Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 17,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Introduction à l'enseignement du Bouddha et à sa pratique

De
238 pages
Définir ce que constitue l'essence de l'enseignement du Bouddha est une tâche ardue, tant la conception actuelle du bouddhisme est erronée : élaborée à partir de bribes d'enseignements tirées de différentes traditions, parfois extérieures à la voie du Bouddha, elle est aujourd'hui diluée dans les préconceptions et les désirs de chacun. C'est pourtant ce que réussit l'auteur qui, s'appuyant sur les textes anciens, bat en brèche les idées reçues, les concepts galvaudés et les traductions malencontreuses.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

MÉDITATION

de Encyclopaedia-Universalis

Bodhicitta

de padmakara

s
b Michel Henri Dufour
v]? ??]}v?? ??o[??v o[v?]Pvuv??
??}?Z]??????v?Z???v? o
][v(?}?u? ? ?
?v?? ?]? }v?? ??(}]? u!u[ o uv??
?? ?]???o ?}]? }?ZU oo???i}??[Z?]
}v? ? o? ?]??
??? o? ????v]v?? vo?]. v? v}u?
o?U ? v?]v?]v ?Zo?] ?
}v?
??v?Z? ? ?}]v??(}vuv??? ?
?}]X Introduction
à l’enseignement du Bouddha
Zv} ?(}?? , spécia- Introduction
liste du bouddhisme ancien et lexicographe, et à sa pratiqueà l’enseignement
a enseigné à l’École laïque des religions
du Bouddha?o[v??
l’auteur d’un }vv]??o]r(?v]?? et à sa pratique
}v
Theravâda de forêt (lignée du maître thaï
ISBN : 978-2-336-29756-9 souffle
23 euros bouddhique
?,/D/
Michel Henri Dufour Introduction à l’enseignement du Bouddha et à sa pratique
} v}?Z ]??dZ ?? s]? l ?uX
iZv ZZ U ] o ? ? o (}v? ? ? o[ ? ? } ]r
? ? ]? o o] 8 X v]v}?Z]?u
] ?
[ ?}?Z ???? ? ?o]?? ?X
]~v?]Z oZ]?
?}?Z ]? v ? ?[ vPP ?v??
? ? o]???}??]?? ?]v? ? ?]uv}?? ? v ?
? } ?Z ? [o v?]P vuv? ? oouv? ?? [ ??
}u??v? Z ?v ? ??u? }? Z ] ? u
?
uov}v ?????X
? ??? o? ? Po? ? ? }v??? o? ???U
?v?? ??u?
[ ? ??? ? v? v [ o ? ??? ? ?? ?] ? ?? ? v? }??? [ ??
Z ?vX
]o? v? o[ ]u P ]v]? o?U ?? }v? ?
]+
}v?? ?]? [ v?]Pvuv?? ? ???
} v ??oo ? } ?Z]?u ? ? ??}v W o }? }v??
o???
.Soyez vigilantsIntroduction à l’enseignement du Bouddha et à sa pratiqueIntroduct Ion à l’ense Ignement

du bouddha et à sa prat Iquecollection « souffe bouddhique »
dirigée par Serge Lauret
déjà parus dans la collection
Christophe Richard, Bouddha et épicure, 2011.
Heido Meriadec, Le vent et la lune, 2012.
Christophe Richard, Sangha ou la communauté bouddhique, 2012.
maquette de couverture
composée par Gabrielle Lévy
Illustration de couverture
Le Premier Enseignement du Bouddha (tablette votive, terracotta, Thaïlande).
© l’harmattan, 2013
5-7, rue de l’école Polytechnique
75 005 Paris
ISBN : 978-2-336-29756-9
EAN : 9782336297569
Introduction à l’enseignement du Bouddha et à sa pratiqueMichel Henri Dufour
Introduct Ion à l’ense Ignement

