Friedrich Nietzsche et la philosophie du droit et de l'État

De
Publié par

Le futur auteur de Zorba le Grec, Nikos Kazantzakis signe ici sa première incursion hors du roman. Il y "décortique" Nietzsche, sa philosophie, sa vie et son époque. Il s'interroge sur les thématiques chères à Nietzsche : le nihilisme, l'homme, le libre arbitre, la volonté de puissance, la morale, la religion, l'État, et nous livre sans détour ses réflexions sur l'évolution de la religion et sur le début du XXe siècle.
Publié le : vendredi 1 mai 2015
Lecture(s) : 8
Tags :
EAN13 : 9782336376042
Nombre de pages : 112
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Nikos KAZANTZAKISFRIEDRICH NIETZSCHE
ET LA PHILOSOPHIE DU DROIT
ET DE L’ÉTAT
Étudiant de Henri Bergson au Collège de France et
déjà tout jeune auteur, Nikos Kazantzakis signe avec
Friedrich Nietzsche et la philosophie du droit et de l’État sa
première incursion hors du roman. Nikos Kazantzakis y FRIEDRICH NIETZSCHE
« décortique » Nietzsche, sa philosophie, sa vie et son
époque. Il s’interroge sur les thématiques chères à Nietzsche : ET LA PHILOSOPHIE DU DROIT le nihilisme, l’homme, le libre arbitre, la volonté de
puissance, la morale, la religion, l’État, et nous livre sans
détour ses réfexions sur l’évolution de la religion et sur ET DE L’ÉTAT
ele début du xx siècle – certains propos pouvant heurter
le lecteur. Le futur auteur d’Alexis Zorba nous ofre
ici un document sans compromission à la résonance
étonnamment contemporaine.
Présentation, traduction et notes de Bénédicte Hardouin
et Pothitos Roumeliotis, 2004.
Révision de Bénédicte Hardouin, 2015.
ISBN : 978-2-343-05829-0
12,50 e
OUVERTURE PHILOSOPHIQUE OUVERTURE PHILOSOPHIQUE
FRIEDRICH NIETZSCHE
Nikos KAZANTZAKIS
ET LA PHILOSOPHIE DU DROIT ET DE L’ÉTAT







Friedrich Nietzsche et la philosophie
du droit et de l’État
Ouverture philosophique
Collection dirigée par Aline Caillet, Dominique Chateau,
Jean-Marc Lachaud et Bruno Péquignot

Une collection d’ouvrages qui se propose d’accueillir des
travaux originaux sans exclusive d’écoles ou de thématiques.
Il s’agit de favoriser la confrontation de recherches et des
réflexions, qu’elles soient le fait de philosophes « professionnels »
ou non. On n’y confondra donc pas la philosophie avec une
discipline académique ; elle est réputée être le fait de tous ceux
qu’habite la passion de penser, qu’ils soient professeurs de
philosophie, spécialistes des sciences humaines, sociales ou
naturelles, ou… polisseurs de verres de lunettes astronomiques.


Dernières parutions

Thierry HOULLE, Eau et reflets dans la philosophie de
Platon, 2015.
Paul DUBOUCHET, Tout comprendre avec René Girard du
moi aux grands problèmes actuels, 2015.
Jean-Claude JUGON, L’âme japonaise. Essai de psychologie
analytique transculturelle, 2015.
Michel FATTAL, Existence et fatalité. Logos et technê chez
Plotin, 2015.
Ivan NEYKOV, Le sens du Bien. Heidegger, interprète de
Platon, 2015.
Jacqueline MARRE, Adorno et l’Antiquité. D’Ulysse à Médée,
2015.
Arno MÜNSTER, Espérance, rêve, utopie dans la pensée
d’Ernst Bloch (six conférences), 2015.
Guy-François DELAPORTE, Seconds analytiques d’Aristote,
Commentaire de Thomas d’Aquin, 2015.
Antoine MARCEL, Eveil bouddhique et corporéité, 2015.
Jean-Claude CHIROLLET, Penser la photographie numérique.
La mutation digitale des images, 2015.
François URVOY, La racine de la liberté, 2014.
Philippe BAYER, La critique radicale de l’argent et du capital
chez le Dernier-Marx, 2014.
Pascal BOUVIER, Court traité d’ontologie, 2014.
Pascal GAUDET, Le problème kantien de l’éthique, 2014. Nikos KAZANTZAKIS







Friedrich Nietzsche et la philosophie
du droit et de l’État



Présentation, traduction et notes
de Bénédicte Hardouin et Pothitos Roumeliotis, 2004.

Révision de Bénédicte Hardouin, 2015.














Copyright of the original work in the Greek language:

. 2" ” ©Niki Stavrou (All rights reserved)

©L'Harmattan, pour la traduction française























© L'HARMATTAN, 2015
5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-05829-0
EAN : 9782343058290


