Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Histoire de la philosophie au XXe siècle

De
406 pages

Peut-on écrire une histoire de la philosophie au XXe siècle ? N'est-ce pas trop tôt pour le faire ? Les raisons ne manquent pas de reculer devant un tel projet. La philosophie du XXe siècle est si riche qu'il est difficile de l'embrasser dans sa dimension internationale. Et ce siècle est lui-même difficile à isoler de ceux qui le précèdent.


Il valait pourtant la peine de relever le défi, et de tenter cette expérience inédite, tout au moins sous une forme aussi ambitieuse. En regard de la confusion régnante, il devient d'autant plus urgent de mettre en perspective les débats contemporains. Les philosophes eux-mêmes en ont besoin, le grand public aussi, ainsi que les étudiants. Ce livre n'a pas d'autre ambition que de les y aider, en leur fournissant sous une forme accessible un maximum d'informations.


Bien entendu, il ne s'agit pas d'un simple répertoire, d'une collection de dates, d'auteurs et de doctrines (même si, en fait, on y trouve toutes celles qui ont compté). Quelques grands débats ont dominé le siècle : il importe à la fois d'en préciser les thèmes et d'en ressaisir les enjeux. L'auteur a donc pris ses responsabilités. Il a fait des choix. Il les soumet à la discussion, tout en s'efforçant de les justifier par les arguments les plus objectifs possibles.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Histoire de la philosophie e au xx siècle
Christian Delacampagne
Histoire de la philosophie e au xx siècle nouvelle édition
Éditions du Seuil
ISBN2020395940 re (ISBN2020211130, 1 publication)
© Éditions du Seuil, septembre 1995 et janvier 2000 pour la postface
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
En souvenir de mon père, et de notre conversation interrompue le 24 octobre 1991.
Avantpropos
Les philosophes doiventils s’intéresser à l’histoire de leur propre discipline ? Certains d’entre eux répondent par la négative. Soit parce qu’ils pensent que la philosophie n’a pas d’histoire, qu’elle est l’éternel approfondissement d’une même question à laquelle nulle réponse définitive ne peut être apportée : cha que philosophe devrait donc tout reprendre par luimême à partir de zéro. Soit parce qu’ils croient que le statut de la philosophie est celui d’une science à part entière, promise à un progrès lent mais certain : l’étude de ses erreurs passées serait alors bien moins utile que la recherche de vérités nou velles. D’autres estiment, au contraire, que la philosophie n’existe pas hors de sa propre histoire. Qu’elle se confond avec le corpus des textes dans lesquels elle s’exprime. Et que phi losopher consiste d’abord à s’expliquer avec ces textes : autrement dit à affronter, pour les reprendre ou pour s’en démarquer, les problèmes qu’ils soulèvent et les thèses qu’ils formulent. Aucun philosophe ne pouvant faire l’économie d’une telle confrontation, soit avec le corpus tout entier, soit avec l’une de ses fractions les plus significatives, l’histoire de la philosophie – entendue comme travail de relecture cri tique des grandes œuvres passées – deviendrait, en ce cas, un moment stratégique essentiel de l’activité philosophique proprement dite. Cette dernière perspective est celle que j’ai choisie, sans me cacher qu’un tel choix soulevait immédiatement une double difficulté. La première tient à la délimitation du secteur étudié. S’il n’y a rien d’étonnant, sembletil, à ce qu’un philosophe
10
e Histoire de la philosophie auXXsiècle
e s’intéresse à son temps, en l’occurrence auXXsiècle, pour quoi faudraitil que ce « siècle » – unité de mesure parfaite ment arbitraire – possède une cohérence interne qui autorise à l’isoler ? La réponse, on s’en doute, ne peut venir que de l’enquête ellemême – même si j’espère montrer, dès le début e de celleci, que le dernier quart duXIXsiècle constitue bien, pour l’histoire de la philosophie, le début d’une « coupure » dans les conséquences de laquelle nous sommes encore pris aujourd’hui. Seconde difficulté : à partir du moment où elle se veut critique, une relecture des cent dernières années de la philo sophie occidentale ne peut prétendre se faire passer pour « neutre » ou pour « désengagée ». Tout en s’efforçant d’être aussi « objective » que le sujet le permet, l’histoire – ou la reconstruction – que je propose ici, exprimantunefaçon de lire les textes et donc de voir le monde, ne saurait être qu’une histoire parmi d’autres possibles. Même si j’ai la faiblesse de ne pas la croire tout à fait erronée, je ne me cache pas qu’elle présente des lacunes, qu’elle fait preuve de certaines injustices, qu’elle témoigne – pour tout dire – de partis pris philosophiques : « défauts » inhérents à toute entreprise de ce genre, mais qui ont leurs raisons, sur lesquelles je voudrais brièvement m’expliquer.
*
Commençons par les lacunes et les injustices, ou tout au moins par les plus voyantes d’entre elles. Afin de conserver, autant que faire se peut, une cohérence à cette lecture, j’ai limité le champ de mon étude à la phi losophiestricto sensu. On ne trouvera pas ici – sauf lorsqu’une référence s’y révèle nécessaire – d’informations relatives aux sciences dites « humaines » ou « sociales » : linguistique, sciences cognitives, éthologie, psychologie, psychanalyse, sociologie, science politique, histoire, ethno logie ou anthropologie. J’ai dû, en outre, renoncer à explorer bon nombre de débats suscités par l’intervention de la philosophie dans d’autres régions du savoir : débats sur le déterminisme des phénomè nes microphysiques, sur la nature et le fonctionnement du