//img.uscri.be/pth/9e07ece6b3dcb74e75b51c13973fc9323f55107a
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'église des martyrs au Cameroun

De
134 pages
Des ouvriers apostoliques sont morts assassinés au Cameroun et des enquêtes confiées à la police à chaque fois n'ont toujours pas livré leurs résultats. Cette enquête de journaliste, lève un coin de voile sur cette omerta qui se pare à s'y méprendre des oripeaux de la raison d'Etat, tant la police reste au Cameroun un corps controversé. Qu'il s'agisse de l'assassinat de l'abbé Mbassi, des religieuses de Djoum, de l'abbé Apollinaire Claude Ndi ou simplement du Père Engelbert Mveng, l'auteur jette une autre lumière sur ces crimes.
Voir plus Voir moins
LégerNTIGA
conIées à la police à chaque fois n’ont toujours pas livré leurs résultats. , une enquête de journaliste, lève un coin de voile sur cette omerta qui se pare à s’y méprendre des oripeaux de la raison d’Etat, tant la police reste au Cameroun un corps controversé. Elle l’a particulièrement été L’Eglise des martyrs entre 1986 et 1989. Et pourtant, cette force parmi les administrations en charge de la sécurité se distingue très souvent aussi par ses exploits. Dans le présent ouvrage, son rôle est très souvent trouble : des enquêtes conIées et retracées CamerounL é g e rN T I G Amanière délibérée ou non, les citoyens de la vérité. Le fruit de nos investigationsau Cameroun dans ces lignes sont restées sans lendemain. Dans bien des cas, elle a éloigné, de L’EglisedesmartyrsDes ouvriers apostoliques sont morts assassinés auCamerounetdesenquêtes est édiIant à ce propos. Qu’il s’agisse de l’assassinat de l’abbé Mbassi, dont les confiées à la police à chaque fois n’ont toujours paslivréleursrésultats.Came-L é ge r N T I GA roun: L’Eglise des Martyrs qui est une enquête dejournaliste,lèveuncoinde enquêtes ont conclu à un règlement de comptes parce que le prêtre entretenait voile sur cet omerta qui se pare à s’y méprendre, desoripeauxdelaraisond’Etat. des relations coupables avec l’épouse du colonel Messanga Mballa pourtant uneEnquêtes sur une rivière de sang non élucidée Tant la police reste dans notre pays, le Cameroun,uncorpscontroversé.Ellel’a particulièrement été entre 1986 et 1989. Et pourtant,cetteforceparmilesad-parente de Joseph Mbassi, ou dans le cas des religieuses de Djoumm,indisetraltioanbsbenécharge de la sécurité, se distinguetrèssouventaussiparses exploits. Dans le présent ouvrage, son rôle est trèssouventtrouble.Desenquêtes Apollinaire Claude Ndi ou simplement du Père Engelbert Mveng, dont les à elle confiées et retracées dans ces lignes, étant restéessanslendemain.Dans bien des cas, elle a éloigné de manière délibéréeounon,lescitoyensdela obsèques furent particulièrement agitées. Heureusement que brisant les tabous, vérité. Et le fruit de nos investigations est édifiantàcepropos.Qu’ils’agissede l’assassinat de l’Abbé Mbassi où des enquêtes ontconcluàunrèglementde sans toutetefois lever la chape de plomb qui semble couvrir ces affaires, l’ancien comptes parce que le prêtre entretenait des relationscoupablesavecl’épousedu secrétaire d’Etat en charge de la police, Denis Ekani, jette une autrecloulonmelièMreessasnugraMballa pourtant une parente deJosephMbassi.Quedansle cas des religieuses de Djoum, de l’Abbé ApollinaireClaudeNdiousimplement ces crimes, sauf qu’il se contente de dénégations répondant aux accduusPaètrieoEnngseldbeert Mveng dont les obsèques furentparticulièrementagitées.Heureusement que brisant les tabous, même sanstotalementleverlachapede son ancien collaborateur, le commissaire Pierre Ela, à l’époque directeur des plomb qui semble couvrir ces affaires, l’ancien secrétaired’Etatenchargedela police, Denis Ekani jette une autre lumière sur cescrimes.Saufqu’ilsecontente Renseignements généraux. de dénégations répondant aux accusations de sonanciencollaborateur,lecom-missaire Pierre Ela à l’époque directeur des Renseignementsgénéraux.L'Eglise des martyrs
Geôles d’Afrique Les Auteur de plusieurs ouvragesdontGeôlesd’Afriqueet Les secrets de la nature,leJournalistecamerounais Léger NTIGA fait de l’investigationunevéritablepas-sion. Consultant senior encommunicationauprèsde nombreux organismes, il vientd’accompagnerleBarreau du Cameroun dans son ProjetBarreauGouvernanceEtat du Cameroun relatif àlapromotiondesdroitscivils et politiques au Cameroun.Dans même ordre d’idées, ilaestuExpCertaSNVmeneCormmou-un nication dans le cadre du PlanduDéveloppementLocal du Projet du Barrage hydroélectriquedeLomPangarau Cameroun. Formateur de la Fédération mondialedesjournalistesscientifiques, il est surtout Instructeur au Programme africain d’AdaptationeuChangement climatique. Responsable de Rédaction de Radio Maria, il pilotelarédactiondeplusieurspu-blications dont l’Essentiel du Cameroun et magazine,Le+deRepères.Mariéet pères de cinq enfants, Léger NTIGA est Enseignantdesécolesdecommunication.journalistes scientiIques, il est surtout instructeur au Programme africain L'Harmattan
L’Essentiel du Cameroun
Le+de Repères.
