//img.uscri.be/pth/9b3ead8a06d8bc18ddfcad7e16aca1fe385741e8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,73 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

FRANC-MAÇON MALGRÉ TOUT

De
224 pages
Ni histoire de la Franc-Maçonnerie, ni " déballage des affaires ", cet ouvrage s'adresse aux Francs-maçons déroutés par les dérives de certaines obédiences (luttes pour le pouvoir, course aux honneurs, " affaires ") mais aussi aux profanes intéressés par l'enrichissement intellectuel, moral et spirituel qu'ils pourraient retirer s'ils " frappaient à la porte du Temple ". Plus d'un demi-siècle d'engagement dans cette voie autorise l'auteur à conduire une analyse lucide, rigoureuse, sans complaisance, mais malgré tout, marquée du sceau de l'espérance.
Voir plus Voir moins

FRANC-MAÇON...
MALGRE TOUT
,

~L'Hannattan,2002

ISBN: 2-7475-2247-4

Max DERAISON

FRANC-MAÇON..

.

MALGRÉ TOUT

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

A Jacqueline DERAISON A mes enfants et petits enfants A tous mes Frères de la Loge "PAIX et LIBERTE" de NIMES A tous les Frères de la Loge "JUSTICEEGALITE", Loge mère de toutes les Loges de l'Orient de MARSEILLE, ayant soutenu ma lutte au service de la Franc-Maçonnerie française A tous mes Frères et Sœurs de la FrancMaçonnerie française de tradition républicaine

Avant-propos et remerciements Rien n'est plus précieux que l'amitié de ses Frères pour un auteur franc-maçon qui croit devoir dénoncer certaines dérives ou transgressions des règles morales, édifice de son idéal. Un Franc-Maçon n'est jamais seul; il sait pouvoir s'appuyer sur les conseils et encouragements de ses proches, tant familiaux que maçonniques; souvent d'ailleurs, les deux qualificatifs sont confondus dans de mêmes personnages. A tous ceux qui m'ont soutenu, j'adresse mes remerciements les plus fraternels dans l'espoir que notre démarche commune portera ses fruits. Aux lecteurs profanes(*) nourrissant à l'égard de la Franc-Maçonnerie une prévention injuste, ce livre offi:ira -du moins l'espérons-nous avec ferveur- l'occasion de réviser des jugements trop sommaires, superficiels, voire « préfabriqués». La recherche de la vérité étant la préoccupation première du Franc-Maçon sincère et désintéressé, nul doute qu'elle apparaîtra aux yeux du lecteur comme une vertu. M.D.

N.B-Le signe (*) renvoie au glossaire page 219

Préambule

L'ouvrage que nous proposons aux lecteurs intéressés par la «chose» maçonnique ne veut pas être un rappel historique sur la Franc-Maçonnerie. A cet égard, la bibliographie en la matière est suffisamment riche pour combler les amateurs d'Histoire ou même des historiens professionnels dans leurs recherches approfondies. Il ne veut pas non plus s'adresser exclusivement à un lectorat d'universitaires distingués aptes à débattre sur tels ou tels faits historiques, légendaires, sur tel élément philosophique de très haut niveau. Il veut être un ouvrage accessible à tous ceux, Maçons ou Profanes, qui veulent SAVOIR. C'est-à-dire: - Pour les Maçons: se rassurer, le cas échéant, en acquérant la meilleure probabilité -à défaut d'une quasicertitude- que l'immense majorité d'entre eux ne sont pas membres de la Maçonnerie au titre de «Faire-valoir» pour une « caste» d'ambitieux affairistes. - Pour les Profanes (*) très intéressés par l'Initiation maçonnique se convaincre assez fortement d'un enrichissement personnel intellectuel et moral à attendre de leur éventuelle démarche, laquelle est désignée par l'expression maçonnique « frapper à la porte du Temple ». Dans les grandes bibliothèques et librairies, les références aux Constructeurs de cathédrales, aux opératifs-spéculatifs, aux «gens du mestier », pullulent. On dit même que la bibliothèque liée à la chaire de «Franc-maçonnologie» de la Faculté de RENNES comprenait environ 30.000 titres (ouvrages, publications, mémoires, thèses, etc.., sous toutes formes confondues).

