//img.uscri.be/pth/399a6ee5ccdfc920adbd6019acad112f0cd086ce
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Jean-Paul II: Pape blanc et Africain

De
165 pages
Jean-Paul II n'a pas été le premier pape des temps modernes à se rendre en Afrique. Mais aucun pape n'aura fait preuve, comme lui, d'une attention aussi soutenue, d'une sollicitude quasi maternelle envers l'Afrique, où il s'est rendu à maintes reprises. Ce livre fait parcourir et revivre, à travers des récits évocateurs et des témoignages inédits, les grandes étapes de l'apostolat de Jean-Paul II en faveur de l'Afrique.
Voir plus Voir moins

Jean-Paul II : Pape blanc et Africain

Points de vue Collection dirigée par Denis Pryen

Déjà parus

Janis OTSIEMI, Guerre de succession au Gabon, 2009. Mohamed Lamine GAKOU, Afrique subsaharienne et développement de l'Asie de l'Est, 2009. Allaoui ASKANDARI, Logiques politiques et mahorites dans la postcolonie de Mayotte, 2009. Toumany MENDY, L'immigration clandestine. Mythes, mystères et réalités, 2009. Succès MASRA et Béral M. LE GRAND, Tchad, éloge des lumières obscures. Du sacre des cancres à la dynastie des pillards psychopathes, 2008. Reckya MADOUGOU, Mon combat pour la parole, 2008. Raphaël BINDARIYE, Le bonheur d'un couple. De vingt à quatre-vingts ans, 2008. André-Bernard ERGO, Congo belge, La Colonie assassinée, 2008. Diogène BIDERI, Le massacre des Bagogwe. Un prélude au
génocide des Tutsi
- Rwanda (1990-1993), 2008. Cyriaque Magloire MONGO DZON, Quelle refondation le Congo ?, 2008.

pour

Khayar Oumar DEF ALLAH, Fils de nomade. Les mémoires du dromadaire,2008. Oumar DIA TT A, La Casamance tumultueux d'une région, 2008. coincée. Essai sur le destin ivoirien:

Georges TOUAL Y, Le modèle de développement mirage ou utopie partagée ?; 2008. Mohamed Salem MERZOUG, quais de l'espérance, 2008. L'Africanisme

solidaire. Sur les

Habib DEMBELE GUIMBA, Être... ou ne pas naître, 2008. Edgard M' FOU MOU-NE, La Brazzaville: la synthèse, 2008. reconstruction du Congo-

Jean-Baptiste SOUROU

Jean-Paul

II

:

Pape blanc et Africain

Préface du Père Federico Lombardi

L'Harmattan

@ L'Harmattan, 2009 5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005

Paris

http://www.Iibrairieharrnattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan I@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-08105-5 EAN : 9782296081055

A tous ceux que Jean-Paul II a rencontrés

et à tous ceux qu'il aurait souhaité rencontrer

PREFACE
« Jean-Paul II, l'Africain!»

Si je ne me trompe pas, ce fut le cardinal Hyacinthe Thiandouml, l'ancien archevêque de Dakar au Sénégal qui s'adressa solennellement, pour

la première fois, au Pape avec l'appellatif:

«

Jean

Paul II, l'Africain !». C'était à Nairobi au Kenya, en 1995, ultime étape du voyage de Jean-Paul II pour la présentation au continent de la grande Exhortation

apostolique post-synodale

«

Ecclesia in Africa ». Cela

m'avait alors beaucoup impressionné. Je me rendais compte qu'il était difficile pour les Africains d'exprimer plus efficacement et de façon plus incisive leur gratitude pour tout ce que ce Grand Pontife avait fait pour l'Afrique, mais surtout

pour ce qu'il

«

avait été» pour leur continent. Jean-

Paul II était vraiment l'un d'entre eux, que dis-je, le plus grand d'entre eux. Cet appellatif ne diminuait en rien ce que JeanPaul II avait fait pour les autres continents. On pouvait lui attribuer quatre autres noms analogues
[Cardinal Hyacinthe Thiandoum (2.02.1921-18.05.2004), archevêque émérite de Dakar et Rapporteur général du Synode spécial des évêques pour l'Afrique de 1994.

