la ligne que son esprit s’était tracée de bonne heure. Philosophe spiritualiste et religieux, mais toujours libre penseur, il n’a jamais rien fait ni pour échapper à la congrégation de l’Index, ni pour en faire révoquer les arrêts. Sa fermeté, en cela, n’avait d’égale que sa douceur.

Que cette foi fût libérale et tolérante, rien de plus simple. Autrement elle n’eût pas été la foi d’un philosophe. Mais ceux qui ne le connaissaient point à fond admiraient toujours comment, prenant au sérieux ses idées au point de souffrir de la contradiction, M. Damiron traitait, je ne dis pas avec convenance, mais avec sympathie les plus décidés adversaires de ses croyances ; comment les Helvétius, les d’Holbach, les Diderot d’une part, les de Bonald, les Lamennais, les de Maistre de l’autre, le trouvaient toujours plein d’égards et d’aménité. Était-ce simple politesse académique ? nullement. Il suffit de lire sa polémique pour voir que la politesse n’a ni ce ton ni cet accent. C’est qu’il en est de la tolérance de M. Damiron comme de ses autres vertus. Il était tolérant à sa manière et selon sa nature, c’est-à-dire qu’il l’était encore plus par le cœur que par l’esprit. Dans sa critique, il lui était impossible de séparer entièrement l’homme du philosophe. Quand donc ces philosophes de l’encyclopédie ou de l’Église se trouvaient être d’excellents ou de nobles caractères, M. Damiron ne pouvait s’empêcher de se prendre d’amitié pour eux. Et alors il lui arrivait ce qui arrive à tous ceux qui aiment. Il cherchait, et combien il était heureux de découvrir, à côté des erreurs qu’il lui fallait signaler et condamner, des vérités, des aperçus, des observations, des sentiments, des mouvements qu’il notait avec bonheur, sans triompher de la contradiction qui semblait en résulter. C’est là ce qui fait, non pas seulement l’intérêt (tous les mémoires publiés par lui ont ce caractère à un haut degré), mais le charme particulier, mais l’originalité des études sur Spinosa, sur Helvétius, sur d’Holbach, sur Diderot. D’autres critiques, à l’esprit sinon plus large, du moins plus souple, ont pu traiter avec plus de complaisance ces philosophes du XVIIIe siècle. Nul n’a aussi bien vu, aussi bien montré la bonté, la générosité, la foi ardente, l’abnégation personnelle de ces singuliers apôtres, sous la pauvreté, la légèreté, et parfois l’immoralité des doctrines. Aujourd’hui, on parle d’or sur toutes choses ; le plus pur spiritualisme coule de toutes les lèvres. J’aime à croire qu’il est aussi au fond des cœurs ; mais j’en voudrais voir les effets dans les œuvres. Nous pensons d’une façon bien plus correcte que nos pères. On n’entendrait plus dire sans scandale parmi nous que l’homme n’est qu’une machine ou un animal, que le bien et le mal se réduisent à l’intérêt bien ou mal entendu, que le sentiment de notre liberté et de notre responsabilité personnelle n’est qu’une illusion, que tout n’est que matière, le mouvement, la vie, l’âme, l’intelligence. Et tous les esprits élevés, toutes les âmes généreuses, doivent applaudir à ce progrès de la philosophie française. Mais en voyant l’étrange contraste des faits et des doctrines, n’est-il pas permis d’avoir un peu d’indulgence, et avec notre cher Damiron, même un certain degré de sympathie pour ces pauvres philosophes qui pensaient parfois si mal et agissaient souvent si bien ? Pour moi, j’avoue que je n’ai pu lire sans être ému à en verser des larmes le touchant mémoire sur mon compatriote Diderot. La pensée de cet homme excellent, si vive d’ailleurs, si-féconde, si étincelante d’aperçus et d’idées, n’a pas toujours été aussi noble, aussi pure que ses sentiments. Ceux qui liront M. Damiron verront comment un sage, mais un sage qui est bon, traite une de ces bonnes, loyales, et soudaines natures égarées, à la suite de leur siècle, dans les basses régions de la pensée.

