Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Du Jésus de l'Histoire au Christ de la gloire

De
122 pages
D'où peut légitimement partir une réflexion sur Jésus-Christ? De son humanité ou de sa divinité? Telle est la question cruciale à laquelle tente de répondre Gabriel Tchonang, en analysant une œuvre majeure de Christian Duquoc et en relevant les limites d'une christologie dite d'en-bas qui commence par présenter un Jésus radicalement homme libre. Une telle présentation du Christ ne peut manquer de courir le risque de compromettre sa véritable identité et mission.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Gabriel Tchonang
Du Jésus de l’Histoireau Christ de la gloire Une lecture de Christian Duquoc
Collection « Églises d’Afrique » Depuis plus de deux millénaires, le phénomène chrétien s’est inscrit profondément dans la réalité socio-culturelle, économique et politique de l’Occident, au point d’en être le fil d’Ariane pour qui veut comprendre réellement les fondements de la civilisation judéo-chrétienne. Grâce aux mouvements d’explorations scientifiques, suivis d’expansions coloniales et missionnaires, le christianisme, porté par plusieurs générations d’hommes et de femmes, s’est répandu, entre autres contrées et à différentes époques, en Afrique. D’où la naissance de plusieurs communautés ecclésiales qui ont beaucoup contribué, grâce à leurs œuvres socio-éducatives et hospitalières, à l’avènement de plusieurs cadres, hommes et femmes de valeur. Quel est aujourd’hui, dans les domaines économiques, politiques et culturels, le rôle de l’Église en Afrique ? Face aux défis de la mondialisation, en quoi les Églises d’Afrique participeraient-elles d’une dynamique qui leur serait propre? Autant de questions et de problématiques que la collection « Églises d’Afrique » entend étudier. Dernières parutions Joseph BELEPE,Des écoles pour les pygmées du Mai–Ndombe (RD-Congo), Contribution des missionnaires scheutistes, 2014. Olivier NKULU KABAMBA,Le corps humain et sa sexualité, Jalons pour un nouveau regard théologique, 2014. Fabrice N’SEMI,Lecture d’Africae munusdu pape Benoit XVI. Éléments d’une théologie prophétique en Afrique, 2013. Lendo MAKUNGA,Le combat de l’Église pour la justice sociale. Revisiter le message d’Amos, 2013.Olivier NKULU KABAMBA,: uneLa théologie académique discipline universitaire en éclipse, 2013. Francis Michel MBADINGA,Ce que le Gabon doit savoir pour entrer dans sa destinée prophétique, 2013. Philippe MABIALA,Le Congo-Brazzaville et son Église: le défi de la mission, 2012. Michel LEGRAIN,Un missionnaire français au cœur de la décolonisation, Tome 2, 2012.
Du Jésus de l’Histoire au Christ de la gloire
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Pariswww. harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02948-1 EAN : 9782343029481
Gabriel TCHONANGDu Jésus de l’Histoire au Christ de la gloire Une lecture de Christian Duquoc
Du même auteur L’essor du pentecôtisme dans le monde,Harmattan, 2009Quand le Christ se dérobe à la pensée,Harmattan, 2013.La symbolique trinitaire,Harmattan, 2013.
INTRODUCTION GÉNÉRALE Il y a près de deux millénaires, parut au proche Orient, en terre de Judée, un homme dont la naissance n’avait rien d’exceptionnel ni d’extraordinaire, si ce n’était qu’il naquit d’une vierge, et qui vécut plusieurs années tout aussi ordinairement que ses concitoyens, mais qui par la suite se montra «intriguant »par ses enseignements et ses attitudes à l’égard de l’ordre politique et religieux, au nom d’une filiation unique et singulière avec son Père, ce qui 1ui valut son arrestation, un procès et une mort tout aussi honteuse que violente sur le gibet de la croix. Il est selon plusieurs témoignages revenu à la vie, et s’est manifesté à plusieurs de ses disciples qui n’ont plus hésité à voir en lui le « Christ », le « Messie »,de qui tout Israël attendait la libération de l’esclavage et même de la mort. Cet homme, Jésus de Nazareth, 1 a fait l’objet de réflexions diverses, les unes aussi contradictoires que les autres. Certains, en se limitant à sa vie d’homme et à tous ses conditionnements socio-historiques ont négligé et presque de manière délibérée, ont mis de côté un aspect important de sa vie qui est son exaltation et sa glorification par le Père au matin de la résurrection, ce qui a fait de lui Seigneur et Christ. D’autres par contre se sont limités à l’événement pascal et aux titres de « Christ »et «Seigneur »qui en ont résulté, et ont développé des réflexions systématiques sur la personne de Jésus sans tenir compte de sa dimension historique. Notre problématique est donc de taille. Qui est finalement cet homme? Est-il le Jésus, l’homme de Nazareth, ou le glorieux Ressuscité? Mieux encore, sommes-nous en droit de dissocier le Jésus historique du Christ de la gloire ? Telle est la question cruciale à laquelle 1 Deux importants colloques ont encore été consacrés à la question du Jésus historique et du Christ de la gloire, respectivement les 18 et 19 novembre 2010 à Strasbourg et les 24 et 25 mars 2011 à l’institut catholique de Paris.
