Marx, philosophie du mal

De
Publié par

Le mal, chez Marx, relève pour l'essentiel de la conjonction de trois catégories : l'inversion, le vampirisme et le destin. L'inversion agit aux niveaux intersubjectif, intrasubjectif, ontique, sémiotique, politique et idéologique. Le vampirisme, cette métaphore centrale de la critique de l'économie politique, et qui illustre tout le schéma de l'exploitation, appelle une comparaison avec le Dracula de Bram Stocker qui apparaît comme le roman du Capital. Le destin, selon Marx, définit la saisie du vif par le mort, travail vivant par le travail mort.
Publié le : jeudi 1 juin 2006
Lecture(s) : 244
Tags :
EAN13 : 9782296150133
Nombre de pages : 167
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

MARX, PHILOSOPHE DU MAL

La Philosophie en commun Collection dirigée par Stéphane Douailler, Jacques Poulain, Patrice Vermeren
Nourrie trop exclusivement par la vie solitaire de la pensée, l'exercice de la réflexion a souvent voué les philosophes à un individualisme forcené, renforcé par le culte de l'écriture. Les querelles engendrées par l'adulation de l'originalité y ont trop aisément supplanté tout débat politique théorique. Notre siècle a découvert l'enracinement de la pensée dans le langage. S'invalidait et tombait du même coup en désuétude cet étrange usage du jugement où le désir de tout soumettre à la critique du vrai y soustrayait royalement ses propres résultats. Condamnées également à l'éclatement, les diverses traditions philosophiques se voyaient contraintes de franchir les frontières de langue et de culture qui les enserraient encore. La crise des fondements scientifiques, la falsification des divers régimes politiques, la neutralisation des sciences humaines et l'explosion technologique ont fait apparaître de leur côté leurs faillites, induisant à reporter leurs espoirs sur la philosophie, autorisant à attendre du partage critique de la vérité jusqu'à la satisfaction des exigences sociales de justice et de liberté. Le débat critique se reconnaissait être une forme de vie. Ce bouleversement en profondeur de la culture a ramené les philosophes à la pratique orale de l'argumentation, faisant surgir des institutions comme l'École de Korcula (Yougoslavie), le Collège de Philosophie (Paris) ou l'Institut de Philosophie (Madrid). L'objectif de cette collection est de rendre accessibles les fruits de ce partage en commun du jugement de vérité. Il est d'affronter et de surmonter ce qui, dans la crise de civilisation que nous vivons tous, dérive de la dénégation et du refoulement de ce partage du jugement.

Dernières parutions J.-M. BUÉE, E. RENAULT, D. WITTMANN (sous la dir.), Logique et sciences concrètes (Nature et Esprit) dans le système hégélien, 2006. Stéphanette VENDEVILLE , Au maître nu, 2006. Bernard MOTTEZ, Les Sourds existent-ils? Textes réunis et présentés par Andrea Benvenuto, 2006. Henri BERGSON, Leçons clermontoises II, 2006. Christina KOMI KALLINIKOS, Digressions sur la métropole. Roberto Arlt, Juan Carlos Onetti autour de Buenos Aires, 2006. Jean-Edouard ANDRÉ, Heidegger et la Liberté, 2005.

Jad HATEM

MARX, PHILOSOPHE DU MAL

L' Hannattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique; FRANCE
L 'Hannattan Hongrie Kônyvesbolt Kossuth L. u. 14-16 Espace Fac..des Adm.; Université L'Harmattan Sc. Sociales, BP243, Kinshasa Pol. et

75005 Paris
Italia 15 L'Harmattan Burkina Faso

L'Harmattan

Via Degli Artisti, 10124 Torino IT ALlE

1200 logements 12B2260 Ouagadougou

villa 96

KIN XI - RDC

1053 Budapest

de Kinshasa

12

www.librairieharmattan.com harmattan 1@wanadoo.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ~L'Harmattan,2006 ISBN: 2-296-00856-9 EAN : 9782296008564