20."
?. # 2 # - 1 3. 2 0 210 -!0/0! "PRÉSENTATION
Ce texte est considéré comme la thèse de Nikos
Kazantzakis.
Diplômé de l’université de droit d’Athènes, Nikos
Kazantzakis poursuit ses études de droit à Paris, à la
Sorbonne, tout en assistant aux cours de Henri Bergson au
Collège de France.
C’est à Paris, en 1908, qu’il commence la rédaction
de sa thèse qu’il achèvera en 1909, année de sa publication
à Héraklion.
Comme Nikos Kazantzakis le rapporte dans Lettre
au Greco, c’est de façon inopinée que le philosophe
allemand entra dans sa vie. À la bibliothèque, Nikos
Kazantzakis fut un jour abordé par une étudiante qui lui
présenta le portrait d’un homme lui étant fort ressemblant :
Friedrich Nietzsche. Comprenant qu’il n’avait jamais rien
lu de ce philosophe, la jeune femme lui tendit un
exemplaire d’Ainsi parlait Zarathoustra. Et ce fut pour lui
la révélation.
Le sort réservé à cette thèse reste mystérieux. Par
ce texte, Nikos Kazantzakis espérait obtenir un poste à la
faculté de droit d’Athènes, ce qui ne s’est pas concrétisé.
Cette thèse est absente des archives de l’université,
accréditant l’hypothèse qu’elle ne fut pas validée, voire
que le futur auteur d’Alexis Zorba ne fut pas même
autorisé à la soutenir, ses idées étant non conformes au
conservatisme de l’époque.
Le texte original, suivant la norme académique en
evigueur en ce début de XX siècle, est rédigé en
7katharevoussa ou langue « purifiée », proche du grec
ancien.
En 1908, les conventions rédactionnelles étaient
moins strictes qu’aujourd’hui. La traduction de cette thèse
nous a ainsi confrontés à une difficulté majeure : Nikos
Kazantzakis n’indique les références que de trois des
nombreuses citations utilisées pour étayer son propos.
Nous avons donc procédé à un minutieux travail de
recherche afin d’identifier les différents extraits d’œuvres
qui jalonnent cette thèse. Les citations que nous ne
sommes pas parvenus à identifier et dont nous n’avons pu
fournir de traduction française déjà publiée sont indiquées
dans les notes de bas de page par la mention « notre
traduction ».

Nous avons traduit cette thèse en binôme en 2004,
puis Bénédicte Hardouin s’est attachée à reprendre
entièrement la traduction qui a été finalisée en 2015.

Les traducteurs.
8 I
AVANT-PROPOS


Rarement un philosophe aura suscité une telle
admiration et, dans le même temps, une telle critique que
Nietzsche. D’une part, des disciples fanatiques le placent
au rang des plus grands philosophes, considérant son
enseignement comme le salut enfin apparu pour purifier
l’horizon spirituel de l’humanité contemporaine du
mensonge, de l’hypocrisie, de la petitesse et lui conférer
un objectif qui soit digne d’elle. D’autre part, de
nombreux détracteurs l’insultent et le raillent, accusant
d’extravagance et de cynisme ce philosophe qui, selon
eux, recouvre les platitudes et les contradictions d’un style
lyrique éblouissant qui trompe et qui aveugle. Le jugement
impartial sur Nietzsche est devenu encore plus difficile du
fait de l’inconduite et de la frivolité de certains de ses
adeptes qui, comme cela arrive toujours, se sont mépris
sur le sens véritable du prêche du maître et sont
misérablement devenus tantôt des démocrates anarchistes,
tantôt des despotes monarchistes souvent grotesques et
dédaigneux des lois, voire des sceptiques ou des
surhommes soi-disant esthètes.

Cette confusion et cette mauvaise interprétation
résultent, d’une part, de l’étude superficielle et sporadique
de certaines œuvres de Nietzsche et, d’autre part, de
l’étude complète de spécialistes ayant fréquemment omis
d’observer deux éléments essentiels sans lesquels
l’enseignement nietzschéen est incompréhensible :
a) l’époque de Nietzsche
b) son caractère et sa vie
Tout philosophe, poète ou artiste, aussi sublime et
avant-gardiste soit-il, est toujours le fruit de son époque.
9 L’auteur ou l’artiste absorbe, compose, systématise et
formule par le biais de ses œuvres ce qui gravite,
fragmenté et instructuré, dans l’atmosphère spirituelle.
Il est donc nécessaire de connaître l’époque de
Nietzsche ainsi que les idées et les tendances de cette
époque. Car c’est en observant le processus par lequel il
est parvenu à reformuler ces tendances et en dissociant son
apport propre que nous pouvons mesurer la valeur du
philosophe.

Mais cela est insuffisant. Outre l’analyse de
l’époque, nous éprouvons le besoin d’examiner le
caractère et la vie de l’homme « synthétique » – artiste ou
philosophe. Si l’art est une « externalisation d’une
idiosyncrasie » totalement subjective, il en va de même,
selon Nietzsche, pour la philosophie. D’après lui, la
philosophie n’est pas un système objectif et abstrait
existant en dehors de la pensée du philosophe, mais le
reflet vivant de la subjectivité du philosophe, l’expansion
et la systématisation de ses caractéristiques et de ses
tendances, en un mot, l’objectivation de sa subjectivité.
Nous n’attendons qu’une chose du philosophe :
qu’il nous révèle la genèse de la découverte de ses
caractéristiques et de sa fougue, et son cheminement pour
accéder à la paix intérieure et à une vie harmonieuse. C’est
ainsi qu’il aidera ses disciples qui, par des méthodes
semblables, suivant leur idiosyncrasie, atteindront le
même objectif.
Et effectivement, l’enseignement de Nietzsche
n’exprime rien d’autre que l’histoire tourmentée de son
âme qui, après tant de tempêtes, recherchait toujours la
sérénité et la lumière. Il est donc totalement impossible de
comprendre cet enseignement sans étudier au préalable,
non seulement l’époque, mais aussi le caractère de
Nietzsche.
10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.