Misère de la philosophie contemporaine, au regard du matérialisme

De
Publié par

Yvon Quiniou entend ici relever le défi que la science lance à la philosophie en investissant l'ensemble de la réalité : elle ne peut survivre qu'en élaborant une pensée matérialiste, liée à celle-ci et associée à une pratique politique émancipatrice. Sur cette base où elle retrouve son double objectif originel, le Vrai et le Bien, il peut démythifier des grands noms de la philosophie contemporaine et dénoncer leur irrationalisme, qui voue la réflexion à l'impuissance théorique et pratique.
Publié le : mercredi 15 juin 2016
Lecture(s) : 14
Tags :
EAN13 : 9782140012686
Nombre de pages : 266
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
YvonQUINIOU
MISÈRE DE LA PHILOSOPHIE CONTEMPORAINE, AU REGARD DU MATÉRIALISME
Heidegger, Husserl, Foucault, Deleuze
OUVERTUREPHILOSOPHIQUE
Misère de la philosophie contemporaine, au regard du matérialisme Heidegger, Husserl, Foucault, Deleuze
Ouverture philosophique Collection dirigée par Aline Caillet, Dominique Chateau, Jean-Marc Lachaud et Bruno Péquignot Une collection d’ouvrages qui se propose d’accueillir des travaux originaux sans exclusive d’écoles ou de thématiques. Il s’agit de favoriser la confrontation de recherches et des réflexions, qu’elles soient le fait de philosophes « professionnels » ou non. On n’y confondra donc pas la philosophie avec une discipline académique ; elle est réputée être le fait de tous ceux qu’habite la passion de penser, qu’ils soient professeurs de philosophie, spécialistes des sciences humaines, sociales ou naturelles, ou… polisseurs de verres de lunettes astronomiques. Dernières parutions Chloé DELAPORTE, Léonor GRASER, Julien PEQUIGNOT (dir.),Penser les catégories de pensée. Arts, cultures et médiations, 2016. Pierre DREYFUSS,La Photographie « de » Wittgenstein, 2016. Robert FOREST,L’homme connaissant, Quatre essais de philosophie critique, 2016. Fatma MOUMNI,Auguste Comte et la pensée de David Hume, 2016. Germain-Djéry NDONG-ESSONO,De l’éthique environnementale à la dialectique réflexive. Confrontation entre Hans Jonas et André Stanguennec, 2016. Arash JOUDAKI,La politique selon l’égalité. Essai sur Rancière, Gauchet, Clastres et Lefort, 2016. Gérard GOUESBET,Violences de la nature, 2016 Olivier VERDUN,L’énigme de la domination, 2016 Michel FATTAL,Du bien et de la crise, Platon, Parménide et Paul de Tarse, 2016. René PASSERON,L’amour refus,2016 Mouchir Basile AOUN,La Cité humaine dans la pensée de Martin Heidegger. Lieu de réconciliation de l’être et du politique, 2016. Nikos FOUFAS, La critique de l’aliénation chez le jeune Marx, 2016. Patrick MBAWA DEKUZU YA BEHAN,Le paradoxe du pardon chez Paul Ricoeur. De la gratuité à la gratitude, 2016.
Yvon Quiniou Misère de la philosophie contemporaine, au regard du matérialisme Heidegger, Husserl, Foucault, Deleuze
© L'HARM ATTAN, 2016 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09505-9 EAN : 9782343095059
« Critiquer la philosophie, c’est vraiment philosopher »  Pascal « La philosophie est à l’étude du monde réel ce que l’onanisme est à l’amour sexuel »  Marx
:
Avant-propos Ce livre ne répond pas à ce sentiment de tristesse qui, selon Deleuze, nous pousserait tardivement à réfléchir sur 1 ce qu’on a fait tout au long d’une vie , à savoir, dans mon cas comme dans le sien, de la philosophie. Non, il répond à une motivation constante chez moi, mais qui s’est aiguisée ces temps-ci : philosopher non seulement pour comprendre le monde, mais aussi pour contribuer à son amélioration, répondre donc à ce que Christian Godin a justement appelé récemment une « démoralisation » des consciences qui tend à perpétuer l’ordre social proprement inhumain que nous connaissons et qui va s’aggravant. Car cette inhumanité se nourrit aussi, même si on n’en a pas conscience, de discours philosophiques contemporains, de diverses natures et venant d’horizons différents, mais qui ont en commun à la fois de brouiller l’intelligence des choses humaines et d’étouffer notre réactivité indissolublement morale et politique face à ce qu’il y a d’indigne en elles. Ce brouillage y a sa part : comment s’indigner devant des iniquités sociales que l’intelligence n’a pas éclairées ou dont elle n’a pas révélé la nature ? Ce faisant, ces discours contredisent la double finalité originellede la philosophie, à savoir très simplement mais très fortement, la recherche du Vrai et du Bien (ou d’un Bien) par-delà la foule des opinions qui les voilent. Je voudrais montrer que ce double objectif, originel j’y insiste, donc consubstantiel à sa définition, l’a accompagnéelongtempsson histoire, même si son durant contenu a largement varié, mais qu’elle ne peut plus le poursuivre et l’atteindre sous sa forme traditionnelle. Elle doit désormais s’y consacrer enpensant théoriquement avec la science positiverepenser son objectif et pratique, 1  Voir le tout début deQu’est-ce que la philosophie ? (Minuit), livre dont je reparlerai, mais sur un mode critique.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.