Un sage est sans idée. Ou l'autre de la philosophi

De
Publié par

Nietzsche demandait : pourquoi avons-nous voulu le vrai plutôt que le non-vrai (ou l'incertitude ou l'ignorance) ? La question se voudrait radicale, et même la plus radicale, mais elle est encore conçue du dedans de la tradition européenne, bien que la prenant à revers : elle ose toucher à la valeur de la vérité, mais sans sortir de sa référence ; elle ne remet pas en question le monopole que la vérité a fait subir à la pensée. Du point de vue de la sagesse, la question deviendrait : comment a-t-on pu – et fallait-il ? – faire une " fixation " sur la vérité ? Et si, au lieu que ce soit la sagesse qui n'aurait pas accédé à la philosophie, c'était la philosophie qui, en Grèce, en se braquant sur le vrai, avait dérapé hors de la sagesse ?


Car si le sage est " sans idée ", comme il est dit de Confucius, c'est que toute idée avancée est déjà un parti pris sur la réalité. Aussi, en partant sur les traces estompées de la sagesse, souhaité-je revenir sur ce qui a pu échapper à la philosophie ; comme redonner consistance à son autre enfoui, expliciter sa cohérence.


Autrement dit, que faisons-nous aujourd'hui de la sagesse ?


Et que peut être une logique de la sagesse – une " logique " sans logos ?


F. J.


Publié le : mardi 25 mars 2014
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021068344
Nombre de pages : 240
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
U N S A G E E S T S A N S I D É E
DÊ M E AUTEURU M
Lu Xun, Écritude et révolution Presses de l’École normale supérieure,1979
La Valeur allusive Des catégories originales de l’interprétation poétique dans la tradition chinoise ÉcolefrançaisedExtrême-Orient,1985
Procès ou Création Une introduction à la pensée des lettrés chinois Seuil, «Des travaux», 1989; rééd. Le Livre de Poche,«Biblio», 1996
La Propension des choses Pour une histoire de l’efficacité en Chine Seuil, «Des travaux», 1992
Éloge de la fadeur PhilippePicquier,1991; rééd. Le Livre de Poche, «Biblio», 1993
Figures de l’immanence Pour une lecture philosophique du Yiking, le «Classique du changement» Grasset, 1993; rééd.leLivre de Poche, «Biblio», 1995
Le Détour et l’Accès Stratégies du sens en Chine, en Grèce Grasset, 1995; rééd. Le Livre de Poche, «Biblio», 1997
Fonder la morale Dialogue de Mencius avec un philosophe des Lumières Grasset, 1995; réd. Dialogue sur la morale, Le Livre de Poche, «Biblio», 1998
Traitédelefficacité Grasset, 1997
FR A N Ç O I SJU L L I E N
U N S A G E E S T S A N S I D É E
O U L ’ A U T R E D E L A P H I L O S O P H I E
SE U I L
Celivreestpubliédanslacollection «LPHILOSOPHIQUEO R D R E » dirigéeparAlainBadiouetBarbaraCassin
ISBN978-2-02-106835-1
© ÉDITIONS D U SEUIL,FÉVRIER1998
Le Code de la pr opriété intellectuelle inter dit les copies ou repr oductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou par tielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articlesL. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Enpartantsurlestracesestompéesdelasagesse,jaisouhaité retrouveruncertainfond,delexpériencecommedelapensée, que n’a pas conçu la philosophie: dont celle-ci s’est écart ée,en poursuivantlavérité,etquesonpropreappareil,parlasuite,a renduinsaisissable.Cequiéchapperaitàlaphilosophie?Cetrop connuoucetropcommuncertopproche,ensommequine permetpasladistancenécessaireàtouteélaborationthéorique.
Mais n’était-ce pas trop demander à la sagesse? Autrement dit,lavieilledameest-elleencorefréquentable? Oubienna-t-elleàoffrirquecequi,davantlaphilosophie,est aboliparelleetcondamnéàneplusêtrequedelasous-philosophie, parcequesansprofitthéorique?Quitteàreparaître,çàetlà, maquillantseslieuxcommuns,dansquelquesessaisàlamoderas-surantparleurconformisme,pourvenirboucherlestrousdenotre idéologie… Sagessedesnations,commeonditmaiscommentsortirde saplatitude?Penséedécolorée,estompée,éteinte,elleneparle pas à notredésir, elle ne nous parle plus. La sagesse est fasti-dieuse,onlesait;cestdesonenverslapenséerisquée,la penséefolledontnousguetterionsquelquesigne,dontnous attendonsquelledévoile:celle-ciestaventureuse,extrême; elle,aumoins,estgaie.
7
U N SAGE EST SANS IDÉE Danslespagesquisuivent,jesouhaiteraisreleverledéfide cetteplatitude. Cequiimposederedonnerconsistanceàlasagesseenenfor-mulant la logique. Mais l’entrepriseestardue parce que la phi-losophiearecouvertlasagessedesonambitionspéculativeet, sousléclairagesurplombantdesconcepts,larenduesansrelief, indiscernable,oupis:inintéressante.Ilnousfaudradonctra-vaillerdanscesdécombresdunepenséeanonyme,aumilieude formulesérodées,auborddelinsignifiance,quipassentinaper-çuesouquonditsansypenser.Cela,danslattentedevoirse redessinerpeuàpeusousuneautrelumière(tamiséeoblique) uneautrepossibilitédelapenséequecellequa,majoritairement, déployéelaphilosophie:àpartirdecetteautrevoiepatiemment dégagée,etdontjechercheàreconstituerlabifurcationthéorique, jemeproposederemonterdanslesconditionsdepossibilitédela philosophie,dumoinsdelaphilosophieclassique,effacéespar celle-cipuisquefonduesdepuislongtempsdanslaraisoneuro-péennequelleacontribuéàformeretdontlasagesse,ressurgis-santenvis-à-vis,permettraitdereconsidérerlespartispris.
Car avouons que la philosophie s’est peut-être accommodée un peutropaisémentdesesautresdéclarés:desonpetitautredela sophistique, honni à bon marché; ou de son grand autre dela théologie,dontelleestrestéesilongtempscomplice.Sousdes alluresplusdiscrètes,lasagessesedécouvrirait,àlanalyse,un autrebeaucoupplusrécalcitrantsesoptions,aufond,sontplus dérangeantes,sonanti-philosophieplusvirulente:onpourraitse passerdelavérité,nousdit-ellenégligemment(suffiraitla congruence); il n’y aurait même rien à diredeschoses(carcedire faitbarrageàleurprocèsrégulé);et,dabord,ilyauraitàse défierdesidées,car,nonseulementellesmettentàdistance,mais encore,enfixantetcodifiantlapensée,elleslarendent à jamais partialeetpriventl’espritdesadisponibilité.
8
AVERTISSEMENT
Lapensée«sage»serévéleraitdoncextrême,elleaussi,dès lors qu’on la r econstitue – «extrême» en r egard de la philoso-phie, sous ses dehors insipides de lieux communs – mais voilà quesacohérencesesttrouvéeenfouieparlaphilosophie. Aussi,pourladémarquerdelaphilosophie,jaidûrefairele voyage en Orient. Car c’est l’Europe qui n’a gardé de la sagesse que des décombres ou quelques grands pans isolés: Pyr-rhon,Montaigne,lesstoïciens.EnChine,oùnesestpasérigé lédificedelontologie,lasagesseestla«voie»:lesage,est-il ditdeConfucius,parcequilestsanspartipris,est«sans idée»;et,parlà,gardantlespritdisponible,ilserendtotale-mentouvertàchaque«ainsi»,ajoutelepenseurtaoïste,caril l’appréhende comme il vient, dans son «de par soi-même ainsi»: au gré, tel un son émis. Ne cherchons donc point tant à connaître (en déter minant des objets) qu’à prendre conscience du fonds d’immanence qui se dispense avec une telle évidence – à pr oximité – que, bien que nous l’ayons tou-jours sous les yeux, ou plutôt: parce que nous l’avons toujours sous les yeux, nous ne le voyons plus – nous n’arrivons pas à levoir.
Wittgenstein(1947):«PuisseDieudonnerauphilosophela facultédepénétrercequetoutlemondeasouslesyeux!»Was vorallenAugenliegtAutantdireque,sijaisouhaité reconstituerlasagessefaceàlaphilosophie,cestjustementpour létablirenvis-à-visdelaphilosophie:le«sage»joue,ici,le rôle d’un personnage conceptuel et, à son instar, le «philo-sophe»ledevientaussi,ilsfinirontpardialoguer.Decedia-logue, progressivement monté, je n’attends pas moins que de pouvoirretirerlasagessedelhorizonmystiquequi,tradition-nellement,quandonveutlalaverdesoninsipidité,enlabai-gnant des couleurs de l’extase, sert àlaredorer(lepireestbien cephantasme«occidental»seprojetantsurl«Orient»l’Orient du Tao,à gourous…). Mon travail est d’ouvrir la rai-son,nonderenonceràsonexigence.Aucontraire:carsiltente 9
dereprendreladéconstructionduncertaindehors,ilestanti-exotique. Qui saura lire au creux de cet essai y verra un pam-phlet contre ces fuites ou ces compensations en tout genre etle granddéferlementdesirrationalismesquimenaceraientnotre avenir.
Les lettres en exposant renvoient au glossaire des expres-sions chinoises en fin de volume.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.