" La vérité est une mer dans laquelle ne peut plonger que celui qui a un cœur dont le poids spécifique est plus lourd que celui de la vérité, c'est-à-dire un cœur plein de réalité indissoluble". Franz Rosenzweig

À Gérard Bensussan

ABRÉVIATIONS

ŒI

Marx, Œuvres, I, Economie I, édité par M. Rubel, Paris, Pléiade, 1969. Misère de la philosophie, pp.7-136; (avec Engels) Manifeste du Parti communiste, pp. 159-195; Travail salarié et capital, pp.201-229; Introduction, pp.235-266, et Critique de l'économie politique, pp. 271-452; Salaire, prix et plus-value, pp.479-533; Le Capital, Livre I, pp. 542-1406. Marx, Œuvres, II, Economie II, édité par M. Rubel, Paris, Pléiade, 1968. Manuscrits parisiens, pp.5-141. Le Capital, Livre II, pp. 505-863; Le Capital, Livre III, pp. 874-1488. Marx, Œuvres, III, Philosophie, édité par M. Rubel, Paris, Pléiade, 1982. Différence de la Philosophie naturelle chez Démocrite et chez Épicure, pp. 13-100; Débats sur la liberté de la presse, pp. 138198; La Question juive, pp. 347-381; Pour une critique de la philosophie du droit de Hegel, pp. 382-397; (avec Engels) La Sainte Famille, pp.427-661; Critique de la philosophie politique de Hegel, pp. 871-1018.

ΠII

ΠIII

7

ΠIV

Marx, Œuvres, IV, Politique I, édité par M. Rubel, Paris, Pléiade, 1994. Marx, Fondements de la critique de l'économie politique, I-II, tr. R. Dangeville, Paris, Anthropos, 1967. Marx Engels, L'Idéologie allemande, tr. H. Auger, G. Badia, J. Baudrillard, R. Cartelle, Paris, Editions sociales, 1968. Marx, Manuscrits de 1861-1863, tr. sous la responsabilité de J.-P. Lefebvre, Paris, Editions sociales, 1980. Marx, Théories sur la plus-value (Livre IV du "Capital"), tr. sous la direction de G. Badia, Paris, Editions sociales, I, 1974; II, 1975; III, 1976. Marx Engels, Correspondance, tr. sous la direction de G. Badia et J. Mortier, Paris, Editions sociales, 1,1971; II,1971; 111,1972; IV, 1974; V, 1975; VI, 1978; VII, 1979; VIII, 1981. Karl Marx, Jenny Marx, Friedrich Engels, Lettres à Kugelmann, tr. G. Badia, Paris, Editions sociales, 1971.

FC

lA

M

TP

CO

K

8

SECTION I LE SYSTÈME DE L'INVERSION

" Nous sommes le parfait composé de quatre éléments. Nous pouvons brûler frères et choses, les noyer, les étouffer, les ensevelir. Et aussi les calomnier". René Char

CHAPITRE I

LA DISTORSION
"Je vais comme chose inverse" (Raimbaud d'Orange)

" Si l'on voulait se comporter comme une bête, on pourrait évidemment tourner le dos aux tourments de l'humanité et ne s'occuper que de sa propre peau "1. L'auteur de cette phrase a connu sa vie durant deux obsessions, celle de la science et celle du prochain. La première fut mise au service de la deuxième qui la transit de part en part, car Marx n'enferma pas au fond de son cœur sa passion, laquelle s'empara, dirait-il avec Goethe2, d'une loi qui pût lui servir d'arme. C'est pourquoi l'imposante œuvre d'élucidation théorique entreprise par lui est coordonnée par une philosophie de l'histoire et une

