Opus Dei. Archéologie de l'Office Homo Sacer ,II,

De
Publié par

Opus Dei, l'" œuvre de Dieu " est l'expression qui désigne tout au long de l'histoire de l'Église catholique la liturgie, c'est-à-dire l'office du prêtre à qui incombe le " ministère du mystère ". Cette œuvre n'est-elle pas, en apparence, ce qu'il y a de plus séparé des pratiques qui régissent la vie des individus et des sociétés modernes ?


C'est cette séparation que l'enquête archéologique de Giorgio Agamben se propose de démasquer, en dévoilant les filiations inattendues et les liens cachés qui l'unissent à la modernité.


Comprendre le mystère de l'office signifie alors saisir l'influence considérable que cette pratique a exercée sur la manière dont notre culture a conçu son éthique comme sa politique, son économie comme son ontologie. Car le mystère de l'office n'est autre que le mystère de l'efficacité, à l'intérieur duquel ce que l'homme est se résume dans ce qu'il a à faire et où tout acte est un acte d'office. Du fonctionnaire au militant politique, de l'officier au professionnel, le paradigme de l'office n'a cessé de modeler la praxis des hommes : plus efficace que la loi, parce qu'il ne peut être transgressé ; plus réel que l'être, parce qu'il ne consiste que dans l'opération par laquelle il se fait réalité ; plus absolu que toute action humaine, parce qu'il agit indépendamment des qualités du sujet qui l'exerce.



Giorgio Agamben est philosophe. Son œuvre est mondialement connue. Parmi ses livres les plus récents, indiquons : Nudités (Rivages, 2009) et De la très haute pauvreté (Rivages, 2011). Opus Dei s'inscrit dans le projet Homo Sacer dont plusieurs volumes ont été publiés aux Éditions du Seuil : Homo Sacer, I, Le pouvoir souverain et la vie nue (1997), État d'exception, Homo Sacer II, 1, (2003), Le Règne et la Gloire, Homo Sacer, II, 2 (2008).