Cameroun
LesL'EHdairtimoanttsan
Préface:MeEtemeEtemeSimonPierre
LesEditionsL'Harmattan
Préface deMe Eteme Eteme Simon Pierre
L’Eglise des martyrs au Cameroun Enquêtes sur une rivière de sang non élucidée
Emergences Africaines Dirigée par Magloire KEDE ONANA La collection « ÉMERGENCES AFRICAINES » se propose de renverser des certitudes faciles. Nous sommes convaincus que l’Afrique, longtemps considérée comme en retrait, s’ouvre au monde, et est plus que jamais au cœur des enjeux. Son Histoire ne doit plus s’écrire ailleurs, par des continents eux-mêmes en crise de modèles à proposer/imposer. Une nouvelle génération très entreprenante d’Africains et d’Africanistes existe aujourd’hui, qui problématise et réécrit l’Histoire du continent dans toutes ses facettes, et par une approche multidisciplinaire. Il s’agit de dévoiler une Afrique des « Bonnes Nouvelles » : celle qui, parce que plus ouverte au monde, présente tous ses atouts d’émergence. Dernière arrivée dans la compétition mondiale, l’Afrique est capable d’apporter un élan différent à la mondialisation grâce à son devenir, qui est subordonné à son être. Déjà parus Bachirou Oumarou,L’inventeur et le parasite,Essai sur la problématique de l’émergence des pays sous-développés, 2016.Christelle Ndongo,L’insoumise, 2016. Joseph Ndzomo-Molé et Pierre Obama-Étaba,Le cousin barack Obama ? Leçons sur un phénomène historique inédit, 2016. Jules Marie BIALO,L’eucharistie depuis Vatican II, Quel apport pour les communautés chrétiennes d’aujourd’hui ?,2016. LUCY,Des vieux et les fleurs,2015. Séverin Djiazet Mbou Mbogning,L’accès à la justice au Cameroun, Étude de sociologie juridique,2015. Séverin Djiazet Mbou Mbogning,sur lescanoniques » Réflexions « droits de l’Homme au Cameroun et en Afrique,2015. Jules M. Mambi Magnack,Le peuple dans la littérature africaine contemporaine, 2015. Frank Ebogo,La géopolitique de l’eau au Cameroun, 2014. Gérard-Marie Messina et Augustin Emmanuel Ebongue (dir.), Médias et construction idéologique du monde par l’occident, 2014. André-Marie Manga,Didáctica de lenguas extranjeras. Orientaciones teóricas en español, 2014. Marcellin Nnomo Zanga et Gérard-Marie Messina,Pour une critique du texte négro-africain,2014. Alphonse Zozime Tamekamta et Jean Koufan Menkéné (dir.), L’urgence d’une révolution agricole au Cameroun, 2013.
Léger NTIGAEglise desmartyrs auCameroun Enquêtessur unerivière de sang nonélucidée
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris www.harmattan.com ISBN : 978-2-343-11204-6 EAN :9782343112046
A mon épouse Marie-Benoît, Pour toutes les peines que lui cause l’exercice de mon métier.
