Pour une éducation matérialiste

De
Publié par

Il est urgent, selon Christophe Richard, de repenser notre système éducatif et d'imaginer ce que pourrait être une éducation matérialiste, c'est-à-dire une éducation tenant enfin compte du corps. En effet, dispenser un enseignement ne relève-t-il pas davantage du corps à corps que du tête à tête ? Car enfin, qui ne voit pas que l'on apprend par corps et que l'on ne pense qu'avec le corps ? C'est du moins la thèse de l'auteur qui a le mérite d'attirer l'attention sur la réalité corporelle et de vouloir lui donner droit de cité.
Publié le : mercredi 1 juillet 2015
Lecture(s) : 8
EAN13 : 9782336387406
Nombre de pages : 140
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Christophe Richard
Pour une éducation matérialiste
Corps à corps
Pour une éducation matérialisteCorps à corps
Christophe RICHARDPour une éducation matérialisteCorps à corps
Du même auteur LE BOUDDHISME : PHILOSOPHIE OU RELIGION ?,Ed. L’Harmattan, Coll. « Religions & Spiritualités », Paris, 2010. BOUDDHA ET EPICURE, Ed. L’Harmattan, Coll. «Souffle bouddhique », Paris, 2012. SANGHA OU LA COMMUNAUTE BOUDDHIQUE, Ed. L’Harmattan, Coll. «Souffle bouddhique », Paris, 2012. BOUDDHA. VIE D’UN HOMME, Ed. L’Harmattan, Coll. «Souffle bouddhique », Paris, 2015. © L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris www. harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-34-306627-1 EAN : 9782343066271
A mes collègues,
AVANT-PROPOS
 Quoi de plus estimable que de vouloir susciter, chez l’enfant, le goût de comprendre le monde ? Quoi de plus remarquable que de lui permettre d’être un jour son propre maître tant dans l’ordre de la pensée que de l’action ? Quoi de plus louable que d’en faire un membre éclairé de la société qui l’accueille ? Quoi de plus beau que de le préparer à sa destinée d’homme ? Telles sont quelques-unes des tâches tant de l’éducation domestique que scolaire. Or, pour ce qui est de la prime éducation, c’est à se demander si celle-ci a encore lieu et si les parents aident vraiment leur progéniture à se socialiser et à devenir adulte. Quant à l’éducation scolaire, ceux qui en sont les principaux acteurs ne cessent de déplorer qu’ils 1 ne peuvent plus faire leur métier et cela parce que ceux 2 qu’ils ont devant eux «ne sont plus des élèves» . Force est de constater que ces derniers ont bien des difficultés à trouver un sens à leur scolarité. Il faut dire, c’est Jacques Muglioni qui parle, que l’école d’aujourd’hui n’est bien souvent qu’une « mauvaise garderie dispensatrice 3 d’ennui » .  A ceux qui posent la question de sa finalité, le même répond qu’elle n’a d’autre vocation que d’amener chacun à grandir suffisamment pour pouvoir, le moment venu, se
1  Voir, par exemple, Adrien BARROT,L’enseignement mis à mort, Ed. Librio, Paris, 2000, p. 23. 2 Ibid., p. 46. 3 Ecole, République, instructioninL’école ou le loisir de penser, Ed. Centre National de Documentation Pédagogique, Coll. Documents, actes et rapports pour l’éducation, Paris, 1993, p. 32. 9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.