du bouddha et à sa prat Iquedu même auteur
La médecine bouddhique traditionnelle en pays Theravæda,
en collaboration avec Phou Ngeun Souk-Aloun, éd.
R. Jollois, 1995.
Dictionnaire pæli-français du bouddhisme originel, éditions
des Trois Monts, Auxerre, 1998.
en préparation
eDictionnaire pæli-français du bouddhisme ancien, 2 édition
revue et augmentée.
Dhammapada, dans les pas du Bouddha, traduction
interlinéaire et littéraire.
Fables bouddhiques. Les Jatakas.
Introduction à l’enseignement du Bouddha et à sa pratiqueSabbadænaµ dhammadænaµ jinæti.
Le don du Dhamma surpasse tous les dons.
à mes enfants
Sundara
Malini
Jaya
Viveka Introduction à l’enseignement du Bouddha et à sa pratique≤  La  santé  est  un  état  de  bien-être,  le 
corps étant libéré de la souffrance ; un
état dynamique de sérénité et de calme,
l’émotion étant libérée de la passion ; un
état de prise de conscience de la réalité
des choses, le mental étant libéré de son
égocentrisme. ≥
Georges Vithoulkas,
La science de l’homéopathie.
9Introduction à l’enseignement du Bouddha et à sa pratiqueavertissement au lecteur
es enseignements du Bouddha ne sont pas des opinions Là chérir et à prendre au pied de la lettre, mais sont des
instruments de connaissance personnelle. Tout ce qui
est exposé dans cet ouvrage n’est donc pas à considérer
comme des élaborations philosophiques ou des points de
doctrine à croire et à s’approprier, mais comme des outils
1de contemplation des poteaux indicateurs de la Voie à
partir desquels chacun est invité à réfléchir et expérimenter
par soi-même.
Ce livre n’est pas à lire d’une seule traite ou simplement
pour accumuler des connaissances intellectuelles sur le
bouddhisme à la manière consumériste qui nous caractérise
trop souvent. Il est donc conseillé de ne lire qu’un chapitre
à la fois et de l’utiliser comme base de réflexion et de
contemplation, car les mots ne doivent en aucun cas
constituer des obstacles occultant une appréhension réaliste
des choses.
2Une attitude similaire est préconisée pour les Sutta
(textes canoniques) qui ne sont pas véritablement destinés
à offrir les bonnes réponses, mais à aider à poser les bonnes
questions, l’enseignement du Bouddha étant en effet plus un
3mode d’emploi du monde – à seule fin de le dépasser par la
compréhension profonde de sa nature – qu’une explication
du monde. Cette attitude, essentiellement pratique, permet-
tra de réfléchir en revenant à des questions simples, des
10 • 11questions fondamentales qui, soit sont écartées avec
dédain, car considérées comme simplistes, soit développées
en échafaudages sophistes ou mystiques sans aucun intérêt 
en ce qui concerne le but de l’enseignement du Bouddha.
Cet  ouvrage  doit  donc  avant  tout  être  utilisé  comme 
un aide-mémoire permettant à toute personne désirant
s’engager dans la pratique d’en voir l’accès facilité. Nous
invitons le lecteur à considérer l’auteur tout simplement
4comme un kalyæ≈amitta , un compagnon sur la Voie, et à le
contacter pour tous conseils, questions ou renseignements
complémentaires.
Introduction à l’enseignement du Bouddha et à sa pratiquepréambule
≤  L’essence  du  bouddhisme  n’est  pas  “bouddhiste”, 
elle est universelle, car elle touche aux mécanismes
fondamentaux de l’esprit humain. Le bouddhisme
considère que chaque personne doit partir de là où
elle est et employer des méthodes qui correspondent
à sa nature et à ses capacités personnelles. Cette
flexibilité, cette richesse de possibilités peuvent
être  utiles  à  l’Occident,  sans  pour  autant  que  le 
bouddhisme renonce à ses valeurs fondamentales. Il
ne s’agit pas non plus d’adapter les enseignements du
bouddhisme, mais d’en faire comprendre l’essence,
laquelle n’a nul besoin d’être adaptée car elle répond 
aux préoccupations les plus profondes de tout être, 
en tout lieu. ≥
Matthieu Ricard, Le moine et le philosophe.
l’instar du ≤ chop suey ≥, recette asiatique controuvée à qui fut créée en mélangeant des restes hétéroclites, la
conception actuelle du bouddhisme a souvent été élaborée
à partir de bribes d’enseignements glanées çà et là, voire
d’éléments extérieurs à la Voie du Bouddha, le tout dilué
dans une sauce à base de préconceptions et de désirs
personnels. Dans ce contexte, définir ce qui constitue
l’essence de la pratique bouddhique est une tâche ardue ;
nous allons néanmoins tenter de le faire dans cet ouvrage.
12 • 13La situation du bouddhisme en France est actuellement
à un tournant. Après de nombreuses années de méfiance
et d’incompréhension une nouvelle attitude se dessine,
augurant d’un véritable respect issu d’une meilleure
connaissance, et cela dans presque tous les milieux sociaux
ou religieux. Mais cette situation est à double tranchant,
car une large diffusion engendre souvent l’approximation
et l’affadissement. Si l’on désire par conséquent qu’un
bouddhisme cohérent et véritablement libérateur se
développe, il est impérieux d’éviter certaines erreurs liées
au manque de circonspection, à un désir trop poussé de
simplification et d’≤ adaptation ≥ ou à un langage réducteur.
Le nombre des bouddhistes en France varie, selon
les critères adoptés, entre 150 000 et 600 000 si l’on
inclut les communautés asiatiques qualifiées d’emblée
de  ≤  bouddhistes  ≥.  Un  public  assez  large,  dont  certaines 
personnalités des arts ou du sport, affiche un attrait pour le
bouddhisme sans toutefois affirmer un engagement ferme
et en le mélangeant sans sourciller à d’autres opinions
ou pratiques, parfois en contradiction avec ses prémisses
mêmes,  mais  le  nombre  réel  des  pratiquants,  selon  le 
sociologue Frédéric Lenoir (voir Le bouddhisme en France,
5bibliographie p. 213), ne semble pas être très élevé .
Malgré ces critères flous et ces statistiques contestables, le
bouddhisme est néanmoins officiellement considéré comme
l’une des plus importantes religions en France ! Cependant,
s’il est souhaitable de voir les valeurs qu’il met en avant et
la voie de sagesse qu’il propose participer à l’édification de
notre modernité et de notre humanité, il est indispensable
d’effectuer un important travail d’information auprès des
médias et de certains auteurs qui, se contentant trop souvent
de simplifications outrancières et ne faisant pas, le plus
souvent, l’effort d’aller sous les apparences pour s’abreuver
à la source, présentent un bouddhisme édulcoré, parfois
caricatural. On ne saurait cependant nier l’influence positive 
que pourrait avoir sur notre comportement personnel et
social l’adoption de certaines valeurs bouddhiques, mais
cette adoption, dans le cadre d’autres valeurs et pratiques,
ne  saurait  être  mise  sur  le  même  plan  que  l’engagement 
dans la Voie du Bouddha, avec toutes les conditions que
cela implique.
Introduction à l’enseignement du Bouddha et à sa pratiqueCette absence de volonté d’information est partagée par
certains adeptes des écoles bouddhiques dites tardives qui,
s’installant confortablement dans leur tradition respective,
oublient les enseignements anciens jugés trop simplistes
ou arides. Il est vrai que cette situation est en partie une
résultante de la prédominance, numérique et médiatique,
des écoles du bouddhisme dit tibétain (et, à un moindre
degré, du Zen), pouvant amener à penser que celles-ci
constituent la seule porte d’entrée vers l’Enseignement du
Bouddha.
Une autre raison peut être trouvée dans la pauvreté de 
la représentation du bouddhisme Theravæda (l’école du
bouddhisme ancien) en France, aussi bien en quantité qu’en
qualité.  De  nombreux  Occidentaux  possèdent  ainsi  une 
vision déformée de la tradition bouddhique ; or, un étudiant
sérieux du bouddhisme ne saurait dénigrer et rejeter les
enseignements primitifs, car le Mahæyæna (bouddhisme
tardif) n’a fait, dans la plupart des cas et dans ses meilleures
représentations, que reprendre en les développant des
éléments préexistant dans le Theravæda.
Introduction à l’enseignement du Bouddha et à sa pratiqueIntroduct Ion

