Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

L'Enfance de Jésus

de editions-flammarion

Les Plumes d'Éros

de pol-editeur

La Nouvelle Revue Française N° 237

de editions-gallimard-revues-nrf

CIORAN
ÉJACULATIONS MYSTIQUES
Extrait de la publication
Du même auteur
Simone Weil Le ravissement de la raison Seuil, « Points Sagesses », 2009
François d'Assise La Joie parfaite Seuil, « Points Sagesses », 2008
Johannes Brahms Actes Sud, 2008
Goudji L'Amateur, 2002
Extrait de la publication
STÉPHANE BARSACQ
CIORAN
ÉJACULATIONS MYSTIQUES
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd RomainRolland, Paris XIV
Extrait de la publication
ISBN9782020992978
© Éditions du Seuil, février 2011
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 3352 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
Extrait de la publication
À la mémoire de Pierre Chabert, Qui fut l'interprète inégalé De son ami Samuel Beckett
Désunis, nous courrons à la catastrophe. Unis, nous y parviendrons.
Extrait de la publication
I
Cioran ! Je te salue comme on se quitte : pour toujours. Le cercueil est emporté. Devant lui, un clochard goguenard. Posté à la porte de l'église, il crache des insultes atroces et précises. Il s'amuse qu'un écrivain ait pu écrireSur les cimes du désespoirpour mourir à près de quatrevingtcinq ans. Quelqu'un l'aura renseigné : cette aumône en vaut une autre. Rien ne peut le faire taire : spectacle affligeant, et tellement bouffon qu'il efface toute tristesse. On touche au fond de l'horreur et de l'hilarité. Déjà la cérémonie avait eu de quoi surprendre en ce jour de juin 1995, non loin du Collège de France, en cette église orthodoxe de la rue Jeande Beauvais : un monde pressant, une foule pâméele triomphe ! La télévision était présente. Elle filmait des célé brités. Soudain, ce fut l'arrivée de JeanEdern Hallier, qui agitait sa canne blanche ; et, de toute part, en guise de pleu reuses d'Adonis, des femmes du monde de sortie, élégantes, parfumées, comme s'il s'était agi d'une générale, ce que, certes, c'était un peu. À croire que le propos de l'ambassa deur de Russie sur Talleyrand serait cité : « Elles sont attirées vers lui par goût pour le péché. » Cioran a répété à l'envi qu'il ne prisait que Bach, et ce furent des chants roumains à n'en plus finir : un vieux fond de polyphonie céleste. Un pope prit la parole ; en fait de lecture sacrée, destinée à soute nir la prière ultime de quelquesuns, ce fut un texte profane.
11
Extrait de la publication
CIORAN
Moment improbable entre tous, on entendit une déclaration pompeuse du roi Michel, teintée d'un patriotisme potau feu. Ainsi Cioran étaitil bel et bien mort. Le prophète des Apocalypses terminait sur une mélodie de fifre et de tambou rin, comme on en donne aux soirs de victoire. Peutêtre Mau rice Blanchot avaitil raison ?L'apocalypse déçoit. Apatride, déjà exilé, désormais en partance, Cioran venait de recevoir le double hommage de l'Église orthodoxe et du roi de Rou manie. Mais non : comme les tubes sournois d'un intestin, qui s'ouvrent dans tous les sens, pour lâcher des miasmes pestifères, restait le clochard qui postillonnait sur le cercueil.
De fait, cette comédie venait de se lever sur une autre, également composée de ténèbres, comme si Cioran appelait sur son nom la couleur noire des orages d'été. Dans les jours qui suivirent, un journal rappelait les années de jeu nesse, et l'engagement à l'extrême droite du moraliste que l'on pouvait croire apolitique. Et la comédie de virer au pathos. Ce n'était plus un grand écrivain qui était mort, et, dès lors, la nécessité d'exalter sa mémoire ; c'était la dépouille d'un homme qui était offert à la détestation : l'ombre portée de Hitler, et non plus celle du Voyageur nietzschéen. « L'aristocrate des Vandales », comme l'a sur nommé Roland Jaccard, était fin prêt pour son ultime avatar devenir l'Escamoteur de la Gabegie. Pourtant, Cioran avait pris soin de prévenir dansAveux et Anathèmesen 1987 : « Adolescent, Tourgueniev avait accroché dans sa chambre le portrait de FouquierTinville. La jeunesse par tout et toujours a idéalisé les bourreaux. » Blanchot avait déjà été condamné ; Heidegger avait suivi à quelques années près ; et l'année 1995deux mois auparavantavait vu le départ à la retraite de François Mitterrand dont la France avait feint de découvrir qu'il avait posé pour une photo avec Pétain à Vichy. On pressentait le lieu commun digne de
12
Extrait de la publication
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin