//img.uscri.be/pth/f8d87ce3f9d25fac7daa3ab53ab3cf9acbeca3d1
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Michel Foucault

De
366 pages
Le sujet selon Foucault est configuré suivant plusieurs pratiques discursives et non discursives et englouti dans des relations de savoir/pouvoir. La tâche du philosophe est d'en rendre compte et de mettre au clair les possibilités de connaître ce sujet, formé et transformé par le pouvoir. Ainsi il serait nécessaire de recommencer la modernité et de transformer son thème nodal, à savoir le sujet.
Voir plus Voir moins
MICHELFOUCAULT
SubjectivitéÉthique, Pouvoir,
COMMENTAIRES PHILOSOPHIQUES
Collection dirigée par Angèle Kremer Marietti et Fouad Nohra
Guy-François DELAPORTE,Lecture du Commentaire de Thomas d’Aquin sur le Traité de l’âme d’Aristote, 1999. John Stuart MILL,Auguste Comte et le positivisme, 1999. Michel BOURDEAU,Locus Logicus, 2000. Jean-Marie VERNIER (Introduction, traduction et notes par),Saint Thomas d’Aquin,Questions disputées de l’âme, 2001. Auguste COMTE,Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société, 2001. Angèle KREMER MARIETTI,Carnets philosophiques, 2002. Angèle KREMER MARIETTI,Karl Jaspers, 2002. Gisèle SOUCHON,Nietzsche : Généalogie de l’individu, 2003. Gunilla HAAC,Hommage à Oscar Haac, 2003. Rafika BEN MRAD,La mimésis créatrice dans la Poétique et la Rhétorique d’Aristote, 2004. Mikhail MAIATSKI,Platon penseur du visuel, 2005. Angèle KREMER-MARIETTI,Jean-Paul Sartre et le désir d’être, 2005. Guy-François DELAPORTE,Lecture du Commentaire de Thomas d’Aquin sur le Traité de la démonstration d’Aristote, 2005. Auguste COMTE / Caroline MASSIN,Correspondance inédite (1831-1851), 2006. Friedrich NIETZSCHE,Contributionàla généalogie de la morale, 2006. Friedrich NIETZSCHE,Par-delàle bien et le mal, 2006. Auguste COMTE,Sommaire appréciation de lensemble du passémoderne, 2006. Monique CHARLES,Lettres damour au philosophe de ma vie, 2006. Monique CHARLES,Kierkegaard. Atmosphère dangoisse et de passion, 2007. Walter DUSSAUZE,Essai sur la religion daprès Auguste Comte,2007. Angèle KREMER-MARIETTI,Nietzsche et la rhétorique, 2007. Michèle PICHON,Vivre la philosophie, 2007. Lucien LEVY-BRUHL,Correspondance de John Stuart Mill et dAuguste Comte, 2007. Khadija KSOURI BEN HASSINE,Question de lhomme et théorie de la culture chez Ernst Cassirer, 2007. Khadija KSOURI BEN HASSINE,La Laïcité,2008. Guy-François DELAPORTE,Physiques dAristote. Commentaires de Thomas dAquin, 2 tomes, 2008. Stamatios TZITZIS,Nietzsche et les hiérarchies, 2008. Martin KUOLT,Thomas dAquin, Du Mal,2009. Elvis Steeve ELLA,Emmanuel Levinas, Des droits de lhommeàlhomme, 2009. Jean-Jacques ROUSSEAU,Essai sur lorigine des langues, 2009. Jean-Jacques ROUSSEAU,Discours sur lorigine et les fondements de linégalitéparmi les hommes, 2009. Angèle KREMER-MARIETTI,Nietzsche ou les enjeux de la fiction, 2009. Abdelaziz AYADI,Philosophie nomade, 2009. Stéphanie BÉLANGER,Guerres, sacrifices et persécutions, 2009. Constantin SALAVASTRU,Essai sur la problématique philosophique, 2010. Hichem GHORBEL,Lidée de guerre chez Rousseau. Volume 1, La guerre dans lhistoire, 2010. Hichem GHORBEL,Lidée de guerre chez Rousseau. Volume II, Paix intérieure et politique étrangère, 2010. Edmundo MORIM de CARVALHO,Poésie et science chez Bachelard, 2010. Mohamed JAOUA,Phénoménologie et ontologie dans la première philosophie de Sartre, 2011. Abdelaziz AYADI,La philosophie claudicante, 2011.
Naima Riahi
MICHELFOUCAULT SubjectivitéÉthique, Pouvoir,
L’HARMATTAN
©L'HARMATTAN, 2011 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-56048-2 EAN : 9782296560482
Remerciements
J’ai le plaisir de remercier cordialement Madame Angèle Kremer Marietti, qui na pas seulement ouvert la Maison dAuguste Comte pour les épistémologues ou les chercheurs en philosophie, mais encore, a ouvert son cœur si généreux afin daider tous ceux ou celles qui veulent avancer dans la réflexion philosophique. Je voudrais remercierégalement mon professeur Monsieur Hmaid Ben Aziza auquel je dois ce livre et qui ma tant encouragéeàcultiver ma pensée. Je voudrais aussi remercier particulièrement Monsieur Gérard Raulet et Madame Zeineb Ben Saïd Cherni qui, par leurséleurs conseils, ontcoutes et contribué àla réalisation de cet ouvrage.
