//img.uscri.be/pth/3e8cd3599ec40e27eb33ba4e175f60129d171ec0
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Paul Ricoeur

De
122 pages
L'auteur nous fait redécouvrir les premiers philosophes à avoir abordé la question du "je", du "moi", du "sujet" (Descartes, Husserl, Nietzsche), ce que Paul Ricoeur appelle le "cogito blessé ou brisé". Selon lui, c'est en s'éloignant d'une réflexivité immédiate sur soi, en faisant le détour par les médiations, que l'on peut espérer mieux se connaître soi-même. Cette étude est donc essentiellement un procès du cogito cartésien.
Voir plus Voir moins

Vincent Davy KacouPAUL RICŒUR
Le cogito blessé et sa réception africaine
Au cogito cartésien qui se caractérise par le triple trait de
l’immédiateté, de la transparence et de l’évidence, le cogito blessé,
oppose la médiation, l’opacité des symboles et l’attestation de soi.
En d’autres termes, loin d’être une réfexivité immédiate sur soi, la PAUL RICŒUR
connaissance de soi est sans cesse à reprendre à la faveur d’un travail
sur soi, d’une interprétation des signes dans lesquels la vie humaine Le cogito blessé et sa réception africaine
s’objective. À ce titre, pour venir à soi, le cogito blessé est obligé
d´emprunter la voie longue de l´interprétation, car la connaissance
intuitive de soi-même est illusoire. La connaissance de soi passe par
l’en dehors de soi. C’est par une réappropriation de soi-même par
le détour des médiations que le cogito blessé se comprend en tant
que sujet historique.
Du diocèse d’Agboville (Côte d’Ivoire) Vincent Davy
Kacou est titulaire d’un baccalauréat en théologie et d’un
doctorat unique en philosophie, après une péritiatique
en sciences de la communication à l’Institut Supérieur
de Communication (ISCOM). Il fut enseignant de
philosophie et aumônier du collège catholique Saint
Jean Bosco de Treichville de 2005 à 2008.
Préface du Professeur AKE Patrice JeanSes champs de recherche concernent l’anthropologie philosophique,
l’herméneutique philosophique, la philosophie analytique, la sémiologie
et la sémiotique, la philosophie du langage, l’herméneutique biblique,
la théologie herméneutique, la théologie narrative, la théologie de
l’histoire, la philosophie morale, l’éthique, la bioéthique, la théologie
africaine et la philosophie habitée.
ISBN : 978-2-343-03713-4
13,50 e
OUVERTURE PHILOSOPHIQUE OUVERTURE PHILOSOPHIQUE
PAUL RICŒUR
Vincent Davy Kacou
Le cogito blessé et sa réception africaine
© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-03713-4
EAN : 9782343037134

PAUL RICŒUR
LE COGITO BLESSE
ET SA RECEPTION AFRICAINE
Ouverture philosophique
Collection dirigée par Aline Caillet, Dominique Chateau,
Jean-Marc Lachaud et Bruno Péquignot

Une collection d’ouvrages qui se propose d’accueillir des
travaux originaux sans exclusive d’écoles ou de thématiques.
Il s’agit de favoriser la confrontation de recherches et des
réflexions, qu’elles soient le fait de philosophes « professionnels »
ou non. On n’y confondra donc pas la philosophie avec une
discipline académique ; elle est réputée être le fait de tous ceux
qu’habite la passion de penser, qu’ils soient professeurs de
philosophie, spécialistes des sciences humaines, sociales ou
naturelles, ou… polisseurs de verres de lunettes astronomiques.