Toute foi est communicative. Celle de M. Damiron s’épanchait dans ses livres, dans ses cours, parfois dans de rares conversations avec de jeunes amis, où son âme s’échappait avec sa pensée, sans controverse ni discussion. Il se gardait de produire ses idées à tout propos et à tout venant. Non qu’il eût peur que la contradiction ne vînt éveiller chez lui des doutes et provoquer des défaillances. Sa foi n’était pas une de ces plantes délicates que le vent de la critique dessèche ou déracine. Mais d’abord il n’aimait pas jeter les choses saintes, comme il disait, les graves questions de la métaphysique en pâture aux railleries ou aux légèretés d’une conversation mondaine. Ensuite la contradiction lui était doublement désagréable. Il en souffrait pour lui-même et dans sa foi qui était sa vie ; et il en souffrait aussi pour autrui, par un sentiment d’irrésistible sympathie. Car il était de ces âmes dont l’extrême délicatesse s’étudie à écarter les occasions de froissement, encore plus pour les autres que pour soi-même.

Ses amis le savaient, et se seraient trouvés mal à l’aise de penser autrement que lui. Assurément la vérité a ses droits, et la mission de l’écrivain a ses devoirs qui priment tout. Mais il est des hommes en compagnie desquels on est tout heureux de poursuivre cette vérité. Le digne philosophe, l’ami vénéré que nous venons de perdre ne s’est jamais douté, dans sa candide modestie, de l’empire qu’il exerçait autour de lui, par l’attrait de sa douceur et le respect de sa foi. L’empire, l’autorité, l’ascendant ! les caractères violents, les âmes serviles en cherchent le principe dans la force qui contraint, qui insulte et qui écrase. Pour moi, dont le caractère n’est ni de fer ni de roc, j’ai toujours eu un superbe mépris pour la force orgueilleuse et insolente ; mais aussi, je l’avoue, j’ai peine à tenir devant la force de la douceur et de la bonté. Quand, pour continuer à suivre la voie que je croyais celle de la vérité, j’ai dû m’écarter des rangs où j’avais combattu sous le même drapeau que M. Damiron, mon grand souci, dirai-je mon trouble, a été celui-ci : que pensera notre cher philosophe ? Et ici encore je ne craignais pas pour son estime, pour son amitié. Je savais que toute pensée sincère et sans nulle prétention personnelle, quelque hardie qu’elle lui parût, pourvu qu’elle fût toujours haute et sévère, sur de si difficiles problèmes, obtiendrait sinon l’assentiment, du moins le respect de cet esprit si dévoué à la recherche du vrai. Mais je prévoyais que ce sentiment serait mêlé d’un regret et, pour dire le mot, d’un véritable chagrin.

Je l’ai vu, je l’ai senti, ce sentiment dans les lettres animées, éloquentes, presque vives, mais toujours si affectueuses qu’il m’écrivait en réponse à l’envoi de mon livre sur la métaphysique et la science. Ce livre lui était tombé des nues au milieu d’une terrible épreuve. Il s’agissait de la vie de l’être qui lui était le plus cher au monde, de la vie d’une sœur dont je ne veux rien dire ici, sinon qu’elle fut digne de lui. Elle était au plus mal. Il ne quittait guère le chevet de son lit. C’est dans ces cruels moments qu’il prenait la plume pour défendre la foi de toute sa vie. « Plus j’avance dans votre livre, plus je tremble pour le dénouement. Votre critique ressemble à ces chars armés de faux qui ne laissent rien debout sur leur passage. Que restera-t-il à notre philosophie, après cette guerre acharnée à tout ce que vous appelez les abstractions, les entités et les idoles de la vieille métaphysique ? » Il lui restait, il le savait bien et m’en a toujours félicité, toutes ces grandes et immortelles vérités morales sur lesquelles il n’est pas permis à tout homme qui a une conscience d’hésiter, aujourd’hui moins que jamais. Je pouvais me séparer de mon cher maître, sur les hauts sommets de la métaphysique, concevoir autrement que lui le Monde et Dieu, la Nature et la Providence, la vie individuelle au sein de l’Être universel. Ce sont des points sur lesquels d’honnêtes gens peuvent ne pas tomber d’accord. Mais la nature, la fin et la loi de notre être, le bien, le beau, le devoir et le droit, la liberté et la dignité de la personne humaine ; mais la morale tout entière, telle que l’ont enseignée et écrite partout et toujours les philosophes et les sages de la grande école à laquelle se rattachait M. Damiron, j’aurais perdu l’estime et le respect de moi-même le jour où j’eusse cessé d’y croire et de la professer en compagnie de cet ami vénéré.