Dédicace
Cettemultitude du sens est pour vous, Samir, Irad & Ons, chaque fois que vous cherchezàsavoir ce que cle " Soi ".est que
ABRÉVIATIONS
Les Mots et les choses : MC L'Ordre du discours : OD L'archéologie du savoir : AS L'Histoire de la folie à l'âge classique : HF L'Herméneutique du sujet : HS La Volontéde savoir : VS Le Souci de soi : SS L'Usage des plaisirs : UP Il Faut défendre la société: I FD La Naissance de la biopolitique : NB Sécurité, Territoire, population : STP Le pouvoir psychiatrique : PP Surveiller et punir : SP
7
INTRODUCTION
« Je pense qu’il y a la possibilitéde faire une histoire de ce que nous avons fait et qui soit en même temps une analyse de ce que nous sommes ; une analyse théorique qui ait un sens politique – je veux dire une analyse qui ait un sens pour ce que nous voulons accepter, refuser, changer de nous-mêmes dans notre actualité. Il s’agit en somme de partir à la recherche d’une autre philosophie critique : une philosophie qui ne détermine pas les conditions et les limites d’une connaissance de l’objet mais les conditions et les possibilités indéfinies 1 de transformation du sujet » .
La question de la subjectivitécomme fonds de la théorie du pouvoir représente la cléde voûte de toute la pensée philosophique de Michel Foucault, bien qu’elle soit apparue de manière explicite seulement dans ses derniersécrits. Implicite dans les premiers travaux du philosophe, cette notion nodale sfur et ànonce au mesure de llorsquvolution de M. Foucault 'il s’est détournéde la modernitépour retourner aux Grecs et pour découvrir que le fondement du pouvoir est un principe éthique. La notion de pouvoir acquiert un nouveau sens : celui de la gouvernementalitéet de la maîtrise de soi. L’analyse des relations du pouvoir ou des rapports entre le savoir et la subjectivitéprend une autre forme dans les derniers textes du philosophe, pour devenir des analyses de typeéthique. Et ainsi le pouvoir se définit comme pouvoir sur soi d’abord. Foucault affirme que :
«... La pratique de soi a certainement jouéun rôle, non pas celui d’offrir, dans la vie privée et l’expérience subjective, un substitut à l’activitépolitique désormais impossible : mais celui d’élaborer un«art de vivre », une pratique d’existence, à partir de la seule relation dont on est maître et qui est le rapport à soi. Celui-ci devient le fondement d’un ethos qui n’est pas l’autre choix par rapport à l’activitépolitique et civique ; il offre au contraire la possibilitéde se définir soi-même en dehors de sa fonction, rôle et prérogatives, et par là même 2 de pouvoir les exercer de façon adéquate et rationnelle. »
1 Foucault, première version inédite de la conférence américaine de septembre1981 à propos de la généalogie du sujet rapportée par Frédéric Gros dans sa situation du cours de HS. C’est en reprenant Kant que Foucault mène tout le projet critique kantien jusqu’au bout de ses présupposés, p. 508. 2 Foucault,L’Herméneutique du sujet, cours de 1982,«Gouvernement de soi et des autres », p. 521 p. 522 (la note 55)
9
Le souci de Foucault n’est donc pas un souciépistémologique voire structuraliste comme l’ont entendu certains commentateurs en lisantLes Mots et les choses.Il semble injuste de le classer dans ces perspectives puisque sa préoccupation n’est : ni positiviste, qui aspire à fonder la véritéobjective du sujet ; ni morale, qui veut instaurer un sens humaniste. Son souci, consiste à nous apprendre à quel point le sujet peut dire la véritésur lui-même, exercer l’ascèse, gouverner ses désirs et ses passions pour se construire en qualitéde membre intéressant pour la cité.
Par conséquent, ni les théories politiques, ni celles de la morale, ni l’Histoire livresque, ni le savoir positif des sciences humaines ne peuvent être un secours pour saisir la réalitéet la véritéde l’homme. Notre vocabulaire doit changer. Nous ne devons voir les choses ni par les yeux de la raison positive et le savoir dérisoire, ni par la morale humaniste. Il faut cesser de rechercher les choses en elles mêmes.
«Il y a toujours quelque chose de dérisoire dans le discours philosophique lorsqu’il veut, de l’extérieur, faire la loi aux autres, leur dire oùest leur vérité, et comment la trouver, ou lorsqu’il se fait fort d’instruire leur procès en positivité 1 naï.ve »
L’espace foucaldien ne comporte pas des identités définitives ou simples. Il ne comporte pas des rapports logiques unidimensionnels. Il s’agit d’une complexitéd’identités et de rapports forgés et reforgés en permanence. Montrer que la véritéest conditionnée par un a priori historique et qu’on peut la réinstaurer selon notre position sociopolitique et historique, cela peut être un premier moment dans la connaissance de soi. Et le souci de se connaître à l’intérieur d’un espace extérieur très complexe, c’est bien le souci de se faire sa propre histoire et de ne pas la laisser faire par les autres. C’est aussi participer à constituer la citéjuste ; comme d’ailleurs le fait de se marier et d’avoir une progéniture bienéduquée.
Le recours à l’analyse des différentes méthodes utilisées par Foucault permet de comprendre ce problème de la subjectivitédans son rapport au pouvoir et à l’éthique. En effet la consultation des méthodes archéologique, historique, généalogique, herméneutique et leur enchevêtrement dans les analyses foucaldiennes permet de comprendre cette pensée dans ses détours, son envergure et ses complexités.
Le refus des lectures limitatives et tranchantes fournit une autre manière d’envisager la pensée de Foucault. En effet, toute l’œuvre foucaldienne se construit à partir de la réqui a pris dans les derniers textes,flexion sur le sujet, le nom du soiéthique. Certains commentateurs ont réduit toute l’œuvre de Foucault à un ensemble de thèses dissociées. Ils ont trouvédans la pensée de
1 Foucault, U P, p. 16.
10