Hobbes philosophe redoutable?

De
Publié par

Thomas Hobbes est apparemment le seul philosophe qui ait jugé utile d'intégrer à la réflexion politique, fût-elle dominante, la question des Amazones. A l'encontre d'une tradition hostile à ces femmes, il les donne à lire moins comme des guerrières que comme des mères. C'est l'occasion pour lui d'exercer positivement la pensée critique vis-à-vis d'un long héritage que résume le terme "patriarcat".
Publié le : mercredi 1 octobre 2008
Lecture(s) : 30
Tags :
EAN13 : 9782296207172
Nombre de pages : 103
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Hobbes philosophe

redoutable?

Des Amazones et des hommes, ou le contrat selon Hobbes

Ouverture philosophique Collection dirigée par Dominique Chateau, Agnès Lontrade et Bruno Péquignot
Une collection d'ouvrages qui se propose d'accueillir des travaux originaux sans exclusive d'écoles ou de thématiques. Il s'agit de favoriser la conftontation de recherches et des réflexions qu'elles soient le fait de philosophes "professionnels" ou non. On n'y confondra donc pas la philosophie avec une discipline académique; elle est réputée être le fait de tous ceux qu'habite la passion de penser, qu'ils soient professeurs de philosophie, spécialistes des sciences humaines, sociales ou naturelles, ou... polisseurs de verres de lunettes astronomiques.

Dernières parutions Alphonse VANDERHEYDE, Nietzsche et la pensée des Brahmanes,2008. Xavier ZUBIRI, Intelligence et Raison, 2008 Lionel MOU TOT, La production de la transcendance, vol. 1, Les origines de I 'Homme et « le créationnisme », 2008. Lionel MOUTOT, La production de la transcendance, vol. II, La fabrication de l 'Homme rationnel, 2008. Gérard LAMBIN (Introduction, traduction, notes, étude), La Poétique d'Aristote, 2008. Xavier ZUBIRI, Traité sur l'essence, 2008. Bertrand QUENTIN, Hegel et le scepticisme, 2008. Robert LLOANCY, La notion de sacré, aperçu critique, 2008. Michel PIQUET, Le philosophe & la bibliothèque. Études de mœurs scolaires, administratives voire intellectuelles, 2008. lonel BUSE, Du Logos au Mythos, 2008. Manthos SANTORINEOS, De la civilisation du papier à la civilisation du numérique, 2008. Adrian NITA, La Métaphysique du temps chez Leibniz et Kant, 2008. Michel FATTAL, Aristote et Plotin dans la philosophie arabe, 2008. François BESSET, Penser I 'Histoire ou L 'Humain au péril de l 'Histoire, 2008. Dominique NDEH, Religion et éthique dans les discours de Schleiermacher. Essai d'herméneutique, 2008. Sébastien BUCKINX, Descartes entre Foucault et Derrida, 2008.

Cécile VOISSET -VEYSSEYRE

Hobbes philosophe redoutable?
Des Amazones et des hommes, ou le contrat selon Hobbes

L'Harmattan

@ L'Harmattan, 2008 5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005

Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-06444-7 EAN: 9782296064447

Ce petit livreI engage à une relecture du texte hobbesien par l'une des figures politiques les plus inaperçues des textes de la philosophie: la figure mythique - grecque de l'Amazone, celle des Amazones du muthos c'est-à-dire depuis Homère aux mythographes grecs et romains qui parlent de ces femmes d'une autre société que la nôtre. Il entend relancer l'enseignement de Hobbes par une échappée à un point de vue dommageable au philosophe de Malmesbury, point de vue sinon franco-français du moins étroitement européen. Outre-Atlantique, le biais féministe permet de rendre au philosophe de la peur tout son intérêt. Mais dans la perspective d'une lecture dégagée des divers enjeux idéologiques qui risqueraient aussi d'oublier cette grande œuvre philosophique, l'étude se poursuit ailleurs et hors de sentiers battus et rebattus. De ce côté-ci, la lecture veut repartir de plus belle et pousser plus loin le questionnement d'un texte par l'un de ses points les plus sensibles: la question du contrat. Elle interroge le modèle contractuel selon l'esprit avec lequel Hobbes l'a construit, c'est-à-dire dans le sens d'une promesse; elle l'interroge sur ce point doctrinal que constitue la figure amazonienne, par ce point sans doute moins redoutable au système philosophique investi par elle qu'à la tradition qu'il porte pesamment.
Il est extrait de l'un des douze chapitres composant une thèse de philosophie politique commencée à Paris X Nanterre en 2001 et terminée puis soutenue à Paris VIII Vincennes - Saint-Denis en 2007, thèse qui a pour titre Les Amazones: lecture et écriture d'une figure du différend. De l'avenir postmoderne d'une figure grecque. L'anglais et le grec des notes ont été supprimés sauf quand ils étaient absolument nécessaires à des points de compréhension et d'argumentation. L'orthographe en ancien français a été le plus souvent retranscrite en français moderne.
I