par continent, mais je crois que celui qui ressent plus profondément l'importance du respect et de la solidarité de la part d'un autre est aussi capable d'une gratitude plus intense et profonde pour celui qui les lui offre avec sincérité et générosité. Proclamer «Jean-Paul II, l'Africain!» avait donc une saveur toute particulière. Qu'est-ce qu'un Pape aurait pu faire de plus pour l'Afrique que ce qu'a fait Jean-Paul II ? Il a voulu visiter chaque pays, même s'il s'agissait de petites îles au milieu de l'Océan (comme Sao Tomé et Principe). Il a voulu rencontrer les familles africaines dans leurs maisons. Aucune autre personnalité, tant religieuse que politique de stature mondiale n'a parcouru comme lui l'Afrique de part en part. Il a lancé tant d'appels en sa faveur. Il lui a parlé avec tant d'amitié. Il a cherché à lui donner tant de dignité et d'espérance. Ça les Africains l'ont surtout apprécié. Trop souvent, ils ont été non seulement exploités, mais aussi blessés dans leur dignité par ceux qui se dressaient devant eux avec un sentiment - conscient ou non- de supériorité. Jean-Paul II au contraire, n'a jamais été considéré un étranger ou un hôte de passage, mais il a été comme celui qui témoignait parmi eux et en leur faveur de la commune et universelle dignité de chaque personne humaine, de chaque fils de Dieu. Et en cela, il a souvent réussi à secouer la torpeur de la conscience de l'humanité. Comment peut-on oublier sa douloureuse et profonde réflexion sur la tragédie de l'esclavage sur l'île de Gorée et son regard tourné vers les eaux de l'Océan Atlantique, sur lesquelles ont 8

navigué dans le passé des naVIres chargés de souffrance ? Ce livre est un acte de gratitude et d'hommage à Jean-Paul II de la part d'un Africain. Les actions et les paroles de Jean-Paul II pour l'Afrique sont trop nombreuses pour être racontées ou rappelées en un seul livre. Mais, je crois que même l'inévitable caractère incomplet de cette œuvre sera stimulant. Chacun de nous, en lisant ce livre, se souviendra probablement de beaucoup d'autres choses qui pourraient être ajoutées et concevra une admiration encore plus grande pour ce Pape. Mais surtout, espérons-le vraiment, chacun de nous réfléchira aussi sur comment continuer, dans l'Eglise et dans la société les sentiers ouverts par Jean-Paul II et en particulier en rapport avec l'Afrique et avec son futur.

Révérend Père Federico LOMBARDI, SJ. Directeur du Bureau de Presse du Saint-Siège.

9

AV ANT-PROPOS

Un des désirs que j'ai caressés ces dernières années, c'était d'être présent à Rome pour saluer JeanPaul II lors de son départ de ce monde. Et ce vœu s'est réalisé! Ce furent des moments très riches tant sur le plan professionnel que spirituel. Professionnellement parlant, pendant l'agonie, le décès et les obsèques de Karol Wojtyla, j'ai été très sollicité, dormant peu, mais content de faire participer des millions de personnes sur la planète à cet événement unique en son genre. C'est aussi la densité du travail, son contenu même, qui lui a donné sûrement une intensité spirituelle. L'homme, Wojtyla, a séduit dans la mort comme il l'a fait de son vivant! C'est toujours la profession qui m'a permis d'apprécier Jean-Paul II. J'ai eu, en effet, à participer à plusieurs de ses audiences surtout lors du dernier semestre 2004 et début 2005, rencontrant ainsi le pape souffrant, mais toujours désireux de continuer son apostolat. Mais ce qui m'a le plus déterminé dans la rédaction de ce livre, ce sont ces foules interminables, cette marée humaine qui s'est déversée sur la place Saint Pierre et dans les rues adjacentes à la basilique vaticane pour rendre un dernier hommage au défunt pape. Ce sont aussi ces nombreux témoignages