1 Lettre à Siegfried Meyer du 30 avril 1867, in Lettres sur le "Capital", p. 157. 2 Iphigénie en Tauride, v. 1832-1833. Il

philosophie du mal, laquelle présuppose une philosophie de l'intersubjectivité!. Les diverses facettes que le mal présente, chez Marx, peuvent être regroupées et organisées sous la catégorie de l'inversion. Le modèle n'en reste feuerbachien que pour certaines formes. Dans l'inversion religieuse qui est une falsification, ou plus exactement un retournement de la réalité, Dieu provient de la projection des prédicats humains sur une sphère transcendante. Toutefois, pour Marx, l'inversion religieuse ne constitue pas la matrice des autres, comme il fait reproche à Feuerbach de le penser. Elle est dérivée comme le tableau suivant (qui n'est pas de Marx) entend le montrer où les strates de l'inversion vont du plus fondateur au plus superficiel. Les inversions sont: 1. intersubjective: le non-travailleur domine le travailleur, 2. intrasubjective : l'égoïsme domine la socialité, 3. ontique : la matière morte domine la vie, 4. sémiotique: le non-sens domine le sens, 5. économique: l'abstrait domine le concret, 6. politique: l'État domine la société, 7. idéologique: la représentation déformée des rapports sociaux domine le réel. La postériorité de l'inversion idéologique a déjà modifié l'effet de sa donation. Point ne suffit, pour Marx,
1 Cf. J. Hatem, Marx, philosophe de l'intersubjectivité, L'Harmattan, 2002. 12 Paris,

d'énoncer que la représentation imaginaire se donne comme le réel ou, ce qui revient au même, est projetée en guise de transcendant, car la conséquence qui l'intéresse est l'asservissement de l'homme qui a provoqué ce renversement du réel et le moyen d'y remédier en agissant sur la cause. Marqué de chiffres cruels le tableau fait se croiser continûment deux catégories, celle de l'inversion et celle de la domination. Ceci implique le retournement d'une autre domination qui, dans la situation de rectitude et qu'on pourrait dire de normalité, n'accuse pas les traits d'une prépotence. C'est dans l'harmonie qu'originellement la vie humaine soumet la nature et la socialité l'égoïté, que la société produit l'État et le réel la représentation. Originellement n'induit pas nécessairement une originarité historique, mais la chose de chaque jour éventuellement inversée chaque jour. Une généalogie procède autrement et redistribue les strates selon le facteur qui provoque la chaîne d'inversions. Je m'efforcerai de l'identifier, quitte à marquer le rôle adjuvant de la première séquence. Par l'aliénation de son travail l'homme est rendu cinq fois étranger: à son produit, à sa production, à la nature, au genre, à autrui (Œ II, pp. 60-66). Cette condition désigne le malheur dont il souffre, sa peine qui est misère à la fois matérielle et spirituelle, (Übel, Leiden), correspondant, pour ce qui est du statut catégoriel, à la notion leibnizienne de mal physique. Elle est conséquence d'un mal moral (Bose) qui est le fait de celui ou de cela qui inflige le malheur. Or l'analyse de Marx culmine dans l'identification de la grandeur aliénante, l'homme qui dispose du produit du travailleur: 13

" Ce ne sont pas les dieux, ce n'est pas la nature, c'est seulement l'homme lui-même qui peut être la puissance étrangère dominant l'homme" (CE II, p. 66). Notre philosophe sait que l'humanité connaît d'autres rapports de servitude que ceux du travailleur et du spoliateur, mais ils les en fait dépendre (CEII, p. 68). En cette inversion que j'appelle intersubjective la structure de subordination est rendue évidente par la métaphore spatiale, car désormais, il y a ceux d'en haut et ceux d'en bas (CEII, p. 96). Dans le commerce cette subordination est universelle et instantanée, le temps de la transaction, car elle repose sur une exploitation réciproque des besoins d'autrui: "Chacun cherche à créer une force essentielle (Wesenskraft) étrangère qui accable son prochain pour en tirer la satisfaction de son propre intérêt égoïste" (CEII, p. 91). Ceci revient à dire que, par la grâce du mercantilisme cupide, tout individu se trouve tour à tour en haut et en bas, et distord la communauté fraternelle déployée dans l'horizontalité, et plus précisément renverse sens dessus dessous la relation éthique de subordination où le travailleur se met au service du besoin d'autrui par le partage de son produit. Voici l'homme proprement sub-jugué (unterjocht) par l'être " étranger" et "hostile", la masse des objets de ses appétits artificiels et contre nature (CEII, p. 91), qui sert de médiation à la subjugation par autrui. Il est remarquable que ce moyen terme remplace la mort dans la dialectique hégélienne du maître et de l'esclave. Chez Hegel, celui-ci tombe sous la coupe de celui-là par l'entremise de la peur panique. Dans le système achevé du mercantilisme (et de la production aliénée, intéressée) chacun s'empare d'autrui moyennant la chose désirable 14

