Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus
ou
Achetez pour : 3,49 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La mission du Rédempteur

De
69 pages

La huitième encyclique du pape Jean-Paul II.

Dans cette encyclique sur la mission du Christ, Jean-Paul II rappelle l’urgence de l’activité missionnaire par la médiation du Christ, unique sauveur, sous l’impulsion de l’Esprit Saint.

Retrouvez les 14 encycliques de Jean-Paul II rassemblées dans un seul livre numérique : Encycliques, pour 14,99 €.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Image couverture
Jean-Paul II
La mission du Rédempteur
Lettre encyclique
Documents d’Église
BAYARD ÉDITIONS – FLEURUS-MAME
LES ÉDITIONS DU CERF
© Libreria editrice vaticana, 1990
(Cité du Vatican)
pour l’édition originale

© Bayard Éditions, Fleurus-Mame
et les Éditions du Cerf, 1990
pour l’édition française

Bayard Éditions – 18 rue Barbès – 91100 Montrouge
Fleurus-Mame – 15-27 rue Moussorgski – 75018 Paris
Les Éditions du Cerf – 29 boulevard La Tour Maubourg – 75007 Paris
ISBN numérique : 978-2-7289-1488-3
Lettre encyclique
Redemptoris Missio

du souverain pontife
Jean-Paul II

sur la valeur permanente
du précepte missionnaire
Vénérés Frères,
chers Fils,
Salut et Bénédiction apostolique !
INTRODUCTION
La mission du Christ Rédempteur, confiée à l’Église, est encore bien loin de son achèvement. Au terme du deuxième millénaire après sa venue, un regard d’ensemble porté sur l’humanité montre que cette mission en est encore à ses débuts et que nous devons nous engager de toutes nos forces à son service. C’est l’Esprit qui pousse à annoncer les grandes œuvres de Dieu : « Annoncer l’Évangile, en effet, n’est pas pour moi un titre de gloire ; c’est une nécessité qui m’incombe. Oui, malheur à moi si je n’annonçais pas l’Évangile ! » (1 Co 9, 16). 1.
Je ressens impérieusement le devoir de répéter ce cri de saint Paul, au nom de toute l’Église. Dès le début de mon pontificat, j’ai choisi de voyager jusqu’aux extrémités de la terre pour manifester ce zèle missionnaire ; et, précisément, le contact direct avec les peuples qui ignorent le Christ m’a convaincu davantage encore de l’urgence de l’activité missionnaire à laquelle je consacre la présente encyclique.
Le deuxième concile du Vatican a voulu renouveler la vie et l’activité de l’Église en fonction des besoins du monde contemporain ; il en a souligné le caractère missionnaire en le fondant de manière dynamique sur la mission trinitaire elle-même. L’élan missionnaire appartient donc à la nature intime de la vie chrétienne et il inspire aussi l’œcuménisme : « Que tous soient un [...] afin que le monde croie que tu m’as envoyé » (Jn 17, 21).
2.Les fruits missionnaires du Concile sont déjà abondants : les Églises locales se sont multipliées, avec leurs évêques, leur clergé et leur personnel apostolique ; on constate une insertion plus profonde des communautés chrétiennes dans la vie des peuples, la communion entre les Églises entraîne un échange intense de biens spirituels et de dons ; l’engagement des laïcs dans l’évangélisation est en train de modifier la vie ecclésiale ; les Églises particulières s’ouvrent à la rencontre, au dialogue et à la collaboration avec les membres d’autres Églises chrétiennes et d’autres religions. Et surtout, une conscience nouvelle s’affirme, à savoir que la mission concerne tous les chrétiens, tous les diocèses et toutes les paroisses, toutes les institutions et toutes les associations ecclésiales.
Cependant, en ce « nouveau printemps » du christianisme, on ne peut taire une tendance négative que ce document désire contribuer à surmonter : il semble que la mission spécifique « ad gentes » devienne moins active, ce qui ne va assurément pas dans le sens des directives du Concile et de l’enseignement ultérieur du Magistère. Des difficultés internes et externes ont affaibli l’élan missionnaire de l’Église à l’égard des non-chrétiens, et c’est là un fait qui doit inquiéter tous ceux qui croient au Christ. Dans l’histoire de l’Église1, en effet, le dynamisme missionnaire a toujours été un signe de vitalité, de même que son affaiblissement est le signe d’une crise de la foi.
Vingt-cinq ans après la conclusion du Concile et la publication du décret « ad gentes » sur l’activité missionnaire, quinze ans après l’exhortation apostolique Evangelii nuntiandi du Pape Paul VI, je voudrais inviter l’Église à renouveler son engagement missionnaire, poursuivant ainsi l’enseignement de mes prédécesseurs à ce sujet2. Le présent document a un objectif d’ordre interne : le renouveau de la foi et de la vie chrétienne. En effet, la mission renouvelle l’Église, renforce la foi et l’identité chrétienne, donne un regain d’enthousiasme et des motivations nouvelles. La foi s’affermit lorsqu’on la donne ! La nouvelle évangélisation des peuples chrétiens trouvera inspiration et soutien dans l’engagement pour la mission universelle.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin