//img.uscri.be/pth/19d08651d6d2282b0236438bb2d5576a3f001ad4
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

POUR UNE NOUVELLE MENTALITE FISCALE ET SOCIALE

De
75 pages
Est-ce raisonnable de penser qu’on pourrait remettre tout le système fiscal et social à plat à une époque où chaque réforme, aussi minime soit-elle, entraîne quasi systématiquement des grèves et des manifestations ? Il est légitime de s’accrocher à ses acquis, à condition que cela ne soit pas au détriment de l’intérêt général. A travers quelques propositions simples, cet essai expose comment, avec une nouvelle mentalité fiscale et sociale, il serait possible de créer une société plus juste, plus équilibrée et plus transparente. L’auteur est-il un fou ou un visionnaire ? Le lecteur sera seul juge…
Voir plus Voir moins

Pour une nouvelle
mentalité fiscale et sociale
Philippe Cancy
Pour une nouvelle
mentalité fiscale et sociale

















Le Manuscrit
www.manuscrit.com












© Éditions Le Manuscrit, 2004
20, rue des Petits-Champs
75002 Paris
Téléphone : 01 48 07 50 00
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.com

ISBN : 2-7481-3983-6 (fichier numérique)
ISBN : 2-7481-3982-8 (livre imprimé)

Pour une nouvelle mentalité fiscale et sociale







6 Philippe Cancy









INTRODUCTION

Les impôts et prélèvements fiscaux de toutes sortes ne
sont pas une invention nouvelle. De tous temps, la
consommation, les revenus, les biens et leur
transmission ont été taxés, plus ou moins fortement
selon les époques, et souvent en fonction de critères
sociaux (exemption pour certaines catégories de
personnes). Au fil des siècles, les contributions
directes et indirectes se sont transformées,
augmentant, diminuant, changeant d’appellation, mais
jamais la mentalité fiscale n’a évolué : ni celle de
ceux qui lèvent l’impôt, ni celle de ceux qui le paient.
D’un côté, il y a l’Etat qui fixe les règles
unilatéralement (en matière de loi de finances, le
Parlement dispose d’un pouvoir réduit) ; de l’autre, il
y a le contribuable qui rechigne à payer, cherchant par
tous les moyens à diminuer le coût de sa contribution.

Pourtant, il y a des façons de rendre l’impôt plus
démocratique, plus juste, plus équilibré, moins
douloureux. Un contribuable qui sait pourquoi il paie
s’acquittera plus volontiers de ses obligations fiscales
s’il estime son tribut équitable et nécessaire.

7