L'Invention du Big Bang

De
Publié par

Le Big Bang, une des rares théories savantes ayant accédé à la consécration populaire, fait désormais partie de notre cosmogonie moderne. Son double statut de théorie scientifique et de récit quasi mythologique de l'origine de l'Univers découle très logiquement de sa double origine – chez un mathématicien russe, Alexandre Friedmann, et un chanoine belge, Georges Lemaître. Viendra s'adjoindre à eux, dans les années cinquante, l'éclectique physicien George Gamow, qui fera du Big Bang une théorie respectable.





Cette passionnante aventure, encore mal étudiée par l'histoire des sciences, est ici retracée, textes originaux à l'appui, par un astrophysicien qui suit avec succès la voie ouverte par ces valeureux pionniers.





Jean-Pierre Luminet


Astrophysicien à l'observatoire de Paris-Meudon et directeur de recherche au CNRS, il est spécialiste des trous noirs et des modèles cosmologiques. Auteur de nombreux ouvrages, il consacre une part importante de son activité à la diffusion du savoir.


Publié le : vendredi 26 février 2016
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021295313
Nombre de pages : 275
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
L’Invention du Big Bang
Jean-Pierre Luminet
L’Invention du Big Bang
Nouvelle édition mise à jour
Éditions du Seuil
Le présent ouvrage est l’édition revue, réactualisée et large ment développée du texte d’introduction àAlexandre Fried-mann et Georges Lemaître: essais de cosmologie, publié au Seuil, dans la collection «Sources du savoir», en 1997.
ISBN9782021300871 re (ISBN2020232847,1publication)
© Éditions du Seuil, novembre 1997, avril 2004 et octobre 2014 pour la présente édition revue par l'auteur
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
chap.
7
Je remercie Georges Melki pour la relec-ture attentive du manuscrit.
8
L’Invention du Big Bang
9
À ceux qui ne craignent pas les heures d’angoisse de l’invention.
10
Ni Dieu ni gène
Où va la biologie?
1 Des révolutions
11
Il faut bien que nous vivions, malgré la chute de tant de cieux. D. H. Lawrence,L’Amant de lady Chatterley (1928)
La citation de l’écrivain anglais sonne étrangement juste au regard de deux événements qui se sont déroulés dans le monde occidental entre 1925 et 1935: une crise économique doublée d’une crise cosmologique, toutes deux aussi bru tales qu’imprévisibles – malgré quelques lézardes anté rieures annonciatrices de ruptures, mais dont personne n’avait mesuré l’importance. Crise économique: en octobre 1929, après une période de prospérité qui semblait durable, la Bourse américaine de Wall Street connaît un effondrement spectaculaire. La situation économique et industrielle se dégrade rapi dement et la crise gagne l’ensemble des pays industriali sés. Voyant leur univers financier s’effondrer du jour au lendemain, les hommes d’affaires se suicident par dizaines. C’est par millions que se comptent les sanstravail. Près de dix ans seront nécessaires pour redresser la situation sociale. Sans être aussi dramatique, et n’affectant que le micro cosme des physiciens théoriciens et des astronomes de pointe, la crise de la représentation cosmologique qui s’est déroulée simultanément et dans le même intervalle de temps marquera sans doute davantage l’histoire de la pensée humaine que la crise économique. Elle s’est en effet dénouée
12
L’Invention du Big Bang
1 en ce que l’épistémologue Thomas Kuhn appelle unerévo-lution scientifique. Il y a révolution scientifique lorsqu’une théorie consacrée par le temps et l’expérience est rejetée au profit d’une nouvelle théorie. Kuhn a observé que, plus les années passent, plus les théories finissent par être considé rées comme sûres et ne sont plus soumises à un examen rigoureux. Acceptées dans leur ensemble, elles arrivent à constituer leparadigmed’une science – un consensus qui devient une doctrine. Il en résulte que les sciences se laissent difficilement bouleverser par une révolution, chacune d’elles reposant sur un ensemble de connaissances spécifiques accumulées au cours de nombreuses années d’observations, de documentation et d’expérimentations en laboratoire. Ainsi, dans le domaine de la cosmologie, la physique n’a 2 connu que trois révolutions scientifiques : la révolution copernicogaliléenne, la révolution newtonienne et la révo 3 lution relativiste . À titre d’exemple, penchonsnous brièvement sur la pre mière d’entre elles. En 1543, Copernic publieDe revolutio-4 nibus orbium cœlestis, dans lequel il écarte la Terre du centre du monde au profit du Soleil. En 1572, une étoile nouvelle apparaît dans la constellation de Cassiopée; minutieusement observée par Tycho Brahe, elle jette le doute sur le dogme aris 5 totélicien de l’immuabilité des étoiles fixes . En 1600, Gior
1. Thomas S. Kuhn,La Structure des révolutions scientifiques, trad. fr. L. Meyer, Paris, Flammarion, 1983. 2. Il est possible que nous soyons actuellement au cœur d’une qua trième révolution cosmologique, avec l’apparition de nouveaux modèles théoriques comme la cosmologie quantique, les supercordes, les branes, etc. (lire par exemple Marc LachièzeRey, Au-delà de l’es-pace et du temps, Paris, Le Pommier, 2003). Mais comme, faute de vérification expérimentale et de complétude formelle, aucune de ces nouvelles approches ne présente un succès assuré, seul l’avenir dira si quatrième révolution il y a eu… 3. Voir à ce sujet le recueil des textes fondateurs de Copernic, Gali lée, Kepler, Newton et Einstein dans S. Hawking (éd.),Sur les épaules de géants, Dunod, Paris, 2003. 4. Nicolas Copernic,De revolutionibus orbium coelestis;trad. fr., Sur les révolutions des orbes célestes, Paris, Blanchard, 1987. 5. Tycho Brahe,Astronomiae instauratae progymnasmata, Prague
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.