Introduction:

Des Amazones et des hommes.. ou le contrat selon Hobbes.
«Tous ceux qui ont lu Hobbes louent la rigueur, la conséquence et l'intrépidité de sa pensée; et tous ceux qui l'ont étudié ont toujours été étonnés par les nombreuses contradictions qui se trouvent dans ses écrits. Parmi ses thèses les plus caractéristiques on n'en trouve pas beaucoup qui ne soient pas, en fait ou en apparence, directement ou par la négation des conséquences, démenties à un endroit quelconque de ses écrits. »2

Si le contrat définit la politique par l'union des hommes et la subordination des femmes, comment ne pas en reconsidérer la nature? Puisque ce pacte avantage les premiers et qu'il désavantage les secondes, comment imaginer encore qu'il règle la question de la paix sociale c'est-à-dire qu'il institue la paix des sexes? Un promeneur solitaire conjectura qu'un rapport de forces avait permis historiquement aux hommes d'asservir politiquement les femmes: «Considerons d'abord les femmes privées de leur liberté par la tirannie des hommes, et ceux-ci maitres de toutes choses, car les couronnes, les charges, les emplois, le commandement des armées (...), tout est entre leurs mains, ils s'en sont emparez des les premiers terns par je ne sais quel droit naturel que je n'ai jamais bien pu comprendre et qui pourroit bien n'avoir

2

L. STRAUSS, La philosophie politique de Hobbes, Trad. de

l'anglais et de l'allemand par A. Enegrén et M. B. de Launay, Paris, Belin, 1991, p. 248.

d'autre fondement que la force majeure.»3 Il est intéressant, mais curieux, qu'on lut le point de vue rousseauiste comme pris à une « tradition amazonienne »4. Ce texte n'eut en effet pas de suite; que la force ne fasse pas le droit, cela ne conduisit pas l'auteur du Contrat social à faire valoir systématiquement ce principe. Se détournant de la chose politique, le précepteur amoureux de l'ordre naturel écrivait dans son Émile: «Supposé qu'on rejette ce droit de force, et qu'on admette celui de la nature ou l'autorité paternelle comme principe des sociétés, nous rechercherons la mesure de cette autorité, comment elle est fondée dans la nature, si elle a d'autre raison que l'utilité de l'enfant, sa faiblesse et l'amour naturel que le père a de lui [...]. »5Cela allait donc de soi: même si l'on devait tenir un tel droit pour illégitime, on devait envers et contre tout défendre l'idée d'une paternité naturelle c'est-à-dire de bon droit. Hobbes ne conjectura pas, mais son système laisse son lecteur et sa lectrice en droit de faire les hypothèses susceptibles d'éclairer 1'histoire tictionnelle qui le soustend. La naturalité de la guerre que ce théoricien de la peur imputait à un état anhistorique l'amenait à poser les principes qui serviraient de frein à la guerre des unee)s contre les autres. La promesse hobbesienne d'un contrat qui soit une solution à cette guerre valait qu'on la rappelât comme étant celle d'un philosophe de l'État de droit c'està-dire d'un État fondé par les hommes et pour les
3