Notre ambition se limitera donc à décrire la situation de l'Institution maçonnique en France, ses problèmes, sa place dans la société en Europe, dans le Monde et son avenir si tant est qu'elle en ait encore un, puisque d'aucuns -et non des moindres- semblent en douter. Ceux qui, comme nous, y sont profondément attachés, tant pour ce qu'ils lui ont apporté que pour ce qu'ils en ont reçu, verront peut-être dans ce livre la légitimité d'une lutte menée pour la survie de la Franc-Maçonnerie française. Curieusement, des lecteurs pourraient être tentés de rattacher ce combat à un certain autre, conduit actuellement contre la «mondialisation». Apparemment, ce serait une erreur puisque l'un est du domaine essentiellement intellectuel et spirituel tandis que l'autre ressortit au matérialisme le plus débridé. Le lien qui pourrait être imaginé entre l'une et l'autre de ces démarches serait purement artificiel. Le lecteur jugera. M.D.

10

"Renoncer à la liberté, c'est renoncer à sa qualité d'homme (...). Une telle renonciation est incompatible avec la nature de l'homme et c'est ôter toute moralité à ses actions que d'ôter toute liberté à sa volonté. " Jean-Jacques ROUSSEAU (Du contrat social Livre I Chap.4)

- 1La Franc-Maçonnerie?
Un Pays où il fait bon vivre

Ceux qui aspirent à connaître d'heureux et enrichissants moments de :fraternité chaleureuse, tout en rompant temporairement avec leur vie de tous les jours dans notre monde tel qu'il est, peuvent trouver d'immenses satisfactions dans un voyage en ce « Pays Maçon ». Une réserve s'impose tout de même à qui serait tenté de prendre son billet pour rallier ce Pays à la fois lointain et proche. Si, au terme de sa traversée, notre voyageur croit toucher au Port du Meilleur des Mondes, mieux vaut pour lui qu'il fasse l'économie des :frais de ce déplacement. Il n'y a pas de paradis sur terre! Mais s'il sait prendre du recul et se fixer les limites entre ce qui est acceptable et ce qui ne l'est plus, il pourra venir là afin de s'y ressourcer et de mieux vivre ainsi dans le monde chaotique qui est le nôtre. Ce livre n'a pas d'autre objet que de secouer un peu la poussière devenue délétère, déposée depuis tant de décennies sur une institution en tous points singulière. Singulière par sa pérennité à travers tous les temps, aussi bien ceux des grandes tempêtes que ceux des mers calmes.

Singulière par son origine et son histoire, par son polymorphisme et par l'extrême diversité de tous ses membres. Singulière encore par sa tradition quelque peu désuète et, nécessairement, d'un anachronisme dépaysant mais attachant. Parce que la Franc-Maçonnerie constitue un havre caché, un lieu de sérénité dans notre univers effervescent, tous ses membres ont un devoir sacré de vigilance au regard des phénomènes de déviations, voire d'altérations, auxquels sont soumises toutes les constructions humaines. Cela ne vise pas seulement les modifications de cap dans ce qu'il faut bien appeler par son nom adéquat, la « politique des obédiences », mais aussi, hélas! les dérives scélérates venues de pseudomaçonneries voisines qui ont une très fàcheuse propension à maculer jusqu'au cœur même de notre Ordre. Que d'excellents Frères et Sœurs ne se récrient pas trop hâtivement contre l'expression «politique des obédiences» et contre cette insinuation de malpropreté qu'ils jugeraient attentatoire à l'honneur de la Maçonnerie! Même si le terme de «politique» suscite des réactions épidermiques chez de nombreux maçons lui refusant, par instinct plus que par raison, toute autre acception que péjorative, il reste que tout corps constitué -fût-ce la FrancMaçonnerie- qui n'aurait pas de « politique» serait invertébré. Au risque de se désagréger, même les associations de boulistes, de pêcheurs à la ligne ou .. .de chasseurs se doivent de conduire une certaine politique, ne serait-ce que par leur inclusion, de fait et de droit, dans la cité. Leur irruption dans le domaine électoral en témoigne. Quant aux dérives scélérates des Franc-Maçonneries, si l'on ose avancer la tautologie: « Les hommes ne sont que des hommes », elles sont, somme toute, d'une pratique trop facile pour des aigrefins indélicats.. .Jusqu'à présent aucune 14

