Le don ordinaire des larmes

De
Publié par

Les larmes dont il est question ici ne sont pas celles du « don des larmes » du mystique, ni celles qui accompagnent la souffrance. Car il est aussi des larmes qui, à travers nos émotions les plus sublimes, portées par la fulgurance des oeuvres, des êtres et des choses, parviennent à faire disparaître jusqu'à la mélancolie. Puissance unique de ces larmes, ayant en elles une énergie qui se renouvelle et qui entraîne la survenue de cette joie inatteignable sans elles. La joie qu'on ne peut dire, c'est elles qui la disent.
Publié le : samedi 15 août 2015
Lecture(s) : 3
Tags :
EAN13 : 9782336388991
Nombre de pages : 172
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
L’Harmattan, in 2012).
Pierre-Paul Br acco
Le don ordinaire des larmes
Une voie de ressourcement
15/07/15 19:04
Le don ordinaire des larmes
Pierre-Paul BRACCO
Le don ordinaire des larmes
Une voie de ressourcement
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06671-4 EAN : 9782343066714
Vous êtes empereur, seigneur, et vous pleurez ! Racine,Bérénice, IV, 5.
ILS N’EN SONT PAS MOINS DES HOMMES Nevers. 4 mai 1993. Sur la place du palais ducal, devant une foule nombreuse et recueillie, face aux caméras de télévision, un homme seul parle au nom de la France. Il parle avec solennité, beaucoup de gravité dans les regards autour de lui, beaucoup de dignité. L’éloge funèbre a ses règles que chacun prend à cœur de respecter. Le suicide de Pierre Bérégovoy a ému et choqué les Français. L’homme continue son discours, les mots succédant aux mots au fond sans surprise. Et soudain, quelque chose se produit dans la mécanique du langage, quelque chose qui se voit et qui s’entend. D’abord une obstruction momentanée, un brusque resserrement dans l’arrière-bouche ; et puis le franchissement énergique des syllabes dans un souffle où viennent mourir des saccades. Impossible de ne pas voir, impossible de ne pas entendre cette drôle d’inspiration-expiration contractée, cette amorce de sanglot dans la voix de l’homme qui parle.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.