//img.uscri.be/pth/91fda570754c7a4fec07225b7950e6a6d953c94f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Eros enchaîné

De
320 pages

Quand et comment la religion d'amour annoncée par Jésus est-elle devenue l'ennemie de l'éros ? André Paul situe le fait bien avant saint Augustin, dès la préhistoire culturelle du christianisme. Théologien à la parole libre, auteur d'une oeuvre importante et reconnue, l'historien des doctrines et des textes antiques juifs, grecs et chrétiens, décrypte la façon dont un philosophe juif quasi contemporain de Jésus, Philon d'Alexandrie, a déterminé en profondeur tant la doctrine que l'éthique chrétiennes. Empreint de culture grecque, cet éminent esprit minimise le mythe de l'androgyne originel au profit d'un modèle opposé, lui-même hérité de Platon, qui dévalorise la femme. À sa suite, reprenant son interprétation biaisée de la Genèse, les Pères de l'Eglise enchaîneront l'éros à la nécessité de la procréation, et figeront une conception restrictive de l'union conjugale

Cet essai passionnant, où l'auteur s'engage personnellement sur ce qu'il appelle les « maladies sexuelles de la foi », remet en cause nombre d'idées reçues. À l'heure où un moralisme volontiers virulent refait surface autour des thèmes de l'homosexualité et des fondements de la famille, il fait oeuvre salutaire.

Voir plus Voir moins
Quand et comment la religion d'amour annoncée par Jésus est-elle devenue l'ennemie de l'éros ? André Paul situe le fait bien avant saint Augustin, dès la préhistoire culturelle du christianisme. Théologien à la parole libre, auteur d'une oeuvre importante et reconnue, l'historien des doctrines et des textes antiques juifs, grecs et chrétiens, décrypte la façon dont un philosophe juif quasi contemporain de Jésus, Philon d'Alexandrie, a déterminé en profondeur tant la doctrine que l'éthique chrétiennes. Empreint de culture grecque, cet éminent esprit minimise le mythe de l'androgyne originel au profit d'un modèle opposé, lui-même hérité de Platon, qui dévalorise la femme. À sa suite, reprenant son interprétation biaisée de la Genèse, les Pères de l'Eglise enchaîneront l'éros à la nécessité de la procréation, et figeront une conception restrictive de l'union conjugale
Cet essai passionnant, où l'auteur s'engage personnellement sur ce qu'il appelle les « maladies sexuelles de la foi », remet en cause nombre d'idées reçues. À l'heure où un moralisme volontiers virulent refait surface autour des thèmes de l'homosexualité et des fondements de la famille, il fait oeuvre salutaire.