l es mots du dhamma
≤ Bien que le Bouddha utilise des mots, il ne s’attache 
pas aux mots et ne tombe pas dans leur piège. ≥
ette citation, extraite des écritures canoniques du Cbouddhisme Theravæda, illustre parfaitement leur
approche didactique ainsi que le recul nécessaire à
prendre par rapport aux concepts usités pour dispenser
l’Enseignement.
Le paradoxe veut que les mots n’aient qu’une importance
secondaire tout en étant indispensables pour transmettre
cet enseignement, d’où une injonction fondamentale
dans la tradition bouddhique, celle d’écouter (d’étudier)
fréquemment (les enseignements), cette étude dépassant le
simple stade intellectuel. Il est par conséquent vital de garder
constamment à l’esprit que la pratique bouddhique consiste
en l’observation approfondie des choses telles qu’elles sont,
la réflexion à partir de l’expérience personnelle et non en
l’accumulation de définitions ou d’idées à propos des choses.
Cela ne pouvant conduire qu’aux conceptions, aux opinions,
à la sclérose mentale, voire au fondamentalisme, et non à
l’éveil à la nature véritable du monde intérieur et extérieur.
16 • 17Certaines personnes se trouvent ainsi piégées et adhèrent
aux mots, aux concepts et aux constructions théoriques
élaborés sur cette base, au lieu d’utiliser les termes dans
lesquels est présenté l’Enseignement pour faire progresser
leur pratique.
Le Bouddha n’a jamais enseigné un système, et ce qu’il
6a transmis, le Dhamma , demeure le produit unique de
son éveil. La nécessité de présenter en termes simples et
accessibles les éléments de cet éveil l’a parfois conduit à
utiliser, parmi les concepts précédemment élaborés dans
la tradition brahmanique ou les autres traditions existant
à son époque, ceux qui étaient compatibles avec sa vision
ultime issue de son expérience personnelle, saµsæra ou
kamma par exemple, tout en leur donnant une coloration
différente correspondant à son ≤ intention pédagogique ≥. 
Ses disciples ont assurément systématisé ses paroles de
nombreuses fois, en particulier lors de la compilation de
l’Abhidhamma, la partie philosophique et métaphysique
de l’Enseignement ; le Bouddha n’était cependant pas
concerné par la construction d’un système, mais plutôt par
l’exposition du Dhamma et des moyens adaptés susceptibles
de conduire ses auditeurs à un certain niveau de libération,
accessible en fonction de leurs prédispositions et de leurs
efforts.
7S’il n’est nullement indispensable d’être un érudit en pæli
ou en sanskrit pour comprendre le Dhamma et le mettre
en application, la connaissance des termes fondamentaux
permet néanmoins une approche plus aisée des Enseigne-
ments et des écritures. Lorsque l’on commence à étudier
sérieusement le Dhamma, la précision dans la terminologie
devient importante, un vocabulaire incertain compromettant
l’approfondissement de l’enseignement bouddhique. Les
paroles du Bouddha ne sont ni vagues ni obscures et, à
l’inverse de nombreux autres textes religieux classiques,
8n’admettent pas diverses interprétations .
Bien que l’essence de l’Enseignement du Bouddha soit
transnationale, translinguistique et transethnique, l’homme
étant  confronté  aux  mêmes  problèmes  existentiels  quels 
que soient son époque et son pays, sa formulation exige
des concepts avec lesquels nous ne sommes pas totalement
familiers. C’est ainsi que, lorsque nous employons des
Introduction à l’enseignement du Bouddha et à sa pratiquetermes possédant un contenu précis dans notre contexte
socioculturel,  ces  mêmes  termes  ne  sont  pas  forcément 
adéquats à transmettre la substance de cet Enseignement.
Dans l’Enseignement du Bouddha, tel qu’il nous est
parvenu par les Textes anciens, l’exposé didactique de
certaines structures apparemment complexes (les ≤ trente-
sept  facteurs  de  l’Éveil  ≥,  la  chaîne  de  la  ≤  coproduction 
conditionnelle  ≥,  etc.)  et  la  présence  d’innombrables 
listes terminologiques dans le Canon pæli et la littérature
postérieure ne doivent pas en cacher l’aspect éminemment
pragmatique. Dans les Sutta le Bouddha montre une
maîtrise du langage sans égale et la traduction, bien entendu, 
obscurcit certaines subtiles interrelations des termes et
occulte les jeux de mots. Il est tout particulièrement difficile,
voire impossible dans certains cas, de rendre un concept
pæli par un seul mot simple. Certains auteurs préfèrent par
conséquent ne pas traduire des termes comme kamma,
9 10buddha, dhamma, tathægata , arahanta , jhæna, etc.
Pour diverses raisons – la première, et non des moindres,
étant qu’il n’existe aucune unanimité en la matière –, il est
également difficile de s’en tenir uniquement à ce qu’a déclaré
le  Bouddha  lui-même  (buddha vacana) ou ses disciples
proches. Il est parfois nécessaire d’utiliser des concepts
se trouvant dans l’Abhidhamma, les Commentaires, voire
les sous-Commentaires, car ceux-ci faisant intégralement
partie de l’expérience issue de la pratique du Theravæda telle
qu’elle est exposée par différents maîtres contemporains, il 
serait regrettable de se priver de la sagesse qu’ils peuvent
exprimer ; l’orthopraxie étant selon nous, dans ce cas-là,
préférable à l’orthodoxie, le Dhamma devant avant tout
demeurer une parole vivante.
Par conséquent, il est conseillé à toute personne
désirant connaître plus avant le Dhamma, a fortiori à tout
pratiquant, d’étudier de façon extensive, tout au moins
dans un premier temps. Chacun devra surtout rechercher
les  conseils  éclairés  d’un  maître  ou  d’instructeurs 
compétents, écouter et surtout mettre en pratique leurs
enseignements, puisque dans le bouddhisme il est toujours
préférable de frotter la théorie au fer de la pratique plutôt
que d’accumuler vainement des idées et des opinions,
aussi brillantes soient-elles.
18 • 19Nous avons repris ici, en les développant, certains
éléments déjà exposés dans notre Dictionnaire pæli-
français du bouddhisme originel (voir p. 213), pour lequel
le présent ouvrage, autonome en soi, constitue tout à la fois
une introduction et un complément.
Introduction à l’enseignement du Bouddha et à sa pratiquechapItre 1

