Le Commerce des regards

De
Publié par

Qu'est-ce que voir? Qu'est-ce que dire ce que l'on voit? Qu'est-ce que faire voir? Qui dit ce qu'il faut voir? Cette étude tente de dégager l'économie propre à l'image dans le marché des visibilités auquel tout concourt aujourd'hui à la réduire.


Toute image ne fait-elle pas le deuil de son objet? Comment se construit la légitimité et le sens du jugement portant sur des objets "iconiques" qui sont des figures émotionnelles? La passion de l'image est indissociable en Occident du destin iconique de la Passion christique. Cette passion ne s'est pas contentée d'articuler l'image à la doctrine de l'incarnation, elle a aussi fait l'objet d'un traitement institutionnel. Le vocabulaire de la chair s'est trouvé lié au lexique du corps de l'Église et, par la suite, à celui de tous les pouvoirs fondés sur l'adhésion et la soumission des regards.


Décider d'une image est l'affaire d'un commerce, celui des êtres de parole qui ne cessent de faire circuler tous les signes qui produisent un monde commun. L'économie du visible est un choix politique, celui du partage des goûts et des dégoûts, donc des formes sensibles où se jouent les figures de l'amour et de la haine, donc d'une humanité qui reste toujours à construire.


Publié le : jeudi 1 octobre 2009
Lecture(s) : 42
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021008470
Nombre de pages : 270
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
r
hlatter
he clastes tes 0
Sixtine
-1992, 2 vol.
, 1995
tauromachie 96
ie ire contemporain 6
. 7
? 9
r?
,
,
Extrait de la publication
AIN
RCE DS
IL
-X
ier 2003
productions destinées à une utilisation u partielle faite par quelque procédé ants cause, est illicite et constitue une du Code de la propriété intellectuelle.
Extrait de la publication
7
ts
nti qui fut durant toutes ces nel tant par la rigueur de sa
es Images qui m’ont accom-s critiques éclairantes durant tout spécialement à Françoise ab Meddeb et Anca Vasiliu.
atherine Le Roch qui m’ont es.
LE COMMERCE DES REGARDS
8
Extrait de la publication
portant sur la nature pas-politique dans une commu-ns l’unité du souci qui les ue dire ce que l’on voit? lfautvoir? J’ai choisi une la nudité de Noé pour finir rivilégier une thématique: visible dans le respect poli-e liberté. Cette liberté n’est de la place du spectateur nsacrée au commerce des nes visibles tente de déga-é des visibilités auquel tout nomie du visible est ce tis-chaque rendez-vous donné ile invisible où se déploient qui recouvre l’absence de bivalence native de toute us renoncions à trouver la ’affaire du commerce, celui e leurs regards et de leurs t partager. L’économie du ieu commun. ans la continuité du terrain inauguré. Il s’agit d’analy- lecture des visibilités en ction du jugement critique. it l’objet du travail précé-la suivante: comment se
Extrait de la publication
construisent la légitimité et le sens du jugement sur des objets «ico-niques»? Ces objets sont spontanément reconnus dans leur pouvoir émotionnel et donc jugés à l’aune de la présence ou de l’absence d’émotion. Mon projet est d’articuler cette puissance émotionnelle à l’origine «passionnelle» de l’image et à son destin symbolique dans la construction d’une communauté. Pour cela j’ai revisité un certain nombre de textes dont le sens a trop souvent été considéré comme acquis. Tout d’abord le fameux interdit de l’image que l’on attribue au monothéisme juif m’a semblé occulter un aspect fondateur de la légitimité du visible dans la pensée hébraïque. L’ivresse de Noé et la malédiction de Cham pose d’emblée dans la Genèse la question du visible en termes de regard avant de le poser en termes de fabrication. L’analyse de la notion d’interdit permet d’en comprendre la levée par la doctrine chrétienne qui aborde tout spectacle sous le régime grec de la passion. Pour saisir la transformation opérée par le chris-tianisme dans le traitement de la notion depathos, il m’a paru néces-saire de reprendre les textes aristotéliciens et l’usage fait du mot Passion dans la théologie chrétienne. Le destin iconique de la passion ne l’a pas seulement articulé à la doctrine de l’incarnation, mais a fait aussi l’objet d’un traitement institutionnel dans lequel le voca-bulaire de la chair propre à l’incarnation s’est trouvé lié au lexique du corps institutionnel. L’Église ne s’est pas contentée de gérer le salut des âmes, mais a fondé un empire temporel dans lequel le com-merce des visibilités a une fonction décisive. Le seul monothéisme qui soit dévoué à l’image est celui dont le sort est lié à la fondation de toute la culture occidentale. La fondation d’une doctrine qui fait de l’image et du visible un objet de crise, c’est-à-dire un lieu convulsif exigeant les opérations critiques du jugement, ne peut se comprendre qu’en examinant la nature ambivalente et non substantielle de toute image. En effet, com-ment comprendre cette instance de la liberté critique face aux images? La réponse réside dans la conception d’une image «indéci-dable», qui, n’ayant aucune valeur de vérité ni de fausseté, attend du tiers qui la considère la construction d’un sens, c’est-à-dire le trai-tement critique d’un objet passionnel. D’où il suit qu’il en va des choix symboliques d’une communauté dans le traitement politique de l’amour et de la haine dans ce qu’on nomme un jugement de goût. Quelle liberté se constitue et se distribue dans la production des visi-bilités?
10
11
ARDS
rale sur la nudité de Noé rmanentes et irrégulières plus récents. L’expression er les stratégies du regard ntée au Moyen Âge: «Le écits concernant le destin réelle ou fantasmée d’un e la dictature du visible et L’expression «faire voir» e la crise de l’image dans
ire iconique qui permet de liberté. En ce sens la mort es visibilités condamne à régimes qui s’autoprocla-mplique l’expression «vie rds se transforme en ges-d’image et le marché des barbaries.
Extrait de la publication
LE COMMERCE DES REGARDS
12
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.