obédience n'a été à l'abri de quelque crapulerie, ce qui devrait être pour le moins inattendu dans l'esprit de tout Maçon. Cela étant, on peut souhaiter à chaque Frère ou Sœur toujours plus de lucidité et de moins en moins d'angélisme dans le regard porté d'abord sur sa Loge, puis sur son obédience et, enfin, sur la Maçonnerie de sa Nation. Il faut également souhaiter qu'un autre regard soit dirigé par les Francs-Maçons sur l'évolution de la Société dans le présent et dans un avenir immédiat, afin que la Franc-Maçonnerie, en tant que telle, ne soit pas absente dans la liste des testateurs aux générations futures. Craignons qu'en se réfugiant derrière un ésotérisme fumeux, cet « autre regard» ne devienne un alibi commode à l'individualisme, forme élémentaire et perfide du rejet de l'Autre trop banal dans notre société actuelle. Si, dans un avenir imprévisible, surgissait alors une nouvelle idéologie appuyée par une force bien organisée à l'image du nazisme et du stalinisme, le vent de l'Histoire balayerait irrésistiblement toutes les individualités, et donc leur somme, quel que soit le nom donné à leur Chapelle. La chose s'est déjà vue! Hélas! Face à cette situation, nous ne voudrions plus jamais entendre ces apostrophes: « Moi, Monsieur, je suis spiritualiste, et je maudis la politique. En tant que FrancMaçon, je n'ai rien à voir avec le Grand Orient de France, son rationalisme, sa politicaillerie... ». En sens inverse et à titre de réciprocité, on s'en doute, en d'autres temps l'affaire du film "Jardin caché" -produit il y a quelques années d'une coopération entre l'Eglise catholique française et la Grande Loge de France- n'a pas manqué de susciter des amabilités ftaternelles du même genre! Contrairement à ce qu'affirment les hommes politiques, les Affaires Etrangères d'une démocratie ne sont pas fonction de 15

leurs propres options en matière de doctrine de politique générale. Elles dépendent essentiellement de bien d'autres paramètres distincts, géographiques, historiques, sociologiques et divers, qui ne varient pas sensiblement avec l'alternance du Pouvoir politique dans ladite démocratie. L'Histoire de France des XIXème et XXème siècles témoigne de cet état de fait. La Franc-Maçonnerie française, avec toutes ses tendances ou obédiences, ne peut, elle-même s'abstraire de cette règle. Elle occupe une position isolée qu'elle a l'impératif devoir de défendre, sauf à accepter l'inacceptable: la soumission aux pressions et exigences venues d'ailleurs. Si, comme le commande l'Honneur, nous nous maintenons tels que nous sommes, libres en conscience, c'est-à-dire non soumis à quelque dogme ou quelque Puissance maçonnique que ce soit, il nous appartient de conserver et renforcer les relations étroitement fraternelles entre toutes les obédiences françaises relevant de cette philosophie, et de faire front. Si, au contraire, au nom d'un universalisme qui n'est pas le nôtre, puisqu'il nous placerait en état de dépendance d'un dogme que nombreux maçons n'admettent pas, autrement dit, si par opportunisme nous allions à Canossa, nous ne pourrions alors considérer notre situation que comme déshonorante. Les Francs-Maçons français, abandonnés pour avoir voulu rester libres, ne le pardonneraient pas à leurs Frères transfuges. Ce problème que certains posent à la Franc-Maçonnerie française, devrait être tranché aussi bien au Grand Orient de France qu'à la Grande Loge de France ou au Droit Humain. En écrivant cela, nous rejetons par avance toute décision « d'Etat-Major» qui ne résoudrait rien; nous rejetons également des décisions de Convents habilement manipulés par des « spécialistes». Seule une consultation démocratiquement organisée et dûment collationnée Loge par Loge serait à prendre en compte. 16

Une réponse parfaitement claire sur ce choix à faire, mais toujours différé depuis des décennies, n'altèrerait nullement les relations entre les Maçons Européens, même si leurs Dignitaires ne les ont pas toujours vues d'un très bon œil! En revanche, en proclamant haut et fort l'attachement de la Franc-Maçonnerie française au respect de toutes les croyances et des non-croyances, c'est-à-dire au respect absolu de la liberté de conscience, en l'absence de toute contrainte dogmatique, nos voisins immédiats seraient sans doute partagés entre l'admITation et le rejet de la tutelle d'un autre âge qu'ils subissent nolens volens. A titre d'exemple, nous savons combien il est humiliant pour un Franc-Maçon Suisse de devoir refuser l'accès de sa Loge (Obédience «Alpina ») à un Frère Français, pour d'obscures et très contestables raisons de "Régularité" et de "Reconnaissance" qui hantent encore les esprits des Grandes Loges Unies d'Angleterre et d'Ecosse.. .d'ici et d'ailleurs! Cet ouvrage concerne tous les Maçons de notre temps et ceux d'un avenir proche, il voudrait les inviter à épousseter les meubles de leurs domiciles maçonniques respectifs, afin de respirer à pleins poumons l'air de la vraie Liberté, celle de notre conscience. Il voudrait aussi susciter la réflexion de tels ou tels « profanes» tout à la fois attirés par notre institution et, néanmoins, quelque peu méfiants à son égard. Il voudrait que chaque maçon français prenne conscience de la nécessité première d'être uni avec les ftères de sa Loge autour des valeurs de base de la Franc-Maçonnerie: Amélioration morale et spirituelle constante de l'Initié; Liberté de croire ou ne pas croire en tel ou tel dieu, en tel ou tel Livre sacré, Bible, Coran, Talmud et d'autres encore;