(cf. CE II, pp. 30-31). Ceci génère un contrecoup dialectique car chacun, en tant que possesseur ou producteur de la chose, s'identifie à elle, se fait moyen, pour obtenir la chose de l'autre (CEII, pp. 32-33), si bien que celui qui veut se soumettre autrui doit d'abord se réifier et, pour séduire autrui, aviver son appétit ou le créer, en tout cas s'y soumettre: "Un eunuque ne flatte pas plus bassement son despote ni ne cherche, pour lui soutirer une faveur, à exciter par les moyens les plus infâmes ses passions émoussées, que l'eunuque industriel, le fabricant, ne cherche à appâter son prochain, qu'il aime tout chrétiennement, pour faire s'envoler de sa poche une pièce d'or" (CEII, pp. 91-92). De là procède la réciprocité de la vénalité générale et du besoin inaltérable d'argent. La notion d'égoïsme est précieuse qui opère sous deux formes, active dans l'intéressement, passive dans la propriété privée. Couplée à la description du mode d'existence du jouisseur, elle explique la condition active de l'inversion intersubjective: "V oici comment se présente la richesse inactive, dissipatrice, entièrement livrée au plaisir: celui qui en jouit se comporte comme un individu éphémère et sans âme, qui se débauche frénétiquement et considère le travail asservi, la sueur de sang (Blutschweiz) d'autrui comme la proie de son désir (Begierde); en tout homme, et donc en lui-même, il voit un être sacrifié et un rien; son mépris hautain des hommes se manifeste par la dilapidation de biens qui pourraient faire vivre cent vies humaines, ou encore dans l'illusion que sa prodigalité effrénée et sa consommation illimitée et improductive constituent la condition même du travail et de la subsistance d'autrui; la réalisation des forces essentielles de l'homme, ilIa connaît uniquement 15

comme la réalisation de sa propre inhumanité, de ses caprices et de ses volontés arbitraires et bizarres" (Œ II, p. 100). Bien que partielle (car elle concerne le jouisseur, non l'industrieux qui va le supplanter ou qu'il doit devenir), cette analyse repose sur la donnée anthropologique de la convoitise qui tend des embûches. L'avidité est un rapport à soi de la volonté imbue d'ellemême qui utilise le rapport à autrui comme un outil. La devise de tout capitaliste et de toute nation capitaliste, dira Marx, est" après moi le déluge! " (Œ I, p. 806, cf. p. 726). La rapacité se donne comme égoïsme actif, hauteur méprisante (Übermut) vis-à-vis d'autrui. Dans les profondeurs, tuf où s'enracinent les comportements du jouisseur comme ceux du capitaliste, le Moi ne se prend pas pour un rien lui qui se subordonne tout. Il y a un haut et un bas: "C'est l'égoïsme qui met le salut privé audessus du salut de l'ensemble" (Œ III, p. 183; cf. p. 380). Pour un feuerbachien qui a lu Hess, cette formule, outre sa portée intersubjective, induit une signification intrasubjective puisque" l'ensemble" est inscrit dans la conscience de l'individu à titre de genre. Pour Hess en effet, " l'individu élevé au rang de fin, le genre ravalé au rang de moyen, c'est là le renversement de la vie humaine en général ", si bien qu'en raison de cette aberration "l'individu qui souhaite vivre non à travers lui-même pour le genre, mais à travers le genre pour lui seul, doit se créer pratiquement un monde à l'envers ,,1.
1 L'Essence de ['argent, ~ 5. Traduit par P. Cadiot, le texte est reproduit dans l'ouvrage d'Elisabeth de Fontenay, Les Figures juives de Marx, Paris, Galilée, 1973, pp. 115-148. 16

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.