La possibilité du naturalisme phénoménologique

De
Publié par

La phénoménologie se trouve dans une impasse et cela est la conséquence du refus de dialoguer avec les sciences empiriques. On s'interroge ici sur la possibilité de dépasser l'intreprétation transcendantale du sujet pour l'inscrire définitivement dans la réalité naturelle. En prenant l'idée de la reconstruction cognitive-intentionnelle comme hypothèse de travail, on élabore un concept du sujet naturel. Ainsi, l'analyse des expressions phénoménologiques montre que la structuration ontologique du sujet se réalise dans et à travers la réalité.
Publié le : mardi 1 décembre 2009
Lecture(s) : 50
Tags :
EAN13 : 9782296241077
Nombre de pages : 189
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Table des matières
Introduction.......................................................................... 9 Chapitre I............................................................................ 25 Objets empiriques et objets reconstruits. Au-delà du concept transcendantal de sujet phénoménologique....... 25 La condition de la subjectivité intentionnelle....................... 32 La condition de la réalité empirique ....................................33 L’intégration qualitative et la limite de la thèse de la pensée transcendantale.................................................................... 42 Données empiriques et reconstructions................................ 46 Le scepticisme phénoménologique....................................... 66 Le constructivisme phénoménologique................................. 67 Chapitre II........................................................................... 77 Le rapport d’identité expression-objet............................. 77 Simulation et reconstruction................................................. 93 La symétrie......................................................................... 107 La dissymétrie..................................................................... 108 L’asymétrie......................................................................... 108 Chapitre III....................................................................... 119 Voir et exprimer................................................................ 119 Les degrés de non visibilité................................................ 134 Symétrie méthodologique ...................................................144 Dissymétrie méthodologique.............................................. 146 Les mutations identitaires................................................... 148 La transformation subjective de l’objet empirique............. 148 Chapitre IV....................................................................... 151 Les structures de la subjectivité naturelle et le contenu de l’expression phénoménologique....................................... 151 L’analyse de l’objet reconstruit.......................................... 152 Considérations sur les objets empiriques ...........................158 Conclusion......................................................................... 169 Bibliographie..................................................................... 183
7
Introduction
DansLa crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale,Husserl met le sujet en 1 dehors del’ontologie naturelle. Les conséquences de la manière dontl’argumentde la phénoménologie husserlienne a été formulé contre la psychologie empirique sont dramatiques pour le destin de la phénoménologie en tant que science de la subjectivité. Même si Husserl explique ultérieurementqu’il ne s’agit pas de nier les contributions de la psychologie empirique, la distinction reste encore trop vague pour annuler les suspicions par rapport au dualisme de la phénoménologie. Il va de soi que si le sujet nest pas l’objet de la psychologie empirique, il ne peut devenir ni l’objet des sciences naturelles en général, ni partie de l’ontologie naturelle. Le refus d’admettre la dimension naturelle du sujet doitfaire l’objet des critiques les plus directes, afin que la phénoménologie soit considérée comme 2 une méthode fondamentalement solipsiste . La raison principale pour laquelle l’argument du dualisme arrive encore à convaincre est la spéculation de la distinction entre ce que l’on voitet ce que l’on exprimedu point de vue ontologique. Si la définition transcendantale du sujet avait pu résoudre la problématique de la subjectivité, cela aurait dû se passer au cours des derniers siècles, mais sauf le fait de prolonger le débat entre le naturalisme standard et le dualisme, le concept de sujet transcendantal ne fait qu’emprisonner la réalité subjective dans une théorie d’où il faut la retirer.Au contraire, lanalyse del’intégrationdes données empiriques
1 Edmund Husserl,La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale, trad.G.Granel, Paris,Gallimard, 1976. 2 DanielDennett,The Intentional Stance, MIT, 1987, p.153-157.
dans les structures de la subjectivité révèle la détermination naturelle du sujet : les niveaux de complexité entre, par exemple, la pierre et la pensée humaine doivent être traités comme parties du même tableau ontologique général, malgré leurs différences inhérentes.La possibilité donc d’exprimer le monde naturel impose le sujet en tant que partie de ce monde: on ne peut rien dire d’une chose si on ne partage pas le monde auquel elle appartient. Par conséquent, la problématique de la subjectivité doit être repensée dans les cadres d’une analyse évolutive-reconstructive au sens où d’une part, il est évident que la théorisation transcendantale du sujet n’a pas réussià rendre intelligible son visé ontologique devant la science.D’autre part, c’est le même Husserl qui concevait la phénoménologie en tant que « science des phénomènes » en soulignant que le fait d’être sujet conscient est la qualitéprincipale des êtres humains. Du point de vue ontologique, il est toujours possible de faire l’analyse empirique du sujet tandis quedu point de vue méthodologique on a encorele droit de s’interroger sur la possibilité d’une « phénoménologie naturelle de la subjectivité ». Suivre le chemin de l’interprétation naturalisée du sujet est une conséquenceonto-logiquepuisquec’est l’expérienceelle-même qui nous détermine à reconnaître que le sujet se manifeste entre les limites de la réalitéet qu’il n’y a rien qui puisse le soustraire à la réalité. Je vais montrerqu’il est possible de redéfinir la subjectivité en tant que phénomène naturel etqu’on peutfaire de la phénoménologie sans plus se mettre auservice d’un sujet transcendantal, mais en formulant le naturalisme phénoménologique qui conçoit le 3 sujet à travers la réalité empirique .
3 Je vise ici un changement d’ordre méthodologique. La phénoménologie en tant que naturalisme non-réducteur est une solution méthodologique pour la sortie de l’impasse que le dualisme a creusée à l’intérieur de la problématique de la subjectivité.
1
0
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.