recueillis auprès des pèlerins africains accourus ces jours-là à Rome. C'est la place Saint Pierre elle-même lors de l'agonie de Wojtyla. Tout, absolument tout transmettait un message. Comme ce grand vent qui a soufflé au début de la messe funéraire. Ce même vent qui a tourné les pages du livre des Evangiles posé sur le cercueil, jusqu'à le refermer. Cette pluie-là qui s'est abattue soudainement sur Rome, presque une heure après les funérailles de Jean-Paul II, laissant, on dirait, le temps aux personnes accourues de regagner un gîte ou leur maison. Tout cela et tant d'autres évènements encore du ministère de Jean-Paul II dont j'ai été le témoin direct ou indirect, ont suscité en moi des réflexions et m'ont poussé à rendre hommage à celui que l'archevêque d'Abuja au Nigéria, Mgr John Olorunfemi Onaiyekan, n'a pas hésité à nommer «l'Ami de l'Afrique» pour que l'on sache qui il a été pour l'Afrique et ce qu'il a fait pour elle.

12

INTRODUCTION

Jean Paul II n'a pas été le premier pape des temps modernes à se rendre en Afrique. Paul VI l'a devancé avec sa visite en Ouganda, en 19692. Mais aucun pape n'aura fait preuve, comme lui, d'une attention aussi soutenue, d'une sollicitude quasi maternelle envers l'Afrique, où il s'est rendu à maintes reprises. En vingt-sept ans de pontificat (1978-2005), ce pape polonais a foulé le sol africain quatorze fois, visitant quarante-deux nations. De la Tunisie au Lesotho, des lIes du Cap-Vert aux Seychelles, les foules sont sorties nombreuses pour écouter un pape slave s'exprimer dans leurs propres langues. On est surpris par la simplicité de ce pape. Tout attirait son attention. Tout l'intéressait en Afrique. Il a presque tout vu: habillé en chef traditionnel au Ghana, au Togo, en Côte d'Ivoire; en dignitaire musulman, acceptant en cadeau un joli et beau bélier, au Sénégal; en véhicule tout terrain, faisant un safari au Kenya; buvant de l'eau dans une calebasse, en signe d'accueil au Togo, etc.
2 Lors du voyage qu'il fit en Ouganda en 1969, Paul VI voulut consacrer lui-même le maître-autel du Sanctuaire de Namugongo, érigé sur le lieu où Charles Lwanga et ses compagnons qu'il avait canonisés quatre ans plus tôt à Rome, subirent le martyre entre 1885-1887.

L'histoire retiendra aussi que l'idée d'une rencontre spéciale d'évêques, sous une forme ou une autre, réclamée par l'épiscopat et les théologiens africains depuis la fin du concile Vatican II en 1965, pour discuter des problèmes du continent, n'a été possible qu'avec lui, en 19943. Un grand synode dont les résultats doivent encore s'enraciner dans l'Eglise en Afrique. Et tout comme si cela n'était pas suffisant, dix ans après la tenue de ces assises spéciales pour l'Afrique, Jean-Paul II en avait, à la surprise générale, convoqué de nouvelles4. Benoît XVI, son successeur, a confirmé la tenue de cette rencontre, lors de l'audience générale du 22 juin 2005. Ce Synode pour l'Afrique au lieu du 4 au 25 octobre 2009 autour du thème: «L'Eglise en Afrique au service de la réconciliation, de la justice et de la paix. Vous êtes le sel de la terre. Vous êtes la lumière du monde ». En Afrique, rien n'a échappé à Karol Wojtyla : la douloureuse marche vers l'Etat de droit, les conflits, les déchirements internes à caractères ethnique et politique, le dialogue entre les religions, les questions de développement, l'identité africaine de l'Eglise, les maladies dont le VIH/Sida, en particulier, et la place du continent sur le plan international. La solidarité avec l'Afrique de la faim et des détresses s'est concrétisée par la Fondation Jean-Paul II pour le Sahel; un organisme qui gère et finance des
3 Le Synode

