//img.uscri.be/pth/fa66f8fcb304601ce4095cca5562aa0c20a490a3
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

De Jésus à Constantin

De
198 pages
Jésus était Juif, il est mort Juif. Ce qui est devenu le christianisme a d'abord été une mouvance spirituelle, une "voie" à l'intérieur de la religion juive. Il en est sorti vers la fin du Ier siècle. Le christianisme naissant était-il une religion ? Le christianisme avait-il pour but de créer une société chrétienne ? Voici une étude approfondie du contexte historique dans lequel est né le christianisme.
Voir plus Voir moins
DE JÉSUS À CONSTANTIN
Comment le christianisme est devenu une religion
Religions et Spiritualité dirigée par Richard Moreau, Professeur émérite à l'Université de Paris XII et André Thayse, Professeur émérite à l'Université de Louvain La collectionReligions et Spiritualité divers types rassemble douvrages : des études et des débats sur les grandes questions fondamentales qui se posent à lhomme, des biographies, des textes inédits ou des réimpressions de livres anciens ou méconnus. La collection est ouverte à toutes les grandes religions et au dialogue inter-religieux. Dernières parutions Odile BEBIN-LANGROGNET,De Savoie en Comté. Saint Pierre de Tarentaise, 2012. Philippe BEITIA,Le Rosaire. Une grande prière de la spiritu-alité catholique, 2011. Bernard FELIX,Rencontres avec Jésus, 2011. André THAYSE,Regards sur la foi à lécoute de la science, 2011. Francis LAPIERRE,Saint Paul et les Evangiles, 2011. Maurice VERFAILLIE,LIdentité religieuse au sein de ladven-tisme (1850-2006), 2011. Philippe BEITIA,Les traditions concernant les personnages de la Bible dans les martyrologes latins, 2011. Dr Francis WEILL,Dictionnaire alphabétique des psaumes, 2011. Céline COUCHOURON-GURUNG,Les Témoins de Jéhovah en France. Sociologie dune controverse, 2011. Pierre HAUDEBERT,Théologie lucanienne. Quelques aperçus,2010. Pierre EGLOFF,La Messe sur l'univers. Les Nourritures du Ciel et de la Terre,2010. Marie LUCIEN,10 maîtres de vie dans la Bible, 2010. Philippe BEITIA,Le baptême et l'initiation chrétienne en Espagne du IIIeau VIIesiècle, 2010. Michel GIGAND, Michel LEFORT, Jean-Marie PEYNARD, José REIS et Claude SIMON,La sortie de religion, est-ce une chance ?, 2010.
Jean Froidure
DE JÉSUS À CONSTANTIN
Comment le christianisme est devenu une religion
 
© LHarmattan, 2012 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.comdiffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-96745-8 EAN : 9782296967458
A Geneviève, à qui ce livre doit tant,
Et à toutes celles et à tous ceux avec qui nous avons lu et relu les évangiles et qui ont cheminé avec nous, à un moment ou à un autre, depuis plus de trente cinq ans.
« Au nom de l’Evangile plus intimement sondé, plus fondamentalement médité, et pour que l’Eglise soit plus véritablement fidèle à sa mission, il faudrait qu’elle mette en lumière par les voies de l’histoire son lien avec Jésus de Nazareth »
Marcel Légaut
POURQUOI S’INTERESSER AUX PREMIERS SIECLES DU CHRISTIANISME ?
Le christianisme primitif était-il une religion ? Que fallait-il, à cette époque, entendre par religion ?
A sa naissance, le mouvement qui se réclame de Jésus n’a à peu près rien de commun avec ce qui caractérisait alors les religions. Les sociétés de l’antiquité étaient des sociétés religieuses. a ses dieux, nous avons les nôtres »,« Chaque cité écrivait Cicéron. Chaque peuple avait ses dieux : il leur rendait un culte public pour obtenir leur protection contre toute menace en provenance de ses ennemis ou de la nature.
Pendant les trois premiers siècles, les disciples de Jésus forment des communautés qui s’implantent dans les lieux les plus divers. Elles ont pour caractéristique commune de n’être liées à aucun peuple particulier, à aucune nation, à aucun empire. Aux yeux des contemporains, le christianisme primitif n’est pas perçu comme une véritable religion. C’est une religion hors normes. Elle est mal vue, souvent détestée et parfois persécutée.
Une révolution se produit au 4èmesiècle. Cette nouvelle religion qui se voulait universelle devient la religion officielle unique d’un empire particulier, l’empire romain. La première société chrétienne de l’histoire voit alors le jour. Elle n’est pas née à l’initiative des disciples de Jésus. Elle procède de la volonté des empereurs Constantin et Théodose. Ce ne sont pas les chrétiens, mais ces empereurs romains qui ont fait ce choix et qui l’imposent. Le christianisme prend alors place à l’intérieur du modèle général des sociétés religieuses de l’antiquité.
9
Quelle que soit la distance qui sépare le monde contemporain du monde antique, on ne peut pas ne pas être frappé par certaines analogies entre la situation actuelle et celle des chrétiens des premiers siècles. Dans un pays comme la France et dans une grande partie de l’Europe, le catholicisme est en train d’évoluer vers une situation de plus en plus minoritaire.
Avant Constantin, les chrétiens vivaient déjà en régime de diaspora au milieu d’un environnement massivement indifférent ou hostile. Ils ne représentaient vers la fin du 3èmesiècle qu’une toute petite minorité. Et pourtant, le christianisme, au lieu de dépérir, a fait preuve d’une étonnante vitalité.
D’où tirait-il sa force ? Qui était Jésus pour les premiers chrétiens ? Historiquement, tout part de l’homme nommé Jésus. Jésus de Nazareth a vécu en Palestine dans le premier tiers du premier siècle. Il a été crucifié vers l’an 30. Les textes qui nous renseignent sont d’abord les lettres de Paul vers les années 50/60, puis les évangiles synoptiques (Marc un peu avant 70, Matthieu et Luc vers 80) et enfin l’évangile de Jean vers la fin du premier siècle. Le christianisme existait alors depuis deux ou trois générations.
Cela dit, s’il n’y avait eu que les quelques années de vie qu’ils avaient partagées avec Jésus sur les routes de Galilée et à Jérusalem, ses compagnons démoralisés au lendemain de sa mort ne se seraient-ils pas très vite dispersés ? Le christianisme aurait-il existé ? Où ses disciples ont-ils soudain puisé la force de proclamer, au risque de leur vie, leur fidélité à Jésus, c’est-à-dire leur foi - et ceci non seulement à Jérusalem, mais en direction du monde entier ? Il s’est produit peu après la crucifixion un événement mystérieux qui a joué un rôle déterminant. Des disciples ont affirmé qu’ils avaient vu Jésus vivant et que Dieu l’avait ressuscité.
10