Tout entier au culte de sa religion (il prenait ainsi la philosophie), M. Damiron s’est toujours tenu en dehors de la vie politique. Je veux dire par là qu’en pratiquant, avec courage au besoin, tous les devoirs qu’elle impose au citoyen, il a toujours refusé d’y prendre un rôle. Mais nul n’est resté plus fidèle à ses principes et à ses amis. Il était de cette génération libérale qui, née parmi les orages-de la Révolution, avait grandi au milieu des pompes de l’Empire. Les souvenirs de l’une, les spectacles de l’autre, avaient inspiré aux hommes de son âge, avec quelques préjugés et quelques illusions, deux grands sentiments : le goût de l’ordre et l’amour de la liberté. Le despotisme, qui achève d’abaisser le commun des âmes, a cela de bon qu’il est singulièrement propre à relever, à exalter les âmes d’élite.

Je voudrais pouvoir dire en terminant : Voilà le sage que nous avons perdu. Mais tous ceux qui ont connu M. Damiron trouveront qu’il manque bien des traits à la faible esquisse que j’essaye de tracer. C’est bien ce qui m’a fait hésiter à prendre la plume sur un tel sujet. Je sens que je n’ai pas retrouvé notre ami tout entier. « Cher maître, que votre modestie ne s’offense pas de mon indiscrète témérit. La plume a pu faire défaut, non le cœur. Votre digne sœur, et l’ami de quarante ans qui seul pouvait parler de vous1, si une douleur comme la sienne n’était pas muette, en lisant ces faibles lignes, me pardonneront tout ce qui manque à votre image, en faveur de ce qu’une main trop émue a pu y mettre de vrai. Votre mort si brusque n’a pas laissé à ceux qui vous ont le mieux connu et le plus aimé la liberté de vous dire l’éternel adieu. J’ai voulu suppléer à ce silence. »

Il est mort comme il a vécu, le livre à la main, la parole de vérité sur les lèvres, au sortir d’une séance de l’Institut, où il couronnait par une dernière étude sur Condillac la série de ses beaux mémoires sur toute la philosophie moderne. Mort bien douce pour lui, comme devait être celle d’un juste et d’un sage dont le cœur, riche de toutes les nobles et saintes affections, n’a pas connu une seule des passions qui dévorent ou empoisonnent la vie ! Mort cruelle pour celles qui le perdent au plus vif de leur bonheur, au plus profond de leur sécurité ! Mort bien triste pour une société d’amis dont il était le centre et le lien ! Il n’eût pas voulu mourir si vite, nous le savons. Pourquoi ? Y eut-il un sage plus prêt que lui à paraître à toute heure devant le grand Juge ? Si sévère qu’elle fût, sa conscience ne pouvait manquer d’être en paix. Hélas ! ce n’était pas sa conscience qui demandait du temps, c’était son cœur-qui pressentait tout ce qu’une brusque séparation aurait de déchirant pour celles dont la vie semblait inséparable de la sienne !

E. VACHEROT.

1M. Dubois, directeur du Globe, ancien conseiller de l’Université.
Avant-propos

Ce n’est pas le sujet qui fait l’unité de ce livre. Nous y traitons une série de questions psychologiques, logiques, métaphysiques, morales, historiques dont la succession ne forme point un ordre systématique. C’est à propos de certaines publications qui intéressent la critique que nous avons repris les questions indiquées ou développées par les auteurs des livres cités, en leur donnant une solution tantôt conforme, tantôt contraire à celle des auteurs eux-mêmes ; en sorte qu’envisagé à ce point de vue, ce livre ne saurait avoir d’autre titre que celui de Mélanges.

Mais l’unité d’un livre peut tenir à autre chose que le sujet. Si un même esprit anime les matières les plus diverses, si une seule méthode préside au développement et à la solution des questions de tout ordre, le livre prend un certain caractère d’unité, parce qu’on peut voir dans ses différentes parties, sinon les développements d’une même pensée, du moins les applications d’une même méthode. Telle est l’œuvre que nous offrons au public. Pour l’éclaircissement ou la solution des problèmes posés, nous avons écarté toute conception à priori, toute considération abstraite, toute hypothèse, en nous renfermant strictement dans les limites de la science pure, quel que soit l’objet de notre étude, matière, force, âme, esprit, sensation, idée, certitude, devoir, progrès. Notre but n’est pas de donner une solution nouvelle à tous ces problèmes, mais de montrer comment la solution en devient plus précise et plus solide, quand la science positive leur prête ses lumières. Nous ne prétendons pas que la science ait prise sur toutes les questions qui sont du domaine de la philosophie, de manière à les ramener à des problèmes purement scientifiques. L’esprit humain serait trop heureux qu’il en fût ainsi. Nous avons fait voir ailleurs que la métaphysique proprement dite ne peut se passer de certaines conceptions à priori1 ; et dans ce livre encore, on pourra remarquer que certaines questions relatives à l’infinité du Monde, dans le temps et dans l’espace, se dérobent à la compétence des sciences positives. Mais s’il y a des questions qui s’y prêtent, n’est-ce pas une bonne fortune à saisir, dans un temps surtout où l’on ne croit guère qu’à la science, à ses procédés et à ses résultats ?

Voilà la pensée de ce livre. Psychologie, logique, métaphysique, morale, tout y est traité par l’observation et par l’analyse. Avec une pareille méthode, on ne pénètre pas, nous le savons, tous les mystères de l’ontologie ; mais on avance sûrement dans la solution des problèmes réservés à la connaissance humaine. Peut-être même, si l’on ne se payait plus de mots, trouverait-on que ces mystères tiennent plus aux termes qu’aux objets métaphysiques, et que les mots de matière, de force, d’âme, d’esprit, etc., etc., deviendraient clairs et intelligibles, du moment où l’on s’habituerait à n’y voir que la simple expression des propriétés et des lois de la réalité. Quoi qu’il en soit, la philosophie n’est pas de ces études spéciales auxquelles les autres sciences soient inutiles ; elle comprend nombre de questions qui trouvent dans les sciences positives la matière même de leur solution, et elle en compte peu qui n’empruntent à ces sciences quelques-unes des données dont elle a besoin pour les résoudre.

L’application persévérante de cette méthode aux problèmes les plus divers de psychologie, de logique, de métaphysique, de morale et de philosophie historique, justifie, ce semble, le titre donné à la série d’analyses et de critiques que comprend ce livre.

Parmi les diverses parties dont il est composé, il en est de tout à fait neuves : ainsi la première, consacrée à la question des rapports de la philosophie et des sciences, et la deuxième, qui a pour objet la défense des études psychologiques contre l’école historique et l’école positive. Quelques pages publiées, il y a treize ans, sur un livre de M. Cournot2, ne donnent aucune idée du travail d’analyse et de critique qui remplit plus du tiers du volume. La troisième et la quatrième partie se composent d’études qui ont déjà paru dans divers recueils, mais qui, pour l’analyse et la critique, n’avaient ni l’étendue ni la portée suffisantes pour un livre. C’étaient de simples articles de revues qu’il nous a fallu développer pour leur donner les proportions de véritables chapitres philosophiques. Nous espérons qu’avec les modifications et les accroissements qu’ils ont reçus, ils ne paraîtront pas trop au-dessous des justes exigences de la philosophie contemporaine.

E. VACHEROT.

19 juillet 1864.

1La métaphysique positive.
2Essai sur les fondements des connaissances humaines.
LIVRE PREMIERLa philosophie et les sciences

(Essai sur les fondements de nos connaissances, 2 vol., 1851. – Traité de l’enchaînement des idées fondamentales, 2 vol., 1861 ; par A.A. Cournot, ancien inspecteur général de l’instruction publique.)

Pour tout esprit qui s’intéresse à l’avenir des études philosophiques, il est manifeste qu’elles traversent en ce moment une crise redoutable. Depuis le début de ce siècle, la philosophie n’en avait pas connu d’aussi grave, d’aussi difficile, et qui mît à ce point son existence en péril. Les symptômes de cette crise éclatent à tous les yeux ; et la lutte renaissante entre le matérialisme et le spiritualisme, dans les grands pays philosophiques de l’Europe, n’en est pas peut-être le plus menaçant, malgré le bruit qui se fait autour des adversaires, et les grands intérêts engagés dans le combat.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le Christianisme Ésotérique

de bnf-collection-ebooks

Les Mémoires

de bnf-collection-ebooks

suivant