Publié le : mercredi 17 avril 2013
Lecture(s) : 11
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021074451
Nombre de pages : 174
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
GIORGIO AGAMBE
OPUS DEI ARCHÉOLOGIE DE L’OFFICE
Homo Sacer, II, 5
Traduit de l’italien par Martin Rueff
ÉDITIOS DU SEUIL e 25, bd RomainRolland, Paris XIV
Extrait de la publication
L ’ ORDRE PHILOS OPHIQUE
Titre original :Opus Dei Éditeur original: Bollati Boringhieri editore © original : Giorgio Agamben, 2011 ISBN original : 9782021074468
ISBN9782021074468
© Éditions du Seuil, janvier 2012, pour la traduction française
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destin ées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle f aite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ay ants cause, est illic ite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de l a propriété intellectuelle.
www.seuil.com
Extrait de la publication
Pour assurer la cohérence d’ensemble avec le reste du texte, et sauf indications contraires, les citations d’œuvres étrangères disponibles en français ont été révisées par le traducteur.
Sommaire
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Liturgie et politique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Seuil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Du mystère à l’effet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Seuil. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Généalogie de l’officium. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Seuil. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les deux ontologies ou comment le devoir est entré dans l’éthique . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Seuil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Index des noms . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
11
17
47
49
87
89
113
115
159
163
171
Introduction
e Opus Deiest le terme technique qui désigne dès leVIsiècle, dans l’Église catholique de langue latine la liturgie, à savoir « l’exercice de la fonction sacerdotale de JésusChrist… dans lequel le culte public intégral est exercé par le corps mystique de JésusChrist, à savoir par le chef et par ses membres » (Constitution de la sainte liturgiedu 4 décembre 1963). Cependant, le terme « liturgie » (du grecleitourgia, « prestation publique ») est relativement moderne. Avant que son e usage ne s’étende progressivement vers la fin duXIXsiècle, on trouvait à sa place le termeofficium, dont la sphère sémantique n’est pas facile à définir et que rien, en apparence du moins, ne semblait destiner à une telle fortune théologique. DansLe Règne et la Gloire, l’enquête portait sur le mystère de la liturgie et pour l’essentiel sur la face qu’il tourne vers Dieu, à savoir sur sa dimension objective et glorieuse ; dans ce volume, la recherche archéologique porte en revanche sur les sacerdoces euxmêmes, à savoir sur les sujets à qui incombe, pour ainsi dire, le « ministère du mystère ». Et tout comme, dans Le Règne et la Gloire, nous avions essayé d’éclairer le « mystère de l’économie » construit par les théologiens en renversant une expression paulinienne en ellemême transparente, il s’agit ici d’arracher le mystère liturgique à l’obscurité et au vague de la littérature moderne sur l’argument en le restituant 11
Extrait de la publication
O P U S D E I A R C H É O L O G I E D E L ’ O F F I C E
à la rigueur et à la splendeur des grands traités médiévaux d’Amalaire de Metz et de Guillaume Durand.En vérité, la liturgie est une matière si peu mystérieuse qu’on peut dire au contraire qu’elle correspond à la tentative la plus radicale de penser une pratique absolument et intégralement effectuelle. Le mystère de la liturgie est, en ce sens, le mystère de l’opérativité et il faut comprendre cet arcane si on veut saisir l’influence énorme que cette pratique en apparence refermée sur ellemême a exercée sur la manière dont la modernité a conçu son ontologie comme son éthique, sa politique comme son économie. Comme il arrive souvent dans une recherche archéologique, celleci aussi nous a conduits bien audelà de la sphère dont nous étions partis. Comme l’atteste la diffusion du terme « office » dans les secteurs les plus variés de la vie sociale, le paradigme que l’Opus Dei a offert à l’action humaine s’est révélé pour la culture séculaire de l’Occident un pôle d’attraction étendu et constant. Plus efficace que la loi parce qu’il ne peut être transgressé ; plus réel que l’être parce qu’il ne consiste que dans l’opération par laquelle il se fait réalité ; plus effectif que toute action humaine, parce qu’il agitex opere operato, indépendamment des qualités du sujet qui le célèbre, l’office a exercé sur la culture moderne une influence si profonde – à savoir souterraine – que nous ne sommes plus en mesure de saisir sa portée. Or non seulement la conceptualité de l’éthique kantienne et celle de la théorie pure du droit de Kelsen (pour nommer seulement deux moments certainement décisifs de son histoire) en dépendent complètement, mais le militant politique et le fonctionnaire d’un ministère s’inspirent du même paradigme. En ce sens, le concept d’office comporte une transformation décisive des catégories de l’ontologie et de la praxis dont l’importance reste à mesurer. Dans l’office, être et praxis, à savoir ce que l’homme fait et ce que l’homme est, entrent dans une zone d’indistinction, où l’être se résout dans ses effets pratiques et où, dans une parfaite circularité, il est ce qu’il doit 12
Extrait de la publication
I N T R O D U C T I O N
(être) et il doit (être) ce qu’il est. Opérativité et effectualité définissent en ce sens le paradigme ontologique qui a remplacé le paradigme de la tradition classique au cours d’un processus séculaire : en dernière analyse – et c’est la thèse que nous voudrions soumettre ici à la réflexion –, qu’il s’agisse de l’être ou de l’agir, nous n’avons pas aujourd’hui d’autre représentation que l’effectualité. N’est réel que ce qui est effectif et, comme tel, gouvernable et efficace : à ce point l’office, qu’il prenne les apparences modestes du fonctionnaire ou les apparences glorieuses du sacerdoce, a modifié de fond en comble les règles de la philosophie avant de changer celles de l’éthique. Il est possible que ce paradigme subisse de nos jours une crise décisive dont il n’est pas facile de prévoir l’issue. Malgré le e regain d’attention pour la liturgie auXXsiècle, regain dont le « mouvement liturgique » dans l’Église catholique d’une part et les imposants cérémoniels politiques des régimes totalitaires d’autre part offrent un témoignage éloquent, nombreux sont les signes qui laissent penser que le paradigme offert par l’office à l’action humaine est en train de perdre son pouvoir d’attraction au moment même où il a atteint sa plus grande expansion. Il était d’autant plus nécessaire d’essayer d’en fixer les caractères et d’en définir les stratégies.
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.