La philosophie de Louis Lavelle

De
Publié par

Philosophe et moraliste, Louis Lavelle (1883-1951) a développé une philosophie de l'existence opposée à celle de Sartre. Il considère l'acte réflexif comme le point de jonction entre le moi et l'Etre : prendre conscience de soi, s'inventer soi-même, c'est alors, certes, se reconnaître à part entière, mais c'est aussi découvrir la présence fondamentale de l'Absolu.
Publié le : mardi 1 mai 2007
Lecture(s) : 164
Tags :
EAN13 : 9782296165755
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LA PHILOSOPHIE DE LOUIS LAVELLE
©L'HARMATTAN, 2007 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-02588-2 EAN : 9782296025882
Sébastien ROBERT
LA PHILOSOPHIE DE LOUIS LAVELLE
Liberté et participation
L'Harmattan
Ouverture philosophique Collection dirigée par Dominique Chateau, Agnès Lontrade et Bruno Péquignot Une collection d'ouvrages qui se propose d'accueillir des travaux originaux sans exclusive d'écoles ou de thématiques. Il s'agit de favoriser la confrontation de recherches et des réflexions qu'elles soient le fait de philosophes "professionnels" ou non. On n'y confondra donc pas la philosophie avec une discipline académique ; elle est réputée être le fait de tous ceux qu'habite la passion de penser, qu'ils soient professeurs de philosophie, spécialistes des sciences humaines, sociales ou naturelles, ou… polisseurs de verres de lunettes astronomiques. Déjà parus Dominique CHATEAU,Sémiotique et esthétique de l’image, 2007. Ramsès BOA THIEMELE,Nietzsche et Cheikh Anta Diop, 2007. Arno MÜNSTER,Sartre et la morale, 2007. Aubin DECKEYSER,Michel Foucault.L’actualité de la vérité, 2007. Miklos VETÖ (sous la dir.),Historia philosophiae,2007. Georg W. BERTRAM, Robin CELIKATES, Christophe LAUDOU, David LAUER (coord.),Socialité et reconnaissance, 2007. Michèle AUMONT, Ignace de Loyola. Seul et contre tous, 2007. Xavier ZUBIRI,Intelligence et logos (Inteligencia y logos) trad. Philibert SECRETAN, 2007. Pierre V. ZIMA,La déconstruction. Une critique, 2007. Jacques CROIZER,De la mesure, 2007. Paul DUBOUCHET,Pour une sémiotique du droit international, 2007. Marly BULCÃO,Bachelard : Un regard brésilien, 2007. Christian SAVES,Eloge de la dérision : une dimension de la conscience historique, 2007 Bernadette GADOMSKI,La Boétie, penseur masqué, 2007.
« Monsieur Lavelle est grand. Il est au plus haut point. Je l’envisage entier, mais je n’en frémis point. »  Marc SANTONI « Quant à Léon Robin, qui rapportait la thèse secondaire surLa perception visuelle de la profondeur [...], il commença au contraire par adresser à son auteur ce chaleureux compliment : « Monsieur, votre thèse m’a passionné. Elle m’a rappelé leTiméede notre père Platon [...] ; ne croyez-vous pas toutefois qu’après tant de siècles, leTiméeest un peu déplacé en tant qu’explication du monde ? ». À quoi Lavelle répondit du tac au tac : « Je prie respectueusement monsieur l’examinateur de bien vouloir nous expliquer pourquoi ! ».» André GRAPPE
À ma grand-mère Aimée. À mon pays de Bas-Berry, ses paysages tranquilles et harmonieux que j’aime tant ; seul endroit où je trouve concentration et repos.
Avant-propos
 Le nom de Louis Lavelle n’a pas été retenu par l’Histoire de la philosophie. Rares sont les manuels contemporains qui mentionnent son nom. Ce philosophe, que nous nous proposons d’étudier, eut pourtant une importance considérable pendant l’entre deux guerres.  Dès le début des années quarante, « l’existentialisme » de Sartre et le développement de la phénoménologie en France, ne tiendront pas compte de sa pensée, qui, comme les philosophies de Blondel ou Brunschvicg, devient le témoignage d’un temps révolu. Louis Lavelle figure ainsi dans la liste des philosophes oubliés. Mais, depuis bientôt vingt ans, grâce notamment aux efforts de l’association Louis Lavelle, le philosophe semble doucement sortir de son purgatoire pour susciter de nouveau l’intérêt.  Universitaire assidu, penseur calme et effacé, Louis Lavelle paiera sans doute le prix de sa discrétion. Évitant le plus souvent toutes les querelles politiques et autres polémiques de l’après-guerre, Louis Lavelle préférait revenir dans son sud-ouest natal où, dans la solitude, sa pensée pouvait œuvrer.  La solitude, c’est de sentir en soi la présence d’une puissance qui semble hors d’état de s’exercer, mais qui, dès qu’elle commence à le faire, m’oblige à me réaliser en multipliant mes relations avec moi-même et avec tous les 1 êtres.
1 Louis Lavelle,Tous les êtres séparés et unisinLe Mal et la souffrance, Dominique Martin Morin, 2000, p. 94.  9
 Cette pensée silencieuse doit aujourd’hui s’exprimer.  Ce petit livre, qui est notre mémoire de philosophie, ne prétend pas à l’exhaustivité. Nous espérons simplement, au travers de la présentation générale d’une telle philosophie, dont l’ampleur et la complexité sont indéniables, contribuer à l’actualité de Louis Lavelle en éclairant les points essentiels de sa pensée.  D’autre part, nous n’aurions pu réaliser notre travail sans l’aide précieuse de nombreuses personnes. Nous tenons à remercier chaleureusement M. le Professeur Henri Mongis qui a accepté de diriger notre mémoire ; les Professeurs Michel Adam, Jawad Tlemsani et Mélanie Amathieu pour leurs lectures critiques ; et M. le Professeur Alain Panero pour ses informations et documents.
1
0
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.