l es piliers du bouddhisme

Buddha, Dhamma, Sangha
e terme ≤ Buddha ≥ signifie ≤ l’Éveillé ≥, ≤ Celui qui est 
11Llibre de l’illusion   ≥,  le  ≤  Sage  parfait  ≥.  Il  y  a  plus  de 
2 500 ans Gotama le Bouddha (re)découvrit et commença
à enseigner une Voie grâce à laquelle chacun pouvait
12s’éveiller à la Vérité ultime ou Dhamma. à la suite de
cette découverte, au cours de ses quarante-cinq années
d’enseignement en Inde à toutes catégories d’auditeurs,
13sans considération d’origine sociale , il fonda un ordre
14monastique, le Sa©gha , afin que cette Voie du Dhamma
puisse se perpétuer.
La structure tout entière du bouddhisme repose sur ces
trois fondations : le Bouddha, le Dhamma et le Sa©gha. On 
les appelle les trois Joyaux, car il est rare et précieux en ce
monde de rencontrer un enseignant sage, totalement éveillé,
le Bouddha, un enseignement qui incite à la recherche
de la Vérité et de la Paix, le Dhamma, et des hommes et
des femmes désireux de dédier leur vie à pratiquer selon
l’Enseignement et réaliser cette Vérité, le Sa©gha.
15Ces trois Joyaux représentent les principes de Sagesse ,
Vérité et Vertu, devenant alors les trois Refuges guidant
20 • 21tous les bouddhistes. Ce sont des éléments indispensables à
la cohérence et à la solidité de l’édifice tout entier, même si 
certaines écoles prétendument bouddhiques pensent, pour
des raisons diverses, pouvoir se dispenser de l’un ou l’autre
de ces piliers.
Introduction à l’enseignement du Bouddha et à sa pratique