//img.uscri.be/pth/e35ad73b18154b7d8e399f571d706b3e879f3c05
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'écologie corporelle

De
300 pages
L'écologie corporelle est le principe de constitution des relations entre le corps et le monde : exploration et apprentissage du milieu intérieur du corps, redécouverte d'une nature intériorisée. L'injonction au bien-être est partout, et le marché du bien-être est désormais un moyen de proposer des pratiques alternatives (nouveaux thermalismes, masseurs-khinésithérapeutes, pratiques de plein air, sport de pleine nature...). La cosmose, concept-clé de cet ouvrage, décrit comment le corps, dans les éléments et les expériences corporelles, trouve une harmonie et un éveil créatif.
Voir plus Voir moins
Bernard Andrieu
L’écologie corporelle Tome 1, Bien-être et cosmose
L’écologie corporelle
Mouvement des savoirs Collection dirigée par Bernard Andrieu L’enjeu de la collection est de décrire la mobilité des Savoirs entre des sciences exactes et des sciences humaines. Cette sorte de mobilogie épistémologique privilégie plus particulièrement les déplacements de disciplines originelles vers de nouvelles disciplines. L’effet de ce déplacement produit de nouvelles synthèses. Au déplacement des savoirs correspond une nouvelle description. Mais le thème de cette révolution épistémologique présente aussi l’avantage de décrire à la fois la continuité et la discontinuité des savoirs : un modèle scientifique n’est ni fixé à l’intérieur de la science qui l’a constitué, ni définitivement fixé dans l’histoire des modèles, ni sans modifications par rapport aux effets des modèles par rapport aux autres disciplines (comme la réception critique, ou encore la concurrence des modèles). La révolution épistémologique a instauré une dynamique des savoirs. La collection accueille des travaux d’histoire des idées et des sciences présentant les modes de communication et de constitution des savoirs innovants. Déjà parus Bernard ANDRIEU,corporelle, Tome 2, Émersion L’écologie vivante & Techniques écologiques, 2016. Nicolas BUREL (dir.), Corps et méthodologies, Corps vivant, corps vécu, corps décrit., 2016. Patrik MARTY,de l’art contemporain. Une dynamique L’Eau de esthétique écosophique, 2016. Pierre PARLEBAS,Jeux traditionnels, sports et patrimoine culturel. Cultures et éducation, 2016. Éric Perera et Yann Beldame (dir),In Situ,Situations, interactions et récits d'enquête, 2016.Judith NICOGOSSIAN, Mélanie SUSTERSIC,La norme du corps hybride, Une éthique de la reconstruction et de l’amélioration du corps humain en chirurgie, 2016. Isabelle GUILLAUME, Aymeric LANDOT, Irène LE ROY LADURIE et Tristan MARTINE,Les langages du corps dans la bande dessinée, 2015. Sylvain FEREZ,La corporation critique, 2015.
Bernard Andrieu
L’écologie corporelle
Tome 1 Bienêtre et cosmose
Édition révisée en collaboration avec Jacqueline Morlot
© L'HARMATTAN, 201 57, rue de l'ÉcolePolytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr
ISBN : 978-2-343-10561-1 EAN : 9782343105611
1 PRÉFACE LES FONDATEURS DE L’ÉCOLOGIE CORPORELLE : IMMERSEURSNATURIENSÉMERSEURS L’écologie corporelle est une discipline issue du naturisme philosophique, de l’écologie profonde et des pratiques holistiques du corps-cerveau-esprit développés depuis 1850 dans les milieux de l’expérience 2 3 corporelle : loisirs corporels , vie en plein air , éveil corporel, techniques du 4 corps (Marcel Mauss) , pratiques de conscience corporelle et immersions dans des milieux. Mais, à la différence de l’écologie politique des pionniers comme l’immersion dans la mer qui nous entoure de Rachel Carson, la critique des technologies de Barry Commoner, l’anarchisme de Murray Bookchin ou l’écologie et la liberté d’André Gorz, l’écologie corporelle se propose de modifier la relation du corps à la nature et à l’environnement à partir d’une modification de la conscience, d’un éveil sensoriel et d’une émersion dans le corps des effets du milieu en lui. 5 L’écologie corporelle2009-2011) est une micro-écologie. (Andrieu, C’est parce qu’on transforme les pratiques des individus qu’on transforme l’écologie du monde. L’idée est d’expérimenter en situation des modifications de pratiques sensorielle. Pour sentir différemment son environnement, il faut consentir à sedéroutiniserde faire émerger afin d’autres modes d’existence, de déplacement et de relation. L’écologie corporelle trouve dans les pratiquants de l’immersion dans les milieux qui sont venus modifier, leur compréhension de l’écosystème et les modes d’action du corps dans ces situations en action. En s’immergeant « en terre inconnue », le corps du sujet éprouve un décalage entre ses coordonnées sensorielles habituelles et leur recalibration nécessaire pour s’adapter à la situation.
1 Cette nouvelle édition deL’écologie corporelle, publiée en 4 tomes séparés par élément de 2009 à 2011 chez Atlantica, est ici révisée et augmentée par le travail éditorial de l’auteur et de Jacqueline Morlot que je remercie. Elle s’inscrit dans le GDRI 838 CNRS,Body Ecology by Physical Adapted & Sportives Activities2015-2018. 2 Raveneau G. et Sirost O. (éds.), 2016.Anthropologie des abris de loisirs,Paris, PU de Paris Ouest. 3 Sirost O., 2009.La vie au grand air. Aventures du corps et évasions vers la nature,Nancy, PUN, coll. « Épistémologie du corps ». 4 Mauss M., 2012.Techniques, technologie et civilisation,et présentation Nathan édition Schlanger, Paris, PUF, coll. « Quadrige ». 5 Andrieu B., 2009-2011.L’écologie corporelle, 4 tomes :Prendre l’air (2009),Bien dans l’eau(2010),En plein soleil(2011),Un goût de terre(2011), Paris, Séguier/Atlantica.
