Tao Te King

Publié par

Il y a deux millénaires et demi, dans la Chine profonde, Lao Tseu, le "Vieux Maître", partit vers l'ouest sur son buffle, sans laisser de traces... Mais auparavant, l'Ancien Maître nous laissa un grand ouvrage de sagesse, le Tao Te King, autrement dit, le Livre de la Voie et de la Conduite. Au plus proche du texte original, voici une nouvelle traduction.
Publié le : jeudi 1 septembre 2011
Lecture(s) : 41
Tags :
EAN13 : 9782296467859
Nombre de pages : 120
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat










DU MÊME TRADUCTEUR
(domaine chinois)

*

– Yi King, texte et interprétation,

(Pocket)
– Ivre de Tao, Li Po,

(Albin Michel)
– Li Po, L'exilé du ciel,

(Motifs-Le Rocher)
– Les Yeux du Dragon,

(Points Seuil)
– Écrits de l'Esprit,

(Arma Artis)
– Récits de Sagesse d'Extrême-Orient,
(L'originel-Acarias)

© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-56125-0
EAN : 9782296561250

PREMIÈRE PARTIE

*

Introduction

1. LAO TSEU
-Sa vie et sa lignée-
Lao Tseu aurait-il été bibliothécaire ? Aurait-il
vagabondé à travers « le Pays du Milieu »? Une fois
arrivé à une frontière lointaine, aurait-il écrit cinq mille
caractères remis au garde d'une passe? Et ce « Tao Te
King » n'aurait-il pas été traficoté au fil des siècles ? De
quoi sourire en coin pour tout taoïste qui ne se respecte
pas...
Une biographie d'un personnage qui aurait vécu il y
a environ deux mille cinq cent ans commence toujours
mal pour les historiens puisque rien ne prouve
l'existence d'un tel Sage alors qu'il a tant fait couler
d'encre. Ce à quoi un esprit taoïste rétorquera : rien ne
prouve non plus qu'il n’ait pas existé ! Ne faudrait-il pas
plus « éprouver » que « prouver »? De quoi tirer la
langue pour faire comprendre la supériorité du mou sur
le dur…
De nos jours des sinologues chicaneurs tenteront de
démontrer que Lao Tseu n'était pas contemporain de
K'ong Fou Tseu, alias « Confucius », alors que nombres
d'anecdotes circulent chez Tchouang Tseu et Lie Tseu
mettant en scène ces deux philosophes. Même
constatation : rien ne prouve que le lettré moraliste n'ait
pas rencontré l'ancêtre du Taoïsme. Quelques rares
historiens, plus malicieux, suggéreront même qu'un
Yang Tchou aurait précédé Lao Tseu... D'autres se
croyant investis d'une mission d'historiographe
soulignent avec satisfaction sinon délectation que Lao
Tseu serait un personnage « fictif » ou « hypothétique »,
sans pour cela remettre en question l'historicité d'un
Jésus dont rien ne prouve l'existence. Il y a même
d'éminents érudits qui tentent de faire croire que
Tchouang Tseu précéderait Lao Tseu ou que Tchouang
Tseu serait « confucianiste » !

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.