Préface L’Église Catholique Romaine du Cameroun a traversé, depuis environ trois décennies, une dramatique série d’assassinats de nombre de ses serviteurs, ces infortunés ayant tous été propulsés dans l’au-delà à l’occasion de crimes si crapuleux, qu’à ce jour il est resté difficile de ne pas y voir des mains criminelles d’une particulière animosité de la part de leurs auteurs. D’où proviennent de telles animosités ? Quel en est le dessein ? Quels en sont les acteurs réels ou apparents ? Telles sont les questions auxquelles étaient censées répondre, chacune à son tour, les enquêtes successivement ordonnées puis ouvertes à la suite desdites abominations, mais dont on peine à se satisfaire des résultats. Au fait, que sont devenues les enquêtes ouvertes pour élucider les assassinats en « série » de ces grands serviteurs de l’Église ? Rien, ou presque, semble répondre Léger NTIGA, à travers cet ouvrage opportunément intitulé« L’Église des Martyrs, Enquêtes sur une rivière de sang non élucidée ».Visiblement, l'épais brouillard qui continue d’envelopper le mystère de chacun des meurtres des religieux au Cameroun ne s'est point dissipé depuis de nombreuses années. Au contraire, l’épaisseur de ce brouillard s’est davantage embrouillée avec la noire fumée de contre-vérités provenant du feu brûleur (et broyeur ?) de vérités. Le constat à faire suit aisément : opacité et incohérence des conclusions obtenues à l’emporte-pièce ou sous-pression, pire, issues incertaines des procédures judiciaires rendant plus compacte, insondable voire désespérée la
7
situation au double regard du droit à la vérité et du droit des victimes, Église et Familles y compris, ce, au fur et à mesure que les années passent. Et c’est ici que se trouve logé le plein mérite de l’auteur, qui, paré de ses oripeaux de journaliste s’introduit courageusement dans le « lac glacé » des intérêts parfois paradoxaux pour faire le point. L’une après l’autre, il passe au peigne fin les affaires sans nécessairement retourner le couteau dans la plaie, puisque l’ambition affichée est plutôt d’appliquer un pansement définitif et durable à la plaie restée béante, depuis lors. Aussi en explicite-t-il le contexte pour s’interroger sur sa probable non-issue. A l’évidence, il s’agit d’une «enquête sur les enquêtes» qui aboutit aux conclusions que le lecteur aura le plus grand plaisir à découvrir, le journaliste qu’est l’auteur ne s’étant pas départi de sa sensibilité de chrétien, ni de celle de membre d’une famille profondément attaché à la Foi, et respectueux comme tel, du sacré, en tout temps, et toute circonstance. D’où la présente croisade contre ce qui épouse en tous points, les contours d’un grave «péché par omission» contre la sacralité. Précisément, la vie de l’homme est sacrée. Celle de la Personne Consacrée l’est davantage. Et le droit à la vie est le premier des droits de l’homme dont la violation doit être obligatoirement sanctionnée.Il est donc impératif de comprendre les violations des droits de l'homme passées et de mettre fin à l'impunité pour prévenir d’autres violations plus graves. Trois droits indispensables et interdépendants sont alors au centre de cet effort d’établir la responsabilité : le droit à la vérité, le droit à la justice, le droit à un recours utile et à une réparation. La mise en œuvre de ces trois droits présuppose toujours de la part des Etats, une obligation itérative d’enquêter, elle-même à la base du droit de savoir.
8
Connaître la vérité, prévient l’ONU, «permet aux victimes et aux proches de tourner la page et de restaurer une mesure de dignité.La justice et la vérité vont de pair. Rendre compte des crimes et des violations flagrantes, y compris rétablir la confiance des populations dans la justice et les institutions du secteur de la sécurité, est essentiel pour réinstaurer l'état de droit et une paix durable». On le voit bien, au-delà de résonner comme une interpellation à l’adresse de notre conscience collective, l’ouvrage«L’Église des Martyrs, Enquêtes sur une rivière de sang non élucidée »résonne surtout comme un devoir de Mémoire et un Hommage à la Mémoire des Serviteurs de Dieu, expédiésad padres aussi cochonnément. En cela, il se recommande de lui-même, à tous, oui à TOUS !CarDieu ne peut laisser le crime impuni : du sol sur lequel il a été versé, le sang de la victime exige que Dieu fasse justice (cf. Gn 37, 26 ; Is 26, 21 ; Ez 24, 7-8). A bon entendeur… Me ETEME ETEME Simon Pierre, Avocat Président de la Commission des Droits de l’Homme du Barreau/Cameroun
9