Dernières parutions

Jean-Louis BISCHOFF, Pascal et la pop culture, 2014.
Vincent TROVATO, Lecture symbolique du livre de
l’Apocalypse, 2014.
Pierre CHARLES, Pensée antique et science contemporaine,
2014.
Miklos VETÖ, La métaphysique religieuse de Simone Weil,
2014.
Cyril IASCI, Le corps qui reste. Travestir, danser, résister !,
2014.
Jean-Michel CHARRUE, Néoplatonisme. De l’existence et de
la destinée humaine, 2014.
Sylvie PAILLAT, Métaphysique du rire, 2014.
Michel FATTAL, Paul de Tarse et le logos, 2014.
Miklos VETO, Gabriel Marcel. Les grands thèmes de sa
philosophie, 2014.
Miguel ESPINOZA, Repenser le naturalisme, 2014.
NDZIMBA GANYANAD, Essai sur la détermination et les
implications philosophiques du concept de « Liberté humaine »,
2014.
Auguste Nsonsissa et Michel Wilfrid Nzaba, Réflexions
épistémologiques sur la crisologie, 2014.
Pierre BANGE, La Philosophie du langage de Wilhelm von
Humboldt (1767-1835), 2014.
Marc DURAND, Médée l’ambigüe, 2014. Vincent Davy Kacou
PAUL RICŒUR
LE COGITO BLESSE
ET SA RECEPTION AFRICAINE
Préface du professeur AKE Patrice Jean
L’Harmattan
Du même auteur
Méditations et conférences. La contrée des philosophes, Paris,
Mon Petit Editeur, 2013
Penser l’Afrique avec Ricœur, Paris, L’Harmattan, 2013
La Réciprocité dans l’amitié. Essai sur l’éthique de la
surabondance, Paris, Mon Petit Editeur, 2013
La grande politique, une nécessité pour l’Afrique. Lecture
interprétative de Friedrich Nietzsche, Paris, Mon Petit Editeur,
2012
Articles déjà parus
« Historicité poétique africaine, prodrome d’une évangélisation
en profondeur », Revue de l’Université Catholique de l’Afrique
de l’Ouest, Abidjan, RUCAO, n°40-41, 2013.
« Repenser l’humain comme l’horizon de réponse à l’atteinte de
la dignité de la personne humaine », Revue de l’Université
Catholique de l’Afrique de l’Ouest, Abidjan, RUCAO, n°38,
2013.
« Il Volto come origine della responsabilità : Il paradosso della
responsabilità », tradotto da Renata Ferrata, Teramo,
Prospettiva Persona, n° 81-82/12, 2012.
« Le paradoxe de la responsabilité », Abidjan, RUCAO, n°37,
2012
« L’herméneutique du soi chez Paul Ricœur : Prolégomènes à
une éthique de la reconstruction de l’Afrique », Revue de
l’enseignement et de la recherche philosophiques. Actes du
colloque international sur le personnalisme : Les intellectuels
africains et européens en lutte contre l’oppression, pour la
dignité de la personne, numéro spécial, Porto-Novo,
Bibliothèque Nationale, 2009.
Reconnaissance à :
Pr. Ramsès BOA Thiémélé
P. Sébastien AKELE
P. Bertrand OFFORY
P. Jean Hermann AMOHI
P. Jacques KONAN
Famille N’GUESSAN Ange Bernard
Mme N’GORAN Brigitte
Famille MIEZOU
Famille MOULOD
Famille MORO
Famille ETCHI Kouamé
Famille KACOU Tanoh
Sr. Madel KOUYA
Arsène ANY Allou
Kévin BOSSON
Ferdinand KOUADJO
Roland ANGOUA
Dr. MIEZOU Evrard
PREFACE
L’auteur, dans ce livre, nous fait redécouvrir les
philosophes comme René Descartes, Husserl, Nietzsche…
les premiers à avoir abordé la question du « je », du « moi »,
du « sujet », de ce que Paul Ricœur appelle le « cogito
blessé ou brisé », ce sujet ontologique, placé au cœur de sa
pensée. Ricœur, note avec justesse Dr. Kacou, opte pour
l’usage du soi pour décentrer le sujet afin de ne pas se
laisser prendre par le piège de l’égoïsme.
Partant, cette étude est essentiellement un procès du
cogito cartésien. En effet, Descartes pose un cogito
autofondationnel et totalement enfermé sur lui-même. Dans
l’immédiateté qui le caractérise, ce cogito devient une
vérité fondamentale à partir de laquelle tout doit se régler.
Cette prise de position suscitera des réactions dont
celle de Friedrich Nietzsche qui ne manquera pas à tenir la