7
L’écologie corporelle n’est pas un discours, c’est une pratique corporelle 6 qui engage notre responsabilité quotidienne : au quotidien à travers une réflexion sur nos gestes et ses conséquences pour autrui et pour l’environnement. Prendre soin de soi, des autres et de la nature par ses choix de vie est une même éthique concrète : l’écologie corporelle est une pratique de soi. Avec elle, la cosmotique ne se tient ni à distance, ni en idolâtrie les éléments naturels ; la nature n’est ni bonne ni mauvaise, mais elle questionne sans relâche nos interactions physiques avec elle par les limites même de notre corps et l’inventivité verte de nos techniques. L’écologie corporelle est le premier pilier d’un triangle philosophique avec l’émersiologie et la cosmotique : elle décrit les effets de l’écologisation dans les éléments et en soi-même ; l’émersiogie étudie l’émergence de l’activité du corps vivant dans le corps vécu, et la cosmotique développe les émersions dans la cosmose dans la nature, la dismose dans la technique et l’osmose avec les autres. Ainsi, s’immonderest différent de transformer son corps pour dominer la nature par l’agilité, la force et l’adaptation. L’immersion de la nature dans le corps implique une écologisation de ses techniques,habitusmatières par et la plasticité sans parvenir à une maîtrise des éléments, mais à une connaissance relationnelle entre eux et notre corps.S’amonderconsiste à se couper de la naturalité de la nature en développant un style colonial, conquérant. Faute d’être écologisé par la naturalité de la nature, le corps est submergé par l’élément dont il n’a pas élaboré par l’incorporation une connaissance par corps. Il ne sait adapter son corps à la modification que lui présente ou impose son environnement au point de s’y blesser, ou pire, d’y mourir. Ainsi, Christopher McCandless, dit « Alexander Supertramp », quitte Atlanta en juillet 1990. Ses pérégrinations le mèneront tout au long du sud des États-Unis, à travers la Géorgie, la Louisiane, le Texas, le Nouveau-Mexique, l'Arizona, la Californie, l'Oregon, le Montana puis,viale Canada, l'Alaska. Il termine son journal par ces mots : «Extremely weak, fault of pot. 7 Seed. Much trouble just to stand up. Starting. Great Jeopardy» . Sa mort prouve une méconnaissance du milieu et du caractère impréparé pour l’aventure en pleine nature, n’étant pas parvenu à mesurer la naturalité de la 8 nature, devenu une pure extériorité.Sukkwan Islandjustement une est fiction de l’inécologisation du héros qui voudrait revenir dans la nature sans être préparé suffisamment aux conséquences d’une immersion subite et du jour au lendemain. 6 Sirost O. (éd.), 2013.Le corps au quotidien. Sociologie des expériences corporelles, Nancy, PUN. 7 Traduction française : «Extrêmement faible, faute de pot. De graines. Beaucoup d'ennuis juste pour se lever. Départ. Grand danger» (Krakauer J., 1996.Into the wild, New York, Anchor Books, trad. fr., 2008, p. 189). 8 Vann D., 2011.Sukkwan Island, Paris, éd. Gallmeister, coll. « Totem ».
8
Nous présentons ici trois types de fondateurs de l’écologie corporelle, les 9 Naturistes et Naturiens, les Immerseurs écologiques et les Émerseurs de conscience : immergés dans les milieux, les écologues du corps font l’expérience par corps de la transformation de soi en s’adaptant de manière plus ou moins volontaire et consciente, passant de l’environnement extérieur jusqu’aux milieux neuro-virtuels : Vécu Milieux Somatechnies Corporel Restauration ÉcologieConscience écologique Écosystèmes environnementaleécologiqueImmersion dans les éléments Ascétisme EsthésiologieCommunautés Purification Techniques naturistes socialeAuthenticité ÉcologieTechnique de4 éléments Éveil sensoriel corporelleProfondeur conscience Neurones CerveauEmpathie erTechnique d’activationmiroir. Milieux en 1 personneinconsciente virtuels Avec une écologie environnementale, la conscience écologique trouve dans les techniques de restauration et de recyclage le moyen de préserver et de s’insérer dans des écosystèmes : les Immerseurs écologiques auront pénétré la nature sauvage et constaté la dégradation humaine, mais en définissant une philosophie de l’immersion esthétique et esthésiologique dans les éléments. Les Immerseurs témoignent dans le vif de leur chair de l’impression et de l’empreinte des éléments dans leur corps-à-corps. À la différence des naturistes et des Naturiens qui maîtrisent leur corps en le purifiant par une revigoration, l’Immerseur(euse) s’enfonce dans la nature pour l’ensauvager afin d’éprouver la modification sans le contrôle de la volonté, comme l’avancée de la glace qui force à l’hivernage d’Ernest Shackleton ou la rencontre d’autres cultures jusqu’au Tibet par Alexandra David-Néel. 10 Les Naturistes et Naturiens cherchent l’autosanté comme une médecine réflexive par la diététique et la naturalité pure là ou les Émerseurs utilisent les techniques du corps pour éveiller dans leur organisme des activations
9 Baubérot A., 2004.Histoire du naturisme : le mythe du retour à la nature, Rennes, PUR ; Villaret S., 2005.Histoire du naturisme en France depuis le siècle des Lumières, Paris, bert.Vui 10 Andrieu B., 2012.L’autosanté. Vers une médecine réflexive,Paris, Armand Colin. Préface Christian Hervé.
9