Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Publications similaires

La réforme des Églises
peut-elle être espérée
au XXIesiècle ?
André MICALEFFLa réforme des Églises peut-elle être espérée au XXIesiècle ?
Du même auteur
Petite histoire de lAlgérie (1830  1962), Comment formez-vous le futur ?, et perspectives HistoireLHarmattan, collection « méditerranéennes », 1998 Il a neigé sur Alger,Paraboles et Paradoxes,LHarmattan, collection « Histoire et perspectives méditerranéennes », 2000Le mur de silence, Petite chronique allemande, LHarmattan, 2008
© LHarmattan, 2011 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-55860-1 EAN : 9782296558601
SOMMAIRE Avant-propos .. 5 Qu'est-ce que la Vérité ?.................................. 11 Sort-elle d'un puits ? LA FOI. Croire en Dieu. Lequel ?.................... 19 Les îles de Saintonge Comment nommer Dieu ?.................................. 39 Des poètes en quête d'un Dieu Ces gens-là... ................................................... 55 La Mission populaire évangélique Et le Diable, enfin ! ............................................. 73 Les mots du Diable Le proche, le prochain, l'autre... ........................ 87  Échange de regards avec inconnus effacés,  méprisés, refusés ou idéalisés HARMAGUÉDON .......................................... 101 La foire aux livres des fous de Dieu à la  folie cruelle ou à la folie douce Et les Eglises ? Des entreprises en danger ! .... 111 Eglise catholique ......128  Eglise protestante......134  Eglise historique ..140  Eglise du renouveau Charismatique142
La Réforme des Eglises ................................... 155 Préalables. Peut-on l'espérer au XXIè siècle ? Frémissements.......... 156 (Vatican II ; Communautés de base ; Chrétiens marxistes) La Réforme calviniste au XVIè siècle.............. 173 Le sacerdoce universel...... 174 Institutions mandatées et non souveraines................. 175 L'Ecriture (la Bible) est Parole (de Dieu)............... 181 Adresse aux Catholiques et aux Protestants. 191 Testament spirituel...................................... 195 J'aime croire en la Communion des Saints........ 197 J'aime croire en l'Eucharistie, cette action de grâce ........ 199
Avant-propos
Je file un mauvais coton et je ne suis pas le seul à filer ce mauvais coton ! Je suis de plus en plus mal-à-laise dans ce quil me reste de « religion » et je mégare et magace face à ce pataquès  Spiritualité », sont moqués ou se font la Foi », « », «« Dieu guerre. Beaucoup dignorances et de malentendus parasitent la prédication des trois religions du Livre ! Dun côté, les « fous de Dieu » : ultra orthodoxes du judaïsme ; intégristes catholiques : fondamentalistes protestants ; islamistes chiites ou sunnites  Dun autre côté, les « intégristes de lathéisme » qui se régalent et sengraissent des conflits théologiques déchirant les religions qui prétendent encore être celles de lamour, de la justice, de la paix  Le retour du religieux « espéré ou redouté », ne va-t-il pas aboutir à une « sortie de religion », cest-à-dire à une méfiance généralisée devant le fait religieux discrédité ? Pour linstant, en Europe, le « retour du religieux », sur fond de christianisme évanescent, sexprime le plus souvent par un anti-sémitisme sans mémoire ; un anti-islamisme imbécile ; un anti-papisme borné ; une méconnaissance de la Réforme protestante  Une immense communauté de croyants mal-à-laise dans leur religion respective, ne reconnaissent plus lexpression de leur foi telle quelle est exprimée par leur institution religieuse : ils se sentent déracinés de leur terroir, de leur histoire, de leur vie  Ils filent un mauvais coton ! Lersatz de religion quon leur sert nest plus celle de lamour ni de la joie. Certes, ils restent plus ou moins fidèles aux rites de leur confession de foi, mais nen comprennent plus les énoncés et, surtout, estiment que leur institution religieuse est archaïque ou dévoyée. Mes amis juifs sinterrogent : pourquoi les diasporas juives qui ont appris à questionner Dieu à travers les écrits bibliques acceptent-elles que lEtat dIsraël semble devenu le centre de lautorité spirituelle pour tous les juifs qui vivent au sein des nations ? Qui
5
ose contester ou combattre théologiquement larrogance de lEtat dIsraël, arrogance qui nest pas sans ressembler à celle de lEtat du Vatican prétendant être le centre de toute la chrétienté et le messager exclusif de la Vérité chrétienne. Mes amis chrétiens semblent avoir oublié que Dieu, en sincarnant en Jésus, va renoncer à sa Toute Puissance et quIl ne désire pas que son Eglise soit conquérante ou exterminatrice, ni surtout quelle se croie la propriétaire de « son » Dieu. Que de bûchers et de guerres de religions en perspective quand linstitution ecclésiastique confond la pureté du message évangélique quelle détient avec les dogmes élaborés au cours des siècles ! Mes amis musulmans sont atterrés par les actes et les paroles de leurs « fous de Dieu ». Ils restent sans voix parce quils nosent pas se risquer à une lecture critique du Coran. En effet, au quatrième siècle de lHégire, cest-à-dire vers le douzième siècle de lère chrétienne, les théologiens musulmans ont décidé que toute nouvelle exégèse ou interprétation du Coran sera désormais interdite. Le Livre Sacré ne peut pas être tributaire du temps ni des modes ! LeLivreCoran va devenir un objet divinisé, une idole. En bannissant toute liberté dinterprétation des textes coraniques, cest toute une culture de liberté qui sera paralysée. Une chape de soumission va peser sur lIslam : lémergence de Réformateurs, tels ceux du seizième siècle pour le christianisme, semble aujourdhui impensable. Tous les « fous de Dieu » parlent la même langue, une langue antérieure à celle du Siècle des Lumières qui considérait, déjà, comme asservissantes toutes les Institutions religieuses  et que dire du Vatican, nostalgique des Encycliques du 19è siècle fustigeant le modernisme ainsi que lexégèse biblique considérée comme une dérive satanique du protestantisme libéral ! Nous sommes persuadés que tout doit être réinventé en politique, en économie, en éthique, en spiritualité, mais nous attendons encore la voix qui nous dira les mots justes nous délivrant de nos angoisses et donnant enfin un sens à notre chemin dégarés.
