//img.uscri.be/pth/e4b43f197043e01962628d3df8aa8c685970f7ea
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le problème de l'homme

De
226 pages
L'unique chemin d'accès à la compréhension, le plus approché possible, de l'être humain, consiste à tenter de le saisir tel qu'il se manifeste en ses oeuvres, soit en l'ensemble des productions de ses activités. Ensemble qui est la culture. L'enjeu est la vérité de l'homme : est-elle dans son immanence ou dans sa transcendance ? Cette opposition entre immanence et transcendance résume la différence axiologique entre l'être et le devoir-être, la différence ontologique entre le phénomène et la réalité, la différence théologique entre l'humain et le divin.
Voir plus Voir moins
Paul Khoury
LE PROBLÈME DE L’HOMME
Le problème de l’homme
DU MÊME AUTEUR (principaux écrits en langue française)
- IslamChristianisme 1 2 Jean Damascène et l’Islam. 1957-1958, 1994. 1 2 Paul d’Antioche, Traités théologiques.1994. 1964, 1 2 3 Islam et christianisme, Dialogue religieux et défi de la modernité. 1973, 1997, 2011. Matériaux pour servir à l’étude de la controverse théologique islamo-chrétienne de langue e e arabe du VIII au XII siècle.I-VIII.1989, 1991, 1997, 1999, 1999, 2000, 2001, 2002. e e Textes des théologiens arabes chrétiens du VIII au XII s.: Le Verbe incarné, I-II.2000. - Monde arabe La crise libanaise dans le processus de mutation socioculturelle de l’Orient arabe.1976. 1 2 Une Lecture de la pensée arabe actuelle, trois études.1998. 1981, Pensée arabe 3 contemporaine, Tradition et modernité, 2012. 1 2 Tradition et modernité, Thèmes et tendances de la pensée arabe actuelle.1998. 1983, Traditionet modernité, Matériaux pour servir à l’étude de la pensée arabe actuelle, I-III. 1981, 1984, 1985. Monde arabe et mutation socioculturelle, Problématique de la sécularisation et de la 1 2 révolution culturelle.1999. 1984, L’Islam critique de l’Occident, Islam et Sécularité, I-III.1994, 1995, 1996. L’Islam et l’Occident, Islam et Sécularité.1998. Les islamistes et les autres.2004. - Philosophie La Religion et les hommes, Essais sur les dimensions anthropologiques de la religion.1984. Esquisse d’une philosophie de la culture.1974, cours polycopié. La dimension de transcendance en l’homme.1975, cours polycopié. Notes pour l’étude de la Métaphysique.1985, cours photocopié.Abrégé, 1990.Remanié, 2006. Notes pour l’étude de la Philosophie morale. 1992, cours photocopié. Remanié, 2006. 1 2 Le Fait et le Sens, Esquisse d’une Philosophie de la Déception.2007. 1996, Aporétique, ou “ Que sçay-je ?.2005. Le problème de l’homme.2006. Le jeu de la vieMéditations.2011. - Recueils Le Liban en question.2012. Le monde arabe en question.2012. Pour un dialogue interreligieux et interculturel.2012. Études.2012. Projets.2012. La religion en question.2012.
Paul Khoury Le problème de l’homme
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-11180-3 EAN : 9782343111803
AVANT-PROPOS  Direanthropologie philosophique, c’est supposer possible un discours philosophique portant sur l’être humain, discours constitué d’un ensemble cohérent de propositions montrant en quoi consiste cet être en sa vérité et le faisant comprendre ou connaître avec certitude. Telle ne semble pas être l’ambition de la formuleproblème de l’homme. Cette expression pose l’homme comme objet non encore connu, mais à connaître. Elle le pose en même temps comme problématique, à savoir comme un objet que l’effort de connaissance n’est pas sûr d’atteindre, et que le discours philosophique n’est pas sûr d’exprimer en sa vérité ni avec certitude. La différence d’attitude révèle la différence de conception de l’être humain et du discours philosophique. D’une part, on suppose l’être humain connaissable et systématisable et exprimable en un discours adéquat. De l’autre, on met en doute la supposition que l’être humain soit systématisable, et par suite exprimable en un discours qui en dise la vérité avec certitude. D’un côté, donc, assurance, manipulation et mainmise ; de l’autre, approche précautionneuse et souci de sauvegarder l’intégrité d’un être posé comme insondable et essentiellement problématique. D’un côté, esprit de conquête et volonté d’action; de l’autre, souci de la vérité et sens de l’aporie.On évite ici l’illusion d’aller droit au but, à savoir de chercher à saisir l’être humain directement en lui-même. L’unique chemin d’accès à la compréhension, le plus approchée possible, de cet être consiste à tenter de le saisir tel qu’il se manifeste en ses œuvres, soit en l’ensemble des productions de ses activités, ensemble qui est laculture. Ce chemin, en quelque sorte ascensionnel, est censé conduire de la culture vers ce qui la conditionne et qui s’y exprime. Le point de départ, ce seraient donc les types d’activités, les types de fonctions, les pôles normatifs.  Au terme, il deviendrait possible de dire quelque chose concernant l’être même de l’homme. Le contenu de ce discours ontologique pourrait être débité en trois ensembles de thèmes. Le premier ensemble grouperait les éléments constitutifs de l’être humain, tels, d’une part, l’âme et le corps, le je et le moi, la
7
personne, et, d’autre part, la nature, la condition sociale, l’existence. Le deuxième ensemble en grouperait les dimensions constitutives, telles que le sensible et l’empirique, le rationnel et le transcendantal, la dimension de transcendance. Le troisième ensemble grouperait les formes ontologiques constitutives concrètes de l’humain en sa totalité, qui sont la personne, la communauté, l’histoire. De là, les trois moments de cette approche du problème de l’homme :Esquisse d’une philosophiede la culture. La dimension de transcendance en l’homme.L’ÊtreHomme.  La manière de présenter cette démarche semble présupposer la distinction entre l’être et ses manifestations, à savoir la position de l’être humain comme chose en soi, source du système de la culture, lequel, ensemble de phénomènes, en serait la manifestation. En fait, cette façon de parler laisse ouverte la question de savoir s’il y a lieu de distinguer l’être humain et ses œuvres culturelles, ou au contraire de lire cet être à même sa culture. L’un des aspects du caractère problématique de l’homme consiste justement dans cette possibilité que son être coïncide avec ses manifestations culturelles. Et donc, pour l’instant, la distinction entre la culture et l’être humain relève d’une sorte de fiction méthodique ayant pour fonction de faciliter l’analyse du système de la culture et l’exposé des problèmes que pose la culture telle qu’elle est analysée.
8
Première partie ESQUISSE D’UNE PHILOSOPHIEDE LA CULTURE  La philosophie de la culture ici esquissée comprend un moment premier d’analyse descriptive du système de la culture, suivi de l’examen des problèmes philosophiques concernant la culture, à savoir les problèmes d’ordre axiologique et anthropologique, et dela position du problème de l’être humain.