7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ou
Achetez pour : 6,50 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Vous aimerez aussi

La Dictature démocratique
Du même auteur
Culture générale : Histoire et formation de la pensée politique, 2009 Histoire politique du monde depuis 1943, les grands enjeux du XXIesiècle, 2010
Richard Dessens La Dictature démocratique
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com
Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55
IDDN.FR.010.0114824.000.R.P.2010.030.40000
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication aux Éditions Publibook en 2010
Prologue Le premier objectif, ambitieux, de cet ouvrage est de montrer lextraordinaire puissance et la réalité concrète des idées politiques. Nos institutions, nos sociétés, nos comportements quotidiens, notre manière de nous voir nous-mêmes, la nature des relations humaines, sont tous la résultante de quelques idées fondamentales choisies comme étant les meilleures, à partir dun choix toujours et forcément arbitraire. Selon que lon est un défenseur du droit naturel ou du droit positif, nos réactions devant les faits de société pourront être diamétralement opposées. Prenons lexemple concret de lavortement légalisé en 1974. Pour les tenants du droit naturel, lavortement est contraire à tous ses principes. Pour ceux du droit positif, prenant en compte le libre déterminisme des hommes et des sociétés, lavortement est une avancée de la modernité. Mais qui se préoccupe du choix séculaire et de la bataille que se sont livrés les partisans de lun ou lautre droit ? Ainsi, tous nos comportements sont guidés par les grandes idées de la philosophie politique ou du droit. Aucune atti-tude nest spontanée ni une révélation brutale de la modernité triomphante. Le deuxième objectif se fonde sur un constat : depuis les origines que lhistoire connaît, les régimes politiques nont pas varié. Les monarchies existent depuis toujours, tyrannies et dictatures aussi jusquà aujourdhui, et dans des formes similaires. La seule innovation que lhumanité ait connue remonte à 2 500 ans et cest la Démocratie. Le cours de lHistoire ne nous montre quune succession de monarchies, dictatures ou tyrannies de toutes sortes, repo-sant toutes finalement sur le principe dun pouvoir personnel plus ou moins discrétionnaire. Avec toutefois
9
deux parenthèses : la première au Vesiècle avant notre ère à Athènes notamment. Elle durera moins dun siècle jus-quà larrivée de Philippe de Macédoine puis dAlexandre le Grand, son fils. La seconde depuis 1871 en France, et de manière plus générale dans le courant des XIXe XX etesiècles dans les pays occidentaux. Ces parenthèses sont les deux moments de la Démocratie : régime exceptionnel ou régime dexception qui est le plus aléatoire et le plus rare dans lhistoire et la réalité politique du monde. La démo-cratie revient donc environ tous les 2 000 ans mais dans quel état ! La démocratie moderne a-t-elle un rapport sé-rieux avec la Démocratie originelle de Périclès ? Sinon, pourquoi alors en usurper le nom ? Le troisième objectif est une inscription en faux politi-que. A tous ceux qui regardent comme un « retour en arrière », condescendant et incompatible avec laugmentation de lintelligence humaine, la référence à Platon ou Aristote, méprisant un passé négligeable face aux avancées humaines, je leur oppose leur propre pas-séisme, mais cette fois-ci volontairement manipulateur. Le mot même de « démocratie » nest-il pas attaché à Péri-clès ? Pourquoi la moderne intelligence humaine na-t-elle pas su inventer un autre régime et un autre nom, plus ap-propriés à une époque distante de 2 500 ans de ses origines revendiquées ? Plus encore, les nouvelles références de la modernité sappellent John Locke, Montesquieu, les Lumières, la Révolution, autant dhommes ou dévénements vieux de trois ou quatre siècles. Dans ces conditions, personne ne peut tenir une accusation de « retour en arrière ». Cest seulement une question de liberté dexamen et de choix politique. Enfin un dernier point découlant de ces trois objectifs. Je récuse préventivement largument qui prétend que les sociétés se modifient peu à peu par elles-mêmes et doi-vent, à ce titre, adapter leurs institutions et leurs comportements à leurs prétendues nouvelles exigences. La société secréterait ainsi ses propres règles en fonction des
10