vérité cartésienne pour une simple illusion, mieux, un
mensonge. Pour lui, la formulation de celle-ci (cogito ergo
sum) dans sa structure même pose un problème logique. Qui
du « cogito » et de « sum » devrait précéder qui ? Pour
Nietzsche, c’est le sum et non le cogito étant donné que le
sum est premier par rapport au cogito. On ne peut en effet
penser avant d’être. On existe d’abord avant de penser.
L’effort de Paul Ricœur est de se placer au-delà des
querelles qui opposent Descartes et Nietzsche, en posant
une nouvelle voie différente de celle de chacun d’eux.
Ainsi, il optera pour une analyse du détour plutôt que pour
l’immédiateté de la conscience (Descartes) ou pour le
nihilisme radical (Nietzsche). Pour lui, il s’agit d’affirmer
le sujet, mais seulement à l’issue d’un détour analytique qui
9devra à son tour aboutir à l’attestation de soi. Cette longue
voie ne clôture nullement les déterminations du cogito
puisqu’il reste toujours en situation.
De ce fait, Ricœur montre que le cogito n’est pas
directement accessible à la faveur d’une intuition directe. Il
ne peut se connaître directement, par introspection; il ne
peut accéder à la connaissance de soi qu’en empruntant le
« détour » de l’interprétation. Pour comprendre ce qu’il est,
le cogito blessé doit procéder par l’interprétation des signes
et des œuvres de la culture.
C’est en s’éloignant d’une réflexivité immédiate sur
soi, en faisant le détour par les médiations que l’on peut
espérer mieux se connaître soi-même, car la vérité sur soi
n’est pas donnée comme une évidence apodictique, elle est
sans cesse à reprendre à la faveur d’un travail sur soi, d’une
interprétation des signes dans lesquels la vie humaine
s’objective.
Dr. Kacou, entend dire, à juste titre, de Ricœur qu’il
est un philosophe de la condition humaine, de la condition
historique, un des penseurs contemporains de l’altérité qui
conçoit l’homme comme un être médian : l’homme est de
soi à soi ; et c’est au cœur de soi-même que le soi est soi-
même en qu’autre puisque l’initiative et la passivité se
conjuguent au cœur de l’humanité.
Prof. AKE Patrice Jean
Maître de conférences
Université Félix Houphouët Boigny de Cocody-Abidjan
10
INTRODUCTION
La connaissance de soi est-elle un acte qui s’élabore
par rapport à la stricte individualité du sujet pensant ou par
ouverture au monde en tant qu’être-au-monde-avec ? En
d’autres termes, si l’homme est un animal herméneutique,
et que, interpréter, c’est toujours interpréter en interprétant
ses actions, dans le monde ou procéder à une exégèse
continuelle de toutes les significations venant au jour dans
le monde de la culture, est-il alors possible de se connaître
en se repliant sur soi-même ? Telle est la préoccupation
principielle qui nous amène à méditer avec Paul Ricœur sur
1le cogito blessé et sa réceptivité en Afrique.
Réfléchir sur le cogito blessé, n’est rien moins que
parler du statut ontologique du sujet. En effet, la question
du statut ontologique du sujet est comme le fil d’Ariane qui
sous-tend de part en part la pensée ricœurienne. Pour
Ricœur, la question de l’identité du sujet qui transparaît à
partir de la réflexion sur le cogito apparaît, non seulement
comme une mise en question radicale du sujet, mais aussi
comme l’exploration des formes multiples du soi à travers
ce qu’il désigne par une phénoménologie herméneutique du
soi.
Ainsi, pour le philosophe de l’altérité « la
connaissance de moi-même est toujours à quelque degré un
guide dans le chiffrement d’autrui, bien qu’autrui soit
d’abord et principalement une révélation originale de
1 Les concepts de cogito blessé et cogito brisé couvrent la même réalité.
Ainsi, tantôt, nous utiliserons l’un ou l’autre concept.
11