//img.uscri.be/pth/3cd1fa344f939d26680719a1a376d94fb7f5264e
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Il suscite d'autres fêtes...

De
160 pages
Noël, Nouvel An, Pâques... les fêtes sont parfois difficiles à vivre et agacent. Cet ouvrage entend les célébrer, sans omettre leur part d'ombre, en s'appliquant à retrouver la saveur de nos existences. Il évoque ici surtout les fêtes religieuses, leur origine, leur signification, les personnages associés...
Voir plus Voir moins
Il suscite d’autres fêtes... Temps de fête pour la Sagesse
Cheminements Spirituels Collection dirigée par Elisabeth Le QuereToutes réflexions théologiques, spirituelles. Toutes expériences mystiques, religieuses qu’elles se situent au sein ou hors des grandes religions méritent d’être connues. C’est pourquoi nous favorisons leur édition dans cette collection. Vous pouvez nous envoyer vos écrits, même les plus personnels. Nous vous répondrons : Elizabeth Le Quéré 1 rue André Rivoire 92240 MalakoffDéjà parus JANVIER-MODESTE Jean-Claude,L’hôpital vu de l’intérieur. Comment allez-vous, monsieur Jamode ?, 2006. ORMONT Elisabeth,La révolte d’un Juste,2006. KAANICHE Habib S.,L’accompagnement spirituel en milieuhospitalier, 2005. FINKELSTEIN Bluma,L’héritage de Babel, 2005. VERCELLETTO Pierre,Réflexions sur les stigmates, 2005. LECLERCQ Philippe,Un Dieu vivant pour un monde vivant, 2005. BERNABEU Antoine,Laissons les enfants grandir, 2004. ROCHECOURT Gabrielle,La cigale,2004. P. M-A SANTANER, Qui est croyant ?,2004. CONTE A.-M.,L’ivre de vie, 2004. DESURVIRE,Dire vrai ou Dieu entre racisme et religions, 2003. GALLO J.G.,La fin de l’histoire ou la Sagesse chrétienne, 2003. GENTOU A.,Invités à vivre, 2003. SCIAMMA P.,Dieu et l’homme méditations, 2003.
Evelyne Frank
Il suscite d’autres fêtes... Temps de fête pour la Sagesse
L'Harmattan
Du même auteur Un jour pourtant. Sagesse pour le temps ordinaire, 2007. © L’HARMATTAN, 2011 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-56625-5 EAN : 9782296566255
Wer seines Lebens viele Widersinne versöhnt und dankbar in ein Sinnbild fasst, der drängt die Lärmenden aus dem Palast, wird anders festlich, und du bist der Gast, den er an sanften Abenden empfängt.
Celui qui réconcilie bien des aspects absurdes en sa vie et, reconnaissant, les réunit en symbole, celui-là chasse du palais ceux qui font du bruit, suscite d’autres fêtes, et tu es l’hôte, qu’il accueille en des soirs de velours.
Rainer Maria Rilke, 1 Le livre d’heures .
1. Rainer Maria Rilke :Le livre d’heures,Bruxelles, Le cri, 2005, trad. personnelle. Je sais bien que le texte allemand ne comporte pas le termeSamt,« velours », pour évoquer le ciel, mais cette traduction m’a paru fidèle à l’esprit du texte rilkéen, de toute façon intraduisible.
Préface
Il y a eu un premier ouvrage,Un jour pourtant.Son titre, reprenant l’incipitpoème de Pierre Emmanuel, disait la d’un possibilité d’une f loraison par-delà le désespoir. Le sous-titre, Sagesse pour le temps ordinaire,laissait entendre que le quotidien pouvait prendre ou reprendre saveur. Oui, la banalité des jours peut devenir une réalité festive. En rêver est peut-être audacieux. Mais souhaiter que la fête soit vraiment fête est un défi sans doute au moins aussi fou. Car souvent les fêtes sont tristes ; souvent les fêtes font peur, surtout les fêtes en quelque façon obligatoires, telles que Noël et Nouvel An. Quant à Pâques et Pentecôte, hormis pour les jours de congé gagnés, elles n’éveillent pas toujours le désir. Or je crois en la possibilité de la fête, une fête qui pétille en bulles claires, une fête qui a du goût. « Avoir du goût », c’est le tout premier sens du mot sagesse. Je crois ainsi en la fête placée sous le signe de la sagesse :Temps de fête pour la Sagesse. Ce sont des fêtes sans doute à inventer. Je me souviens ainsi de cette magnifique trouvaille de parents d’élèves. J’enseignais en classe de sixième. Je restituais aux élèves une dictée corrigée, copies pliées et note tue par discrétion. Soudain, un blondinet explosa de joie. Il avait vingt. J’étais contente pour lui mais qu’il laissât paraître à ce point sa joie me gênait pour ceux qui avaient un résultat décourageant. Je lui demandai donc de se modérer dans l’expression de sa joie. En vain. Je me doutai alors qu’il y avait quelque chose à comprendre et tentai un travail d’approche : — Tu as l’air vraiment content, Frédéric. — Oh, oui, fit l’enfant, c’est mon premier vingt ! — En dictée ? — Non ! De ma vie !
9
Je souriais intérieurement de ce « de ma vie » à onze ans. C’était charmant. C’était aussi très important. Je redemandai donc la copie et ajoutai, à côté de la note, la remarque « À fêter ! ». Le lendemain, je demandai au gamin : — Alors, Frédéric, tu as fêté ? — Oui, répondit-il, fier comme Artaban ce qui me réjouit. On est allé au restaurant, avec ma famille, et c’est moi qu’a payé le dessert ! Le ton était plein de conviction, le regard intense. Le petit gars s’engageait de tout son cœur dans la joie venue à lui. L’erreur de français « c’est moi qu’a payé » rendait pour moi l’instant plus délicieux encore. Magnifique ! Les parents avaient embrayé sur la remarque et, cette fois-ci, l’école n’avait pas été seulement pour être heureux plus tard, dans un avenir tout à fait hypothétique et lointain à cet âge, mais bien aujourd’hui, ici et maintenant. Bravo ! Je le savais, cette fête donnerait des ailes à Frédéric, car la bénédiction, toujours, déploie l’être. Dans cet ouvrage, je voudrais approcher les fêtes de Noël, Nouvel An et Pentecôte. Ces fêtes instituées, devenues parfois convention-nelles, j’essaierai de les retrouver à ma façon. J’aimerais me donner une chance de les goûter, afin d’apprendre, en elle, une liberté qui n’a souci des conventions mais invente inlassablement la tendresse. Pour mes amis non chrétiens ou devenus allergiques au christia-nisme, je m’en doute, l’accès à ces pages sera difficile. J’ose croire pourtant que certains s’y risqueront malgré tout.