spécial

des

évêques
«

pour

l'Afrique

célébré

au

Vatican en 1994, sous le thème:

L'Eglise en Afrique et sa mission

évangélisatrice vers l'an 2000 - « Vous serez mes témoins» ». 4 Le samedi 13 novembre 2004, lors d'une audience accordée aux évêques qui avaient participé à Rome au premier Symposium international des évêques européens et africains. 14

projets de développement au profit des populations de la zone sahélienne5. Comme le résume un observateur, ce pape «a parlé des Africains au monde et des Africains à eux-mêmes: un véritable Africain à peau blanche ». «Ce grand pape polonais devenu universel et planétaire, tout à tous, continuera encore très longtemps à émerveiller le monde, comme homme de Dieu, serviteur éminent des pauvres et des petits (...). Il Y a à évoquer le souvenir des peuples, des chefs des nations, des petits et des enfants, des malades qu'il a approchés avec beaucoup de sens et de sollicitude paternelle, pastorale et missionnaire. C'est pour cela que notre vénération et la mémoire reconnaissante de

notre continent lui sont et seront à jamais attachées »,
m'a confié, à Cotonou, au Bénin, peu avant son décès le 13 mai 2008, le cardinal Bernardin Cantin, Doyen émérite du Collège des cardinaux, un des plus proches collaborateurs du défunt pape. Mais il n'y a pas meilleur narrateur de l'idylle entre Wojtyla et l'Afrique que Jean-Paul II lui-même. C'est pourquoi le plan de ce livre est dicté par les grands axes de sa proximité à l'Afrique. Ainsi cette oeuvre n'est pas tant un recueil ou une analyse
5 Créée officiellement le 22 février 1984, la Fondation a financé, par exemple, deux cent cinq projets au cours de l'année 2007 pour un montant de plus de 1,1 milliard de francs CFA. Elle a étudié dans la même période trois cents vingt sept projets qui lui avait été soumis, en provenance de l'ensemble des pays du Sahel; une vaste zone désertique de plus de douze millions de kilomètres carrés comprenant le Burkina-Faso, le Cap-Vert, la Gambie, la Guinée Bissau, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Tchad et le Sénégal. A cause de la sécheresse liée à l'insuffisance des pluies, le déficit agricole constitue un problème récurrent. 15

systématique des discours de Jean-Paul II en Afrique et sur l'Afrique (le chapitre sur le Synode de 1994 fait exception), qu'un hommage à son travail en faveur du continent. C'est pourquoi j'ai privilégié les témoignages de ceux qui l'ont aidé dans son travail en faveur des Africains. Malheureusement, certaines personnes contactées n'ont jamais trouvé le temps de m'accueillir. Le lecteur trouvera aussi la chronique de ces jours de 2005, où, tous, croyants ou non, ont retenu leur souffle devant l'état de santé de Jean-Paul II. Une page que je vois aussi comme un témoignage d'un pontificat extraordinaire; comme un moment où les Africains se sont réunis comme tout le monde

autour de « notre pape », leur pape.
Si le lecteur pouvait se rendre compte à travers ces lignes qui ne sont pas exhaustives, que le pape polonais a vraiment parlé de l'Afrique aux Africains et de l'Afrique au monde, qu'il a été proche de ce continent, qui l'a aimé, qu'il a cru en l'Afrique et aux capacités de ses fils, alors le but de ce livre serait atteint.

16