17

respect de l'autre; amour fraternel et recherche commune de la vérité en tous domaines et sur tout sujet. Dans cet esprit, également, il voudrait inviter les Frères à abandonner progressivement leur état de sujétion à l'égard de leur administration obédientielle car l'actuelle dépendance des Loges est indigne de notre idéal. Enfin, il voudrait que la« réalité maçonnique» (1) soit comprise comme « réalité de la Loge» puisque tout ce qui fait la vie maçonnique des Frères EST dans la Loge.

(1) Titre d'un ouvrage de Jean VERDUN ancien Grand Maître de la Grande Loge de France (cf:Bibliographie p.221) 18

"L'on doit se taire sur les puissants: il y a presque toujours de la flatterie à en dire du bien; il y a du péril à en dire du mal pendant qu'ils vivent, et de la lâcheté quand ils sont morts. " LA BRUYERE Les Caractères (Des Grands 56)

- 11Adresse aux Grands Maltres de la Franc-Maçonnerie française

Vous étonnerais-je si j'affirmais que dans toutes les Loges de vos juridictions respectives s'installent, depuis déjà quelques années, l'interrogation et le doute quant à la fmalité de l'Ordre maçonnique? Nous sommes de plus en plus nombreux à le penser. . . A moins que parvenus aux plus hauts Degrés de vos propres Obédiences, vous soyez entrés en état de grâce et, qu'en pleine béatitude, vous ayez acquis la quasi-certitude

d'être, avec vos Frères, les plus beaux, les plus sages, les plus
intelligents, en un mot ceux qui ont tout compris. Pourtant vos allocutions et discours confiants voire enthousiastes, révèlent souvent le sentiment de l'échec; mineur ou relati£ il reste un échec s'il est mesuré à l'aune des esprits exigeants que sont -ou devraient être- tous les FrancsMaçons. Qu'en est-il aujourd'hui de l'universalisme maçonruque qui nous fit tant rêver?

Dans nos Loges, nous gérons comme nous le pouvons, le lambeau de cette Maçonnerie éclatée qui nous échoit. Parfois même ce lambeau se déchire en deux, puis en trois..., ce que nous appelons souvent un « essaimage» afm d'éviter l'emploi des mots «clivage» ou «scission» à connotation par trop profane. Dans chacune de nos Obédiences, les grands dignitaires, Frères des «Conseils de l'Ordre », «Conseil Fédéral », « Conseil National », «Suprêmes Conseils de ceci, Conseils de cela» viennent de temps en temps soutenir le moral des troupes en brossant devant elles un tableau rassurant de la considération dont nous jouissons dans le monde maçonnique et dans le monde profane, le tout assorti du rayonnement que nous répandons sur tous les continents. Mais qu'en est-il de l'humanisme, de la fraternité universelle, sans distinction de races bien sûr, du respect d'autrui, de la charité, et de toutes les valeurs qui furent et sont toujours à la base de notre engagement? L'Histoire de la Franc-Maçonnerie n'est, en fait, que celle des affiontements interobédientiels et, comme nous serions malvenus à opposer le dogme des uns au dogme des autres, puisque nous sommes réputés être des «adogmatiques », vous substituez à ce concept de dogme celui de Régularité. «Les réguliers, c'est nous» disent les uns, «Nous aussi nous le sommes» répondent les autres, et vous voilà tous, Grands Maîtres et vos porte-parole, vous jetant à la figure «Le Texte », le vrai, le seul, qui authentifie votre propre Régularité. A quoi, les réceptionnaires répondent par référence à Leurs Textes encore plus sacrés qui font litière du vôtre. Ainsi va la guerre des Obédiences tout comme celle des lessives qui lavent plus blanc que le blanc du célèbre Coluche! Chassez le dogmatisme, il revient au galop, même s'il se dénomme « Régularité ».

22