6
Cette voix espérée ne peut pas être celle de lautorité dun pape, ni dun dictateur, ni dun grand expert, car les voix qui ordonnent ou celles qui prétendent savoir sont les voix du monologue, des interdits, des postures  Ces voix sont les voix du passé : elles nous entraînent vers lor et les épices de jadis ou vers la conquête dun tombeau vide. Cette voix espérée surgira-t-elle dans le tintamarre ou le bruissement des mots déracinés ou insensés de peur, Justice, Paix, Amour, Mondialisation, Libéralisme économique, Complexité, Dieu ? Jésus, dans lévangile (Matthieu 9/16.37) nous informe que lavoixà entendre et lavoie à suivre, doivent être vraiment nouvelles. La nouveauté du Royaume que Jésus inaugure ne peut pas se contenter dun aménagement des lois anciennes ! En effet, personne naura lidée de rapiécer un vieux manteau avec de létoffe neuve ni mettre du vin nouveau dans les vieilles outres. En tâtonnant, en bégayant, je voudrais mévader de notre actuelle Tour de Babel où se bousculent tant de discours anciens et tant de désirs fallacieux pour cette « modernité » où le virtuel a grignoté le réel ! Je viens de voler cette phrase dun théologien qui se voulait prophète : lEglise ne se met pas sur Internet, elle va donner« Si une image ringarde ». Je vais essayer de retrouver ces hommes et ces femmes qui, tout au long de ma vie, mont fait découvrir avec dautres mots que ceux des modes ou des philosophies, les mystères de labsence ou de la présence de Dieu. Comme une bouffée doxygène, surgit de ma mémoire cette bribe de conversation avec le boucher dun village au pays Basque : « Toutes nos rivières sappellent Joyeuses, les montagnes et les maisons ont été dessinées par des peintres naïfs. Nous, nous croyons en la vie éternelle, mais avec moins dostentation que beaucoup dautres. Pour nous, lhomme véritable est celui qui peut rester six mois seul dans la montagne, berger de quelques moutons, et qui connaît le trou où la truite se cache. »
7
Deux cauchemars mont tourmenté. Mes amis qui filent un mauvais coton parce que leur « religion » fout le camp, comprendront que ces cauchemars sont lexpression excessive de ce que je ressens de la vie économique et politique de notre aujourdhui. Ces cauchemars donneront, peut-être, le « ton » ou le « la » de ce que je vais essayer décrire. Premier cauchemar : Jétais le citoyen dun immense Empire qui contrôlait la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International, lOrganisation Mondiale du Commerce, les paradis fiscaux, le Vatican, le Conseil cuménique des Eglises, le Congrès Juif Mondial, lArabie Saoudite, lOrganisation des Nations Unies, les cabinets daudit et de consultants, les instituts de sondage, les moyens de communication chargés de dicter aux médias les bonnes lignes éditoriales. Le gouvernement de cet Empire avait réussi à normaliser et réfréner les désirs de ses sujets. Tous les lieux, suspectés de résistance ou de déviance à lordre établi par le Pouvoir, avaient été interdits. Les Institutions religieuses en déshérence navaient plus de raison dêtre, sauf le jour de la « Fête des fous ». Ce jour-là, parmi les chars fleuris du grand Carnaval, une poignée de vieux théologiens en guenilles traînaient des casseroles percées débordantes de traités de dogmatique. Grands rires de la foule. Deuxième cauchemar : Une immense procession silencieuse. Têtes baissées, dos courbés écrasés par une croix ne signifiant même plus lespérance dun salut. Des pauvres en exil, avec leur valise en carton entourée de ficelles, suivant des banderoles où était inscrit le nom de la honte qui leur collait à la peau : La honte du malheur, du déshonneur, du ridicule, de lignorance, de la captivité, de la disgrâce, de limpuissance ; La honte du sexe, encore appelé « parties honteuses », le sexe lié aux uvres des ténèbres ainsi quaux rapports de désir et de plaisir jugés contre-nature ;
8