J.-J. ROUSSEAU, « [Sur les femmes] », in O. C., tome II, Paris, Gallimard, Pléiade, Édition publiée sous la direction de B. Gagnebin et M. Raymond, 1961, p. 1254. 4 G. KATES, «The Transgendered World of the Chevalier/Chevalière d'Eon », The Journal of Modern History, Vol. 67, Number 3, September 1995, pp. 580-1. 5 J.-J. ROUSSEAU, Émile, Paris, Garnier Frères, 1964, p. 586. 10

hommes, État patriarcal au principe duquel la féministe américaine Mary Daly repère justement une «guerre perpétuelle »6. À l'aide de la figure-clef de l'Amazone dont la réinscription dans le texte hobbesien permet d'entrer autrement qu'habituellement dans ce dernier, la

lecture critique met en cause l'idéal d'un contrat passé pensé - sur fond de luttes sexuelles d'où les hommes sortent peut-être vainqueurs mais pas gagnants. Entre la clarté des conséquences et l'obscurité des principes, la figure hobbesienne de l'Amazone pourrait inopinément illustrer les concepts fondateurs de cette construction léviathanesque dont une postérité tire parti sans mot dire. On médit par exemple du Secrétaire temporaire du Chancelier Bacon, l'accusant d'athéisme par abus de langage: «De son propre aveu, Thomas Hobbes ne croyait pas en Dieu, lui qui ne comptait pas nier l'existence des Amazones. Elles lui servaient bien trop pour sa démonstration de l'illégitimité d'une monarchie de droit divin. »7 Ce cynique portrait oppose dès lors le païen au chrétien, campant un homme de science pour qui la religion serait l'ennemie toute désignée d'une ère positiviste. En diffère sensiblement notre portrait de Hobbes, lettré nourri aux humanités et gourmand d'érudition. Il suffit de comparer l'utilisation hobbesienne de la figure amazonienne avec son utilisation baconienne pour s'apercevoir que celle-ci est dommageable aux Guerrières et celle-là non. Et même si l'histoire des Amazones s'avérait utile pour le dessein de Hobbes, cette
6

M. DALY, Gyn/Ecology, The Metaethics of Radical Feminism,

London, The Women's Press, Reissued with a new introduction by the Author, 1991, p. 357. 7 A. WETTAN KLEINBAUM, The War Against the Amazons, New Press, McGraw-Hill Book Company, 1983, p. 140. Il

figure n'a sous sa plume rien de rhétorique; elle s'inscrit bel et bien dans une longue démonstration politique. On oublie trop souvent I'helléniste que fut le philosophe de Malmesbury8 ; on sait pourtant son goût précoce pour la traduction, à commencer par Thucydide; l'Iliade, qu'il traduisit en fin de vie, lui donnait connaissance de « cesfemmes-qui-font-Ia-guerre» (Amazones antianeirai) comme le dit le texte homérique, de «ces femmes martiales» (<< those martial females »9)comme ill' écrivit. Rendant hommage aux qualités humaines d'un homme chaleureux dont la philosophie fut un temps en vue, Sir Leslie Stephen soulignait l'importance de la construction théorique - abstraite et dogmatique aussi - qui valut à Hobbes des successeurs et même des disciples comme Rousseau1o. Robert Derathé relevait en effet que le philosophe français s'imprégna plus qu'il le crut et le dit des idées du philosophe anglais: « On voit par quel détour Rousseau finit par revenir à la position initiale de Hobbes, et affirmer à son tour la guerre générale de chacun contre tous. »11 Cette conception de la guerre, enjeu d'une polémique jamais éteinte, ne devait pourtant pas mener l'auteur du Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes sur les traces des fameuses Amazones. Parce que l'anthropologie rousseauiste est une anthropologie des hommes c'est-à-dire une façon de
8

À propos de Hobbes comme bon helléniste au dire de son maître d'étude, L. STEPHEN, Hobbes, Thoemmes Antiquarian Books, Ltd Bristol, 1991, p. 4. 9 Th. HOBBES, Homer's lliads, VI, 186, in The Collected English Works of Thomas Hobbes, Volume X, Collected and Edited by Sir William Molesworh, Routledge/ Thoemmes Press, 1997, p. 69. 10L. STEPHEN, Hobbes, p. 13. Il R. DERATHÉ, Jean-Jacques Rousseau et la science politique de son temps, Paris, Vrin, 1974, p. 176. 12

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.