7
nous tenterons de répondre en pénétrant le système christologique de Christian Duquoc et en l’analysant méthodiquement, non sans relever, au fur et à mesure, les limites d’une christologie dite d’en-bas qui commence par présenter un Jésus radicalement homme libre en justification d’une attitude de désinvolture vis-à-vis de tout système, y compris ecclésial. Une telle présentation du Christ ne peut manquer de courir le risque de compromettre sa véritable identité, ainsi que sa mission. L’importance de la christologie n’est plus à démontrer. Discipline théologique au cœur de notre foi, elle conditionne la pratique chrétienne. Différents concepts utilisés dans la pastorale et dans d’autres disciplines théologiques proviennent en majorité de la christologie. Les concepts de «Salut », « Incarnation », « Rédemption », pour ne citer que ceux-là, ont été transférés dans un domaine pratique. On opte pour une pastorale de l’Incarnation, ou bien on souligne la nécessité de la rupture d’avec certaines pratiques en vertu de la croix du Christ, ou de la rédemption. On ne saurait achever un ouvrage religieux sans qu’il y soit fait mention de l’histoire du salut. On pourrait aisément conclure que la norme de toute insertion de l’Église dans le monde est christologique. Au moment où foisonnent dans le champ de la réflexion théologique une multiplicité de christologies de différents teneurs et enjeux, il est peut-être nécessaire de comprendre de manière lucide, les grandes articulations de la christologie et de s’appuyer sur une réflexion christologique qui se veut non seulement synthétique mais holiste. Ceci permettra d’éviter les radicalisations des vérités partielles qui aboutissent très souvent à des systèmes de pensée défaillants, et dans le pire des cas aux fanatismes, aux hérésies et aux schismes. Le Christ à notre sens doit être compris dans toutes ses facettes, sans tentative d’instrumentalisation d’une de ces facettes à des fins idéologiques comme ce que les décennies de réflexion christologique nous ont révélé, instrumentalisation dans laquelle Duquoc a plus ou moins versé. Duquoc tente une articulation harmonieuse entre le Jésus historique et le Christ de la gloire, mais en mettant un accent considérable sur sa dimension
8
humaine, ce qui lui permettra par la suite de construire tout un système théologique qui aura pour concepts-clés « indifférence »,« discrétion »et «liberté »,fondements d’une théologie du relativisme où est à peine tolérée l’idée d’une vérité absolue. Jésus homme ne peut être indéfiniment magnifié au détriment ou contre le Christ et le Jésus de gloire. La christologie de Duquoc, telle que développée dans l’ouvrage que nous étudions, pourra nous permettre de comprendre les christologies qui se sont développées dans des contextes historiques particuliers. Plus encore, l’actualité dans la majorité des systèmes théologiques du titre de «Jésus libérateur» en particulier dans les systèmes théologiques qui prennent naissance dans des contextes historiques marqués par l’exploitation et l’oppression, 2 nous incite à refaire une lecture désintéressée du Christ . Cette lecture tiendra compte de sa manifestation au monde, de la naissance à son exaltation au jour de Pâques. Ceci permettra de mieux saisir sa véritable identité indépendamment des facteurs socio-historiques qui nous conditionnent et qui peuvent altérer notre vision de sa personne. Une fois purifiée, cette vision sera ramenée de manière plus lucide et plus efficace sur le terrain du combat humain de notre temps. La bibliographie abondante et variée en matière de christologie ne laisse aucun doute sur l’ampleur et la profondeur des recherches qui ont été menées jusqu’ici. Depuis les origines de l’Église jusqu’à nos jours, beaucoup a été dit et écrit sur le Christ. Et très rapidement, on est parvenu à mettre dans un schéma d’allure dichotomique tout ce qui a été écrit. C’est ainsi qu’on a parlé d’une christologie descendante opposée à la christologie ascendante. La christologie d’en haut, différente de la christologie d’en bas. Si les arguments avancés par l’une ou l’autre partie ne sont pas moins soutenus ou avérés, ils restent encore partiels et partiaux.
2 Les trois tomes de christologie de Benoît XVI constituent à notre avis un modèle de lecture impartiale de la vie du Christ, de sa naissance jusqu’à sa résurrection et sa glorification qui, à la lumière de la foi, établit la vérité du Christ loin de toute récupération idéologique.
9